×
Pays : Allemagne Label : Nuclear Blast Genres et styles : hard rock / metal Année : 2020
Accept

Too mean to die

· par Christine Fortier

Il y a longtemps qu’un album des Allemands ne m’avait pas autant accroché. En fait, ça remonte à Blood of the Nations (2010), premier disque avec le chanteur Mark Tornillo, le successeur d’Udo Dirkschneider, et encore, il n’était pas aussi fort que Too Mean to Die. Est-ce que l’arrivée du bassiste Martin Motnik (il remplace Peter Baltes parti en 2018) et l’ajout d’un 3e guitariste, Philip Shouse, (Gene Simmons Band) sont responsables de l’énergie nouvelle qu’on entend sur Too Mean to Die? Ce n’est pas important puisque le résultat est là. 

Les premiers extraits, The Undertaker, Too Mean to Die et Zombie Apocalypse, donnent une bonne idée de ce à quoi s’attendre de ce 16e album. Le heavy metal est toujours à l’honneur même si l’influence du hard rock plus accessible est de plus en plus présente. Les guitaristes Wolf Hoffmann – désormais seul membre original d’Accept – Uwe Lulis et Philip Shouse livrent des mélodies énergiques et mémorables, ils ont même inséré quelques lignes de la Symphonie No 5 de Beethoven sur la chanson Symphony of Pain. L’instrumentale Samson And Delilah met de l’avant la cohésion du quintette, tandis que la voix de Tornillo est à l’honneur sur la touchante balade The Best Is Yet To Come. D’ailleurs, les textes de Tornillo se démarquent par leurs thèmes actuels et leur ton pince-sans-rire (les cellulaires qui mobilisent toute notre attention sur Zombie Apocalypse, la recherche de la gloire instantanée sur Overnight Sensation et les fausses nouvelles sur No Ones Master).

Comme de nombreux groupes, Accept a été affecté par la COVID-19. En mars 2020, deux semaines après avoir commencé l’enregistrement de Too Mean to Die dans un studio de Nashville avec le réalisateur Andy Sneap (Testament, Overkill), le premier confinement a été annoncé et les musiciens sont rentrés en Allemagne. Ils sont retournés à Nashville en juillet, mais Sneap est resté en Angleterre et il a supervisé leur travail à distance. Le lancement a ensuite été repoussé du 15 au 29 janvier à cause d’un délai dans la livraison des albums dû à la COVID-19, mais qu’à cela ne tienne, la courte attente vaut vraiment la peine.

Inscrivez-vous à l'infolettre