Pays : Québec Label : Analekta Genres et styles : minimaliste / néoclassique / post-minimaliste Année : 2021

Immersion

· par Alain Brunet

Pourquoi Angèle Dubeau connaît-elle autant de succès avec Immersion? Une fois de plus dans sa carrière, pourquoi accomplit-elle cet exploit sur toutes les plateformes ? La violoniste québécoise dispose certes de la plus puissante machine classique au pays et… cette machine a acquis une part congrue de sa puissance à cause d’elle précisément. Voilà le scénario idéal, voilà l’entente parfaite entre artiste et production, de surcroît entre partenaires de vie. Le rayonnement exceptionnel de la musicienne ne peut donc être attribuable à une seule infrastructure, laissons cette explication en pâture aux esprits étroits. Depuis nombre d’années, en fait, la musicienne a judicieusement précisé la direction artistique de son ensemble à cordes La Pietà, elle a ainsi couvert beaucoup de distance sur les voies minimalistes et post-minimalistes, aussi chez ces as de la mélodie presque pop. Les plus connus de cet album sont Ludovico Einaudi ou Ólafur Arnalds, qui remplissent leurs propres salles, mais on ressent également le plaisir d’Angèle Dubeau à mettre de l’avant des alliés de création moins connus, Armand Amar, Uno Helmersson, Valentin Hadjadj, Dario Marianelli, Remo Anzovino. Pour la plupart, ces compositeurs ont en commun leur inclination pour la mélodie, tout en usant de constructions typiques de la grande famille minimaliste – Philip Glass et Steve Reich figurent au menu de cet album. Ces créateurs se situent davantage sur la frange post-minimaliste que de la tendance néoclassique souvent plus proche du romantisme et des premières musiques modernes. Qui plus est, Angèle Dubeau a eu le très bon flash d’amorcer cette recherche autour de Jonny Greenwood (Radiohead), dont les œuvres pour orchestres, ensembles ou bandes originales ont vachement progressé depuis le succès de la trame musicale du film There Will Be Blood et dont des extraits sont ici repris. On doit aussi souligner la qualité de l’exécution, des timbres, de la dynamique, de l’acuité rythmique. À travers ce nouvel album, La Pietà confère un lustre supplémentaire à son approche, celui de la pleine maturité dans l’interprétation d’un répertoire en parfaite tension entre grande musique et ce qui peut être parfois qualifié de pop instrumentale. D’où les vertus immersives… d’Immersion.

Tout le contenu 360

Planante et (trop) discrète musique de Missy Mazzoli

Planante et (trop) discrète musique de Missy Mazzoli

Burna Boy remplit presque deux Centres Bell : le Nigeria à nos portes !

Burna Boy remplit presque deux Centres Bell : le Nigeria à nos portes !

« In the Half-Light » – Barbara Hannigan avec l’Orchestre symphonique de Montréal

« In the Half-Light » – Barbara Hannigan avec l’Orchestre symphonique de Montréal

Nuits d’Afrique: un 8 mars avec Sona Jobarteh

Nuits d’Afrique: un 8 mars avec Sona Jobarteh

Hommage à la Callas: Simon Rivard dirige l’OSL

Hommage à la Callas: Simon Rivard dirige l’OSL

Lucile Boulanger/Simon Pierre/Olivier Fortin – The Golden Hour

Lucile Boulanger/Simon Pierre/Olivier Fortin – The Golden Hour

Will Régnier – Traces

Will Régnier – Traces

Kevin Chen, ou les enjeux d’un virtuose à 18 ans

Kevin Chen, ou les enjeux d’un virtuose à 18 ans

Monica Freire – Ilhada

Monica Freire – Ilhada

Laetitia Sadier – Rooting for Love

Laetitia Sadier – Rooting for Love

Vendredi soir à l’OM : un violon spectaculaire, une petite sirène et des sables émouvants et enchanteurs

Vendredi soir à l’OM : un violon spectaculaire, une petite sirène et des sables émouvants et enchanteurs

8e concert annuel du ViU | Les différentes avenues de la relève

8e concert annuel du ViU | Les différentes avenues de la relève

Game ON! : le FILMharmonique dirigé par un pionnier

Game ON! : le FILMharmonique dirigé par un pionnier

OPCM : Wallis Giunta devient Carmen

OPCM : Wallis Giunta devient Carmen

Frank Peter Zimmermann/Orchestre symphonique de Bamberg, dir. Jakub Hrůša – Stravinsky – Bartók – Martinů

Frank Peter Zimmermann/Orchestre symphonique de Bamberg, dir. Jakub Hrůša – Stravinsky – Bartók – Martinů

Susie Arioli – Embraceable

Susie Arioli – Embraceable

Orchestre classique de Montréal, dir. : Alain Trudel/Suzanne Taffot/Brandon Coleman – David Bontemps : La Flambeau

Orchestre classique de Montréal, dir. : Alain Trudel/Suzanne Taffot/Brandon Coleman – David Bontemps : La Flambeau

Chromeo – Adult Contemporary

Chromeo – Adult Contemporary

Little Simz – Drop 7

Little Simz – Drop 7

Surhumaine Barbara Hannigan !

Surhumaine Barbara Hannigan !

Alix Fernz – Muselière

Alix Fernz – Muselière

Quatuor Bozzini : micro tonalités, grandes musiques

Quatuor Bozzini : micro tonalités, grandes musiques

Inscrivez-vous à l'infolettre