Pays : Islande Label : Deutsche Grammophon Genres et styles : musique contemporaine / néoclassique Année : 2023

Iceland Symphony Orchestra, Daniel Bjarnason – Johann Johannsson : A Prayer to the Dynamo

· par Frédéric Cardin

Le compositeur islandais Johann Johanssonn s’est largement fait connaître pour ses trames sonores de films, en particulier The Theory of Everything sur la vie de Stephen Hawking, et deux chefs-d’œuvre de Denis Villeneuve : Sicario et Arrival. Cela dit, avant de mourir prématurément en 2018 à l’âge de 48 ans, il avait amorcé une exploration de la musique de concert. 

A Prayer to the Dynamo a une origine canadienne car l’œuvre en trois mouvements est issue d’une commande de l’Orchestre symphonique de Winnipeg, octroyée à l’occasion du New Music Festival de 2012 (un festival qui rend le Montréalais en moi très envieux). 

Il s’agit de l’œuvre classique la plus ambitieuse du compositeur, réclamant un grand orchestre ainsi que des échantillonnages sonores. Johannsson s’est inspiré de la centrale hydroélectrique désactivée de Ellidaar, près de Reykjavik, mariant sa fascination pour la technologie avec son talent de compositeur et son intérêt pour les sons concrets, ici ceux de l’espace industriel abandonné, ajoutés à la partition orchestrale. 

Il en résulte une trame ample, riche et opulente, où une pulsation lente, vibrante dans les basses profondes, est accompagnée de thèmes grandioses joués aux cuivres. Le résultat est impérialement séduisant, rappelant par endroits la force tranquille mais irrémédiable, appuyée d’une trame néo-romantique, du Cantus Arcticus de Rautavaaraa ou même de la Symphony of Sorrowful Songs de Gorecki. Un hommage à un vestige de la modernité industrielle comme s’il s’agissait d’une cathédrale. 

Le programme est complété par deux suites tirées des trames sonores de Johannsson, Sicario et The Theory of Everything. Le premier mouvement de Sicario (Target) témoigne des affinités percussives et expressionnistes de Johannsson avec des accords lourds et puissants, parsemés de jaillissements menaçants aux cordes. Le deuxième (Desert Music) est résolument romantique avec son poignant solo de violoncelle rendant bien l’aspect désolé du paysage mis en scène, alors que le troisième mouvement (Melancholia) fait exception avec son écriture pour guitare électrique solo lente et mélancolique, formée d’arpèges pointés.

The Theory of Everything est très différente : la musique se fait plus solaire et enjouée, bien que l’ombre d’une indéfinissable nostalgie plane constamment. Plus allante aussi, son orchestration légère et finement détaillée fera penser (et plaira) à ceux et celles qui aiment déjà les musiques de films d’Alexandre Desplat ou Thomas Newman.

Les trois pièces sont des premières mondiales et viennent étoffer la représentation que l’on pourra se faire de ce compositeur qui n’en était qu’à l’aube d’une carrière très prometteuse. On devra en rester là, mais c’est déjà appréciable.

Tout le contenu 360

Les Violons du Roy, Cameron Crozman, Nicolas Ellis | Haydn Cello Concertos – Hétu Rondo

Les Violons du Roy, Cameron Crozman, Nicolas Ellis | Haydn Cello Concertos – Hétu Rondo

Un 16 juin aux Francos | Pomme, Marco Ema et KNLO

Un 16 juin aux Francos | Pomme, Marco Ema et KNLO

Jordan Hamilton – Project Freedom

Jordan Hamilton – Project Freedom

Nino Carlos &  Friends – Placenta

Nino Carlos & Friends – Placenta

Arooj Aftab – Night Reign

Arooj Aftab – Night Reign

Samuel Hasselhorn – Urlicht : Songs of Death and Resurrection

Samuel Hasselhorn – Urlicht : Songs of Death and Resurrection

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Une soirée de clôture riche en émotions

Une soirée de clôture riche en émotions

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Qiik – Demo

Qiik – Demo

HABITAT SONORE :  la musique qui fait vibrer Montréal… et le Centre Phi !

HABITAT SONORE :  la musique qui fait vibrer Montréal… et le Centre Phi !

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité,  joie, insolence

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité, joie, insolence

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Festival Classica – Hommage à Queen

Festival Classica – Hommage à Queen

Dumai Dunai – Sometime Between Now and Never

Dumai Dunai – Sometime Between Now and Never

The Nausea – Requiem

The Nausea – Requiem

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Inscrivez-vous à l'infolettre