Mats Gustaffson : explosions au programme

Entrevue réalisée par Alain Brunet

renseignements supplémentaires

C’est l’un des véritables successeurs du grand saxophoniste Peter Brötzmann, mais en 2022, on ne peut pas vraiment le qualifier de successeur à 57 ans! En fait, c’est un véritable leader international de l’improvisation libre et de la composition d’avant-garde, au-delà du free-jazz. Mats Olof Gustafsson est un saxophoniste né en 1964 à Umeå, en Suède. Depuis le début de sa carrière internationale, au milieu des années 80, il a ajouté la clarinette, les claviers et l’électronique à sa boîte à outils.

Mats Gustafsson est connu pour son style explosif. Nous avons pu constater son talent dans de nombreux contextes, avec des artistes comme Gunter Christmann, Peter Brötzmann, Joe McPhee, Paul Lovens, Barry Guy, Derek Bailey, Hamid Drake, Michael Zerang, Ken Vandermark, Magnus Broo, Otomo Yoshihide, Jim O’Rourke, Thomas Lehn, Evan Parker, Misha Mengelberg, Zu, The Ex, Sonic Youth, Merzbow, Fire! ou The Thing.

Gustaffson parle aussi admirablement bien de son métier. PAN M 360 partage ses commentaires avant ses performances au FIMAV ce week-end. Samedi, il partagera la scène avec Rob Mazurek et David Grubbs, puis formera un puissant duo avec Colin Stetson.

Tout d’abord, quelques questions sur le concert en trio :

« Tous trois ont fait avancer la scène musicale expérimentale de Chicago dans les années 1990 : MATS GUSTAFSSON avec plusieurs groupes de free-jazz et en tant que membre du Tentet de Peter Brötzmann, lors de son séjour aux États-Unis; DAVID GRUBBS au début du mouvement post-rock dans Gastr del Sol, son duo avec Jim O’Rourke; ROB MAZUREK dans une approche multistylistique sous diverses itérations de son projet Chicago Underground. »

PAN M 360 : Pouvez-vous nous rappeler ce qui vous a conduit à David Grubbs, avec qui vous avez enregistré le duo Off Road? Comment avez-vous construit cette relation musicale?

MATS GUSTAFFSON : Nous nous sommes rencontrés à Chicago au milieu des années 90 par l’intermédiaire de mes bons amis John Corbett et Jim O`Rourke. Nous avons immédiatement commencé à travailler et à traîner ensemble. J’ai joué avec Gast et d’autres choses avec David, sur ses disques solos jusqu’à ce que nous décidions d’enregistrer Apertura, notre premier duo, suivi d’une tournée suédoise et des enregistrements de Off Road. Ce n’est pas encore fini!

PAN M 360 : À propos de Rob Mazurek, le 3e interprète de ce concert à Victoriaville, même question : comment vous êtes-vous rencontrés? Comment avez-vous joué ensemble? Qu’est-ce qui a déjà été construit ou qu’est-ce qui va l’être?

MATS GUSTAFFSON : Il y a aussi le lien avec Chicago. C’est important. Chicago débordait d’énergie et de créativité au milieu et à la fin des années 90. Et c’est toujours le cas. Mais cette période se distingue. Nous avons joué quelques trucs ad hoc et nous avons continué à nous rencontrer dans toutes sortes d’endroits, ailleurs dans le monde. Et quand l’occasion s’est présentée de jouer en trio, nous avons sauté dessus! La pandémie a freiné tous les projets, mais nous redémarrons. Tout est ouvert.

« Ils ont travaillé de nombreuses fois ensemble, mais jamais tous les trois en même temps, étonnamment. C’est-à-dire jusqu’en mai 2019. Ils ont sauté sur la proposition du journaliste John Corbett de jouer en trio pour un engagement de deux jours au club The Underflow à Athènes, en Grèce. » 

PAN M 360 : Ce trio est-il une étape importante pour trois d’entre vous? Comment pourriez-vous décrire ce qui s’est passé en Grèce?

MATS GUSTAFFSON : Aucun mot ne peut décrire ces choses. C’était de la pure créativité et du pur partage. Aussi simple que cela. Quand l’alchimie fonctionne, tant sur le plan musical que social… Qu’est-ce qu’on peut faire? Juste suivre le courant. Ce trio est très important pour moi, c’est sûr!

« The Underflow : une musique actuelle qui explore une large gamme de dynamiques, à la croisée de l’acoustique, de l’électrique et de l’électronique. »

PAN M 360 : Sinon, que pouvez-vous ajouter pour nous faire comprendre le langage élaboré entre vous?

MATS GUSTAFFSON : Ayez une écoute ouverte et vous serez récompensé. Il y a de tout et de rien là-dedans. Comme cela devrait toujours être. Toutes les possibilités. Toutes les règles. Toutes les non-règles. Toutes les perspectives. Nous apportons toutes nos expériences au mélange. Et lorsque les gens sont prêts à partager, le public le ressent. Écoutez librement. Pensez librement. Agissez librement, c’est aussi simple que cela.

« Ils s’approprient le nom de la salle, et leur premier album, issu de ces concerts, sort début 2020, suivi d’un second enregistré juste avant la première vague de confinement. Ces albums témoignent de la riche histoire entre ces trois maîtres. »

PAN M 360 : Pouvez-vous voir la progression entre les premières séances live et les deux séances d’enregistrement suivantes?

MATS GUSTAFFSON : Je peux entendre quelque chose. Qu’est-ce que c’est?  Je n’en ai aucune idée.  Une progression?  Je n’en ai aucune idée. Un développement? Je n’en ai aucune idée. Nous avançons. Nous faisons face au passé, à nos expériences, individuellement et collectivement. Et nous partageons. Quand c’est vrai… Quelque chose se passe. On peut appeler ça comme on veut. Mais nous voulons le partager sur scène. Et avec le public. De nouvelles choses se produiront. Et encore, et encore, et encore.

PAN M 360 : Le concert de Victoriaville offrira-t-il de nouvelles choses après ce qui a été réalisé? Est-ce que ce sera à peu près la même chose ou même plus?

MATS GUSTAFSSON : Espérons que de nouvelles choses surgiront! Je suis presque persuadé, puisque nous avons attendu deux ans pour jouer de nouveau ensemble, que ce sera une explosion jamais entendue auparavant. Suivie de quelques implosions de mauvais goût! Et si nous survivons à cela, nous essayerons de jouer quelque chose de complètement différent à la fin du concert. Soyez sur vos gardes!

Deuxièmement, quelques questions sur votre duo avec Colin Stetson :

« Deux géants du saxophone vont partager la scène, combinant leurs approches diamétralement opposées et pourtant totalement complémentaires. COLIN STETSON a développé une technique très originale au saxophone basse où il subvocalise tout en jouant de son instrument (sa voix étant amplifiée par un transducteur). En solo, il privilégie les notes longues, multiphoniques, en boucle, qui tissent des ambiances incroyables. Avec d’autres musiciens, il peut devenir fébrile et percutant, comme notre public a pu l’entendre en 2017 avec la performance de son groupe Ex Eye. »

PAN M 360 : Avec Colin Stetson, que nous connaissons bien à Montréal, que recherchez-vous?

MATS GUSTAFFSON : Il s’agit de partage, aussi bien en trio qu’avec ce duo. Je n’en peux plus d’attendre. Tout est ouvert : saxophones et électronique, wham-bam thank you mam! J’attends avec impatience ce qui va arriver, ce qui peut arriver. Et j’attends avec impatience le moment suivant. Tout le temps.

« STETSON et GUSTAFSSON ont joué en duo pour la première fois à Vancouver en 2011, une performance relatée sur leur seul album, Stones (2012). Ils ont croisé le saxo quelques fois depuis, approfondissant leur relation musicale. »

PAN M 360 : Gardons cette question au programme : « Où en est cette relation onze ans plus tard? Vous devrez être là pour le découvrir. »

MATS GUSTAFFSON : Exactement. Il faut être là pour comprendre. Nous allons utiliser tout ce qui s’est passé depuis onze ans sur scène. Ensemble, dans une expérience de partage. La seule vraie différence, cette fois-ci, est que nous utiliserons aussi des éléments électroniques. L’album Stones est acoustique. Ce sera différent.

PAN M 360 : Les deux approches sont distinctes, pouvez-vous voir où et comment elles se rejoignent en duo?

MATS GUSTAFSSON : Le partage. Et le partage! Si nous partageons, le public le saura.

PAN M 360 : Avez-vous des projets d’enregistrement? D’autres concerts?

MATS GUSTAFFSON : Oh, oui. Il faut que les enregistrements se fassent. Et il y en aura. Tout est en cours de planification. La prochaine étape consiste à inviter Colin à être soliste dans ma prochaine grande œuvre de composition, Hidros 9, qui sera créée le 1er octobre 2022 à Varsovie, en Pologne. Colin sera soliste aux côtés de Hedvid Mollestad, Anders Nyqvist et Per åke Holmlander, en interaction avec Dieb13 et Jerome Noetinger et un ensemble de chambre de 18 musiciens. Ce sera fou!

Tout le contenu 360

Dômesicle SAT | Kizi Garden + Isotone, 10 ans fêtés le 19 juillet

Dômesicle SAT | Kizi Garden + Isotone, 10 ans fêtés le 19 juillet

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Fredy Massamba, un Congolais (de Montréal) sur 3 continents

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Fredy Massamba, un Congolais (de Montréal) sur 3 continents

Étienne Dupuis et l’ICAV : montrer aux jeunes comment continuer à apprendre

Étienne Dupuis et l’ICAV : montrer aux jeunes comment continuer à apprendre

Festival de Lanaudière 2024 | Yoav Levanon, prodige en récital ou avec orchestre, ses débuts au Canada !

Festival de Lanaudière 2024 | Yoav Levanon, prodige en récital ou avec orchestre, ses débuts au Canada !

Nuits d’Afrique 2024 – Une discussion avec Eno Williams, la chanteuse d’Ibibio Sound Machine

Nuits d’Afrique 2024 – Une discussion avec Eno Williams, la chanteuse d’Ibibio Sound Machine

Valérie Ekoumè et le Québec : amour réciproque sur rythmes jubilatoires

Valérie Ekoumè et le Québec : amour réciproque sur rythmes jubilatoires

Festival d’art vocal de Montréal 2024 | Apprendre à chanter sans stress avec Claude Webster

Festival d’art vocal de Montréal 2024 | Apprendre à chanter sans stress avec Claude Webster

Festival de Lanaudière 2024 | Quatuor Diotima au Québec : dialogues musicaux d’hier et d’aujourd’hui

Festival de Lanaudière 2024 | Quatuor Diotima au Québec : dialogues musicaux d’hier et d’aujourd’hui

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Pahua, neuve sous le soleil mexicain

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Pahua, neuve sous le soleil mexicain

Le Festival d’Art Vocal de Montréal s’ouvre au grand public

Le Festival d’Art Vocal de Montréal s’ouvre au grand public

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique – Luiz Salgado et sa guitare « caipira »

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique – Luiz Salgado et sa guitare « caipira »

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Bombino : la chaleur humaine au rythme du désert

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Bombino : la chaleur humaine au rythme du désert

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Queen Omega étend son royaume à MTL

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Queen Omega étend son royaume à MTL

Domaine Forget 2024 | Brises capverdiennes dans Charlevoix avec Lucibela

Domaine Forget 2024 | Brises capverdiennes dans Charlevoix avec Lucibela

SAT X EAF : Heith, Orchestroll, Audréanne Filion

SAT X EAF : Heith, Orchestroll, Audréanne Filion

Présente ta chanson ! Queenie nous parle de Feels Good

Présente ta chanson ! Queenie nous parle de Feels Good

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Def Mama Def, le karma des femmes

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Def Mama Def, le karma des femmes

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | ALBERTO SALGADO : Embrasser les traditions et la modernité brésilienne

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | ALBERTO SALGADO : Embrasser les traditions et la modernité brésilienne

La violence des camions brûle et recommence

La violence des camions brûle et recommence

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Plus qu’un « fils de »… voici Kirá!

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Plus qu’un « fils de »… voici Kirá!

Jowee Omicil convie les esprits libérateurs du Bwa Kayman

Jowee Omicil convie les esprits libérateurs du Bwa Kayman

Découvrez l’afrobeat thaï de la Montréalaise Salin

Découvrez l’afrobeat thaï de la Montréalaise Salin

Dobet Gnahoré : un ange passe et reste

Dobet Gnahoré : un ange passe et reste

Baltra au Piknic Electronik | De la house lo-fi à aujourd’hui

Baltra au Piknic Electronik | De la house lo-fi à aujourd’hui

Inscrivez-vous à l'infolettre