post-rock / rock expérimental

Le maelström de Godspeed You! Black Emperor, en concert

par Stephan Boissonneault

Le calme de chaque respiration, éphémère, les lumières vacillantes et hésitantes qui se déversent du ciel, les machines qui se transforment et les chantiers de construction qui se tordent, le tour d’un cerf-volant noir pour la rédemption. Nous sommes au bord du précipice en tant qu’espèce et il n’a jamais été aussi important de s’aimer les uns les autres. Des tâches d’encre fracturées recouvrent des images de bombes tombant du ciel. Le bruit ne s’arrête jamais et nous ne le voulons pas. Les jours semblent être des heures, les heures semblent être des minutes, les minutes se transforment en l’apparence même du temps jusqu’à ce qu’il soit pulvérisé et que le rien devienne le tout. Détritus de transmission.

Ce morceau de prose peut se lire comme la pensée d’un fou qui méprise la plupart des choses, ou peut-être aime tout, et c’est peut-être le cas, mais c’est aussi un témoignage, un compte-rendu de ma rencontre avec Godspeed You ! Black Emperor (GY!BE), l’un des précurseurs du post-rock, un genre changeant qui continue d’engendrer de nouveaux groupes, apparemment à partir de rien.

Ils jouaient le premier concert d’une série de deux au MTelus (un endroit que le groupe appelle communément le Telephone Venue) et le merch était composé d’une foire aux livres anarchistes d’un côté et de divers vinyles couvrant leur illustre carrière de l’autre. Et ce, sans aucune hyperbole : ils ont enregistré sept disques depuis leur création à la fin des années 90. Le dernier en date, G_d’s Pee AT STATE’S END!, met l’accent sur la ténacité et l’expérimentation de ce groupe montréalais. Environ un an avant sa sortie officielle en 2021, j’ai entendu un premier pressage de cet album dans un magasin de disques d’Edmonton avant de déménager à Montréal, la ville natale de Godpseed. Le vendeur m’a seulement dit : « C’est un nouvel album de Godspeed, mais je ne peux pas oser en dire plus. » 

Cet album est peut-être le plus fracturé et le plus en colère du groupe depuis Yanqui U.X.O. Il a été écrit sur la route pendant une tournée qui a été interrompue à cause de la pandémie, ce qui, d’une certaine manière, a donné aux musiciens une occasion tordue de se réconcilier avec les raisons pour lesquelles ils font de la musique. 

Les projections 16 mm créées par Karl Lemieux et Philippe Leonard faisaient autant partie du spectacle que les huit musiciens assis et debout sur scène. Des sculptures d’albâtre incandescentes ont pris le décor par surprise et des séquences de combats de chiens ont été filtrées dans des tons de jaune sale et crapuleux. 

Il n’y avait pas d’apparat. Les membres de GY!BE ont pris place (ou se sont levés dans le cas de la section des cordes qui comprend une guitare basse tonitruante) et ont lentement entamé « Hope Drone », une chanson qui s’est métamorphosée depuis ses débuts sur scène à San Francisco en 2013.   

Les derniers instants de  » Hope Drone  » ont dégouliné vers  » First of the Last Glaciers  » qui, malgré son obscurité, est l’une des chansons les plus lourdes que GY!BE ait jamais conçues (bien qu’il s’agisse en réalité de la deuxième partie de la chanson  » A Military Alphabet « , tirée de G_d’s Pee). Je sais, il est difficile de ne pas considérer la personne qui écrit ces lignes comme un crétin prétentieux qui se cache dans sa cave et n’écoute que des disques de Godspeed, mais il est important de donner à l’art le crédit qu’il mérite. Et c’est ce que c’est. De l’ART. Ce groupe a sa propre mythologie et il est difficile de ne pas s’y laisser prendre.

L’heure et demie qui a suivi a été très floue. Tout ce que je peux dire avec certitude, c’est que la foule a été enchantée par la performance, se cognant la tête, pleurant, éternuant, sifflant, haletant sur le sol bondé. GY!BE ne s’est jamais qualifié de politique, mais il est difficile de ne pas penser aux troubles et aux effusions de sang auxquels une grande partie du monde a été soumise pendant une chanson comme « Bosses Hang » de Luciferian Towers. La musique est une arme, ou un moyen de révolution sonore. GY!BE vous fait découvrir tous les sons – batterie fracassante, guitares tourbillonnantes, basse gargantuesque, violons tintinnabulants – et vous emmène en voyage dans un monde dystopique mais proche de chez nous, où des seigneurs reptiliens règnent sur un régime capitaliste, où la seule communication se fait par le biais de transmissions radio qui s’estompent. Alors que nous sommes forcés de nous tenir les uns les autres dans l’ombre, nous voyons nos proches s’étioler… 

C’était d’ailleurs tout l’intérêt de la première partie du set de Moor Mother, qui mériterait honnêtement un article à part entière et qui, qui sait, pourrait bien en avoir un à l’avenir. Autrice, compositrice, interprète, poète et artiste visuelle, Camae Ayewa est également professeure à la Thornton School of Music de l’Université de Californie du Sud, et son set ressemblait parfois à une conférence ou à un sermon expérimental.

« Je sais que j’aborde des sujets très lourds, mais ils ne le sont pas assez. Les gens souffrent et nous vivons de cette souffrance », a-t-elle déclaré à la foule après avoir commencé par des chansons de l’album Jazz Codes, sorti en 2022. Des bruits statiques et des pulsations sombres ont servi de toile de fond à des compositions parlées et criées dignes du « poète officiele de l’apocalypse », donnant le ton à GY!BE.

Moor Mother live @ MTelus

Le monde dystopique dans la musique de Moor Mother et de GY!BE est malheureusement le nôtre.

Et même si GY!BE ne vous dira jamais directement de prendre les armes et de vous battre pour réparer notre réalité brisée et renverser le régime en place, il y a un côté révolutionnaire dans une grande partie de leur travail. Il suffit de lire les notes de pochette de certains de leurs albums… Je m’en voudrais de ne pas mentionner l’importance de leur travail pour les protestations populaires. Mais c’est une histoire pour un autre article.

J’ai la chance de vivre au Canada ou à Kanata, qui est en grande partie libre malgré son passé sombre, mais cela ne me permet pas une seconde de penser que tout va bien. Il y a beaucoup de choses qui ne vont pas dans le monde. Et sans entrer dans une tirade, voir GY!BE fait de ces maux le carburant, non, le catalyseur du changement. Comme vous pouvez le constater, voir ce groupe en concert suscite une émotion inquantifiable, une mélodie qui vous accompagnera jusqu’à la fin de vos jours.

GY!BE still reverberating in our minds

L’année 2012 a vu la résurgence de beaucoup de choses – les Mayas pensaient que ce serait la fin des temps – mais pour beaucoup de personnes présentes à ce concert, cette année représente le retour de Godspeed après un hiatus de 10 ans avec l’album ALLELUJAH! DON’T BEND! ASCEND!  En cette funeste nuit d’hiver montréalaise, GY!BE a entamé la deuxième partie de son spectacle avec la première chanson de l’album,  » Mladic « . En musique, le contexte peut être déterminant. Et c’est certainement le cas d’une chanson comme  » Mladic  » – moyen-orientale dans son sinistre travail de guitare drone (les quatre guitaristes versent dans la lumière) et sa section de cordes chimérique. La batterie, mon Dieu, la batterie. C’est comme une crise de panique à laquelle on ne peut échapper ou que l’on ne veut jamais fuir parce que c’est tout ce que l’on connaît. Le pays dans lequel vous vivez peut avoir un drapeau, mais à ce moment-là, c’est tout ce que vous connaissez. ALLELUJAH! DON’T BEND! ASCEND! est l’un des meilleurs disques de retour qu’un groupe ait jamais inventé, si ce n’est le meilleur. Et nous avons pu en entendre et en voir une partie en direct.

Dans ce paysage sociopolitique, la culture musicale indépendante est à la croisée des chemins, menant une bataille que certains qualifieraient de perdue d’avance. C’est une histoire nihiliste et triste que nous vivons tous, que nous partageons, que nous résistons, que nous protestons, que nous déconstruisons et que nous essayons de changer pour le meilleur. Je ne peux pas m’attribuer le mérite de cette dernière phrase. Elle est tirée des notes de pochette et du rouleau de Bandcamp d’ALLELUJAH! DON’T BEND! ASCEND! Encore une fois, il faut rendre à César ce qui appartient à César. 

Le passage suivant était également flou. Il ne s’est jamais terminé, mais il a duré environ 44 minutes… Lorsque le groupe a terminé  » Mladic « , le silence s’est installé jusqu’à ce qu’un fan crie  » FUCK YEAH « , comme s’il était à un concert de métal. Je ne peux pas le blâmer pour cela. « Mladic » est un morceau lourd et il en voulait plus. Bien sûr, GY!BE était heureux de lui rendre service.

Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles je vais voir de la musique en live, mais j’apprécie particulièrement d’entendre un morceau vraiment profond en live. C’est ce qui s’est passé avec le dernier morceau, « BBF3 », un paysage sonore transmutable qui contient des bribes d’une interview de Blaise Bailey Finnegan III aka Blaze Bayley, qui apparaissait sur l’album F#A# de Godpseed, sorti en 1998. Cet album a également été ma première introduction au groupe, vécue dans une stupeur due à l’herbe dans un garage gelé. 

Blaze Bayley a également été le chanteur d’Iron Maiden pendant les pires années du groupe de metal britannique. Mais il a une grande gueule et un dégoût pour le système capitaliste nord-américain qui convient parfaitement à GY!BE. Je n’avais aucune idée que nous allions entendre « BBF3 », c’est un morceau très profond, tiré d’un album de deux chansons que beaucoup de gens ignorent. En live, cette chanson est anxiogène, surtout lorsque Bayley récite les armes automatiques qu’il possède alors que GY!BE converge dans un vrombissement statique. 

Interviewer : Pensez-vous que les choses vont s’améliorer avant d’empirer ?

Blaise Bailey Finnegan III : Pas du tout. Les choses vont juste empirer et continuer à empirer. Comme je l’ai dit, l’Amérique est un pays du tiers monde et… nous sommes dans une situation désespérée.

Interviewer : À quoi pensez-vous que ce pays ressemblera en 2003 ?

Blaise Bailey Finnegan III : Vous savez, je vais vous dire la vérité – rien contre vous, mais je ne veux pas répondre à cette question parce que… je n’ai même pas l’esprit aussi… aussi inhumain.

16 mm madness

Mon dieu, cette chanson en live était une autre excursion et elle a continué à retentir même après que le groupe ait quitté la scène. Un super fan, qui m’a dit que c’était la 23ème fois qu’il voyait le groupe en concert, m’a dit de « rester après la fin de la musique ». 

Mais cela n’a jamais vraiment été fini. Je suis toujours là. Et tout comme la première fois que je les ai vus en concert, il y a presque un an jour pour jour dans une salle beaucoup plus petite à Victoria, en Colombie-Britannique, ce concert restera un souvenir que je garde confusément cher.

Les gens ont qualifié GY!BE de transcendantal, d’orgasmique, d’euphorique, d’hallucinant, d’anxiogène. C’est tout cela et bien plus encore. C’est ce qui se rapproche le plus de la projection astrale sans manger du peyotl au fond d’un tonneau. Je devrais vraiment prendre un billet pour le concert de demain. Oh, attendez, c’est complet. Allez les voir quand ils passent dans votre ville – ou pas, ils s’en fichent. Ils sont indifférents, un groupe insaisissable qui aime ses fans et qui fera de la musique jusqu’à ce qu’il n’en puisse plus, mais qui ne vous donnera jamais la clé pour comprendre son message sonore. C’est à vous de le découvrir par vous-même. 

Écrit au petit matin, alors que le soleil se lève à peine au-dessus des immeubles d’habitation. Photos par l’auteur. 

Godspeed You ! Black Emperor joue au MTelus le 9 mars (COMPLET)

Tout le contenu 360

Aswell: banlieusard un jour, banlieusard toujours

Aswell: banlieusard un jour, banlieusard toujours

ENSEMBLE ARTCHORAL

ENSEMBLE ARTCHORAL

Zaho de Sagazan achève sa conquête de l’Amérique franco

Zaho de Sagazan achève sa conquête de l’Amérique franco

Clôture des Francos | La soul/ R&B francophone sous les projecteurs

Clôture des Francos | La soul/ R&B francophone sous les projecteurs

Francos | Eddy de Pretto, entre douceur et défoulement

Francos | Eddy de Pretto, entre douceur et défoulement

Francos | Valence, la beauté de l’insomnie

Francos | Valence, la beauté de l’insomnie

Du Miel de montagne, de la Bagarre, du punk manière DVTR

Du Miel de montagne, de la Bagarre, du punk manière DVTR

La meilleure version de Karkwa

La meilleure version de Karkwa

Suoni: retour sur Luke Stewart + Tcheser Holmes + Aquiles Navarro + Keir Neuringer + Nicolas Caloia + skin tone + Geneviève Gauthier + Jason « Blackbird » Selman + Charlotte Layec + Dave Rempis + Tashi Dorji + Eric Hove

Suoni: retour sur Luke Stewart + Tcheser Holmes + Aquiles Navarro + Keir Neuringer + Nicolas Caloia + skin tone + Geneviève Gauthier + Jason « Blackbird » Selman + Charlotte Layec + Dave Rempis + Tashi Dorji + Eric Hove

Présente ta chanson | Dankoroba par Djely Tapa

Présente ta chanson | Dankoroba par Djely Tapa

Suoni  | Sick of Fun… vraiment malade !

Suoni  | Sick of Fun… vraiment malade !

Wisp – Pandora

Wisp – Pandora

Philippe Brach aux Francos : party caniculaire sur la Place des Festivals

Philippe Brach aux Francos : party caniculaire sur la Place des Festivals

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

Hommage à l’ami JP aux Francos… Écoute ça !

Hommage à l’ami JP aux Francos… Écoute ça !

Daniel Boucher, sérénité flamboyante

Daniel Boucher, sérénité flamboyante

Aliocha Schneider aux Francos | Paysage de la Grèce, chaleur de Montréal

Aliocha Schneider aux Francos | Paysage de la Grèce, chaleur de Montréal

Hermanos Gutiérrez – Sonido Cosmico

Hermanos Gutiérrez – Sonido Cosmico

Aquaserge – La fin de l’économie

Aquaserge – La fin de l’économie

DoNormaal – Palmspringa

DoNormaal – Palmspringa

Suoni, un 17 juin | Réverbérations, voix et réflexions multiples

Suoni, un 17 juin | Réverbérations, voix et réflexions multiples

Lili St-Cyr et les folles nuits de Montréal

Lili St-Cyr et les folles nuits de Montréal

Inscrivez-vous à l'infolettre