Pays : États-Unis Label : Concord Genres et styles : jazz / R&B Année : 2020

Solid

· par Steve Naud

Ah! le smooth jazz… Marque de commerce honnie par plusieurs critiques musicaux s’il en est une. Ses pratiquants ont tellement l’habitude de laver plus blanc que blanc que l’on est en droit de se demander si le genre n’a plus de jazz que le nom.  Boney James est un de ses représentants les plus révérés. Toutefois, il a beau maintenant avoir seize albums et quelques nominations aux Grammy Awards derrière la cravate, son nom donne toujours des boutons aux puristes. 

Tentons alors de faire amende honorable, de mettre tout préjugé de côté et d’appréhender ce Solid sans idées préconçues. Disons-le d’emblée, la tâche est difficile, voire colossale. On a beau se dire que Jairus Mozee a fait du bon travail à la réalisation et que l’album offre une belle variété de styles, dès que James embouche son instrument, notre bonne volonté s’englue dans les vagues de sirop qui nous déferlent dans les oreilles. Certains moments ne sont pas désagréables – The Bottom Line et sa touche bluesy, par exemple – mais pèsent bien peu dans la balance.

À la décharge de monsieur James, disons que ce qu’il nous présente est tout de même plus digeste que ce qu’un certain Kenny G nous propose depuis des lustres. Sa musique est beaucoup moins unidimensionnelle que celle du célèbre saxophoniste permanenté. Son jeu est également un peu plus costaud, plus riche en matière émotive. Les amateurs de sonorités langoureuses y trouveront assurément leur compte. Les autres pourront passer leur chemin.

Tout le contenu 360

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

Université de Montréal | L’au revoir grandiose de Jean-François Rivest

Université de Montréal | L’au revoir grandiose de Jean-François Rivest

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Jeannot Bournival – Confiture Printemps Comète Moustache Molle

Jeannot Bournival – Confiture Printemps Comète Moustache Molle

Nadia Labrie – Flûte passion – Claude Bolling : Suite for Flute and Jazz Piano Trio

Nadia Labrie – Flûte passion – Claude Bolling : Suite for Flute and Jazz Piano Trio

David Jalbert – Prokofiev : Piano Sonatas vol. II

David Jalbert – Prokofiev : Piano Sonatas vol. II

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Willows et Soleil Launière : Une soirée post-éclipse lumineuse

Willows et Soleil Launière : Une soirée post-éclipse lumineuse

Kevin Johansen – Quiero Mejor

Kevin Johansen – Quiero Mejor

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

L’Iran féministe de Bahar Harandi

L’Iran féministe de Bahar Harandi

Sunglaciers – Regular Nature

Sunglaciers – Regular Nature

Canicule – BOYZ

Canicule – BOYZ

David Jacques – 16 histoires de guitares III

David Jacques – 16 histoires de guitares III

Abel Selaocoe : le vent qui emporte

Abel Selaocoe : le vent qui emporte

Tolemn – Jango

Tolemn – Jango

Beyoncé – Cowboy Carter

Beyoncé – Cowboy Carter

Orkestar Kriminal – Originali

Orkestar Kriminal – Originali

Simon Denizart – Piece of Mind

Simon Denizart – Piece of Mind

Jean Jean Roosevelt – Libres ensemble

Jean Jean Roosevelt – Libres ensemble

ARC – ARC

ARC – ARC

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Inscrivez-vous à l'infolettre