Pays : États-Unis Label : Atlantic Genres et styles : alt-pop / deep house / rap emo Année : 2023

Skrillex – Don’t Get Too Close

· par Lyle Hendriks

Il s’est écoulé beaucoup de temps depuis l’apogée de Skrillex (alias Sonny Moore) il y a plus d’une décennie. Adulé et raillé à la fois pour sa démocratisation du dubstep, Skrillex est désormais un nom connu de tous. Alors qu’une version plus jeune de moi-même aurait rejeté sa musique avec une sorte de blague sur les modems qui forniquent, j’ai été intrigué par ses dernières sorties : Quest For Fire et Don’t Get Too Close.

Sortis à un jour d’intervalle, il est difficile de parler de l’un de ces albums sans faire référence à l’autre. Cependant, c’est Don’t Get Too Close, avec son hérisson animé à la fois nerveux et adorablement ringard sur la pochette, qui a attiré mon attention. Skrillex s’est complètement éloigné du son qui l’a rendu célèbre, abandonnant les basses gonflées, les drops massifs et les synthés agressifs au profit de quelque chose de plus proche de la dream house dissociative.

La liste des invités sur ces deux projets est impressionnante, les invités sur Don’t Get Too Close étant particulièrement efficaces. On retiendra notamment « Ceremony » (ft. Yung Lean et Bladee) avec son beat data-heist inquiétant venu du futur, la jam rap emo évocatrice « Summertime » (ft. Kid Cudi), et « Bad For Me » (ft. Corbin et Chief Keef) avec son ambiance zonée, mais étrangement optimiste.

Toutes les chansons de l’album ne sont pas des expériences : certaines sont clairement conçues pour figurer dans les hit-parades. « Don’t Go » (ft. Justin Bieber et Don Toliver) est une chanson pop bien conçue et brillamment produite dans laquelle Bieber chante de manière prévisible à quel point il aime sa femme, sur des riffs acoustiques cotonneux et des samples sifflants – inoffensif, oubliable, mais aussi pardonnable lorsqu’on le compare aux nombreux moments de bizarrerie non dissimulés de l’album.

Loin des club bangers et des face melters de Skrillex circa 2011, il y a des moments de vulnérabilité brute frôlant les sensibilités emo vers la fin de l’album. Le titre « Don’t Get Too Close » (ft. Bibi Bourelly) est chanté avec désespoir par Sonny lui-même, qui rejoint Bourelly dans un duo émotionnel sur la solitude, l’isolement et le fait de faire de la musique dans le garage, ce qui résonne avec l’adolescent de 14 ans qui sommeille en chacun de nous.

Que vous aimiez ou détestiez le travail de Skrillex, Don’t Get Too Close vous surprendra à coup sûr. Les performances et les sons de cet album nous guident à travers la psyché de Moore lui-même, un jeune intello qui a réussi, a grandi et s’est retrouvé à se demander ce qu’il devait faire ensuite. Mais avec la sortie de Don’t Get Too Close (et de son pendant de dance jams, Quest For Fire), Skrillex a appuyé sur le bouton « comeback », et je pense que ça marche.

Tout le contenu 360

PODIUM Jeunesse 2024 | Tous en chœur avec QW4RTZ

PODIUM Jeunesse 2024 | Tous en chœur avec QW4RTZ

FIMAV | Sélébéyone, ou les intersections culturelles selon Steve Lehman

FIMAV | Sélébéyone, ou les intersections culturelles selon Steve Lehman

Norté Tropical | Nouveau départ pour Mateus Vidal, de Bahia à MTL

Norté Tropical | Nouveau départ pour Mateus Vidal, de Bahia à MTL

FIMAV | La Société d’Information Naturelle vous informe !

FIMAV | La Société d’Information Naturelle vous informe !

Catherine Major – La mémoire du corps

Catherine Major – La mémoire du corps

Myriam Gendron – Mayday

Myriam Gendron – Mayday

CMIM – Piano 2024 | Jaeden Izik-Dzurko, premier pianiste canadien à remporter les grands honneurs

CMIM – Piano 2024 | Jaeden Izik-Dzurko, premier pianiste canadien à remporter les grands honneurs

Bibi Club attise son Feu de garde

Bibi Club attise son Feu de garde

CMIM – Piano 2024 : L’avant-dernière ligne droite des finalistes (2e partie)

CMIM – Piano 2024 : L’avant-dernière ligne droite des finalistes (2e partie)

Arion Orchestre Baroque | French Connection avec l’Angleterre

Arion Orchestre Baroque | French Connection avec l’Angleterre

PODIUM 2024 | Chants d’appel et de liaisons, André Pappathomas explique

PODIUM 2024 | Chants d’appel et de liaisons, André Pappathomas explique

CMIM – Piano 2024 : L’avant-dernière ligne droite des finalistes (1ère partie)

CMIM – Piano 2024 : L’avant-dernière ligne droite des finalistes (1ère partie)

FIMAV |Joëlle Léandre : libre contrebasse, libre pensée

FIMAV |Joëlle Léandre : libre contrebasse, libre pensée

La mémoire du corps : Catherine Major pianistique, sans paroles, instrumentale

La mémoire du corps : Catherine Major pianistique, sans paroles, instrumentale

Jeux de chaises, un festival de musique de chambre à l’École de musique Schulich

Jeux de chaises, un festival de musique de chambre à l’École de musique Schulich

Swingue la messe à la Cinquième salle : après  »Les Choristes » et  »Hair », Lorenzo Somma nous offre une rare messe jazz!

Swingue la messe à la Cinquième salle : après  »Les Choristes » et  »Hair », Lorenzo Somma nous offre une rare messe jazz!

Norté Tropical | Découvrons le vallenato avec Beto Jamaica Rey Vallenato

Norté Tropical | Découvrons le vallenato avec Beto Jamaica Rey Vallenato

Découvrez Uuriintuya Khalivan : celle qui transporte la Mongolie au Canada

Découvrez Uuriintuya Khalivan : celle qui transporte la Mongolie au Canada

CMIM – Piano 2024 | Les finalistes dévoilés

CMIM – Piano 2024 | Les finalistes dévoilés

Les routes féminines de la soie au Festival du Centre des Musiciens du Monde 2024

Les routes féminines de la soie au Festival du Centre des Musiciens du Monde 2024

Random Access Memories, 11 ans plus tard: document HI FI au Centre PHI

Random Access Memories, 11 ans plus tard: document HI FI au Centre PHI

The Messthetics – And James Brandon Lewis

The Messthetics – And James Brandon Lewis

Job For A Cowboy – Moon Healer

Job For A Cowboy – Moon Healer

Spectral Voice – Sparagmos

Spectral Voice – Sparagmos

Inscrivez-vous à l'infolettre