Pays : États-Unis Label : Autoproduction Genres et styles : minimaliste Année : 2020

Music For 18 Musicians (Steve Reich)

· par Michel Rondeau

Un pari fou que celui d’Erik Hall : recréer méticuleusement dans le studio de son sous-sol au Michigan, seul, une piste à la fois, l’immense chef-d’œuvre de Steve Reich, dont la composition a nécessité près de deux ans de travail.

Curieux, je me suis mis à l’écouter pour voir ce que ça donnait. Et un peu comme lorsqu’en voyant qu’un de nos films favoris passe à la télé, on se met à le regarder juste pour revoir quelques scènes et qu’on le visionne finalement jusqu’au bout, je me suis fait prendre. J’ai été de nouveau happé par cette formidable pièce et l’ai écoutée d’un trait.

Le trait le plus distinctif de cette nouvelle version est son tempo. Celle-ci est en effet la plus rapide jamais réalisée, ce qui lui donne une énergie nerveuse, un côté presque stressé très intéressant. Pour les besoins de la comparaison, elle fait cinq minutes de moins que la version originale parue chez ECM en 1978 – qui reste celle par excellence – , soit 53:54 contre 58:55. Il existe aussi une version plus détendue, fort réussie, enregistrée par le Grand Valley State University New Music Ensemble et publiée chez Innova en 2013, qui dure 61:20. L’exécution la plus « lente », à laquelle Reich a d’ailleurs participé, parue chez Nonesuch en 1998, totalise 67:42. (On compte aussi d’autres enregistrements, dont ceux de l’Ensemble Modern, de 1999, et de l’Ensemble Signal, de 2015, faisant respectivement 58 et 59 minutes.)

Mais revenons à celle qui nous occupe. Même si, pour sa réalisation, il s’appuie sur un important dispositif électronique, Hall a enregistré en temps réel chacune des innombrables pistes. Il s’est même efforcé de le faire en une seule prise. Bien entendu, il a parfois dû en faire quelques-unes avant d’obtenir la bonne, mais il n’a pas triché. Bien qu’il ait dû avoir recours à un synthétiseur pour recréer le son de la clarinette basse, l’exécution reste acoustique (avec une pointe de distorsion sympathique dans le piano électrique) et bien humaine. Et malgré son tempo un brin plus rapide, elle ne semble jamais robotique.

Tout le contenu 360

 Madame Autruche – Sm58 (prochaine chance la meilleure fois) 

 Madame Autruche – Sm58 (prochaine chance la meilleure fois) 

Taylor Swift – The Tortured Poet Department: The Anthology

Taylor Swift – The Tortured Poet Department: The Anthology

Le niveau supérieur de l’Orchestre de Philadelphie

Le niveau supérieur de l’Orchestre de Philadelphie

Vampire Weekend – Only God Was Above Us

Vampire Weekend – Only God Was Above Us

L’OSL et Naomi Woo : un parcours énergique au Nouveau Monde

L’OSL et Naomi Woo : un parcours énergique au Nouveau Monde

Karina Gauvin – Marie Hubert : Fille du Roy

Karina Gauvin – Marie Hubert : Fille du Roy

Constantinople | Kiya Tabassian nous parle de Dimitrie Cantemir

Constantinople | Kiya Tabassian nous parle de Dimitrie Cantemir

P’tit Belliveau parle de son nouvel album, des grenouilles et des impôts

P’tit Belliveau parle de son nouvel album, des grenouilles et des impôts

SMCQ | Comment vivre différentes temporalités? Sandeep Bhagwati propose une vaste métaphore

SMCQ | Comment vivre différentes temporalités? Sandeep Bhagwati propose une vaste métaphore

Oumou Sangaré | La superdiva du Wassoulou chante Timbuktu à MTL

Oumou Sangaré | La superdiva du Wassoulou chante Timbuktu à MTL

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

Université de Montréal | L’au revoir grandiose de Jean-François Rivest

Université de Montréal | L’au revoir grandiose de Jean-François Rivest

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Jeannot Bournival – Confiture Printemps Comète Moustache Molle

Jeannot Bournival – Confiture Printemps Comète Moustache Molle

Nadia Labrie – Flûte passion – Claude Bolling : Suite for Flute and Jazz Piano Trio

Nadia Labrie – Flûte passion – Claude Bolling : Suite for Flute and Jazz Piano Trio

David Jalbert – Prokofiev : Piano Sonatas vol. II

David Jalbert – Prokofiev : Piano Sonatas vol. II

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Willows et Soleil Launière : Une soirée post-éclipse lumineuse

Willows et Soleil Launière : Une soirée post-éclipse lumineuse

Kevin Johansen – Quiero Mejor

Kevin Johansen – Quiero Mejor

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

L’Iran féministe de Bahar Harandi

L’Iran féministe de Bahar Harandi

Sunglaciers – Regular Nature

Sunglaciers – Regular Nature

Inscrivez-vous à l'infolettre