Nuits d’Afrique: Super Yamba Band, juju et afrobeat de NYC

Entrevue réalisée par Varun Swarup
Genres et styles : afrobeat

renseignements supplémentaires

Le groupe chevronné de juju/afrobeat de Brooklyn fait une apparition au Festival International Nuits d’Afrique de ce samedi. J’ai parlé avec le batteur Daniel et le guitariste Eric de leur musique et de leur concert à venir.

PAN M 360 : Hé merci d’être là ! Vous nous parlez depuis Brooklyn alors?

Daniel : Ouais ! Je suis avec mon pote Eric, le guitariste, on vient de finir une répétition.

PAN M 360 : Eh bien, je suis sûr que vous devez être occupé ces jours-ci, surtout lorsque les restrictions covid ont été levées pour la première fois. L’afrobeat est-il revenu en force ?

Daniel : Bien sûr, il y a une demande pour la musique live en général, et l’afrobeat est bien sûr un moment particulièrement agréable. Les gens le savent. Donc je le dirais certainement.

PAN M 360 : On dirait qu’il y a une sorte de résurgence de l’afrobeat, avec des groupes londoniens notamment. Vous voyez-vous comme faisant partie du même type de mouvement, ou pas vraiment ?

Daniel : Je pense que cette résurgence dure depuis un certain temps maintenant, du moins à New York. Je veux dire que cela remonte aux spectacles de Fela Broadway et cela a attiré beaucoup d’attention sur le genre, mais c’était il y a quelque temps maintenant. Je suis ici depuis dix ans maintenant et cela bien avant mon temps. En tant que groupe, nous existons depuis 2014, ce qui est une bonne période, mais nous nous sentons toujours comme un groupe plus récent sur la scène en général, mais là encore, nous tournons également avec Kaleta, et c’est quelqu’un qui a été faire cela depuis les années 1970. C’est un peu comme, vous savez, il y a deux mouvements différents dans le mouvement.

PAN M 360 : Feriez-vous une distinction entre Afrobeat moderne et Afrobeat classique ?

Daniel : C’est une excellente question. Je veux dire, vous savez, vous entendez des gens lui donner définitivement une tournure moderne de nos jours. Mais je veux dire, même genre, je ne sais pas, même en écoutant la discographie de Tony Allen, ça progresse et ça devient plus moderne. Ses premiers disques des années 70 ressemblent beaucoup, vous savez, ils sonnent comme les premiers disques de Fela et puis, plus tard dans sa carrière, il fait des trucs techno avec Jeff Mills et travaille avec Jimmy Tenor, donc c’est peut-être une progression naturelle des choses . Afrobeat lui-même, lorsque Fela a créé ce style, c’était clairement un mélange de tant de choses différentes, donc apporter des choses différentes est dans l’ADN de cette musique.

PAN M 360 : J’aimerais savoir comment vous vous êtes intéressé à cette musique et comment le Super Yamba Band est né.

Daniel : Il nous a enseigné certaines des traditions de percussion sénégalaises. Notre groupe a commencé à assimiler certains de ces trucs et parce que nous étions le seul groupe à proximité à fusionner une sorte de rythme africain, nous avons commencé à avoir de nouvelles opportunités pour les groupes qui tournaient. Nous avons fini par ouvrir pour le fils de Fela, Seun Kuti et Egypt 80. Nous avons ouvert pour Antibalas à quelques reprises. Je ne suis toujours pas allé en Afrique de l’Ouest, donc je ne me sens pas vraiment comme un expert, mais nous nous occupons de ce genre de choses depuis longtemps maintenant.

PAN M 360 : C’est ainsi que vous avez rencontré Kaleta ?

Daniel : En quelque sorte. Nous avons déménagé à New York peu de temps après et avons lancé Super Yamba comme un moyen d’explorer l’afrobeat et de jouer des concerts là-bas dans certains des clubs qui répondent à ce style. Et, vous savez, pour une raison quelconque, tout s’est passé assez rapidement et nous avons commencé à jouer un groupe et avons commencé à construire une suite. Nous sommes allés faire notre premier album complet et l’idée derrière cet album était d’enregistrer différentes pistes sur lesquelles nous pourrions avoir des chanteurs invités, vous savez, des chanteurs de différentes régions et pays d’Afrique.

D’une manière ou d’une autre, nous avions l’impression de ne jamais trouver un seul chanteur capable de chanter tous ces styles spécifiques. Donc, de toute façon, nous étions en train de faire le disque, et j’ai demandé à un de nos amis, Nick Hill, qui était le bassiste d’Antibalas, de recommander quelqu’un pour chanter nos chansons nigérianes et il nous a mis en contact avec Kaleta. On savait qui il était puisqu’il avait joué dans le groupe de Fela Egypt 80 et avec King Sunny Adé. Nous avons appris qu’il venait du Bénin et quand nous lui avons montré certains de nos trucs les plus inspirés du Bénin, il s’est dit, whoa, laissez-moi entendre les autres morceaux. Il a fini par chanter sur 8 chansons !

PAN M 360 : Alors à ce concert jouerez-vous majoritairement depuis Mèdaho ?

Daniel : Nous avons beaucoup de nouvelles chansons, mais nous avons un tas de morceaux à ce stade, mais c’est généralement à peu près moitié-moitié, parce que nous devons jouer les classiques, vous savez.

PAN M 360 :  L’afrobeat a été historiquement une musique de protestation et de résistance, voyez-vous toujours la musique en ces termes ?

Eric : Je veux dire que oui, mais pour être parfaitement honnête, je ne connais pas le contenu lyrique de toutes nos chansons, car je pense qu’elles sont dans environ sept langues différentes. Kaleta, qui a vécu certaines de ces choses, vient d’un endroit différent du nôtre, et nous avons donc certainement des chiffres qui parlent de certaines situations politiques et culturelles.

PAN M 360 : Je suis sûr que vous devez tous les deux avoir de très bonnes recommandations. À part Fela et King Sunny Adé, quels sont les autres noms dont vous pensez que nous devrions être conscients ?

Daniel : Bien sûr. J’ai tellement de favoris et beaucoup d’entre eux font partie d’une compilation aléatoire ou d’un 45 où je ne sais pas comment trouver plus de ce groupe en particulier. Outre Fela et King Sunny Ade, il y a un groupe qui s’appelle les Funkies. Il y a aussi les Psychedelic Aliens, qui est un nom sauvage, mais ils sont vraiment géniaux, et ils viennent aussi du Nigeria. .

Éric : Ebo Taylor et Pat Thomas. Le groupe Super Djata du Mali a eu une grande influence sur nous.

Daniel : Ouais, c’est quelques-uns, ça vous réveillera tous.


PAN M 360 : Très apprécié les gars. Bon spectacle !

Le Super Yamba Band joue au Club Ballatou le 15 juillet à 20h30.

Tout le contenu 360

Francos | Valence, la beauté de l’insomnie

Francos | Valence, la beauté de l’insomnie

Suoni  | Sick of Fun… vraiment malade !

Suoni  | Sick of Fun… vraiment malade !

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

JAKŌ et ses paysages sonores expérimentaux aux Suoni

JAKŌ et ses paysages sonores expérimentaux aux Suoni

Ishi Tishi et leur soirée avec tous les animaux aux Suoni

Ishi Tishi et leur soirée avec tous les animaux aux Suoni

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité,  joie, insolence

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité, joie, insolence

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Festival Classica – Hommage à Queen

Festival Classica – Hommage à Queen

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Inscrivez-vous à l'infolettre