×

Des origines à l’avenir des musiques électroniques de danse : une entrevue avec Josh Wink

Interview réalisé par Elsa Fortant
Genres et styles : électronique / techno

renseignements supplémentaires

A-t-on encore vraiment besoin de présenter Josh Wink ? Producteur, DJ de renom et cofondateur du label Ovum Recordings, Wink fait partie de ceux qui ont participé à établir la scène rave nord-américaine du début des années 1990. Son label fêtera ses 30 ans en 2024. Le secret de la longévité de sa carrière? Un amour intarissable pour les découvertes musicales et un plaisir renouvelé à jouer devant des foules toujours enthousiastes. À l’occasion de son quatrième passage à Igloofest, PAN M 360 est allé à sa rencontre pour une interview exclusive, partant de son adolescence jusqu’à s’interroger sur l’avenir de la scène musicale électronique de danse.

PANM 360 : Vous êtes né à Philadelphie en 1970, alors que le disco était à son pic de popularité. Le “Philly sound” a eu un grand impact sur la musique au niveau international. Le son de la “Philadelphia soul” a-t-il fait partie de votre éducation musicale et a-t-il joué un rôle dans la construction ou le développement de votre appétence pour la musique électronique ?

Josh Wink : Avant l’âge de 10 ans, je n’étais quand même pas très porté sur le son disco. J’étais influencé par ce que ma famille écoutait. Mon père était très porté sur la musique classique, Bach, Beethoven, des choses comme ça. Ma mère aimait la musique du monde et mon frère était plus porté sur le rock’n’roll, Arlo Guthrie, David Bowie, Grateful Dead. Il m’a fait découvrir Kraftwerk, ce qui a changé ma vie. Je ne me suis pas vraiment impliqué dans le développement de ma culture musicale jusqu’au début de mon adolescence, lorsque j’ai voulu devenir DJ radio. Quand j’ai commencé à être un DJ mobile, à faire des mariages, des bar-mitzvah et des choses comme ça, j’ai commencé à devenir plus curieux des différents types de musique, en particulier de la musique qui venait de Philadelphie. L’appréciation de la musique disco et soul de Philadelphie est venue avec l’âge, quand je suis devenu un peu plus un adolescent ouvert à tous les différents types de musique.

J’ai commencé à m’intéresser au son Philly International de Billy Paul, Archie Bell & the Drells, Dexter Wansel, Harold Melvin & The Blue Notes, Leon Huff, Lou Rawls, Patti LaBelle, MFSB, Teddy Pendergrass… tous les gens de Philadelphie. On a toujours été dans l’ombre de New York et de Detroit, musicalement. New York était plus célèbre pour la musique disco que là d’où elle venait, comme Philadelphie, où les cordes disco ont été enregistrées par un type nommé Larry Gold. Même des gens comme David Bowie sont venus ici pour enregistrer des cordes disco. C’est le son des cordes de Vince Montana, de Larry Gold qui venait de Philadelphie et que le monde s’est approprié à partir de là. Mais nous étions perdus dans l’ombre de New York parce que c’était si grand et que c’était là que se trouvait le Studio 54 et tous ces autres clubs. Et nous sommes aussi dans l’ombre de la Motown de Detroit. Le Philly International était important pour la communauté musicale internationale, mais aussi pour Philadelphie.

PAN M 360 : On associe souvent les villes à des sons caractéristiques. Dans les années 1990, vous avez commencé à voyager comme DJ, que pouvez-vous me dire des influences de la musique des villes de la côte Est sur votre évolution ?

Josh Wink : J’ai grandi à Philadelphie et j’ai commencé à faire du deejaying quand j’étais adolescent, à 13, 14 ou 15 ans. J’allais à des fêtes de quartier et j’entendais Jazzy Jeff et Cash Money transformer le hip-hop et le turntablism en un phénomène mondial, basé à Philadelphie. Une fois de plus, nous étions dans l’ombre de New York, même en ce qui concerne le hip-hop, alors que nous avions une grande scène à Philadelphie. Cela a d’abord touché Philadelphie et New York, puis même DC a eu le son go-go. C’était donc le premier aspect de l’influence que j’ai subie, et je dirais que la musique hip-hop est vraiment considérée comme de la musique électronique. À l’origine, elle a commencé par l’électronique, en prenant deux disques et leur break, en les mixant ensemble et en prolongeant le break, puis en ajoutant des MC dessus, ou en utilisant des boîtes à rythmes et des samplers pour faire de la musique hip-hop. Mais c’était une culture très importante pour la côte Est. En ce qui concerne la musique électronique et la musique de danse, New York était connue pour le disco et la house, mais pas Detroit, qui n’est pas une ville de la côte Est, et qui n’en fait donc pas partie, même si elle a été très importante en tant que berceau de la musique techno. À l’époque des raves, il n’y avait pas nécessairement de signature sonore. Il y avait un son qui venait de Baltimore, un son house du New Jersey qui a commencé au Zanzibar avec Tony Humphries. Philadelphie avait le disco, mais n’était pas vraiment connue pour la house, même si la musique house est issue du disco et du R&B.

PAN M 360 : Et Montréal, vous souvenez-vous de la première fois où vous êtes venu ici ?

Josh Wink : Je ne suis pas sûr à 100%, mais je pense que je suis venu à Toronto avant Montréal, en 1991 ou 1992. Il y avait une fête appelée Sweet Harmony ou quelque chose comme ça, c’était au début de la période rave. Je venais souvent jouer à Montréal à Toronto au début et au milieu des années 90 et j’ai toujours aimé ça. Montréal est l’une de mes villes préférées en Amérique du Nord. C’est comme une petite Europe qui n’est pas si loin. J’ai eu la chance de faire partie des premières années raves et de la scène club à Montréal et à Toronto. Je me souviens avoir joué avec celui qui n’était au début qu’un DJ de rave du nom de Tiga, que vous connaissez probablement, avec qui je suis devenu ami. Il avait l’habitude de venir m’écouter jouer et j’ai fini par jouer à quelques soirées avec lui juste pour le plaisir, je pense dans un club appelé Angel’s.

PAN M 360 : Comment décririez-vous votre relation avec Montréal ?

Josh Wink : Comme je l’ai dit, il y avait ce sentiment européen dans une ville nord-américaine et j’aime l’ouverture d’esprit qui la distingue de toute autre ville au Canada, sans parler de l’Amérique du Nord. J’avais l’habitude de venir jouer dans des soirées, puis d’aller directement de la rave ou de la boîte de nuit au Tam-tams sur le Mont-Royal, pour être entouré de gens et de passionnés de musique partageant les mêmes idées, juste en train de jouer des percussions tôt le dimanche matin. C’est quelque chose qui a toujours été très spécial pour moi. J’ai toujours dit que si Montréal n’était pas situé à Montréal, je déménagerais là-bas, c’est-à-dire que s’il ne faisait pas si froid tout le temps, j’adorerais vivre à Montréal. Mais en vieillissant, je deviens plus sensible au froid et je veux même déménager de Philadelphie pour un endroit plus chaud.

PAN M 360 : Vendredi soir vous êtes de retour à Igloofest. Y a-t-il quelque chose de spécial à propos de cet événement qui vous motive à revenir à chaque fois ?

Josh Wink : Cela a toujours été un moment fort pour moi de venir jouer à ce festival. Il est très unique de par son lieu, son cadre. C’est l’un des seuls au monde à faire quelque chose comme ça, à l’extérieur, en hiver, où vous profitez de la vie dans le froid, dans la neige. J’ai toujours passé un très bon moment lorsque je suis venu jouer pour le festival. J’ai vérifié la météo hier et j’ai vu qu’il est prévu qu’il neige demain aussi. C’est d’autant plus spécial quand il neige pendant Igloofest !

PAN M 360 : Vous êtes un DJ, un producteur et vous avez également cofondé votre propre label en 1994, Ovum Recordings, qui est toujours très actif. L’industrie de la musique a beaucoup changé au cours des 30 dernières années, quels sont les plus grands défis auxquels vous êtes confronté aujourd’hui en tant que directeur de label ?

Josh Wink : Ces derniers temps, selon moi, le plus gros problème est simplement le fait qu’il y a tellement de contenu maintenant. C’est une bonne chose parce que j’aime la musique, j’aime les artistes et j’aime découvrir de nouveaux sons et de nouvelles choses. Mais c’est tellement difficile de faire la part des choses, et ensuite comment les soutenir ? Avec Ovum on sort de la musique depuis longtemps et nous essayons toujours de garder un son qui nous est propre, afin d’être pertinents sans compromettre notre intégrité. Nous avons beaucoup d’artistes différents que nous continuons à sortir, nous pressons encore des vinyles pour certaines sorties. Une grande partie de ce que nous faisons repose sur la fierté de sortir la musique que nous voulons. Nous ne disons pas que nous sommes fermés au changement, mais ce n’est pas parce que la tendance est de faire de la techno rapide que nous allons faire la même chose. Parfois c’est une bonne chose, parfois non. Chaque année qui passe, nous ne faisons pas d’argent et nous continuons à pousser et c’est très frustrant. Mais nous continuons à le faire depuis presque 30 ans, donc c’est incroyable de voir les choses changer et progresser, indépendamment du label, au sein de l’industrie musicale.

PAN M 360 : Vous dites que le plus grand défi est lié à la quantité de contenus disponibles, et les plateformes de streaming, ces énormes bibliothèques musicales dématérialisées, en sont un bon exemple. Quels sont vos canaux préférés pour découvrir la musique ?

Josh Wink : Je fais beaucoup de découvertes. J’écoute la BBC. Ils ont une application appelée BBC Sounds qui met à votre disposition toutes les stations de radio de la BBC en Angleterre pour un streaming en direct ou pour revenir en arrière et regarder les émissions qui sont sélectionnées et conservées pendant un mois dans le stockage en nuage. Le matin, quand je prends le petit-déjeuner avec mon fils, je me lève vers 5h45 et j’écoute une DJ nommée Mary Anne Hobbs. J’adore me laisser porter par la musique que ces émissions présentent. J’aime ce sentiment. Après autant d’années à être impliqué dans la musique, je suis heureux qu’il ne m’ait pas quitté. J’écoute aussi NTS, Radio Nova ou Open Lab FM.

PAN M 360 : Votre réponse souligne vraiment l’importance de la curation et l’importance des curateurs dans le processus de découverte musicale et artistique. Il peut s’agir de la radio, des critiques musicaux (journalisme), ou même des algorithmes de nos jours.

Josh Wink : Je pense que c’est une chose tellement importante d’avoir quelqu’un comme un curateur de bâtiment, qui est un filtre. C’est comme avoir un acheteur personnel ou le gars ou la fille qui travaille derrière le bureau du magasin de disques où vous allez acheter les vôtres. Ils savent ce que vous aimez et quand vous entrez, ils vous donnent une poignée de disques et vous disent “voilà, vous devriez les regarder, parce que je connais vos goûts”. Il y a une alternative à l’IA, ces algorithmes qui sont inventés pour que lorsque vous utilisez Spotify ou Apple music, ils associent votre musique à des choses similaires et je pense que c’est une chose intéressante, mais c’est bien d’avoir une qualité humaine à cela aussi, plutôt qu’un simple programme informatique.

PAN M 360 : Quand vous parlez des difficultés à sortir de la musique aujourd’hui, j’ai l’impression que le modèle économique dominant dans l’industrie musicale n’est pas viable pour les artistes indépendants. Pensez-vous que les initiatives qui émanent de la communauté comme le sociofinancement, le sociofnancement par abonnement, ou un projet comme Aslice lancé par DVS1 peuvent être un moyen de trouver des solutions pour l’avenir de la scène musicale électronique de danse?

Josh Wink : Je ne sais pas. Je veux dire, c’est une bonne façon d’y penser. Je pense qu’il y a beaucoup de gens qui veulent aider et soutenir et ils le font en allant acheter des billets pour les événements où les artistes qu’ils apprécient jouent. Ce que fait Zack (DVS1) est une excellente chose, il essaie d’aider les producteurs à obtenir une part des redevances qui leur sont dues et qu’ils ne perçoivent pas. C’est bien de dire que nous avons une communauté qui soutient notre communauté. C’est aussi dommage qu’on dépende de la communauté pour financer certaines choses, mais si nous avons une communauté qui s’occupe d’elle-même, c’est parce qu’elle est très unique, plus grande qu’elle ne l’a jamais été. Auparavant, il s’agissait d’une toute petite communauté underground dont on ne connaissait l’existence qu’en allant chez les disquaires ou dans les petites boîtes de nuit. Maintenant, elle est présente sur n’importe quelle plateforme Internet, radio, télévision ou festival. Il y a beaucoup de gens qui vont aux festivals sans rien connaître à la musique électronique et qui y vont juste parce que c’est une chose amusante à faire, mais j’espère qu’ils apprendront à connaître ce genre de musique et qu’ils la soutiendront un peu plus. Je sais qu’il y a quelques autres labels qui proposent un fonctionnement par abonnements, nous n’avons pas encore emprunté cette voie, mais c’est peut-être quelque chose à envisager, et c’est bien qu’on ait aussi l’occasion d’en parler dans cette interview.

Inscrivez-vous à l'infolettre