×

Hiroko Yamamura : l’essence de la house et de la techno de Chicago

Interview réalisé par Elsa Fortant
Genres et styles : électronique / house / techno

renseignements supplémentaires

Originaire de Chicago, Hiroko Yamamura baigne dans les musiques électroniques de danse depuis son adolescence. D’abord comme raveuse, puis, comme DJ. Après un long hiatus, elle est revenue sur le devant de la scène en grande force il y a quelques années, encouragée par son ami de longue date Seth Troxler. Ambassadrice internationale de la techno et de la house de Chicago, elle partagera son héritage musical avec le public d’Igloofest dans le cadre d’une soirée « Après-ski » au Centre PHI le vendredi de la fin de semaine d’ouverture du festival.

PAN M 360 : Il y a peu d’informations à votre sujet sur Internet. Pouvez-vous m’en dire plus sur votre parcours ?

Hiroko Yamamura : Bien sûr. Je suis DJ et productrice depuis longtemps, depuis le lycée. Je ne veux pas dire quel âge j’ai exactement (rires) mais oui, j’ai toujours été une raveuse. J’allais à des raves à la fin des années 1990 et au début des années 2000, j’ai grandi à Chicago. J’ai été influencé par la scène de Chicago, j’aimais beaucoup les comics, les jeux vidéo, les aspects futuristes de la techno comme l’utilisation de matériel informatique pour faire de la musique, tout ça m’attirait vraiment. Puis j’ai fait une pause pendant un certain temps. C’est vraiment revenu en 2015, lorsque j’ai décidé de me lancer dans le DJing. L’un de mes amis, Seth Troxler, a vraiment contribué à m’encourager à recommencer à faire du DJing. Je m’amusais bien avec ça. Après l’arrêt des activités avec la pandémie, je me suis rendue compte que cela me manquait vraiment et que je voulais prendre ça au sérieux et poursuivre professionnellement.

PAN M 360 : Vous êtes de Chicago. La ville est connue pour être le berceau de plusieurs genres musicaux. Je pense au blues, au jazz, au gospel et, bien sûr, à la house music. Parmi ces genres, y en a-t-il un que vous avez écouté en grandissant, et comment vous a-t-il influencé en tant que personne mais aussi en tant que DJ ?

Hiroko Yamamura : En fait, la scène de la musique industrielle à Chicago m’a probablement le plus influencé. Il y avait une maison de disques appelée Wax Trax. Des groupes comme Ministry, Front 242, un tas de groupes européens de musique industrielle qui ont commencé à sortir, étaient basés sur ce petit label à Chicago. Wax Trax y avait aussi un magasin, c’était donc à la fois un magasin et un label. C’était aussi une sorte de lieu de rencontre. On y allait, on achetait des billets de concert, on était au courant des rave parties qui avaient lieu. La scène musicale industrielle était très influencée par la musique gothique, la musique rock, le musiques de danse, c’était un grand mélange de tout ça, avec un côté très Chicago. En plus de cela, bien sûr, la house était une grande influence. À la radio de Chicago, je pense que certains des meilleurs DJs étaient présents, cela fait partie intégrante de la culture.

PAN M 360 : Les scènes ont évolué depuis, comment décririez-vous la scène de la musique de danse électronique et la communauté musicale de Chicago aujourd’hui ?

Hiroko Yamamura: Je dirais qu’il y a des avantages et des inconvénients à Chicago. C’est une grande ville et c’est une ville ouvrière. C’est une ville qui a des problèmes de ségrégation, donc les gens de différents quartiers aiment des choses différentes. Il y a des différences socio-économiques, comme lorsque vous êtes dans l’industrie de la musique, et que vous et vos amis faites quelque chose, vous n’incluez peut-être pas tout le monde, n’est-ce pas ? C’est juste toi et tes amis. Une des choses positives et négatives de Chicago est que les gens travaillent dans des cercles comme ça, donc il y a une séparation. Mais à cause de ça, chaque quartier, chaque zone développe son propre son. Il y a une scène West Side, et il y a une scène North Side… Il y a juste différentes scènes dans la musique house, certains l’appellent “all house”, ou certaines personnes l’appellent house. Vous ne penseriez pas qu’il s’agit du même genre, car ils se sont développés dans leurs propres circonstances. Ils ont leur propre son, parce que tout le monde a cette attitude qui consiste à dire que si les gens ne s’intéressent pas à ce que l’on fait, il faut le faire soi-même. C’est un peu l’attitude de Chicago et je pense que c’est ce qui nous a donné la possibilité d’avoir des sons vraiment intéressants, très DIY, mais en même temps, ça empêche le groupe de travailler ensemble vers un but commun. Cela rend la musique géniale, mais pas forcément les aspects commerciaux.

PAN M 360 : Comment ces scènes sont-elles organisées ? S’agit-il plutôt de scènes club ou de raves et soirées warehouses ?

Hiroko Yamamura : Surtout après le confinement, la scène de la vie nocturne a vraiment souffert. Nous avons vu beaucoup de fermetures, beaucoup de clubs n’ont toujours pas réussi à payer leur loyer, car ils sont fermés depuis des années. Donc, vous savez, parfois la musique qui est jouée dans les clubs aujourd’hui est là pour attirer les gens, parce qu’ils doivent payer le loyer, ils doivent payer les barmans et peut-être que les risques qu’ils prenaient avant le confinement ne sont plus là. De plus, il y a longtemps, Chicago a été l’une des premières villes à mettre en place ce que l’on appelle l’ordonnance sur les raves, qui interdit spécifiquement les raves. Si vous êtes un DJ participant à une rave, vous pouvez aller en prison et subir de lourdes conséquences. C’est pourquoi il est très difficile d’organiser des fêtes clandestines. Il y aura toujours de petites fêtes avec une centaine de personnes ou peut-être 20 personnes chez quelqu’un, dans un sous-sol, pour passer un bon moment. Chicago n’a pas cette grande culture de club, d’entrepôt, d’underground comme d’autres villes. Je pense que c’est aussi une question d’argent. Nous ne sommes pas une ville riche, ni des gens riches. Le montant du revenu disponible influence ce que les gens sont capables de faire, comme à New York ou Los Angeles, les gens ont une quantité différente d’argent à dépenser pour des choses comme ça. Les promoteurs n’ont pas les mêmes budgets qu’ils peuvent risquer sur des événements. Ils peuvent organiser une fête étudiante et faire venir un DJ international et si elle est arrêtée par la police, ils ne seront pas ruinés pour le reste de leur vie. À Chicago, ce serait une fermeture qui changerait leur vie, donc cela change ce que nous pouvons faire. De plus grandes entreprises se sont installées, alors pour aller voir un DJ international populaire, vous allez probablement aller dans un club cher à Chicago, malheureusement.

PAN M 360 : Dans votre biographie d’artiste, vous parlez de la musique comme d’un héritage. Pouvez-vous m’en dire plus sur ce que ça signifie pour vous ?

Hiroko Yamamura :L’un des facteurs clés pour être DJ est qu’il faut aimer la musique, et en être obsédé. Il faut que ce soit presque problématique, comme si vous aviez dépensé l’argent de votre déjeuner pour ce disque que vous voulez vraiment. Tout au long de votre vie, depuis le moment où vous avez commencé à écouter de la musique, votre histoire est constituée de toute cette musique que vous avez écoutée et qui vous touche. C’est peut-être de la musique pop, peut-être de la musique underground, mais personne n’a probablement écouté la même musique que vous. Cette combinaison, c’est votre histoire. Je pense qu’une partie de cette histoire est transmise à travers votre vision. Pour moi, il y a tous ces artistes, de merveilleux musiciens et des arts visuels qui m’ont aussi influencé, par exemple, parce que le film est génial, j’adore la chanson et c’est difficile de séparer ces choses. Qu’on en parle qu’on la joue, il s’agit de partager ses goûts musicaux. Vous dites en quelque sorte : voilà ce que j’aime, voilà ce qui me touche, ce qui m’aide à me sentir mieux. Pour moi, c’est l’héritage ultime.

PAN M 360 : C’est la première fois que vous jouez à Montréal ? Que ressentez-vous à l’idée de jouer à Igloofest ?

Hiroko Yamamura : J’ai joué au Stereo club l’année dernière avec mon ami Seth Troxler, c’était ma première fois à Montréal. Je suis super excitée, super intimidée de jouer à Igloofest. Quand j’ai entendu parler d’Igloofest pour la première fois et que j’ai vu les vidéos de gens qui dansaient dehors dans la neige et le froid, j’ai pensé que c’était fou. C’est une chose tellement excitante que les gens embrassent cette idée ! Pour moi, en tant qu’étrangère et touriste, cela me semble très canadien, comme une expérience canadienne authentique.

Inscrivez-vous à l'infolettre