FIMAV: Zoh Amba, les indices d’une éclosion

Entrevue réalisée par Alain Brunet
Genres et styles : expérimental / improvisation libre

renseignements supplémentaires

Sur la scène de la musique actuelle impliquant l’improvisation libre, la saxophoniste ténor et multi-instrumentiste Zoh Amba attire l’attention. Vraiment! Après avoir grandi dans un Tennessee qui aurait très bien pu la confiner à des zones plus convenues, la jeune sensation de 23 ans a vécu brièvement à San Francisco et Boston avant de s’installer à New York où elle fut illico adoptée par les meilleurs musiciens de cette pratique, à commencer par John Zorn qui a réalisé sous étiquette Tzadik l’album O,Sun, avec le batteur Joey Baron et le contrebassiste Thomas Morgan.

Inutile d’ajouter que sa carrière était lancée!  Aujourd’hui, elle fréquente la crème de la crème et se produit ce jeudi à Victo aux côté de Thomas Morgan, du pianiste Micah Thomas et du batteur Miguel Marcel Russell. 

Comment une musicienne de cet âge peut-elle éclore aussi rapidement? Ni PAN M 360 ni la principale intéressée ne pourra répondre à cette question…  La conversation qui suit nous fournit néanmoins quelques indices probants.

PAN M 360 : Où êtes-vous basée actuellement ?

ZOH AMBA : À New York.

PAN M 360 : Vous êtes originaire du Tennessee, n’est-ce pas ?

ZOH AMBA : Oui, de Kingsport.

PAN M 360 : Vous devez donc connaître fort bien le festival Big Ears .

ZOH AMBA : Oh, oui ! J’ai donné mon premier concert au Big Ears cette année. C’est magnifique. Je veux dire que c’était un rêve d’enfant de jouer là-bas et d’en faire l’expérience.

PAN M 360 : Également. Vous avez donc été formée au Tennessee en tant que saxophoniste précoce ?

ZOH AMBA : Oui, d’une certaine manière, mais je me suis aussi formé toute seule.

PAN M 360 : Qu’avez-vous étudié ?

ZOH AMBA : Mon cœur ! (rires). C’est un peu comme ça. J’ai beaucoup joué. Je joue encore beaucoup. Je joue toujours beaucoup. Et j’essaie juste de trouver des mélodies à partir de ce que je ressens au fond de mon cœur. Mais j’y travaillais et je ne savais pas qu’il y avait autre chose que cela jusqu’à ce que je quitte le Tennessee, vraiment. Mais je ne savais pas qu’il y avait cette chose. Je ne savais même pas lire la musique lorsque je suis entré à l’école pour la première fois. Le chemin a donc été long.

PAN M 360 : Vous avez donc construit votre langue vous-même, d’une certaine manière.

ZOH AMBA : Oui ! Je joue ce que je ressens. Mais je crois aussi que chacun d’entre nous possède une petite chanson sacrée, tendre et sincère. Je pense que nous l’avons tous.

PAN M 360 : Vous voulez dire votre propre vocabulaire ? Votre propre façon de faire ?

ZOH AMBA : Oui et oui, mais dans un sens abstrait. Je pense plutôt que nous avons tous cette petite chose en nous. Il s’agit de la trouver. Je suis allé au conservatoire, mais ce n’est pas si important.

PAN M 360 : Vous y avez quand même appris des choses utiles ?

ZOH AMBA : Oui, j’y ai appris certaines choses, mais j’étais très têtue et j’ai abandonné deux fois. Je n’ai donc pas réussi… Mais j’ai essayé, j’ai vraiment essayé ! (rires)

PAN M 360 : Eh bien, la clé est votre propre langue, votre propre truc. Il y a tellement de super virtuoses pour n’importe quel instrument… et il y a aussi des gens créatifs comme vous qui construisent leur propre langage .

ZOH AMBA : Mon but n’est pas d’être une grande saxophoniste. J’essaie simplement d’être une belle personne dans ma vie. J’essaie d’être un vaisseau pour quelque chose qui est plus grand que nous tous, quelque chose à aimer et nourrir. J’ssaie donc de faire naître cette chanson au fond de moi, c’est mon objectif le plus honnête. Bien sûr, je travaille mon saxophone pour faciliter cela, mais je n’essaie pas d’être une grande virtuose juste une belle personne dans ma propre vie. Je souhaite une vie simple, pleine de joie, sous le soleil. Je décrirais ma musique comme étant dévotionnelle, je ne sais pas comment la décrire autrement.

PAN M 360 : Voulez-vous dire que, par exemple, vos concerts et vos sessions d’enregistrement sont le reflet d’un être humain plutôt que d’un musicien ?

ZOH AMBA : Oui, je dirais que c’est le cas, comme celui d’autres artistes qui le ressentent aussi. Lorsque je joue de cette façon, j’ai l’impression d’avoir de la lumière dans tout mon corps et je me sens très heureuse. Les moments les plus heureux de ma vie sont ceux-là. Je sens alors que je suis censée être là où je suis censée être.

PAN M 360 : Et vous jouez d’autres instruments ? Utilisez-vous d’autres outils ?

ZOH AMBA : Oui, j’ai travaillé le piano, je viens d’en jouer sur un autre disque que j’ai fini d’enregistrer récemment. Je joue également de la guitare et je chante quelques chansons. Je jouais de la guitare quand j’étais enfant et j’avais un carnet de toutes ces chansons. J’ai même pensé un moment que j’allais déménager à Nashville pour y faire valoir mon matériel, mais le saxophone est entré dans ma vie. Dans l’ensemble, c’est quand même la même chanson, vous savez.

PAN M 360 : L’essentiel n’est donc pas nécessairement de jouer du saxophone, mais de faire de la musique.

ZOH AMBA : C’est vrai. Donc oui, saxophone, piano, guitare, voix. C’est mon univers d’expression.

PAN M 360 : Mais surtout le saxophone ténor.

ZOH AMBA : Oui. J’ai commencé à jouer de l’alto, mais je n’ai pas poursuivi. Je sais qu’avant de toucher à l’alto, je voulais jouer du ténor. Il m’a donc fallu quelques mois avant d’obtenir le ténor. Oui, c’est ce qui résonne le plus en moi, c’est magnifique. Je n’aime pas tout dans le ténor, mais c’est toujours mon préféré.

PAN M 360 : Bien sûr, vous êtes déjà un grande improvisatrice, mais comment composez-vous ?

ZOH AMBA : Eh bien. Je m’assois, je joue des choses, des motifs mélodiques , et je communique mes idées aux musiciens. Ensuite, cela devient une partie de notre répertoire. Mais je peux aussi écrire certaines choses. Je veux dire que je travaille sur quelque chose, j’écris quelques éléments et je les montre à mes collègues. Je peux faire de la notation graphique pour eux si je ne sais pas comment noter ce que j’entends. Je dessine ces choses et je les explique ensuite. Et j’ai différents repères pour l’ensemble, comme le sens, la façon dont nous terminons, la façon dont nous commençons, etc. Mais ces repères peuvent être brisés à tout moment. J’essaie toujours de me surprendre moi-même et de faire en sorte que mes musiciens se sentent également surpris.J’ai l’impression que chacun d’entre nous a travaillé là-dessus toute sa vie. C’est donc bien plus que de se réunir et de jouer. Nous nous aimons, nous aimons le soleil et nous essayons de l’atteindre ensemble. Plongez au plus profond !

PAN M 360 : Qu’allez-vous jouer au FIMAV ?

ZOH AMBA : Nous allons jouer mes compositions. Et nous jouons de tout notre cœur, en plongeant profondément et en déversant nos âmes ensemble. Aimer vivre ensemble, aimer le soleil ensemble, jouer à cœur ouvert. Voilà ce qu’est ce groupe.

PAN M 360 : A propos de vos collègues qui jouent avec vous au FIMAV ?

ZOH AMBA : Thomas Morgan représente beaucoup pour moi. Je suis tellement reconnaissante de jouer avec lui. Micah est mon meilleur ami, c’est mon frère, sacré et magnifique. Miguel, je l’ai rencontré à New York récemment, il y a environ un an. Je suis très heureuse de faire de la musique avec eux, ils sont tout simplement géniaux ! Les meilleurs ! Les relations entre nous se sont donc développées. Mais vous savez, je suis jeune, nous avons toute une vie pour apprendre à nous connaître…

PAN M 360 : Oui, tout est récent pour vous.

ZOH AMBA : Exact, j’ai 23 ans. Oui, j’en suis consciente et reconnaissante. Je comprends vraiment cette situation, vous savez, et, mais au bout du compte, je suis simplement heureuse de jouer de la musique tous les soirs avec des gens que j’aime et d’atteindre cet objectif ensemble. Vous savez, je voulais juste jouer de la musique tout le temps, je m’estime très chanceuse de pouvoir réaliser ce rêve de jouer de la bonne musique tout le temps. J’aime les tournées. J’aime rencontrer des gens. Et je suis comblée par le fait que la musique résonne profondément en nous. J’essaie en ce sens d’être aussi ouverte et vulnérable que possible.

ZOH AMBA SE PRODUIT CE JEUDI AU CARRÉ 150, MINUIT, À VICTORIAVILLE. INFOS ET BILLETS ICI

Tout le contenu 360

Constantinople | Kiya Tabassian nous parle de Dimitrie Cantemir

Constantinople | Kiya Tabassian nous parle de Dimitrie Cantemir

SMCQ | Comment vivre différentes temporalités? Sandeep Bhagwati propose une vaste métaphore

SMCQ | Comment vivre différentes temporalités? Sandeep Bhagwati propose une vaste métaphore

Oumou Sangaré | La superdiva du Wassoulou chante Timbuktu à MTL

Oumou Sangaré | La superdiva du Wassoulou chante Timbuktu à MTL

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Architek Percussion et  2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | Architek Percussion et 2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Inscrivez-vous à l'infolettre