×

Dad Sports : émergence fortuite

Interview réalisé par Justin Vézina

Groupe émergent de la scène indépendante lo-fi canadienne, Dad Sports lance un premier EP, réconfortante bedroom pop : I AM JUST A BOY LEAVE ME ALONE!!!

Genres et styles : bedroom pop / dream-pop / indie pop

renseignements supplémentaires

Trois potes de la région d’Ottawa ont suivi le chemin de tous les groupes pop: du sous-sol à la scène, de l’école secondaire à une possible carrière professionnelle. Voici la discussion entre PAN M 360 et Miguel Plante, guitariste et chanteur, Keith McDonald, batteur, et Alex Keyes, bassiste.

Pan M 360 : Comment vous êtes-vous rencontrés? 

Alex : J’ai rencontré Miguel à l’école secondaire alors qu’on jouait à des jeux tels que Minecraft, mais n’étions pas de bons amis à cette époque. C’est seulement quelques années plus tard, lorsqu’on a terminé nos études secondaires, qu’on s’est remis à parler. Miguel m’a alors proposé de jouer la basse dans le groupe, ce à quoi j’ai dit : «pourquoi pas !»

Miguel : J’enregistrais beaucoup de musique et j’avais besoin de gens avec qui jouer. Donc j’ai dit à Alex : voici ma basse. Joue. (rire commun) On s’est mis à pratiquer, mais on avait un peu besoin d’un batteur. Au collège, j’ai rencontré Keith dans un cours d’enregistrement sonore.

Keith : Exact! 

Miguel : À ce moment-là on a remarqué qu’on appréciait le même genre de musique. Il a mentionné une chanson du groupe Car Seat Headrest et un lien s’est tissé aussitôt. Alex venait tout juste de me faire découvrir ce groupe. Alors on a réalisé que Keith était un excellent batteur au jeu vidéo Rock Band… 

(Tous éclatent de rire)

Keith : Et nous avons réussi à transposer ces connaissances-là sur une vraie batterie, du moins, nous avons forcé cette transition. Par la suite, nous nous sommes mis à jouer dans les sous-sols de tout un chacun, ce qui a mené à l’écriture de nos premières chansons.

Pan M 360 : Alors comment avez-vous fait la transition d’amis qui jouent dans un sous-sol à musiciens prêts enregistrer votre premier EP? 

Miguel : C’était vraiment un accident. On a mis en ligne la chanson Dog Cuddles sur Soundcloud et elle a été jouée plus de mille fois! Alors on s’est dit : wow, les gens aiment notre son, faisons une autre chanson… Donc au départ ce n’était aucunement sérieux, mais par la force des choses ce l’est devenu. 

Pan M 360 : Est-ce que la musique est devenue la priorité pour vous? 

Miguel : Personnellement, j’ai toujours voulu être musicien.

Alex : Être où nous sommes c’est incroyable. Nous sommes investis à 100% dans Dad Sports et réalisons la chance que nous avons de nous trouver dans cette position. 

Pan M 360 : Comment faites-vous pour enregistrer de la musique en pleine pandémie? 

Miguel : On fait tout dans notre appartement. On enregistre, ici, ce qui permet d’avoir un contrôle total sur le son du groupe. 

Keith : On a stagné avant la sortie du projet, en raison de la pandémie. À l’origine, le plan était de sortir l’album en été 2020, mais ce n’est visiblement pas arrivé. Nous avons dû prendre une pause. Mais, désormais, nous habitons ensemble, donc cela aide énormément notre processus créatif.

Pan M 360 : Dans le passé vous aviez eu un quatrième membre. Tentez-vous de le remplacer ou de poursuivre votre carrière tel un trio? 

Miguel : Nous sommes les trois meilleurs amis. Donc non. Je ne vois pas l’intérêt d’ajouter un nouveau membre. 

Pan M 360 : Alors comment avez-vous arrêté votre choix sur ce nom de groupe ? 

Miguel : Ah, ça, c’est une bonne histoire. Le nom a émergé d’abord comme une blague. En fait, on ne prenait pas vraiment le concept de groupe au sérieux. Une soirée Alex et moi on a sorti ce nom. 

Alex : On pensait à un nom cocasse et indie. Car tu connais le groupe Soccer Mommy? 

Pan M 360 : Bien sûr.

Miguel : On a donc essayé de faire notre propre adaptation.

Alex : Exact, c’est un peu en hommage à ce groupe…

Miguel : Et lorsqu’on a commencé à être plus populaire, on a eu d’autres choix que de rester avec le nom. 

Pan M 360 : Comment décririez-vous votre son? 

Miguel : (Hésitation) Eh, indie… (long silence, suivi d’un rire). On aime faire des chansons indie, avec un son un peu nostalgique, et beaucoup d’instruments et sons synthétiques. Par exemple, on aime bien utiliser un clavier qui est en réalité une sorte de jouet. En fait, les sons de synthétiseur sur le EP viennent surtout d’un clavier Casio pour bambin. Je reste très souple quand je fais la production pour le groupe. Pour revenir à la question, je dirais un peu dream-pop et nostalgique. 

Pan M 360 : Essayez-vous intentionnellement d’exprimer cet effet de nostalgie? 

Alex : Oui et non, ça va un peu avec nos personnalités; je suis un peu un bouffon et sur le EP nous parlons de garçons qui agissent en garçons. Ce manque de sérieux envers soi-même ramène à l’idée de la nostalgie et de la jeunesse. 

Miguel : Même les paroles touchent ces sujets. J’avais 17 ans quand nous avons formé ce groupe, donc nous n’avions pas vraiment d’expérience de vie – sauf grandir ! C’est pas mal tout ce qu’on connaissait (dit-il en riant).

Pan M 360 : Des groupes vous ont-ils influencés? 

Miguel : Pour moi, c’est surtout des genres tels cold-wave et post-punk indie notamment personnifiés par un groupe tel Black Marble. Ils sont similaires à nous, c’est très lo-fi. Naturellement, le son a évolué quand nous sommes passés de mes quelques ébauches personnelles, à lorsque Keith et Alex se sont greffés et ont permis au groupe d’évoluer. Sinon en tant que trio, Pavement et New Order sont quelques-unes de nos inspirations. 

Pan M 360 : À quoi peut-on s’attendre de Dad Sports pour la suite des choses ? 

Miguel : Nous avons clairement mûri dans notre style et dans notre écriture. En ce moment même, nous composons pour un premier album. C’est sûr que sans concert, tu investis ton temps du mieux possible, soit en écrivant le plus possible. 

Inscrivez-vous à l'infolettre