POP Montréal | Frankie and the Witch Fingers n’ont pas peur de l’IA

Entrevue réalisée par Stephan Boissonneault
Genres et styles : garage-punk / krautrock / rock psychédélique

renseignements supplémentaires

Si vous êtes un amateur de rock psychédélique dément, vous avez probablement vu ou au moins entendu parler de Frankie and the Witch Fingers, une chimère qui vient de sortir son septième album complet, Data Doom. Sur ce disque, le quatuor macabre sonne comme le péché avec de lourds riffs fuzzés, des croassements et des grognements retardés dignes d’une banshee, des paroles nihilistes et des rythmes instrumentaux inspirés du rock zambien.

Dès les premières minutes de « Empire », on sent que Frankie and the Witch Fingers savent exactement ce qu’ils font. Pour un groupe qui déteste parler d’influences musicales, il est certain qu’ils s’inspirent beaucoup d’autres groupes, la connexion la plus évidente étant Osees (qui fait du freak fuzz depuis plus longtemps), mais sur Data Doom, il y a aussi des allusions à des groupes comme Talking Heads, W.I.T.C.H., et même The Jam. Oui, même s’ils seront probablement toujours comparés à Osees, il serait idiot d’assimiler Frankie and the Witch Fingers à ce groupe. Ils sont une entité à part entière.

Avec Data Doom, le groupe est plus fort que jamais, avec une nouvelle section rythmique composée de la bassiste Nikki « Pickle » Smith (Death Valley Girls), du batteur Nick Aguilar (Mike Watt, une légende du punk) et des membres fondateurs, Dylan Sizemore (chant et guitare) et Josh Menashe (guitare solo, synthétiseurs). Nous avons eu la chance de discuter avec tout le groupe alors qu’ils se rendaient à Montréal pour POP au sujet du code vinyle caché de Data Doom et de la raison pour laquelle ils pensent que l’IA dans la musique est hilarante et qu’il ne faut pas en avoir peur.

PAN M 360 : Vous êtes déjà à la moitié de la tournée. Est-ce que l’énergie est retombée ou est-ce qu’elle est toujours à fond ?

Josh Menashe :Hier soir, nous étions à Washington DC et c’était un concert très amusant.Nous avons joué avec Wine Lips et le public était super et plein d’énergie.Dylan Sizemore :Je dirais qu’à mi-parcours de la tournée, nous nous sentons plutôt bien. Nous avons eu un jour de repos, ce qui était bien pour tout le monde, et le jour de repos me permet généralement de me remettre au travail. C’est un peu comme un flux et un reflux. Il faut essayer de manger sainement et de bien dormir.

PAN M 360 : On peut donc dire que vous ne faites pas la fête après chaque concert ? C’est comme jouer le concert, dire bonjour aux fans, aller dormir, et puis recommencer ?

Nick Aguilar : Oui, ne vous méprenez pas. Je pense que nous aimons tous faire un peu la fête. Mais en fin de compte, c’est notre mode de vie et nous devons le considérer comme un travail. Souvent, nous sommes très fatigués après nos concerts et la plupart du temps, nous avons envie d’aller nous coucher et de nous reposer pour le lendemain. La fête stratégique est le mot d’ordre.

Nikki « Pickle » Smith : Oui ! La fête stratégique.

PAN M 360 : C’est tout à fait logique. Parlons de Data Doom. Le thème est-il que la technologie nous tue lentement ou rapidement ?

Dylan Sizemore : Je pense que le thème est que la technologie fait des choses et que, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, il ne faut pas être insensible au fait qu’elle nous change à un rythme rapide.

Frankie and the Witch Fingers / James Duran

PAN M 360 : Sur cette base, que pensez-vous de l’utilisation de l’IA dans la musique ? Par exemple, les artistes utilisent l’IA pour faire écho à un son ou à un artiste spécifique ?

Nick Aguilar : Personnellement, je pense que c’est hilarant (tout le monde rit). Je ne pense pas qu’une personne saine d’esprit puisse prendre au sérieux la musique intelligente artificielle, de quelque manière que ce soit. Je pense qu’elle a sa place sur certains marchés, mais en musique, je ne sais pas. Je pense que c’est une sorte de blague.

Nikki « Pickle » Smith : Je suis d’accord. Je pense qu’on ne pourra jamais utiliser la technologie pour reproduire l’âme humaine. L’art et la musique sont vraiment liés à l’âme humaine. Alors quand il s’agit de quelque chose qui n’est pas réel, c’est juste un outil pour les artistes. Je pense qu’il sera de plus en plus utilisé, mais je ne pense pas qu’il risque de priver les créateurs de leur emploi. On ne pourra jamais reproduire cela.

Josh Menashe : J’ai lu qu’ils travaillaient sur la recréation de l’âme, donc nous risquons d’être baisés (tout le monde rit).

PAN M 360 : Oui, l’IA a créé des âmes.

Josh Menashe : Oui, c’est une chose.

PAN M 360 : Cela rejoint l’une de mes questions sur le texte « I believe in the human race / Does anyone else ever feel this way » (Je crois en la race humaine / Est-ce que quelqu’un d’autre a déjà ressenti cela). Dylan, où avais-tu la tête quand tu as écrit ce texte dans « Electricide » ?

Dylan Sizemore : C’est venu en quelque sorte de cette prise de conscience que oui, tout est foutu mais qu’on peut encore faire quelque chose pour y remédier. C’est comme si chaque jour, on nous jetait plus de choses nihilistes à penser.

PAN M 360 : En chantant ces paroles tous les soirs, vous sentez-vous moins nihiliste et croyez-vous en la race humaine ?

Dylan Sizemore : Je crois en la race humaine, mais c’est plus une prise de conscience, mais ça n’a pas d’importance non plus.C’est assez drôle, comme faire quelque chose à ce sujet ou ne pas le faire, vous savez ?

Nikki « Pickle » Smith : Je dirais que le fait de voir les fans chanter avec les chansons me rend plus optimiste.

PAN M 360 :Vos concerts sont toujours connus pour être pleins d’énergie et tout simplement fous. Alors, est-ce que vous vous concentrez vraiment sur cette énergie lors de vos concerts ou est-ce que c’est différent à chaque fois ?

Josh Menashe : J’ai l’impression que c’est vraiment le reflet du public.C’est comme si on dégageait cette énergie et qu’elle leur revenait, on joue avec cette boule d’énergie.Et plus le public est fou, plus on a envie de faire des chansons rock au rythme rapide.Et c’est une sorte de boucle qui se nourrit d’elle-même.Nick Aguilar : Je pense qu’on peut dire qu’individuellement, on ne se repose jamais.A moins que l’un d’entre nous ne soit vraiment fatigué ou dans un mauvais jour, tu sais, nous nous donnons toujours à 100%, pour la plupart.

Mais comme le public se donne autant de mal que nous, on peut dire que nous allons nous donner plus de mal et encourager plus d’énergie et d’activité dans le public.DC en était un bon exemple, il y avait probablement un peu plus de 200 personnes, et toute la première rangée était composée d’un groupe de jeunes gens qui chantaient en chœur.Et DC en était un bon exemple, tu sais, il y avait probablement un peu plus de 200 personnes, et toute la première rangée était composée d’un groupe de jeunes gens qui chantaient et sautaient partout.Et j’ai l’impression que ça nous a permis de jouer beaucoup plus fort et beaucoup mieux.

PAN M 360 : Donc c’est vraiment comme un échange entre le public et vous qui jouez. Préférez-vous jouer dans de petites salles ou dans de grandes ?

Josh Menashe : J’ai l’impression que c’est une question de distance physique entre les gens. Par exemple, si tu joues dans une grande salle, mais qu’il y a des gens au premier rang, à quelques mètres de toi, ou à un mètre si on est à Montréal. Dans un grand festival, il y a généralement une énorme barrière. Et vous n’êtes pas à moins de 20 pieds de quelqu’un, ce qui peut être un peu bizarre. Il faut se surpasser pour entrer en contact avec ces personnes, ce qui est un défi amusant. Mais personnellement, je préfère quand les gens sont en face de moi, n’est-ce pas ?

PAN M 360 : Un de mes amis possède Data Doom en vinyle et il m’a dit qu’il y avait un message caché avec un cryptogramme qui accompagnait le disque ?

Nikki « Pickle » Smith : Oui, nous avons eu deux artistes extraordinaires qui ont collaboré à la conception de la pochette et de l’ensemble de l’album. Il y a vraiment un secret caché là-dedans que nous voulons que les gens essaient de découvrir. Les artistes qui ont travaillé sur l’album, principalement Jordan Warren au Royaume-Uni, en ont été les maîtres d’œuvre.

PAN M 360 : S’agit-il d’une phrase ou d’un paragraphe que les fans doivent traduire ?

Nikki « Pickle » Smith : Oui, c’est à peu près ça. Il y a une phrase sur le devant.C’est une sorte de trame dans la pochette de l’album et dans les vidéos. C’est comme le « Frankie Verse » en entier en ce moment.C’est censé être un petit puzzle amusant à résoudre pour les fans.

PAN M 360 :On vous met tout le temps dans la catégorie de la musique psychédélique, mais cette catégorie semble s’étendre de plus en plus chaque année. Je suis donc curieux de savoir ce qu’est la musique psychédélique pour vous ?

Nick Aguilar : Je dirais que quelque chose de psychédélique, c’est juste laisser flotter son drapeau.Tout ce qui sort un peu de l’ordinaire et qu’on n’entend pas sur les radios pop ou rock. Tout ce qui permet de repousser les limites de l’acceptable.Ça n’a pas besoin d’être trippant ou trippant ou quoi que ce soit d’autre, mais tout ce qui est un peu différent.Josh Menashe :Oui, pour moi, tout ce qui peut renverser les attentes est assez psychédélique.

Nikki « Pickle » Smith : Pour moi, je pense que cela a à voir avec les couches et les sons étranges qui transparaissent.Des choses qui interpellent l’esprit psychédélique, quelque chose de caché…Dylan Sizemore : Je suis d’accord avec tout cela. C’est à peu près ce que le psychédélisme et la musique psychédélique signifient pour moi : repousser les limites et expérimenter. Tout ce qui a ce genre de conscience, la conscience de quelque chose qui est plus grand que le simple fait d’essayer de vendre du Coca-Cola ou autre chose.

crédit photo principale : Travis Trautt

Frankie and the Witch Fingers + Iguana Death Cult + Hot Garbage
La Sala Rossa— Mecredi 27 septembre, 20h
BILLETS ICI

Tout le contenu 360

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Architek Percussion et  2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | Architek Percussion et 2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | Sixtrum : la magie des percussions… aquatiques!

Semaine du Neuf | Sixtrum : la magie des percussions… aquatiques!

Semaine du Neuf | Beethoven 3.0 par l’ensemble collectif9

Semaine du Neuf | Beethoven 3.0 par l’ensemble collectif9

Semaine du Neuf | Les expériences haptiques et interdisciplinaires de Jimmie Leblanc et Fareena Chanda

Semaine du Neuf | Les expériences haptiques et interdisciplinaires de Jimmie Leblanc et Fareena Chanda

Inscrivez-vous à l'infolettre