FME 2023 | Tess Parks déclare… tout !

Entrevue réalisée par Stephan Boissonneault

renseignements supplémentaires

Crédit photo: Luz Gallardo

Habituellement perçue comme la collaboratrice d’Anton Newcombe de The Brian Jonestown Massacre, Tess Parks a un son psychédélique brumeux qui met ses auditeurs en transe, et pour prendre une pause momentanée de l’enregistrement, elle apporte ce son au Festival Musique Emergente à Rouyn-Noranda. L’autrice-compositrice-interprète de Toronto, souvent établie au Royaume-Uni, a été très occupée cet été à travailler, soit après la sortie de son album And Those Who Wereen Dancing, paru en 2022.

Avant qu’elle ne donne son spectacle solo au FME, PAN M 360 a eu la chance de s’entretenir brièvement avec Tess Parks au sujet de sa nouvelle musique, de la raison pour laquelle les mots sont toujours des sortilèges, et de la canalisation des émotions dans une chanson.

PAN M 360 : And Those Who Wereen Dancing est sorti il y a un peu plus d’un an, êtes-vous en train de travailler sur le prochain album ou projet ?

Tess Parks : Oui ! J’ai passé l’été à Londres pour enregistrer le prochain album. Je n’ai pas été aussi excitée par la musique depuis dix ans.

PAN M 360 : L’idée est-elle de « tester » les nouvelles chansons lors de concerts ? Allons-nous entendre de nouveaux sons au FME ?

Tess Parks : J’y ai vraiment réfléchi. Je ferai de mon mieux, mais je trouve vraiment terrifiant de jouer seule de nouvelles chansons pour la première fois. J’avais l’habitude de participer à des concerts ouverts au public lorsque je débutais, alors je vais faire tout ce que je peux pour retrouver ce courage. Les chansons du nouvel album sont plus que jamais le fruit d’une collaboration. L’un de mes meilleurs amis et collaborateurs de longue date, Ruari Meehan, a réalisé l’album et c’est honnêtement un chef-d’œuvre. Il a donc écrit la plupart des musiques de ces chansons et m’a réappris à chanter de la manière la plus patiente et la plus gentille qui soit… mais quoi qu’il en soit, je ne sais pas encore jouer ces chansons à la guitare. J’ai tout un album de chansons que j’ai écrites seule, mais je suis encore timide à leur sujet.

PAN M 360 : Il semble que cet album (And Those Who Wereen Dancing) soit plus axé sur le piano que sur la guitare légère. S’agit-il d’un changement organique ?

Tess Parks : Je vivais à Los Angeles lors de l’enregistrement du dernier album et j’ai toujours voulu avoir un piano à la maison… Nous sommes allés chercher sur Craigslist un piano droit gratuit qui appartenait à une ancienne école primaire. À cette époque, j’étais plus attirée par le piano que par la guitare. De plus, l’un de mes meilleurs amis/membres/collaborateurs, Francesco Perini (Pearz), est un joueur de clavier extraordinaire, c’est donc lui que l’on entend sur toutes les chansons – et lorsque nous avons terminé l’album à Toronto, j’ai demandé à mon père d’enregistrer du piano sur quelques chansons également.

PAN M 360 : Comment déterminez-vous quand une chanson va être un peu plus « lourde » comme sur Do You Pray ?

Tess Parks : Honnêtement, cette chanson ne s’est pas du tout déroulée comme je l’avais prévu. Je ferais les choses différemment aujourd’hui.

PAN M 360 : “Words are spells,” (Les mots sont des sortilèges ») est une citation que vous avez prononcée à l’occasion de la sortie de And Those Who Were See Dancing. Que vouliez-vous dire par là et croyez-vous toujours que c’est vrai ?

Tess Parks : Oui, à 100 %, c’est la chose la plus vraie que l’on puisse savoir ! Nous donnons vie aux choses. Nous convoquons des expériences avec nos pensées et nos mots. Lorsque j’ai changé la façon dont je me parlais intérieurement et que j’ai choisi de délibérer sur la façon dont je parlais à voix haute, ma vie entière a changé de la plus belle des façons. Nous créons notre réalité. Essayez, littéralement, de ne dire à haute voix que des choses agréables, des mots d’amour et vos plus grands espoirs et rêves, et voyez ce qui se passe.

PAN M 360 : On parle souvent de vous comme d’un artiste « psychédélique », et ce terme désigne un son spécifique. Mais seriez-vous d’accord pour dire que ce genre est aujourd’hui très répandu ?

Tess Parks : Oui. Tout à fait. Toute la musique est psychédélique. Qu’est-ce que c’est que ça ? Quelqu’un produit ce son avec sa voix ou en bougeant ses mains – ce qui n’est qu’un prolongement de ce que son cerveau demande à ses mains de faire – sur un instrument bizarre inventé par quelqu’un, et tous ces sons sortent et vous font ressentir une certaine chose… C’est le plus fou.

PAN M 360 : Faut-il être heureux pour écrire une chanson joyeuse ou triste pour écrire une chanson triste ?

Tess Parks : J’adore cette question et elle me rappelle Almost Famous – j’espère que c’est la référence.
Si nous partons du principe que les mots sont des sortilèges, alors oui, je pense que ces choses sont liées. Mais on peut aussi écrire pour passer de chansons tristes à des chansons joyeuses, si c’est ce que l’on veut. D’une certaine manière, toutes les chansons sont heureuses, même si elles semblent tristes, parce que quelqu’un a fait de son mieux pour canaliser cette tristesse en quelque chose de tangible et de beau, et ne l’a pas simplement gardée à l’intérieur.

Tess Parks // Katy Newcombe

PAN M 360 : Qu’avez-vous écouté dernièrement qui vous inspire vraiment ?

Tess Parks : La nouvelle chanson de Vacant Lots, Damaged Goods, a été répétée pendant un petit moment – mais surtout beaucoup de méditations ou de silence. Et entre deux enregistrements, nous avons écouté beaucoup de reggae.

PAN M 360 : Beaucoup de gens ont découvert votre musique grâce à votre collaboration avec Anton Newcombe, du groupe Brian Jonestown Massacre.

Tess Parks : Il faut toujours finir par rencontrer ses héros.

Tout le contenu 360

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Architek Percussion et  2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | Architek Percussion et 2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | Sixtrum : la magie des percussions… aquatiques!

Semaine du Neuf | Sixtrum : la magie des percussions… aquatiques!

Semaine du Neuf | Beethoven 3.0 par l’ensemble collectif9

Semaine du Neuf | Beethoven 3.0 par l’ensemble collectif9

Semaine du Neuf | Les expériences haptiques et interdisciplinaires de Jimmie Leblanc et Fareena Chanda

Semaine du Neuf | Les expériences haptiques et interdisciplinaires de Jimmie Leblanc et Fareena Chanda

The country chaos of Nora Kelly

The country chaos of Nora Kelly

Matana Roberts explore des contextes musicaux radicalement différents

Matana Roberts explore des contextes musicaux radicalement différents

Julie et Juliette

Julie et Juliette

Inscrivez-vous à l'infolettre