Le compositeur d’All Quiet On The Western Front à Montréal en lumière sous le nom de Hauschka

Entrevue réalisée par Stephan Boissonneault
Genres et styles : expérimental / Experimental / néoclassique / Piano

renseignements supplémentaires

All Quiet On The Western Front. Mais en dehors de son travail sur les musiques de film, Bertelmann fait de la musique sous le nom de Hauschka, expérimentant la musique néoclassique et contemporaine pour piano.

Pour Philanthropy, Bertelmann a utilisé des techniques de piano préparé, en plaçant des objets à l’intérieur du piano pour obtenir un son différent. Le résultat donne au piano un son un peu plus électronique et différent de celui d’un album de piano standard.

Comme Hauschka, Bertelmann présentera son album Philanthropy à Montréal dans le cadre de MONTRÉAL EN LUMIÈRE. Nous nous sommes entretenus brièvement avec lui au sujet du piano préparé et de l’écriture de l’une des musiques de film les plus réussies de la dernière décennie.

PAN M 360 : Pourriez-vous me parler de vos débuts musicaux, comme Gods Favorite Dog, puis de la musique de film, et enfin de Hauschka ?

Volker Bertelmann : J’ai commencé à apprendre le piano à l’âge de 9 ans après avoir vu un pianiste jouer Chopin. Je voulais apprendre ce morceau immédiatement. J’ai donc demandé à ma mère si elle pouvait organiser des cours pour moi avec ce pianiste. J’ai pris des cours de piano pendant plus de 10 ans et j’ai formé mon premier groupe à l’âge de 12 ans. J’ai ensuite joué dans toute une série de groupes en tant que claviériste. Quelques années plus tard, j’ai rencontré mon cousin par hasard dans la rue à Düsseldorf et nous avons décidé de former le groupe God’s Favorite Dog. La musique était inspirée par des groupes comme Cypress Hill ou les Red Hot Chili Peppers et nous avons signé un contrat avec Sony Music. Mais au bout d’un moment, j’ai réalisé qu’un contrat avec une grande maison de disques ne signifiait pas qu’ils s’intéressaient à vous en tant que musicien et nous nous sommes séparés de notre groupe. J’ai continué à jouer sous le nom de HAUSCHKA et, grâce à mes concerts dans le monde entier, des réalisateurs internationaux m’ont contacté. C’est ainsi que j’ai commencé à faire de la musique de film, il y a environ 12 ans.

Volker Bertelmann : En ce moment, je travaille à 90% sur des musiques de films en studio et je prépare le déjeuner pour notre famille. J’aime être à la maison et faire de la musique, c’est donc idéal d’avoir un travail de compositeur et la liberté de sortir un disque dès que je sens qu’il y a une nouvelle idée et que je suis prêt pour un nouvel album.

PAN M 360 : Quel est votre processus de création d’une bande sonore pour un film comme All Quiet on the Western Front ? Vous devez vraiment vous laisser envelopper et absorber par le film ?

Volker Bertelmann :  Lorsque je travaille sur un film, je veux m’immerger dans les protagonistes et comprendre leurs émotions et l’histoire. Je veux aussi comprendre les intentions et les idées du réalisateur. All Quiet on the Western Front a été une expérience formidable pour moi, car tout s’est mis en place naturellement et sans trop d’efforts. Et j’ai trouvé les trois notes (dun dun dun) le lendemain du jour où j’ai vu le film pour la première fois.

PAN M 360 : Vous savez où vous étiez quand vous avez eu l’idée du « dun dun dun » pour la bande-son, qui est presque dystopique et qui est un motif musical tout au long du film ?

Volker Bertelmann : Oui, j’étais assis dans mon studio devant l’harmonium de mon arrière-grand-mère et je travaillais sur des enregistrements pour le film, en essayant de trouver comment faire sonner l’harmonium comme un instrument de rock.

PAN M 360: La bande originale de All Quiet on the Western Front a bien sûr remporté l’Oscar de la musique originale, ma question est la suivante : saviez-vous que vous aviez quelque chose de spécial et digne d’être oscarisé avant de gagner ?

Volker Bertelmann : J’ai reçu beaucoup de réactions positives pour la musique. Au Festival du film de Toronto, après la première projection du film, les gens sont venus me voir pour me complimenter sur la musique. Le terme « digne d’un Oscar » est pour moi indéfinissable, car on peut faire une musique forte et potentiellement bonne pour un Oscar, mais le film n’est même pas proche d’une nomination.

PAN M 360 : Avez-vous mis du temps à trouver le musicien que vous vouliez être ? Est-ce que c’était beaucoup de répétitions et de copies des autres au début ?

Volker Bertelmann : Lorsque j’ai commencé à faire de la musique, je voulais être quelqu’un que je ne pouvais pas être. J’ai essayé de copier les stars de la pop et d’écrire exactement le même genre de musique que les groupes que j’admirais. Ce n’est qu’à l’âge de 36 ans que je me suis vu comme HAUSCHKA, et cela m’a aidé à développer ma propre identité artistique. Mais pour en arriver là, il a fallu copier, apprendre et relever différents défis, comme donner des cours de piano, écrire de la musique pour des publicités, être musicien de studio ou claviériste dans un groupe, voyager avec un théâtre pour enfants ou produire des musiciens folkloriques… tout cela m’a finalement permis d’apprendre et d’acquérir les compétences nécessaires pour faire et apprécier ce que je fais aujourd’hui.

PAN M 360: Philanthropy n’est pas un album de piano standard, pouvez-vous partager un peu de votre processus pour obtenir tous ces sons différents ? Vous mettez des matériaux dans le piano ? Sur les cordes? 

Volker Bertelmann: La plupart des sons sont générés par le piano, la base est le piano préparé avec lequel j’ai commencé. Parfois, j’ai ajouté un synthétiseur ou une basse pour obtenir plus de dimension, mais j’utilise toujours des matériaux sur les cordes du piano pour créer des grosses caisses, des percussions et tous les sons de cliquetis. Les matériaux que j’utilise sont des cales en feutre, des sourdines d’accordeurs de piano, des filtres lumineux en plastique, des gommes, des aimants, des archets d’instruments à cordes, etc.

PAN M 360 : Quels sont les objets les plus étranges que vous avez utilisés pour cette technique ?

Volker Bertelmann : Je pense à des balles de ping-pong, des vibromasseurs et des lentilles en verre.

PAN M 360 : Je trouve que cela fait sonner l’album un peu électronique, et il n’y a peut-être que deux morceaux qui sont des morceaux de piano contemporains.

Volker Bertelmann : Oui, c’était mon intention. Sur mon dernier disque, A Different Forest, j’ai composé beaucoup de pièces pour piano solo. Avec Philanthropy, j’ai délibérément voulu aller dans la direction d’un disque électronique, légèrement clubby, mais avec deux morceaux de piano mélancoliques qui représentent un moment de réflexion.

PAN M 360 : Sur Loved Ones, vous êtes accompagné par des cordes, comment avez-vous décidé que cette mélodie mélancolique serait sur un violoncelle ?

Volker Bertelmann : J’ai enregistré deux violoncelles en plus des enregistrements au piano pour Loved Ones, et j’ai aimé la mélancolie parce qu’elle sonnait pour moi un peu comme une mélodie d’un film français sur un amour perdu. C’est formidable qu’un disque puisse contenir différents éléments émotionnels et emmener l’auditeur en voyage. Pour moi, la mélancolie en tant qu’émotion en fait tout autant partie que la joie.

PAN M 360 : Pouvez-vous m’en dire un peu plus sur le spectacle en direct ? Utiliserez-vous des techniques de piano préparé, entendrons-nous des musiques de film ?

Volker Bertelmann : Lors du concert, vous entendrez des morceaux de l’album Philanthropy, mais pas de la même manière que sur l’album. Il s’agira principalement d’improvisations basées sur des motifs de l’album. Comme je me produis sous mon nom de scène HAUSCHKA, vous n’entendrez pas de musique de film. Vous entendrez donc la musique de Hauschka, qui est basée sur le piano préparé et l’électronique. J’ai vraiment hâte d’y être !

Tout le contenu 360

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Architek Percussion et  2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | Architek Percussion et 2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | Sixtrum : la magie des percussions… aquatiques!

Semaine du Neuf | Sixtrum : la magie des percussions… aquatiques!

Semaine du Neuf | Beethoven 3.0 par l’ensemble collectif9

Semaine du Neuf | Beethoven 3.0 par l’ensemble collectif9

Semaine du Neuf | Les expériences haptiques et interdisciplinaires de Jimmie Leblanc et Fareena Chanda

Semaine du Neuf | Les expériences haptiques et interdisciplinaires de Jimmie Leblanc et Fareena Chanda

The country chaos of Nora Kelly

The country chaos of Nora Kelly

Matana Roberts explore des contextes musicaux radicalement différents

Matana Roberts explore des contextes musicaux radicalement différents

Julie et Juliette

Julie et Juliette

Gueuleuses : un répertoire web des chanteuses extrêmes de l’underground

Gueuleuses : un répertoire web des chanteuses extrêmes de l’underground

Inscrivez-vous à l'infolettre