Les gecs dans nos étoiles, une critique

par Stephan Boissonneault

Si vous faites ce métier depuis assez longtemps, il y a des moments dans la carrière de tout écrivain musical où vous vous sentez à la traîne des tendances, où la vocation musicale d’un artiste va au-delà de ce que vous êtes formé à comprendre ou même à appréhender. Comme l’a probablement dit un jour le grand poète de caniveau et dernier journaliste gonzo du rock n’ roll, Lester Bangs, « On s’adapte ou on meurt, je choisis de mourir ». Mais il parlait probablement des Beatles plongeant dans le psychédélisme de Vishnu sur Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band, et non de la surcharge multisensorielle qu’est un spectacle à 100 gecs. Il n’aurait pas été préparé à ce monstre hyperpop viral qui a été catégorisé comme un groupe mème par les fans et les critiques musicaux.

Je trouve amusant que le terme hyperpop soit aujourd’hui si intrinsèquement lié à 100 gecs, principalement un groupe Internet, alors que je crois qu’il a été utilisé pour la première fois dans les années 80 pour classer la musique de Cocteau Twins, avant l’arrivée d’Internet. Je pense que c’est l’exemple parfait de la façon dont le genre n’est qu’un simple espace de rangement qui peut changer en un clin d’œil.

J’ai tout de même eu l’occasion de voir 100 gecs en direct à Osheaga, après deux sets de hip-hop du britannique slowthai et du maître du emcee, Freddie Gibbs. D’après mes souvenirs, ce set de 100 gecs n’était pas à mon goût. Je me souviens très bien de la chanteuse Laura Les grognant dans son micro auto-tuné tandis que son partenaire musical, Dylan Brady, dansait dans un costume de sorcier portant un chapeau à étoile jaune vif, tandis qu’un rythme de basse changeant sautillait dans tous les sens. À l’époque, j’ai brièvement fait rôtir 100 gecs dans ma critique d’Osheaga, que vous pouvez lire ici si vous le souhaitez.

« Je ne comprends pas, nous sommes peut-être trop vieux », a déclaré mon compagnon de festival. À l’époque, j’étais d’accord pour dire qu’il s’agissait simplement d’un bruit déplacé et sursaturé pour une génération plus jeune (j’approche de la trentaine pour la petite histoire), et nous sommes passés à autre chose. Mais malgré cela, les 100 gecs semblaient apparaître de plus en plus dans mon lexique musical. Dans les sphères d’écriture musicale, des groupes ont été comparés à eux, comme le duo art-pop glitchy, Jockstrap, dont le premier album, I Love You Jennifer B, est un de ceux que je joue encore souvent. Le tube viral de 100 gecs, « money machine », m’a suivi comme une maladie pendant le week-end.

Je sais qu’une grande partie du journalisme musical, en particulier le monde de la critique – et je ne parle pas des petites publications DIY comme celle sur laquelle vous lisez ces lignes – peut être pleine de conneries vernaculaires de la part d’écrivains qui trouvent constamment le pire dans un album pour être avant-gardiste. Il est dommage qu’une note de Pitchfork ou une mauvaise note d’Anthony Fantano puisse complètement influencer l’opinion de quelqu’un sur un album ou un artiste, mais bon, c’est le monde des critiques de streaming dans lequel nous nous trouvons.

Cela dit, ce sont les pensées qui m’ont envahi lorsque j’ai franchi les portes de MTelus pour me rendre à la plus récente exposition montréalaise de 100 gecs, que j’appellerai dorénavant  » Gecigeddon « .

En tournant le coin, vers l’arrière de la salle, mes oreilles ont été agressées par un groupe appelé Machine Girl, qui sonnait brièvement comme le pire grindcore des années 2000. Je m’attendais à une vague de synthés plus industrielle d’après le nom et je n’étais pas préparée à un canal radiculaire cochléaire. C’est quelque chose que ni moi, ni les 10 personnes avec qui j’étais, n’avions prévu. Même si un projecteur était littéralement braqué sur la foule, suivant le chanteur, Matt Stephenson, qui se faufilait entre les gens, criait et se tenait en équilibre sur l’auvent de la mezzanine et le bar de la salle, habillé comme un bouffon maniaque, je n’arrivais pas à m’imprégner de l’ambiance hardcore numérique que Machine Girl créait.

Ma première expérience de l’ambiance du Gecigeddon a été très négative, amplifiée après avoir vu une fille aux cheveux bleus vêtue d’un pantalon zébré s’évanouir (probablement à cause de l’épuisement dû à la chaleur et à la drogue qui circulait dans son corps) derrière notre groupe, quelques instants après le set de Machine Girl. Est-ce que c’est un public qui n’a pas tenu le coup pendant la première partie ? Un public qui n’a pas appris les bases d’une fête respectueuse avec des drogues et qui ne prend pas soin de lui ? Buvez de l’eau, s’il vous plaît !

J’ai essayé d’éteindre mon esprit critique et d’apprécier la scène dans son ensemble : des sorciers multicolores, un homme avec des cornes de diable et un T-shirt blanc portant l’inscription  » I GOT MY TOOTH REMOED « , des pantalons de parachute, pas mal de peinture de cadavre, des jeunes emo et scènes qui ont l’air de sortir du bus du Gathering of the Juggalos, la foule plus gothique et plus perverse (latex, porte-jarretelles, colliers, etc.) qui était surtout là pour se détendre au deuxième étage. Il y avait aussi une foule plus âgée, accompagnée de leurs enfants ou de véritables fans de cette musique pop ridicule. J’ai repéré la scène et l’installation informatique du DJ à 100 gecs, qui était logée dans ce qui ressemblait à une caisse de bombe nucléaire, en équilibre sur une poubelle en acier.

Les lumières se sont éteintes et le son profond des productions THX a rapidement envahi la salle tandis que l’écran de fond diffusait sporadiquement toutes sortes de lumières blanches. Il ne s’agissait pas de l’ouverture d’un film à gros budget, mais de « Dumbest Girl Alive » de 100 Gecs, extrait du nouvel album 10 000 Gecs. Le riff de guitare butt-rock à la Limp Bizkit a démarré et Laura et Dylan sont montés sur scène, vêtus des tenues jaunes et violettes emblématiques des sorciers.

Si 100 gecs est doué pour une chose, c’est pour créer des vers d’oreille qui s’enfoncent profondément dans votre psyché, même quand vous ne le voulez pas. La production visuelle était également démente : les écrans Windows 98 vibrants se transformaient rapidement en un brouillard vert et rose tandis que des lumières stroboscopiques nous manipulaient l’esprit. C’était comme regarder directement le soleil en boucle.

Je n’ai jamais été un fan de l’auto-tune, mais je dois admettre qu’elle fonctionne et qu’elle est nécessaire à la musique de 100 gecs. Sans cela, on obtient une chanson comme « Frog On The Floor », une chanson amusante, mais volontairement décalée, qui prend les pires morceaux de ska-pop enfantine et en fait une chanson. On peut dire que les gecs eux-mêmes riaient avant de la jouer en concert. Il n’y a pas eu beaucoup d’échanges sur scène de la part de 100 gecs, si ce n’est qu’ils ont présenté la chanson suivante et que Laura a dit « cool », avant de se lancer dans le morceau suivant. C’est Dylan qui s’est le plus illustré, faisant tenir sa guitare acoustique en équilibre sur son menton et mordant dans un oignon comme un fou après qu’un fan en ait jeté un sur scène.

« Personne ne lance plus d’oignons, ou je pourrais chier », a déclaré Laura en riant.

Même quelques jours après le concert, j’ai encore « Hollywood Baby » qui se fraye un chemin dans mon amygdale. Je ne peux pas non plus nier l’énergie pure qui régnait au Geccicon. Le public connaissait toutes les paroles, ne manquait pas une occasion de sauter et de se déhancher sur le répertoire des 100 gecs, qu’il soit nouveau ou plus ancien. À ce moment-là, j’aurais pu décider d’être comme Lester Bangs et de ne pas m’ouvrir à cette débauche de l’ère Myspace, ou j’aurais pu essayer de m’amuser. J’ai choisi cette dernière option. Sinon, à quoi bon ? J’ai couru dans la foule, le sac de l’appareil photo attaché à l’épaule, et j’ai fait du moshing à fond. Pendant « Billy Knows Jamie », je me tenais sur la pointe des pieds, haletant comme un guppy dans un aquarium surpeuplé. J’ai scandé le refrain de « Doritos & Fritos » et j’ai aidé un homme torse nu à pousser une fille pour surfer sur la foule pendant « Money Machine ». En fait, j’ai plongé dans mon gec intérieur comme un adolescent découvrant Nirvana pour la première fois, à la recherche d’un chaos angoissant et amusant.

En repensant à ma décision de rejoindre la folie avec des milliers de fans de gec, la motivation est venue du fait que j’ai vu le duo, oui, recréer en direct cette folie risible de l’ère des mèmes, mais aussi de l’aspect communautaire ressenti dans la foule. Tout le monde perdait la tête, transpirant ensemble comme des cochons à l’abattoir. La joie pure de certains de ces citoyens était palpable, et peu importe à quel point je méprisais le son de ce groupe, pendant ces quelque 20 chansons, j’ai eu l’impression d’en faire partie. J’ai été gecced.

100 gecs n’est pas une musique que je jouerai à mes heures perdues, mais encore une fois, je ne peux pas nier l’expérience live et j’ai passé un moment bizarre, mais agréable. Leur base de fans est plus dispersée que je ne l’imaginais et bien qu’ils soient connus comme un groupe de mèmes, sur scène, tout ce qu’ils font semble 100 % authentique – même une phrase vocale absurde comme « Queen of California / Hot like the heat is / Got Anthony Kiedis suckin’ on my penis ». J’ai même apprécié les grognements gutturaux de Laura cette fois-ci, parce qu’ils ont été construits et mérités.

Qui sait si je serai au prochain Gecigeddon/Geccicon/Gecivent, mais c’est un souvenir que je garderai en mémoire pour les années à venir.

Tout le contenu 360

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Def Mama Def : Deux sœurs en art !

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Def Mama Def : Deux sœurs en art !

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Queen Omega étend son royaume à MTL

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Queen Omega étend son royaume à MTL

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Alberto Salgado transforme le Balattou en laboratoire percussif

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Alberto Salgado transforme le Balattou en laboratoire percussif

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Guinée en cirque !

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Guinée en cirque !

Domaine Forget 2024 | Brises capverdiennes dans Charlevoix avec Lucibela

Domaine Forget 2024 | Brises capverdiennes dans Charlevoix avec Lucibela

SAT X EAF : Heith, Orchestroll, Audréanne Filion

SAT X EAF : Heith, Orchestroll, Audréanne Filion

Présente ta chanson ! Queenie nous parle de Feels Good

Présente ta chanson ! Queenie nous parle de Feels Good

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Def Mama Def, le karma des femmes

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Def Mama Def, le karma des femmes

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Kirá a mis le feu au Balattou

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Kirá a mis le feu au Balattou

Lyric Opera of Kansas City/Gerard Schwarz – Paul Moravec : The Shining

Lyric Opera of Kansas City/Gerard Schwarz – Paul Moravec : The Shining

James Ehnes/St.Louis Symphony Orchestra/Stéphane Denève – Bernstein : Serenade / Williams : Violin Concerto no 1

James Ehnes/St.Louis Symphony Orchestra/Stéphane Denève – Bernstein : Serenade / Williams : Violin Concerto no 1

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | ALBERTO SALGADO : Embrasser les traditions et la modernité brésilienne

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | ALBERTO SALGADO : Embrasser les traditions et la modernité brésilienne

La valeur marchande du jazz « sérieux »

La valeur marchande du jazz « sérieux »

PAN M 360 au FIJM 2024 | Shabaka… flûtes alors !

PAN M 360 au FIJM 2024 | Shabaka… flûtes alors !

La violence des camions brûle et recommence

La violence des camions brûle et recommence

Karma Glider, The Wesleys et Sun Entire apportent le soleil au Quai Des Brumes

Karma Glider, The Wesleys et Sun Entire apportent le soleil au Quai Des Brumes

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Plus qu’un « fils de »… voici Kirá!

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Plus qu’un « fils de »… voici Kirá!

PAN M 360 au FIJM 2024 | L’assomption de Milena Casado

PAN M 360 au FIJM 2024 | L’assomption de Milena Casado

PAN M 360 au FIJM 2024 I L’univers mystifiant du Cinematic Orchestra, un film en direct

PAN M 360 au FIJM 2024 I L’univers mystifiant du Cinematic Orchestra, un film en direct

Les Gilsons ont conquis les cœurs des Montréalais

Les Gilsons ont conquis les cœurs des Montréalais

PAN M 360 au FIJM 2024 | George Coleman à l’Upstairs, le pari d’un quasi nonagénaire

PAN M 360 au FIJM 2024 | George Coleman à l’Upstairs, le pari d’un quasi nonagénaire

PAN M 360 au FIJM 2024 | Makaya McCraven devenu tête d’affiche

PAN M 360 au FIJM 2024 | Makaya McCraven devenu tête d’affiche

PAN M 360 AT FIJM 2024 | Fred Hersch, l’un des pianistes de jazz les plus appréciés de notre époque

PAN M 360 AT FIJM 2024 | Fred Hersch, l’un des pianistes de jazz les plus appréciés de notre époque

PAN M 360 au FIJM 2024 | Erick the Architect, visite guidée à Brooklyn

PAN M 360 au FIJM 2024 | Erick the Architect, visite guidée à Brooklyn

Inscrivez-vous à l'infolettre