Pays : Suède Label : `Fanfar! Genres et styles : électronique / Instrumental / rock n' roll Année : 2024

Robert Johnson & Punchdrunks – Surfopiates

· par Patrice Caron

Si vous aviez perdu espoir envers l’avenir de l’humanité, dites-vous que si un nouvel album de Robert Johnson & Punchdrunks a pu voir le jour, tout est maintenant possible.

Maitre ès surf, du niveau Dick Dale/Davie Allan , avec une connaissance encyclopédique d’un univers parallèle imaginé par John Carpenter, peuplé de Poison Ivy, James Bond, Sofia Lauren et Lee Van Cliff, pour lequel il compose la trame sonore rock’n’roll surf/spy teinté d’électronique depuis le début des années 90.

Les dernières années l’ont vu pousser encore plus l’exploration et délaisser presque complètement le rock pour un album déroutant paru en 2017, Morte Di Seeberg, qui avait été alors présenté comme son dernier et qui, à part être instrumental et cinématographique, n’avait rien en commun avec ce que l’on connaissait jusqu’alors du musicien suédois.  Minimaliste, électronique, ambiance glauque, on était encore dans le cinéma mais plus dans un film d’horreur italien que dans une science-fiction dystopique des années 70.

Mais loin d’être un ovni dans l’œuvre de Robert Johnson, il faut l’avoir écouté pour comprendre la nouvelle proposition de ce qui est présenté comme « & Punchdrunks », officiellement séparés depuis 2016 mais qui, à la suite d’un concert-réunion pour leur 30e anniversaire de carrière et la parution d’une compilation, s’est remis à la composition et Surfopiates en est le résultat.

On demeure dans l’univers habituel de Johnson, mais avec la teinte de Morte di Seeberg sous-jacente aux 11 titres de ce 13eme album en carrière. Il y reprend à sa façon Trentmoller, Rachid Taha et Carte de séjour (la pièce qui déménage le plus), Tobias Einestad ainsi que Ulf Dageby, un musicien d’avant-garde suédois renommé.

Hormis Jungle Fiction de Taha, ça ne tourne pas du tout sur les chapeaux de roues cette fois mais on a droit à un rock instrumental hypnotique, répétitif, noir, avec un sonorité électronique analogue qui est ici aussi essentielle que la guitare de Robert Johnson pour délimiter les contours de cette galaxie.

Un excellent album inespéré d’un artiste qui s’était volontairement et officiellement enterré, qui s’avère être plutôt une renaissance, avec les mêmes éléments qui ont forgé son culte mais poussés aux limites soniques du genre. C’est tout à l’honneur de Robert Johnson (& Punchdrunks) qui prouve par l’exemple qu’il y a encore de la place pour innover dans un style musical qui parfois est recouvert volontairement de poussière.

Tout le contenu 360

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Une soirée de clôture riche en émotions

Une soirée de clôture riche en émotions

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Qiik – Demo

Qiik – Demo

HABITAT SONORE :  la musique qui fait vibrer Montréal… et le Centre Phi !

HABITAT SONORE :  la musique qui fait vibrer Montréal… et le Centre Phi !

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité,  joie, insolence

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité, joie, insolence

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Festival Classica – Hommage à Queen

Festival Classica – Hommage à Queen

Dumai Dunai – Sometime Between Now and Never

Dumai Dunai – Sometime Between Now and Never

The Nausea – Requiem

The Nausea – Requiem

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Truck Violence – He Ended the Bender Hanging

Truck Violence – He Ended the Bender Hanging

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Dompierre et l’OPCM | Création d’un Requiem et puis… réflexion sur un Requiem

Dompierre et l’OPCM | Création d’un Requiem et puis… réflexion sur un Requiem

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Inscrivez-vous à l'infolettre