×
Pays : États-Unis Label : Xenotone Genres et styles : afrobeat / funk / jazz / musique contemporaine Année : 2020
N to The Power

Autogenesis

· par Rupert Bottenberg

Le titre de la première sortie de l’ensemble new-yorkais N to The Power pourrait se lire comme celui d’une superproduction cinématographique de Michael Bay, ou, dit à haute voix, pourrait ressembler à «all too generous» – et ce serait plutôt juste.. 

L’ensemble de 10 membres se reconfigure légèrement pour chaque pièce, les constantes étant les chefs d’orchestre, les compositeurs et producteurs Blake Leyh et Tony Jarvis. Les deux membres apportent des références impressionnantes. Leyh, lauréat d’un Emmy Award, a été le superviseur musical de la série The Wire sur HBO, tandis que Jarvis, dont la clarinette basse donne un ton génial à ces œuvres, a passé des heures avec les pionniers du punk-funk des années 80, les Tar Babies, et plus tard les Dap-Kings, Phish et autres. Leyh et Jarvis ont également créé ensemble des musiques de films (et chacun a entraîné sa fille dans cette aventure de «papa cool» – Ryoko au mélodica, Kaya au violoncelle).

N to the Power est un sobriquet de mathématique, et donc oui, les polyrythmies abondent et l’architecture de leurs compositions est élaborée et précise. La formule qu’ils suivent est un assemblage ambitieux de l’école minimaliste de New York, du jazz terreux et exploratoire de Chicago, de l’afrobeat nigérian et du funk de la Nouvelle-Orléans – tous réunis sur le percutant The God Particle. L’afrobeat revient sous une forme plus discrète pour l’envoûtante Marrakesh Memosphere, que le charmant vibraphone de Yusuke Yamamoto transcende. On y trouve des atmosphères de space-rock et de western spaghetti sur la furtive mais implacable To the Jackpot. L’album se termine sur une note plus longue, mais plus placide, avec une adaptation du célèbre Peace Piece du jazzman Bill Evans, datant de 1958. La méditation du piano solo devient une œuvre de musique de chambre, les cordes et les bois lui donnant une forme plus robuste mais légèrement chancelante.

Cette richesse d’éléments, la sagesse avec laquelle ils sont tissés ensemble et la manière avec laquelle N to the Power rend accessible une musique aussi avancée, c’est là que réside toute la générosité mentionnée plus haut. Une musique pour se frotter le menton ou le se secouer les plumes ? Les deux à la fois, si vous le souhaitez, et ne craignez pas de paraître indigne.

Inscrivez-vous à l'infolettre