Virée classique – 3D avec Ensemble Obiora

Entrevue réalisée par Varun Swarup
Genres et styles : classique occidental

renseignements supplémentaires

Fondé sur les principes fondamentaux de la diversité, de la découverte et de la diffusion, l’Ensemble Obiora est un orchestre jeune et dynamique qui s’emploie à faire entendre de nouvelles voix dans le circuit canadien de la musique classique. Nous nous sommes entretenus avec Brandyn Lewis, fondateur et directeur artistique de l’Ensemble Obiora, au sujet de leur prochain concert.

L’Ensemble Obiora jouera à la Maison Symphonique le 19 août à 16h15.

PAN M 360 : Merci d’avoir pris le temps, Brandyn. Vous devez être très occupée à préparer le spectacle de La Virée classique. L’ensemble a-t-il déjà joué à ce festival ?

Brandyn : Je suis ravi d’être ici. Nous y avons joué l’année dernière, en fait.

PAN M 360 : Et quel est l’âge de l’ensemble, en fait ?

Brandyn : Un peu plus de deux ans. Nous avons démarré à l’été 2021.

PAN M 360 : Wow, donc pendant la pandémie ?

Brandyn : En fait, oui.

PAN M 360 : Intéressant. Peut-être pourriez-vous nous en parler ?

Brandyn : Oui, bien sûr. C’était au plus fort de la pandémie et, bien sûr, les spectacles s’étaient arrêtés, les choses étaient au point mort. À cette époque, mon partenaire et moi avons commencé à chercher des moyens de créer des communautés et d’entrer en contact avec différents musiciens de couleur. Nous savions que nous étions là, mais nous étions tous séparés et dispersés dans différentes villes comme Montréal, Ottawa, Toronto et ailleurs.

J’ai pris contact avec des musiciens que je connaissais et nous avons discuté de la façon dont nous pourrions vraiment faire avancer les choses. Nous avons donc posté quelque chose sur Facebook, décrivant notre situation, à savoir que nous commencions modestement et que nous cherchions à organiser un concert à l’été 2021. L’instant d’après, quelqu’un du Centre national des Arts nous a contactés en nous disant : « Nous sommes très heureux d’entendre parler de votre mission ici au CNA, nous avons des fonds restants de notre programme de résidence, comment pouvons-nous vous aider ? C’était extraordinaire. Ce n’est pas une mauvaise façon de commencer, vous savez.

PAN M 360 : L’idée de créer Obiora vous est-elle venue de votre expérience personnelle dans le monde de la musique classique en tant que personne de couleur ?

Brandyn : Il est certain qu’une fois que j’ai commencé à faire des études supérieures, j’ai moi-même étudié à McGill, et à l’époque, il y avait peut-être cinq Noirs dans le département de musique classique, et j’ai eu l’impression qu’il y en avait encore moins lorsque je suis entrée dans le monde professionnel. Nous savions donc qu’il s’agissait d’un moyen pour nous de construire quelque chose de solide. Parallèlement, il existe des initiatives aux États-Unis, comme Sphinx, ou au Royaume-Uni, avec l’orchestre Chineke ! Orchestra qui font la même chose, et ce depuis de nombreuses années. Cela nous a amenés à nous demander pourquoi il n’existe pas quelque chose de ce genre au Canada, alors que la diversité y est si grande.

PAN M 360 : Obiora est-il l’un des premiers ensembles au Canada à faire ce genre de choses ?

Brandyn : Si nous ne sommes pas les premiers, je pense que nous pourrions au moins être les premiers à le faire à si grande échelle.

PAN M 360 : Incroyable. J’étais au concert du Parc Lafontaine et je pouvais voir que les gens aimaient vraiment le répertoire. C’était la première fois que j’entendais Joseph Bologne, et je suis surpris qu’il m’ait fallu autant de temps.

Brandyn : Ne vous sentez pas trop mal, parce qu’il y a beaucoup de musiciens professionnels qui ne le connaissent pas encore.

PAN M 360 : C’est vraiment fou. Mais j’ai remarqué que dans votre programme pour l’émission La Virée classique, vous jouez davantage de musique de Bologne, mais aussi du Mozart et du Grieg. Ce ne sont pas exactement les compositeurs les plus sous-représentés. Quelle était la logique ?

Brandyn : Eh bien, dans le cadre du programme Lafontaine, pour la série Camontoni, on nous a demandé de jouer des pièces que nous avions déjà interprétées. En tant que directeur artistique, je m’efforce de programmer des pièces que les gens ne connaissent pas vraiment, mais qui sont tout simplement extraordinaires. C’est pourquoi, il y a quelques semaines, nous avons présenté un ensemble de musique si varié. Cette fois-ci, avec la Virée Classique, nous devons négocier avec l’OSM et discuter des choix de répertoire et cette année, le thème du festival est l’histoire partagée. C’est un peu vague, mais Bologne et Mozart étaient contemporains. Ils vivaient à la même époque et étaient tous deux violonistes. J’ai même fait des recherches et j’ai appris qu’ils avaient vécu dans la même maison à Paris en 1778.

En ce qui concerne le morceau de Grieg en particulier, il s’appelle la Suite Holberg, d’après un intellectuel nommé Ludwig Holberg. La musique elle-même est un clin d’œil aux suites baroques, comme les suites de danses. Il y a donc la Sarabande, la Gavotte, le Rigaudon, etc. On peut voir comment Grieg et de nombreux compositeurs de l’ère romantique et même du XXe siècle ont regardé le passé et utilisé des éléments de cette musique dans un contexte plus moderne, c’est l’histoire commune.

PAN M 360 : Diriez-vous que le monde classique est généralement réceptif au travail d’Obiora ? J’aime à penser qu’en 2023, les attitudes ont changé pour le mieux.

Brandyn : Absolument, mais les réactions peuvent être mitigées. J’ai remarqué que la génération plus âgée a tendance à être plus ancrée dans ses habitudes. Ils savent en quelque sorte ce qu’ils aiment écouter. Parfois, lorsque j’explique la mission d’Obiora et la musique que nous jouons, c’est un choc pour eux, parce qu’ils n’ont jamais eu à s’interroger sur leur place dans la société et la culture. Mais lorsque nous leur expliquons, ils se disent que cela a beaucoup de sens. Et lorsqu’ils écoutent la musique que nous proposons, je peux voir l’excitation et la joie que l’on ressent lorsqu’on écoute quelque chose d’extraordinaire pour la première fois. Ces réactions valent vraiment la peine pour moi, parce que nous voyons les choses évoluer et changer.

Je pense que même la jeune génération qui n’est peut-être pas aussi initiée à la musique classique veut entendre quelque chose de différent, vous savez ? Parce que nous savons évidemment que des compositeurs comme Mozart, Beethoven et d’autres ont dominé l’industrie de la musique classique au cours des 200 dernières années, n’est-ce pas ? Je pense donc que le public est prêt à entendre d’autres voix et à apprendre, et le concert du Parc Lafontaine a attiré environ 1 500 personnes. En fin de compte, nous sommes tous là pour jouer de la musique, n’est-ce pas ? La couleur de la peau ne devrait pas avoir d’importance, mais avec Obiora, nous avons une énergie incroyable et nous nous comprenons d’une manière différente en raison de ce que nous avons vécu.

PAN M 360 : Que nous réserve l’avenir de l’ensemble ? Vous devez avoir des projets passionnants.

Brandyn : Eh bien, à partir d’octobre, nous lançons notre saison officielle. Jusqu’à présent, nous n’avons fait que des petits projets ici et là, mais maintenant, nous aurons quatre concerts en propre.

Le 14 octobre, nous organisons notre soirée d’ouverture avec le chef d’orchestre vénézuélien Glass Marcano, qui a déjà fait parler de lui en Europe. Le 25 novembre, nous aurons un concert de musique de chambre intitulé Dancer on the World. Pour ce concert, le programme aborde diverses danses que l’on retrouve dans différentes cultures à travers le monde. Le troisième concert aura lieu le 17 février et s’intitulera Influences. Le chef d’orchestre invité, Daniel Bartholomew Poiser, est très connu sur la scène canadienne ; il a travaillé avec l’Orchestre symphonique de Toronto, l’Orchestre du Centre national des Arts et, je crois, avec l’Orchestre symphonique de Nouvelle-Écosse. C’est un homme et un chef d’orchestre extraordinaire. Et notre dernier concert est avec Dinuk Wijeratne qui est un compositeur et pianiste contemporain qui écrit une musique étonnante. Il a remporté un Juno en 2016 et nous avons vraiment la chance de l’avoir pour clore notre saison. Entre temps, nous allons continuer la série de concerts que nous avons faite au Parc Lafontaine dans les différentes Maisons de la culture à Montréal.

PAN M 360 : En tant que jeune orchestre, je suppose que vous voulez faire sentir votre présence.

Brandyn : Oui, c’est ça. Nous avons essayé de gagner en visibilité par le biais de différentes collaborations et en nous connectant directement avec les communautés, car nous devons élargir notre public. C’est vraiment une stratégie qui consiste à voir où se trouve notre public cible à Montréal et à essayer de faire de la musique classique un espace sûr pour les communautés marginalisées afin qu’elles puissent venir apprécier la belle musique.

Tout le contenu 360

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité,  joie, insolence

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité, joie, insolence

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Festival Classica – Hommage à Queen

Festival Classica – Hommage à Queen

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

SAT Dômesicle | Elena Colombi, beaucoup de la tête pour le corps

SAT Dômesicle | Elena Colombi, beaucoup de la tête pour le corps

Humidex Records fête ses cinq ans à la SAT!

Humidex Records fête ses cinq ans à la SAT!

Jill Barber : en français encore et toujours!

Jill Barber : en français encore et toujours!

Festival Classica – Piazzolla, de New York à Paris

Festival Classica – Piazzolla, de New York à Paris

38e Nuits d’Afrique | Sépopo Galley explique la programmation

38e Nuits d’Afrique | Sépopo Galley explique la programmation

Karina Gauvin dans les traces de Marie Hubert, Fille du Roy

Karina Gauvin dans les traces de Marie Hubert, Fille du Roy

Présente ta chanson ! Joyce N’Sana nous parle de Zola

Présente ta chanson ! Joyce N’Sana nous parle de Zola

Inscrivez-vous à l'infolettre