The country chaos of Nora Kelly

Entrevue réalisée par Varun Swarup
Genres et styles : alt country / Alt-punk / chanson / rock alternatif

renseignements supplémentaires

Une conteuse écrivant aux confins de l’endroit où la musique country rencontre le chaos, Nora Kelly chante des contes attachants de chagrin d’amour et de rébellion. Avec son écriture musicale vive et profonde, Nora a charmé les cœurs de nombreux adeptes de la scène locale alternative-folk, publiant son premier album, Rodeo Clown, avec le soutien du label basé en Colombie-Britannique, Mint Records. Maintenant, six mois après le fait, après l’avoir vue se produire lors d’un concert à domicile, nous avons rattrapé Nora pour voir ce qu’elle a fait et comment la musique évolue.


PAN M 360 : Ton set de la semaine dernière était vraiment génial, et je suis heureux d’avoir la chance de te parler, Nora.

Nora Kelly : Merci, c’est gentil.

PAN M 360 : Alors, ça fait combien de temps depuis la sortie de Rodeo Clown maintenant ?

Nora Kelly : Il est sorti le 25 août 2023. Donc, environ six mois.

PAN M 360 : Eh bien, c’est un moment intéressant pour une sortie. Comment te sens-tu en regardant en arrière sur le lancement de ton premier album ?

Nora Kelly : De ma vie, c’était l’énergie la plus intense que j’ai jamais mise dans une sortie, et je pense que c’est pourquoi, de l’autre côté, c’était le moment le plus triste une fois que c’était fini. C’était un véritable montagnes russes émotionnelles. C’était tellement amusant, nous étions en tournée et faisions toutes ces vidéos, puis… tout est fini et tu recommences essentiellement à zéro. Donc, je pense qu’à ce stade maintenant, six mois plus tard, je suis de retour à la normale. Mais il y a eu quelques mois, surtout septembre et octobre, qui ont été un peu difficiles. J’étais comme une mère d’oisillon dont l’enfant venait de partir à l’université ou quelque chose comme ça. Je ne sais pas… tu fais tout pour construire quelque chose, puis tu repars à zéro pour la prochaine vague de sortie d’album.

PAN M 360 : Eh bien, cela a conduit à ces super chansons que j’ai entendues lors de ta performance, non ? Donc, tu ne t’en sors pas trop mal !

Nora Kelly : Non, j’en ai produit beaucoup. C’était le remède dont j’avais besoin. J’avais besoin d’élever plus d’enfants.

PAN M 360 : Et quelle direction prends-tu ici ?

Nora Kelly : Je veux un peu m’orienter vers les vibes de la country outlaw. Je pense qu’il y a beaucoup d’artistes de country outlaw incroyables comme Waylon Jennings ou Townes Van Zandt, mais ce sont tous des hommes et il n’y a pas tant de femmes hors-la-loi auxquelles aspirer. Peut-être que Lucinda Williams est un peu une hors-la-loi, dans son esprit. Donc, je veux un peu canaliser cela, car mes racines sont dans le punk, mais aussi explorer plus lyriquement une approche de narration. Ce n’est pas entièrement basé sur ma vie personnelle et ma croissance maintenant, mais je m’inspire des expériences d’amis et de choses comme ça. Je veux dire que c’est un peu partout. C’est tout sauf la cuisine, ce prochain album, mais je pense qu’avec le groupe, cela devient cohérent.

PAN M 360 : Donc, tu t’appuies vraiment sur les influences du punk ainsi que sur la country.

Nora Kelly : Oui, du cow-punk.

PAN M 360 : Eh bien, en fait, après t’avoir vue performer, j’ai vraiment découvert beaucoup d’artistes que je n’avais pas vraiment entendus auparavant, et ça m’a fait réfléchir, qu’est-ce que la country ? Où la ligne entre la musique folk et la musique country devient-elle floue ?

Nora Kelly : Oui, je veux dire, on pourrait faire un cours universitaire sur cette question, mais parce qu’il y a un débat autour de l’américana, c’est ainsi que beaucoup de musiciens de country de gauche à Nashville sont étiquetés, et les gens plus à droite ou plus conservateurs sont étiquetés comme de la country. C’est un peu arbitraire. Certains membres du groupe Nora Kelly diront parfois que nous ne sommes pas vraiment country, ce qui est en quelque sorte vrai. Je pense qu’en 2024, ce genre est devenu assez vague. Pour moi, il s’agit de l’arrangement, des thèmes et des instruments qui seront sur l’album. Certainement beaucoup de pedal steel, de violon, de banjo, tu sais. Nous nous imprégnons des sons et de l’essence de la country, mais je ne suis évidemment pas née et élevée dans le Kentucky ou quelque chose comme ça, donc oui.

PAN M 360 : Je constate que vous vous amusez bien avec cette idée, comme avec « Horse Girl », vous savez, cela semble très ironique. Vous utilisez ces clichés et tropes pour explorer des idées plus subversives.

Nora Kelly : Oui, exactement. Et je pense que certaines personnes dans le milieu country se prennent extrêmement au sérieux, donc c’est encore plus amusant de jouer avec le genre à mes yeux. Je pense que c’est quelque chose que les gens font en général, comme Lil Nas ou Orville Peck, ils le tournent de manière décalée, car cela choque beaucoup de gens tout en aimant le genre. Mais je pense qu’il y a encore beaucoup d’espace considéré comme sacré, réservé uniquement aux véritables stars de la country, et cela commence à changer maintenant, les gens se sentent plus à l’aise pour y plonger, je suppose.

PAN M 360 : C’est une bonne chose. J’ai trouvé cela plus agréable à écouter pour la première fois !

Nora Kelly : Oui, et cela a une histoire un peu sombre.

PAN M 360 : En fait, je n’avais jamais entendu parler de la country outlaw auparavant. Est-ce simplement un sous-genre ?

Nora Kelly : Oui, en quelque sorte. Johnny Cash en est un exemple classique. C’est cette énergie de cowboy criminel, vous savez…

PAN M 360 : Oui, cela vous convient bien !

Nora Kelly : Je veux juste que plus de femmes commettent des crimes.

PAN M 360 : Ha. Donc tout cela mènera à un nouvel album, je suppose, et il est en train de se frayer lentement un chemin vers nous ?

Nora Kelly : Nous essayons de sécuriser des subventions. Et oui, nous réfléchissons à avec qui nous allons travailler et tout, mais l’album est pratiquement écrit à ce stade. Du moins par moi, et nous travaillons encore sur certaines arrangements. Cela a été très amusant, cela me donne l’occasion de contacter des gens et de leur demander s’ils aimeraient prendre un café avec moi parce que je veux parler du prochain album. Donc j’ai l’impression d’avoir connecté avec certains musiciens montréalais cool dans le genre et la scène.

PAN M 360 : Avez-vous un nom pour le projet à venir ?

Nora Kelly : Pas encore de nom. Mais j’aimerais bien, mais oui, les chansons sont là. Il y a des éléments un peu gender-bending. J’approprie différents rôles de genre masculins dans certaines chansons. L’une parle d’être mineur dans les mines de sel du lac Huron, en Ontario, et l’autre d’être boxeur, vous savez ? Des choses comme ça.

PAN M 360 : Un tueur aussi ? Je me souviens avoir entendu une chanson de ce genre à votre spectacle.

Nora Kelly : Oh, l’une parle d’un mec odieux qui se fait tuer par son rendez-vous Tinder. Une ballade de meurtre, c’est un classique dans la country.

PAN M 360 : Je dois écrire une ballade de meurtre, moi aussi.

Nora Kelly : Oui, vous devriez. Je sais. Vous devriez, je pense que tout le monde devrait écrire au moins une ballade de meurtre.

PAN M 360 : Vous savez, c’est génial que vous vous amusiez avec tous ces personnages et tout. C’est une direction tellement intéressante et créative à prendre. Vous savez, beaucoup de gens chantent sur eux-mêmes, et beaucoup de gens ont cette propension à raconter des histoires. Vous devez beaucoup vous appuyer sur cela.

Nora Kelly : Oui, je m’appuie beaucoup là-dessus. Je pense que plus je deviens saine en tant qu’être humain, moins j’ai à écrire dans une chanson. Quand j’étais plus jeune, j’avais l’impression que tout était toujours très chaotique dans ma vie. Et j’avais beaucoup à mettre dans les chansons. Mais plus je vieillis, plus je dois me tourner vers la narration. Mais j’aime ça, en fait, et je pense que je deviens une meilleure auteure grâce à cela.

PAN M 360 : Oui, c’est vraiment cool. Et je me demande, y a-t-il une sorte de rituel dans lequel vous vous plongez pour écrire ?

Nora Kelly : Il est difficile de le réduire à une seule chose, mais une chose que j’ai remarquée, c’est que beaucoup de mélodies vocales et de paroles me viennent quand je me promène. Donc, récemment, j’ai abandonné mon iPhone pour un BlackBerry parce que j’ai remarqué que j’écoutais toujours de la musique ou des podcasts pendant que je me promenais. Et j’ai écrit beaucoup plus de chansons depuis que j’ai changé. Oui, je me promène juste, à l’ancienne.

PAN M 360 : Oui, eh bien, imaginez combien de personnes passent à côté de ça, vous savez ? Nous faisons tous cela, vous savez, nous nous distrayons tous de l’ennui.

Nora Kelly : L’ennui, c’est nul, je comprends. Et je veux juste écouter des livres audio sur des elfes fantastiques tout le temps ou quelque chose comme ça. Mais je n’écrirai aucune chanson et je ne serai pas vraiment aussi introspective que si je me forçais à le faire. C’est utile, mais ce n’est pas toujours amusant. Ce n’est pas toujours si amusant.

PAN M 360 : Alors, une excellente musique que vous voudriez que nous découvrions ?

Nora Kelly : Vous devriez écouter Wood Andrews, avec qui nous avons joué à ce spectacle. Je pense qu’il est vraiment spécial. C’est l’un de mes nouveaux amis, il joue une excellente musique country. Quels autres potes puis-je vous recommander ? Tonk est le meilleur groupe de style country, très similaire à R-Sound. En provenance de Vancouver, l’un de mes meilleurs amis joue dans ce groupe et ils font des trucs vraiment avant-gardistes. Vraiment fan de Gus Englehorn, c’est un peu comme les Pixies, des trucs bizarres.

PAN M 360 : Parfait. Et des concerts à venir ?

Nora Kelly : Eh bien, nous venons d’être sélectionnés pour Sled Island aujourd’hui ! À Calgary.

PAN M 360 : Eh bien, félicitations, merci beaucoup d’avoir pris le temps de parler à PAN M. Nous vous souhaitons tout le meilleur et nous espérons vous couvrir davantage à l’avenir, Nora !

Nora Kelly : Merci à vous tous.

Tout le contenu 360

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Architek Percussion et  2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | Architek Percussion et 2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | Sixtrum : la magie des percussions… aquatiques!

Semaine du Neuf | Sixtrum : la magie des percussions… aquatiques!

Semaine du Neuf | Beethoven 3.0 par l’ensemble collectif9

Semaine du Neuf | Beethoven 3.0 par l’ensemble collectif9

Semaine du Neuf | Les expériences haptiques et interdisciplinaires de Jimmie Leblanc et Fareena Chanda

Semaine du Neuf | Les expériences haptiques et interdisciplinaires de Jimmie Leblanc et Fareena Chanda

Inscrivez-vous à l'infolettre