POP Montréal | Le style « Inuindie » de Beatrice Deer, ou réfléchir au deuil, à la santé mentale et à la vie en constant changement

Entrevue réalisée par Zenith Wolfe

renseignements supplémentaires

Crédit photo : Crystina Pelletier

Pionnière de la musique « Inuindie », Deer est un modèle inuit qui raconte les histoires traditionnelles de sa communauté et partage ses histoires personnelles en tant que défenseur de la santé mentale. Son dernier album, Shifting, reflète les changements continus dans sa vie, le désir humain de survivre et la nature de l’amour.

PAN M 360 : Pouvez-vous nous dire ce que signifie pour vous le fait de chanter dans un style « Inuindie »?

Beatrice Deer : Il est naturel pour moi d’écrire des textes en inuktitut, car c’est ma langue maternelle. C’est la langue avec laquelle j’ai grandi et je la parle encore aujourd’hui, même si je vis en ville. Quant au style indie, c’est juste un genre que j’aime. Cela vient aussi naturellement.

PAN M 360 : Qu’est-ce qui vous plaît dans le genre indie?

Beatrice Deer : J’aime juste la façon dont cela sonne. Il n’y a pas d’explication plus profonde que cela.

PAN M 360 : Comment compareriez-vous le fait de chanter en inuktitut à celui de chanter en anglais ou en français?

Beatrice Deer : Comme c’est ma langue maternelle, j’ai plus confiance en ce que je dis. J’ai l’impression que les significations sont plus profondes. Avec l’anglais ou le français, qui sont mes deuxièmes langues, j’ai toujours confiance en ce que je dis, mais ce n’est pas le même niveau de confiance dans le vocabulaire, les définitions et les sentiments.

PAN M 360 : Je sais qu’une grande partie de votre répertoire interprète des histoires traditionnelles inuites. Quels types d’histoires aimez-vous explorer?

Beatrice Deer : J’ai entendu tellement de légendes inuites, et celles que j’interprète sont celles qui m’ont touchée ou choquée. Les légendes et les mythes inuits sont assez sombres et il y en a beaucoup. Le renard, par exemple, j’en ai entendu parler pour la première fois lorsque j’étais en première année par ma tante, qui était mon enseignante. J’ai été fascinée par ce renard qui se transformait en femme. Lorsque je suis devenue adulte et que j’ai essayé d’écrire des chansons, je me suis souvenue de l’histoire et je l’ai mieux comprise. Ma chanson « Fox » a été écrite par Johnny Griffin, un auteur-compositeur-interprète montréalais.

PAN M 360 : Qu’est-ce qui vous a impressionné dans cette histoire? Et qu’est-ce que vous comprenez mieux aujourd’hui?

Beatrice Deer : D’après mes souvenirs, quand je n’avais que six ans, je trouvais assez magique qu’une renarde puisse se transformer en femme. Elle restait avec ce chasseur et s’occupait des tâches ménagères comme la préparation des repas, le nettoyage et la couture. En tant qu’adulte, connaissant mieux l’histoire complète, je me suis rendu compte qu’il y avait une fin sombre où le chasseur tuait la renarde parce qu’elle s’était enfuie de chez lui.

PAN M 360 : Qu’est-ce qui vous attire dans l’obscurité et les légendes des mythes?

Beatrice Deer : Ce n’est pas quelque chose qui m’attire, c’est juste l’aspect de la narration en tant qu’Inuk, parce que la narration était une partie importante de notre culture. C’est ce que je veux continuer à faire et à préserver, pas nécessairement la fin sombre de la légende. Chanter, c’est ma façon de continuer à raconter des histoires.

PAN M 360 : Lors de vos concerts et de vos conférences, vous n’hésitez pas à dire que vous avez surmonté de nombreux obstacles dans votre vie et votre carrière musicale. Pouvez-vous nous parler de certains des obstacles que vous avez surmontés?

Beatrice Deer : Je suis sobre depuis juillet 2011. J’avais une dépendance à l’alcool et j’ai fait le choix d’arrêter complètement de boire. Je n’étais pas une grande consommatrice de drogues, mais j’ai aussi décidé que je ne voulais pas en consommer non plus. Comme pour beaucoup d’autochtones et d’Inuits, il y a beaucoup de pertes dans notre famille à cause des suicides et des morts tragiques. Cela fait partie des traumatismes intergénérationnels que nous avons vécus depuis la colonisation. Nous en faisons encore l’expérience aujourd’hui : nous avons un taux de suicide élevé parmi notre peuple.

PAN M 360 : Comment abordez-vous cette question dans votre musique?

Beatrice Deer : Je ne le dis pas spécifiquement dans mes paroles, mais je parle beaucoup des épreuves que j’ai vécues. Je parle des pensées suicidaires que j’ai eues par le passé et du fait que je me sentais désespérée. Dans mes chansons, je parle d’espoir et de trouver ma voie, ma vocation, mon but.

PAN M 360 : Cela se reflète dans votre dernier album, Shifting, qui parle beaucoup du « processus de devenir dans la vie ». Vous dites spécifiquement dans l’abstract que vous êtes en train de passer d’une période à une autre. Comment voyez-vous votre vie et votre chemin?

Beatrice Deer : Je considère que la vie est en constante évolution. Elle ne devrait pas être stagnante, car nous sommes censés évoluer vers notre vrai moi authentique. Si ce n’est pas le cas, c’est qu’il y a un problème, alors je suis toujours à la recherche d’une meilleure compréhension de moi-même. Si je me trouve dans une situation mentale, émotionnelle ou physique que je ne souhaite pas, j’essaie toujours de la remettre en question – je me demande pourquoi c’est comme ça et comment je peux passer de cette situation à celle que je souhaite. S’il s’agit de problèmes émotionnels, je demande conseil à des thérapeutes et à des personnes en qui j’ai confiance. S’il s’agit de problèmes physiques, j’en parle à mon médecin et je cherche des moyens de me sentir mieux. J’essaie toujours de rester proactive.

PAN M 360 : Qu’est-ce que cela signifie pour vous de pouvoir participer à des concerts comme POP Montréal?

Beatrice Deer : C’est formidable parce que je sais que POP a une très bonne réputation. C’est formidable qu’ils me soutiennent en tant qu’artiste et en tant qu’Inuk. J’ai très hâte d’y être. J’aime jouer à Montréal parce que c’est là que j’habite.

PAN M 360 : Pensez-vous que le fait de pouvoir participer à ces spectacles vous permet de vous présenter comme une figure de proue de votre communauté?

Beatrice Deer : En raison de mon travail de promotion de la santé mentale, de la santé émotionnelle et de la sobriété, je suis considérée comme un modèle par mes compatriotes inuits et je suis très honorée d’être perçue de la sorte. Donc je suppose que oui?

PAN M 360 : Merci beaucoup pour votre temps. Nous vous souhaitons le meilleur pour vos concerts et vos conférences.

Beatrice Deer se produira le 30 septembre au Théâtre Outremont à 20h. INFOS ET BILLETS ICI.

Tout le contenu 360

Aswell: banlieusard un jour, banlieusard toujours

Aswell: banlieusard un jour, banlieusard toujours

Francos | Valence, la beauté de l’insomnie

Francos | Valence, la beauté de l’insomnie

Suoni  | Sick of Fun… vraiment malade !

Suoni  | Sick of Fun… vraiment malade !

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

JAKŌ et ses paysages sonores expérimentaux aux Suoni

JAKŌ et ses paysages sonores expérimentaux aux Suoni

Ishi Tishi et leur soirée avec tous les animaux aux Suoni

Ishi Tishi et leur soirée avec tous les animaux aux Suoni

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité,  joie, insolence

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité, joie, insolence

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Festival Classica – Hommage à Queen

Festival Classica – Hommage à Queen

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Inscrivez-vous à l'infolettre