×

Obi Bora : traversée du désert et…

Interview réalisé par Stephan Boissonneault
Genres et styles : africain / afrobeat / électronique / hip-hop / trap

renseignements supplémentaires

On pourrait aisément tourner un film sur la vie d’Obi Bora, artiste électro/ hip hop / afrobeat. À l’âge de 23 ans, cet homme a choisi de fuir son pays natal, le Nigeria, alors en proie à une grande violence. Il  a vécu une vie d’exil, errant dans le désert, endurant la faim et la soif, fuyant les bandits qui pourchassent les migrants.

Obi Bora a traversé le Maroc et s’est retrouvé en Espagne, passant d’un camp de réfugiés à l’autre jusqu’à la Suisse. Il a ensuite été jeté deux fois dans une prison suisse pour ne pas avoir eu de papiers d’immigration. En prison, Obi a rencontré un homme qui l’a invité en France. Dans le doute, Obi s’est retrouvé à Lyon, en France, où il vit encore aujourd’hui.

Pendant tout ce temps, il  a lentement écrit des chansons sur son expérience. En septembre dernier, il a sorti son premier album, Black Prayers. Composés à l’origine sur son ordinateur portable alors qu’il vivait dans des squats, ses morceaux hip hop/afro-beat y sont chantés en anglais, français et igbo. Après avoir trouvé le multi-instrumentiste Cédric de La Chapelle, Obi  a enregistré Black Prayers, et a commencé à gagner du terrain en France comme dans d’autres marchés européens.

Il y a quelques années, Obi n’avait jamais joué sur une scène et maintenant il tourne à travers la France, se produit devant des milliers de personnes. Il n’a jamais rêvé de jouer de la musique professionnellement, maintenant il ne connaît rien d’autre. Comme il le dit, il a choisi la musique comme son “dernier territoire”.

Obi a eu le temps de discuter avec PAN M 360 de son voyage musical lors de sa tournée en France.

PAN M 360 : Comment allez-vous Obi ? N’avez-vous jamais rêvé de faire une tournée en France ?

Obi Bora : (rires) Tout ce que je peux dire, c’est merci mon Dieu. Nous faisons de notre mieux et c’est ma toute première tournée. Tout va si vite et personne ne sait ce qui se passera demain. Nous devons tous compter sur nos convictions au travail, être prêts à tout ce qui se présente à nous. La vie nous exige d’être prêt. Je n’ai jamais cru que je ferais un jour une tournée, mais ça s’est produit  et  j’en suis heureux.

PAN M 360 : En découvrant votre histoire, il semble que vous ayez assez voyagé pour toute une vie ?

Obi Bora : Oui, je peux dire que je suis fatigué. Je suis fatigué de passer d’un endroit à l’autre. Je veux juste bouger avec ma musique. Je ne peux plus courir de long en large. Je ne rajeunis pas. Maintenant, je me réjouis des occasions qui se présentent à moi.

PAN M 360 : Donc, à l’époque, vous avez dû fuir le Nigeria ?

Obi Bora : Oui (longue pause) J’espère que vous comprenez ce que vous entendez par fuir parce que si vous voyez ce qui se passe au Nigeria aujourd’hui, vous savez que c’était vraiment une fuite. Si vous regardez les nouvelles, vous savez que le Nigeria est comme l’huile dans la poêle à frire. Tout brûle, mais le Nigeria va bien. C’est terminé.

PAN M 360 : Aujourd’hui, mais à l’époque ?

Obi Bora : À l’époque, tout était souterrain. Si quelque chose vous arrivait, personne ne parlait ou ne disait rien parce que s’ils le faisaient, quelque chose leur arriverait aussi. Maintenant, c’est fini. Plus personne ne se dispute. Tout le monde est en désaccord avec le gouvernement et ils continuent à tuer. Le gouvernement recrute l’armée pour tuer. Tuer n’est pas un travail. C’est facile avec une arme. Vous pouvez faire pop pop pop,  des gens meurent tous les jours. J’ai vraiment survécu au Nigeria et je remercie Dieu. 

PAN M 360 :  Et quand vous étiez en Suisse, ils vous ont jeté en prison parce que vous n’aviez pas de papiers. Combien de temps y êtes-vous resté ?

Obi Bora : La Suisse m’a mis en prison deux fois. La première fois, c’était trois mois et la deuxième fois, c’était six mois. Donc la première fois que j’ai eu mon ordinateur, ils m’ont mis en prison parce que j’étais illégal. Après ma première sortie, j’ai continué à faire ma musique et je n’avais pas beaucoup de temps ni d’endroits où dormir, alors j’ai fait ma musique.

Après ma première sortie, je me suis dit : “OK, tu ne peux pas prendre ton temps pour acquis”. J’ai eu du mal à trouver l’argent pour aller en France parce que mon ami m’avait invité. Je voulais gagner de l’argent pour ne stresser personne quand j’irai en France. Alors après avoir essayé de gagner de l’argent, ils m’ont à nouveau arrêté. De nouveau en prison et j’ai rencontré un type qui m’a dit comment récolter des fonds en prison. J’ai commencé à travailler dans la prison pour économiser de l’argent et il m’a dit que je devais venir à Paris si je faisais de la musique. Tout est allé très vite, j’ai dit OK et je l’ai ajouté sur Facebook. Il a été libéré et deux mois après je lui ai envoyé un message et je l’ai rencontré à Lyon. Et c’est comme ça que je vis à Lyon maintenant.

PAN M 360 : Et quand vous avez commencé à faire de la musique sur votre ordinateur portable, avez-vous pensé à la diffuser au monde entier ou était-ce juste un projet pour vous ?

Obi Bora : La première fois que j’ai commencé à vivre en France, je n’avais pas d’endroit où rester. Ma situation était très difficile et j’ai dû relever des défis que d’autres personnes qui font de la musique, comme les DJ ou les auteurs-compositeurs, n’avaient pas vraiment. C’était un peu comme un combat pour moi-même. J’ai donc dû rendre ma musique personnelle parce que beaucoup de gens disaient “Oh, tu ne peux pas faire ça” ou “Il ne peut pas faire ça”. Je leur ai prouvé que je pouvais le faire et que cela devait être personnel.

PAN M 360 : Et beaucoup de chansons sur Black Prayers parlent de l’expérience des migrants et aussi de Black Lives Matter. Maintenant que vous avez sorti l’album, a-t-il pris un nouveau sens ?

Obi Bora : Oui. C’est pour mes amis noirs, parce que nous étions 500 immigrants par jour dans le squat. Sans papiers, sans maison. Je regardais notre situation et je me sentais mal. Alors j’avais mon ordinateur portable et mon micro et j’ai écrit quelque chose comme Slave We  pour eux. Et eux quelque chose comme Light ‘N’ Darkness, parce que c’était tout au sujet de cette expérience et ce passage dans le temps de ce que je vivais. Je sentais que j’avais besoin de motiver mes frères et mes collègues. La musique, c’est ce que vous avez et vous ne devez pas penser que quelqu’un d’autre est meilleur que vous. Il faut se débrouiller tout seul. J’ai fait ces chansons afin de prouver à mon peuple et à moi-même, parce que ce n’était pas facile pour moi. Je veux que les gens ressentent cela dans toutes les chansons. Je veux qu’ils sentent faire partie de mon âme, qu’ils soient dans mes chaussures.

PAN M 360 : Saviez-vous dès le début à quoi vous vouliez que la production des chansons ressemble ? Il y a de l’afrobeat, du reggae, du dub, du hip-hop et du trap avec votre rap.

Obi Bora : De nos jours, c’est un autre type d’afrobeat. Ce n’est pas le même que dans les années 1990 et il y a aussi différents types de musique trap. Il y a juste un son différent de musique afro sur le marché et c’est très bon. Je ne sais pas si vous avez écouté quelqu’un comme Burna Boy. Je savais que je voulais certains sons afrobeat, mais je ne pouvais pas le faire moi-même. J’ai juste commencé avec ce que j’avais sur mon ordinateur. J’avais mes échantillons de rythmes sur Logic et je ne pouvais pas attendre que quelqu’un me donne les instruments que je voulais, mais maintenant je veux aller avec ce nouveau roi du son afrobeat sur le marché.

PAN M 360 : Donc peut-être que plus tard vous n’utiliserez pas seulement Logic mais de vrais instrumentistes dans un studio ?

Obi Bora : Oui, c’est ce que je préfère. La première fois que je suis allé dans un studio,  j’ai vu ce qui s’y faisait. J’ai eu l’idée que même si je ne peux pas aller au studio parce que je n’ai pas l’argent pour payer le producteur, peut-être qu’un jour je pourrai travailler sur quelque chose en studio.

PAN M 360 : Avez-vous fait de la musique au Nigeria pendant votre enfance ?

Obi Bora : Oui, mais ce n’était pas ma propre musique. J’ai entendu la chanson Do For Love de 2Pac et j’ai dit “OK, je vais la chanter. Mais je vais la chanter comme si c’était moi qui l’avais écrite. J’avais 14 ans et j’ai fini par passer à ma propre musique. Je l’ai montrée à certains de mes frères et ils ont commencé à rire (rires). Mais la vie est la vie et on est ce qu’on veut dans la vie, alors j’ai continué. Il n’y a jamais de mauvais moment pour commencer à faire ce que l’on aime. Regardez-moi, je viens d’Afrique et je le fais. it is what it is.  

Inscrivez-vous à l'infolettre