Sona Jobarteh et la musique comme la vie

Entrevue réalisée par Elena Mandolini
Genres et styles : Afrique

renseignements supplémentaires

Musicienne accomplie native de la Gambie, Sona Jobarteh a baigné dans un univers musical dès son plus jeune âge. La musique est pour elle un talent naturel, presque une fonction vitale. Ce qui fait d’elle une artiste encore plus exceptionnelle est l’instrument qu’elle a adopté et par lequel elle s’est fait connaître internationalement : la kora.

Sona Jobarteh est une des rares femmes au monde qui maîtrise parfaitement cet instrument traditionnellement réservé aux hommes. Hormis sa carrière musicale, elle est à l’origine de la Gambia Academy, école destinée à offrir un curriculum complet aux enfants gambiens, en plus de leur enseigner la musique et la danse traditionnelles.

L’été dernier PAN M 360 a eu la chance de s’entretenir avec cette musicienne d’exception à la veille de son premier concert au Québec dans le cadre du Festival international Nuits d’Afrique et… Nous remettons cette interview de l’avant car l’intérêt du public est assez considérable pour qu’elle revienne donner un concert en salle, plus précisément au National, le vendredi 8 mars, de surcroit la Journée internationale des Femmes.

PAN M 360 : Bonjour Sona, merci beaucoup pour votre temps. En grandissant, vous avez été entourée de musique. Quand avez-vous décidé d’entreprendre une carrière de musicienne professionnelle?

Sona Jobarteh : C’est difficile à dire parce que je ne pense pas m’être réveillée un jour et avoir soudainement décidé cela. Je ne sais donc pas vraiment ce qui s’est passé. Ma vie a toujours été consacrée à la musique et au partage de la musique.

PAN M 360 : Qu’est-ce qui vous a poussé à choisir la kora comme instrument principal?

Sona Jobarteh : La kora est une tradition héréditaire. C’est donc quelque chose dans laquelle on naît. Ce n’est pas tant le choix de l’instrument que l’histoire de la famille.

PAN M 360 : Qu’en est-il des autres instruments dont vous jouez?

Sona Jobarteh : L’histoire est différente pour chacun d’entre eux. J’ai découvert certains des autres instruments dont je joue parfois par l’intermédiaire de mes proches. Par exemple, mon frère aîné joue du violoncelle, alors j’ai commencé à en jouer à mon tour. La guitare est un instrument que j’ai découvert vers l’âge de 12 ans. J’étais dans un endroit où il y avait une guitare et je l’ai essayée. Ensuite, dès que je voyais une guitare, je devais en jouer. Il y a eu des affinités très organiques avec les instruments dont je joue.

PAN M 360 : Vous êtes également très actif dans le domaine de l’éducation. Pouvez-vous nous en dire plus sur votre mission à la Gambia Academy?

Sona Jobarteh : La Gambia Academy n’est pas une école de musique précisément et uniquement, c’est une académie avec un programme complet. C’est ce que je m’efforce de développer. La musique en fait également partie, comme tout autre établissement d’enseignement général. C’est un endroit qui met l’accent sur la culture, l’histoire, les traditions et plusieurs autres choses de ce genre. Les gens font partie de l’éducation. La musique en fait aussi partie, évidemment.

PAN M 360 : Parlons plus précisément de votre musique. Quel message essayez-vous de faire passer à travers vos œuvres musicales?

Sona Jobarteh : Je ne suis pas sûre qu’il soit vrai de dire, dans mon cas, qu’il y a un message spécifique que je veux transmettre. Je n’ai pas l’intention d’avoir une mission ou de faire savoir qui je suis. Ironiquement, j’en parle dans l’une de mes chansons. Je parle d’analyser et de disséquer les choses au point de les rendre mensongères. Je n’assemble pas les choses selon une sorte de plan.

PAN M 360 : Ceci étant dit, comment voyez-vous la musique en général?

Sona Jobarteh : La musique fait partie intégrante non seulement de l’existence humaine, mais aussi de l’existence individuelle. Lorsque nous sommes musiciens, nous jouons de la musique, bien sûr, mais elle devient aussi notre forme personnelle de communication. Tout comme lorsque je vous parle, je ne prévois pas les mots que je vais utiliser. C’est la même chose en musique. L’essentiel n’est pas de savoir ce que c’est et comment c’est, l’essentiel est que je parle. Ou que je joue. Ce que je veux dire, c’est que la musique appartient à une toute autre catégorie. Elle est plus grande que tout. La musique dans son ensemble est plus importante que les spécificités de ma musique.

PAN M 360 : La musique a donc le même statut qu’une langue?

Sona Jobarteh : J’utilise la musique parce que j’ai été en contact avec elle, j’ai grandi avec elle. Comme tout le monde, n’est-ce pas? Si vous êtes né avec une bonne éducation, cela fait partie de votre vie, non? J’utilise l’anglais parce que j’y ai été exposée. Si j’étais en France, j’utiliserais le français. Ce n’est donc pas tant la langue de la musique ou la spécificité de la musique qui compte. Ce qui est important, c’est ce que vous essayiez de communiquer. La manière n’a pas vraiment d’importance? Et il se trouve que c’est différent pour chaque personne. Ils peuvent choisir la voix, la guitare ou le piano pour s’exprimer, par exemple.

PAN M 360 : De quoi parlez-vous lorsque vous composez une nouvelle chanson? Quels sont vos thèmes actuels?

Sona Jobarteh : Pour moi, cela dépend du message de la musique et de ce qu’elle veut communiquer. C’est différent pour chaque chanson. Je ne vais pas parler de toutes mes chansons, car cela vous prendrait tout votre temps. Mais je peux dire qu’aujourd’hui, mes chansons sont très en phase avec le travail que je fais en relation avec la Gambia Academy. Elles sont liées au développement social, au développement économique et au développement de l’éducation. Mes chansons sont très liées à tous ces domaines importants du développement social sur lesquels je travaille au quotidien, en dehors de la musique.

PAN M 360 : Vous avez également composé une musique de film. Comment abordez-vous ce type de travail?

Sona Jobarteh : Ce n’est pas parce qu’il s’agit d’un film que la musique doit être différente. Vous ne créez plus une musique qui se chante toute seule. Elle doit désormais jouer un rôle secondaire, au service des images. Par nature, elle sera donc différente de ma musique personnelle. Je dois me soumettre au message du film, au message des vidéos ou aux cadres que je traite. C’est donc une expérience très différente, et ce qui est composé peut en témoigner. Il s’agit d’une plate-forme totalement différente.

PAN M 360 : Quels sont les projets qui vous attendent?

Sona Jobarteh : Pour être honnête, le travail qui me prend le plus de temps est celui que j’effectue pour l’Académie. Comme je dirige l’Académie, c’est un travail à plein temps en soi. Il n’est pas facile de s’absenter pendant de longues périodes, avec l’emploi du temps chargé que j’ai en ce moment. Il a été difficile de maintenir les deux.

SONA JOBARTEH SE PRODUIT AU NATIONAL, LE VENDREDI 8 MARS, 20H. BILLETS ET INFOS ICI

Tout le contenu 360

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité,  joie, insolence

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité, joie, insolence

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Festival Classica – Hommage à Queen

Festival Classica – Hommage à Queen

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

SAT Dômesicle | Elena Colombi, beaucoup de la tête pour le corps

SAT Dômesicle | Elena Colombi, beaucoup de la tête pour le corps

Humidex Records fête ses cinq ans à la SAT!

Humidex Records fête ses cinq ans à la SAT!

Jill Barber : en français encore et toujours!

Jill Barber : en français encore et toujours!

Festival Classica – Piazzolla, de New York à Paris

Festival Classica – Piazzolla, de New York à Paris

38e Nuits d’Afrique | Sépopo Galley explique la programmation

38e Nuits d’Afrique | Sépopo Galley explique la programmation

Karina Gauvin dans les traces de Marie Hubert, Fille du Roy

Karina Gauvin dans les traces de Marie Hubert, Fille du Roy

Inscrivez-vous à l'infolettre