MUTEK 2023 | Husa & Zeyada : Égyptronique

Entrevue réalisée par Patrick Baillargeon
Genres et styles : électro / électro-rock

renseignements supplémentaires

Husa & Zeyada représente à la fois un projet audiovisuel et un groupe électronique égypto-canadien qui décrit son travail comme une fusion entre la pop intimiste imbibée des synthétiseurs et des guitares électriques de Rola Zeyada et de la deep house mystique du DJ et producteur montréalais Adam Husa, connu aussi pour sa musique parue sur Sol Selectas, Seven Villas, Magician On Duty et sa propre entité, Husa Sounds. Ensemble, Husa & Zeyada explorent un indie-rock électronique sensuel et mystérieux, drapé de paroles en anglais et en arabe.

Le duo, et couple aussi, dont la collaboration a débuté peu avant le début de la pandémie, s’est établi à Dahab, dans le sud du Sinaï. Ensemble, ils ont fait paraître plusieurs morceaux et vidéos, chacun mettant en avant leur vision artistique et leur maîtrise exceptionnelle. L’approche novatrice de Husa & Zeyada en matière de production musicale, ainsi que leur aptitude à harmonieusement mélanger une diversité de sonorités électroniques, a suscité de nombreux remixes par des artistes tels que Hernan Cattaneo, Mustafa Ismaeel, Madmotormiquel et Artphormque. Le binôme a publié en 2022 son tout premier album, Long Way Home, conçu en seulement une semaine de sessions de jam et d’exploration, et regroupant une grande partie des singles parus en amont.

À la veille de leur tout premier passage à MUTEK, Adam Husa et Rola Zeyada nous ont parlé de leur rencontre, de cette chimie qui les unit autant en art qu’en amour, des nuances et difficultés de chanter en arabe, de leur nouveau projet et de l’explosion de la musique électronique au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

PAN M 360 : Parlez-nous un peu de votre parcours personnel.

Zeyada : Je suis égyptienne. Je suis née et j’ai grandi en Égypte. Je suis allée à l’université à New York pour un premier cycle, puis pour un master, et c’est là que j’ai commencé à faire de la musique. J’étais plus dans l’indie et le rock, et j’ai eu un groupe puis un duo à New York. Puis je me suis lancé en solo, je suis retournée en Égypte avant la pandémie. Et oui, c’est là que nous nous sommes rencontrés quelques mois après.

Adam : J’ai quitté Montréal, peut-être six mois avant l’époque la pandémie, il y a environ trois ou quatre ans. Je faisais beaucoup d’événements ici et je suis allé en Égypte pour me concentrer sur la musique. Et quand la pandémie a frappé, les aéroports ont fermé. C’est là que j’ai décidé de m’installer à Dahab. Et c’est à Dahab que nous avons construit un studio et tout le reste. Nous nous sommes rencontrés là-bas, et c’est là que se trouve notre studio et notre maison, c’est là que nous nous sommes mariés et que nous avons commencé notre centre de création.

Zeyada : Dahab est une petite ville sur la côte égyptienne, c’est comme une ville bédouine / hippie, comme une communauté de kite surf…. C’est un tout petit endroit rural. C’est un endroit très, très brut, avec de petites maisons à chambres. C’est là que nous avons construit notre studio et que nous nous sommes installés. C’est notre maison.

Husa : Nous revenons au Canada. Nous allons donc commencer à construire un monde de ce côté-ci.

PAN M 360 : Qu’est-ce qui vous a poussé à travailler ensemble ?

Zeyada : Je visitais Dahab et un ami m’a mis en contact avec Adam et son colocataire de l’époque. Ils étaient tous deux musiciens et partageaient un studio. En fait, je suis allée enregistrer avec cette autre personne, nous voulions faire un jam et créer quelque chose, mais ça ne s’est pas très bien passé avec cette personne. Nous sommes amis, mais je suis parti. Adam m’a envoyé un message, je pense qu’il dormait dans l’autre pièce, il a entendu ce que j’essayais de faire et je pense qu’il a aimé. Nos styles correspondaient en quelque sorte. Peut-être que nous avons été influencés l’un par l’autre, par le fait que nous venions de Montréal et de New York, et aussi par le fait que j’aime le rock et qu’il aime la dance music, et que nous avons réuni ces deux choses. Je pense que nous avons vu plus de similitudes qu’avec d’autres personnes avec lesquelles nous avons travaillé et qui sont plus dans les sonorités orientales.

Husa : Nous nous sommes vraiment entendus sur le son. Même si elle venait plutôt de la scène rock, j’ai senti que cela correspondait à ce que je voulais faire avec la musique électronique. C’est là que nous avons vu un espace vraiment cool pour construire un pont entre ces sons.

PAN M 360 : Est-ce la musique qui a mené à l’amour ou l’amour qui a mené à la musique ?

Zeyada : La musique a mené à l’amour… Je veux dire que tout est arrivé en même temps. Pendant une bonne semaine, nous avons parlé du fait que la musique est tout ce qui compte, et ensuite tout a fusionné et s’est produit rapidement. Mais nous nous sommes vraiment concentrés sur le fait que nous avions quelque chose de bien. Et c’est de là que tout part. Mais nous avons aussi reconnu que notre son ensemble était vraiment spécial.

Husa : Au début, nous étions ensemble presque tous les jours, et nous avons terminé le premier album probablement dans la première semaine, donc tout se passait très vite du côté de la musique. C’était un moment où nous ne voulions pas nous concentrer sur autre chose que la musique.

Zeyada : Pour moi, qui travaillais davantage avec des groupes, le format d’écriture avec un groupe, ou même lorsque j’écris seule avec une guitare ou un ukulélé, est tellement différent de la production de musique électronique. Et lorsque nous nous sommes réunis, je pense que j’ai vu à quel point je pouvais travailler rapidement de cette façon, plutôt que le rythme plus lent d’un groupe. Travailler, travailler, travailler, continuer à travailler jusqu’à ce que les choses sortent, ne pas attendre que les choses arrivent. Et pour moi, c’était vraiment excitant. C’est pourquoi nous avons fait autant de choses au cours de la première semaine passée ensemble.

PAN M 360 : Le résultat est-il essentiellement ce que l’on peut entendre sur votre album Long Way Home?

Zeyada : Long Way Home a été réalisé au cours des deux premières semaines de notre rencontre. C’était donc très lourd. Nous avons été très influencés par l’époque à laquelle nous vivions. Nous en étions à huit ou dix mois de Corona; nous ne pouvions pas voyager, nous ne voyions pas beaucoup de gens, nous étions dans un entre-deux, entourés par le désert et la mer, et nous avions toutes les peurs de la société, mais en même temps, on les oubliait…

Husa : Après l’année dernière, nous avons commencé à faire des tournées et nous avons commencé à voir quelle genre de place nous voulions occuper dans les clubs. Donc tout ce que tu peux entendre sur Spotify est techniquement plus ancien, mais ce que tu vas entendre en live est ce que nous avons fait juste avant de quitter le studio, ce qui est très différent mais beaucoup plus…

Zeyada : … Groovy ?

Husa : Beaucoup plus rock and roll d’une manière électronique.

PAN M 360 : Avez-vous été inspirés par d’autres artistes ? J’entends un peu de Gudrun Gut et de Seelenluft dans votre musique.

Zeyada : Nous ne connaissons aucun de ces artistes ! Honnêtement, je dois dire que j’adore les différentes choses que nous rappelons aux gens. C’est comme des choses des années 70, ou des groupes punk, ou des trucs alternatifs des années 90…. Je suis heureux que tu nous parles de ces artistes. Je suis très curieuse de les entendre. Je dirais que Darkside a été notre plus grande source d’inspiration. J’aime aussi Dope Lemon, un peu plus du côté de l’indie. Personnellement, j’aime le rock, comme les Strokes et Timber Timbre, je suis un peu plus rock et punk.

Husa : J’ai toujours aimé ce que faisait Darkside. J’avais l’impression qu’il y avait tout un monde de sons dans ce type de musique où il n’y a que des guitares électriques et de la musique électronique. Je pense que c’est une sorte d’influence qui est restée dans ma tête pendant longtemps.

PAN M 360 : Sur votre premier album, vous ne chantez qu’en anglais, mais j’ai vu que vous chantiez aussi en arabe.

Zeyada : En fait, nous sommes un peu en retard sur les sorties. La plupart des morceaux que nous jouons lors de nos concerts ne sont même pas sortis. Nous jouons un peu de Long Way Home, surtout les chansons avec lesquelles nous sommes le plus connectés. Mais encore une fois, cet album a été produit très tôt dans notre vie commune. C’est pourquoi nous nous contentons de faire des choses en studio et de les jouer ensuite. Nous aimons cet aspect qui nous permet d’avoir toujours de nouvelles choses. Il y a donc beaucoup de morceaux qui sont entrés, puis sortis, etc. En général, au moins 30 % du set est chanté en arabe. Mais je crois que nous n’avons sorti qu’un seul titre en arabe, que nous ne jouons même pas en concert… J’essaie d’écrire en arabe comme je le fais en anglais et de ne pas opter pour ce son oriental, avec lequel je n’ai personnellement aucun lien.

Husa : En arabe, on peut dire beaucoup plus de choses dans le même laps de temps, parce qu’il y a plus de voyelles que l’on peut mettre, donc on peut aller beaucoup plus en profondeur, d’une certaine manière. Même si on ne comprend pas la langue, on peut en comprendre le sens, ce qui pour moi est vraiment intéressant. Je commence également à l’enregistrer en arabe parce que je suis encore en train d’apprendre la langue. Je suis donc encore un peu lent à comprendre les conversations et les choses de ce genre. Mais parfois, je comprends avant même qu’elle ne me dise ce que les paroles signifient. Je le ressens. C’est pourquoi chanter en arabe est devenu très intéressant pour nous, parce que cela va beaucoup plus loin si vous le faites correctement, ce qu’elle fait.

Zeyada : C’est beaucoup plus difficile d’écrire en arabe, surtout dans ce contexte. À un moment donné, nous allions arrêter d’essayer d’écrire en arabe parce que nous étions si rapides à faire de la musique en anglais. Nous pouvons faire une chanson entière en une journée en anglais, alors qu’il faut trois ou quatre jours pour faire quelque chose en arabe. Je pense que c’est la troisième langue la plus parlée au monde et pourtant elle est si limitée sur le plan musical. Elle est surtout coincée dans ce son oriental commercial. En Égypte même, la scène pop est nulle. Le rock est arrivé si tard ici que nous le faisons maintenant comme il était fait il y a 30 ans. Si nous continuons à rattraper les genres, 20 ans plus tard, nous ne ferons jamais rien de nouveau. Mais en même temps, la musique électronique se développe au Moyen-Orient. J’ai donc l’impression que nous sommes enfin en train de combler un peu le fossé dans ce domaine.

PAN M 360 : Il y a beaucoup de musique électro qui sort de Tunisie, du Maroc, du Liban, de Jordanie, d’Égypte… J’ai l’impression que ça commence vraiment à exploser au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Zeyada : C’est vraiment énorme. Ça se passe. Ces deux dernières années, la scène s’est tellement développée, il y a tellement d’événements qui ont lieu, et de plus en plus d’artistes. Et plus il y a d’événements électroniques, plus il y a de chances que les gens s’y intéressent et veuillent créer de la musique eux-mêmes.

Husa : Depuis trois ou quatre ans que je suis là, j’ai vu les choses s’accélérer très rapidement. Il y a tellement de nouvelles opportunités, de nouveaux sons, c’est énorme.

PAN M 360 : Travaillez-vous en ce moment sur quelque chose de nouveau ? Un autre album peut-être ?

Husa : Nous travaillons sur un album conceptuel un peu complexe. Nous avons une histoire fictive qui se confond avec la réalité. Il y a tellement d’idées…

Zeyada : La musique de l’album est prête et nous sommes en train de construire le visuel de l’histoire. La musique est déjà développée avec l’idée de ce concept visuel en tête. C’est la première fois que nous sommes en mesure de réaliser un projet 100% audio et visuel.

Husa : L’idée est qu’il y a des personnages qui viennent d’une autre ligne temporelle et qui ne cessent de se croiser dans notre réalité. C’est un peu comme ça que nous voulons positionner notre prochain album, qui est une fusion audio et visuelle entre la réalité et le concept de fiction.

Zeyada : Nous allons donc jouer cette musique à MUTEK.

Husa : Je suis enthousiaste. Je pense que nous nous sommes inspirés de beaucoup de choses qui fonctionnent et que nous avons orchestré quelque chose d’unique pour ce projet. Mais ce projet est encore en cours de développement ; le concept de base est que nous essayons vraiment d’apporter cette idée d’introduire plus de rock and roll dans la musique électronique. Je pense donc que cet album en montrera un peu plus que le précédent.

PAN M 360 : Et sur scène, vous n’êtes que tous les deux ?

Husa : Rola joue de la guitare et chante et j’ai Ableton avec des contrôleurs et le synthé semi-modulaire MS 20. C’est cool parce que tous les sets sont des sortes de freestyling, donc c’est toujours différent.

Tout le contenu 360

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Rutshelle Guillaume: la reine du konpa à la conquête de MTL !

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Rutshelle Guillaume: la reine du konpa à la conquête de MTL !

Club Sagacité aux Nuits d’Afrique Sound System: San Farafina explique

Club Sagacité aux Nuits d’Afrique Sound System: San Farafina explique

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Modeline Raymond « choisie par la musique »

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Modeline Raymond « choisie par la musique »

Piknic Elektronic | Jordan Gardner, de TO à MTL « pour l’esprit de l’art « 

Piknic Elektronic | Jordan Gardner, de TO à MTL « pour l’esprit de l’art « 

Domaine Forget 2024 | Paysage américain au domaine, Nicholas Walker nous en cause

Domaine Forget 2024 | Paysage américain au domaine, Nicholas Walker nous en cause

Dômesicle SAT | Kizi Garden + Isotone, 10 ans fêtés le 19 juillet

Dômesicle SAT | Kizi Garden + Isotone, 10 ans fêtés le 19 juillet

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Fredy Massamba, un Congolais (de Montréal) sur 3 continents

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Fredy Massamba, un Congolais (de Montréal) sur 3 continents

Étienne Dupuis et l’ICAV : toujours apprendre, et montrer comment

Étienne Dupuis et l’ICAV : toujours apprendre, et montrer comment

Festival de Lanaudière 2024 | Yoav Levanon, prodige en récital ou avec orchestre, ses débuts au Canada !

Festival de Lanaudière 2024 | Yoav Levanon, prodige en récital ou avec orchestre, ses débuts au Canada !

Nuits d’Afrique 2024 – Une discussion avec Eno Williams, la chanteuse d’Ibibio Sound Machine

Nuits d’Afrique 2024 – Une discussion avec Eno Williams, la chanteuse d’Ibibio Sound Machine

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Valérie Ekoumè et le Québec : amour réciproque sur rythmes jubilatoires

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Valérie Ekoumè et le Québec : amour réciproque sur rythmes jubilatoires

Festival d’art vocal de Montréal 2024 | Apprendre à chanter sans stress avec Claude Webster

Festival d’art vocal de Montréal 2024 | Apprendre à chanter sans stress avec Claude Webster

Festival de Lanaudière 2024 | Quatuor Diotima au Québec : dialogues musicaux d’hier et d’aujourd’hui

Festival de Lanaudière 2024 | Quatuor Diotima au Québec : dialogues musicaux d’hier et d’aujourd’hui

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Pahua, neuve sous le soleil mexicain

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Pahua, neuve sous le soleil mexicain

Le Festival d’Art Vocal de Montréal s’ouvre au grand public

Le Festival d’Art Vocal de Montréal s’ouvre au grand public

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique – Luiz Salgado et sa guitare « caipira »

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique – Luiz Salgado et sa guitare « caipira »

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Bombino : la chaleur humaine au rythme du désert

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Bombino : la chaleur humaine au rythme du désert

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Queen Omega étend son royaume à MTL

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Queen Omega étend son royaume à MTL

Domaine Forget 2024 | Brises capverdiennes dans Charlevoix avec Lucibela

Domaine Forget 2024 | Brises capverdiennes dans Charlevoix avec Lucibela

SAT X EAF : Heith, Orchestroll, Audréanne Filion

SAT X EAF : Heith, Orchestroll, Audréanne Filion

Présente ta chanson ! Queenie nous parle de Feels Good

Présente ta chanson ! Queenie nous parle de Feels Good

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Def Mama Def, le karma des femmes

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Def Mama Def, le karma des femmes

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | ALBERTO SALGADO : Embrasser les traditions et la modernité brésilienne

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | ALBERTO SALGADO : Embrasser les traditions et la modernité brésilienne

Inscrivez-vous à l'infolettre