Miloš à l’OM : la guitare classique avec orchestre symphonique, au-delà du Concerto d’Aranjuez 

Entrevue réalisée par Alain Brunet
Genres et styles : classique / période moderne

renseignements supplémentaires

Cette semaine à Montréal, la maestra américano-colombienne Lina González-Granados dirige l’Orchestre Métropolitain dans quatre lieux différents dont la Maison symphonique ce vendredi, 19h30. Les couleurs seront andines, mexicaines, espagnoles, à commencer par celles du soliste Miloš, dans le célèbre Concerto d’Aranjuez pour guitare et orchestre Joaquín Rodrigo, créé en 1939.

Devenu l’un des plus illustres virtuoses de la guitare classique, Miloš Karadaglić s’est produit dans les plus grandes salles de concert et dans les principaux festivals du monde entier. Ses trois premiers enregistrements chez Deutsche Grammophon ont certes contribué à faire de lui un authentique guitar hero de la musique classique, à commencer par l’enregistrement du Concerto d’Aranjuez avec le London Philharmonic sous la direction de Yannick Nézet-Séguin. Aujourd’hui, Miloš est enregistré chez Decca Classics, il vit à Londres et se produit sur une guitare Greg Smallman de 2007.

Miloš a aussi fait dans le crossover, notamment en interprétant à sa façon le répertoire des Beatles, assortis de duos avec les chanteurs et musiciens Gregory Porter, Tori Amos, Steven Isserlis ou Anoushka Shankar. 

Au Canada, Miloš a déjà rejoint l’Orchestre du Centre national des arts d’Ottawa en mai 2019 pour interpréter un autre concerto écrit spécialement pour lui, The Forest, de Howard Shore. En 2021, Miloš a lancé son sixième album The Moon and the Forest, qui comprend les concerti de Talbot et de Shore ainsi que Full Moon de Ludovico Einaudi et Traumerei de Robert Schumann.

Authentique porte-parole de la guitare classique dans le monde, Miloš campe régulièrement le rôle de présentateur de radio et de télévision. Qui plus est, il est un fervent promoteur de l’éducation musicale, étant le parrain du Mayor of London Fund for Young Musicians et des Awards for Young Musicians. 

Joint à New York avant sa série de concerts donnés avec l’OM, Miloš Karadaglić nous cause des enjeux d’un guitariste classique jouant avec un orchestre symphonique, mais aussi de sa responsabilité en tant que soliste et promoteur de son instrument de prédilection.

PAN M 360 : Le thème mélodique principal du Concierto de Aranjuez de Joaquín Rodrigo est largement connu, au-delà du public classique. Dans le monde du jazz, il a été adopté par Chick Corea (Spain) et Miles Davis (Sketches of Spain). Vous êtes donc maintenant l’un des principaux solistes du monde classique à interpréter cet incontournable concerto avec un orchestre symphonique.

Miloš Karadaglić : Eh bien, c’est un morceau qui m’a suivi tout au long de ma carrière, et tout au long de ma croissance en tant qu’artiste. Oui, parce que je l’ai appris pour la première fois lorsque j’étais étudiant à la Royal Academy of Music de Londres. Et, et je me souviens, c’était très agréable de l’avoir entre les doigts la première fois, car c’est une œuvre tellement emblématique. Et c’est peut-être l’œuvre la plus facilement reconnaissable pour la guitare classique dans le répertoire. C’est aussi une pièce qui comporte de nombreux défis, parce que vous savez, tout le monde connaît cette pièce pour ses belles mélodies du deuxième moment. Mais en fait, Joaquín Rodrigo lui-même n’était pas un guitariste. Donc, bien qu’il ait été capable d’écrire des sons qui convenaient parfaitement à la guitare, il n’a pas toujours réussi à écrire de manière très dramatique pour que cela fonctionne très bien à la guitare. Ainsi, ce qui est toujours le cas avec sa musique, chaque musicien doit trouver sa propre voie avec n’importe lequel de ses morceaux. Il n’y a presque aucune façon standard de jouer et de faire l’une de ses œuvres . Néanmoins, il a été au fil des ans un rite de passage pour tant de jeunes artistes. Chaque fois que vous êtes invité à jouer avec un orchestre, le Concerto d’Aranjuez sera probablement le premier morceau pour moi. Personnellement, j’ai senti que j’étais vraiment prêt à le jouer lorsque je l’ai enregistré chez Deutsche Grammophon en 2014, soit avec le London Philharmonic. C’était donc un moment important pour moi. Mais quelle est la chose intéressante dans cette interprétation? Je n’ai jamais eu l’impression que ce morceau s’enfermait dans une seule version; j’ai eu l’impression qu’il évoluait toujours vers une version différente en fonction de l’orchestre et du chef d’orchestre, de l’ensemble et des circonstances de la représentation. Et je pense que c’est aussi en partie parce que nous, guitaristes, avons très rarement le privilège de jouer avec un grand orchestre.

PAN M 360 : Oui, il n’y a pas tant de morceaux pour guitare classique et orchestre, même pour le meilleur instrumentiste pour obtenir quelques concerts avec un grand orchestre, à cause du petit nombre d’œuvres et aussi de la nature même de l’instrument dont le volume naturel est relativement faible pour une facture symphonique.

Miloš Karadaglić : Vous savez, les guitaristes classiques n’ont pas beaucoup grandes occasions pour jouer avec orchestre. Donc, j’ai ressenti un énorme poids sur mes épaules dans les années 2014, 2015 et 2016, quand j’étais en tournée. Soudain, dans mon calendrier, j’avais le Chicago Symphony, le Cleveland Orchestra, le Philadelphia Orchestra, le L.A. Philharmonic, Rome, Munich, Londres, etc. C’était pour moi une une incroyable responsabilité, et bien sûr un rêve que de jouer avec ces orchestres. J’apprenais tellement de ces expériences mais je n’étais pas toujours à l’aise, parce que ces grands orchestres ne sont pas toujours habitués à accompagner une guitare qu’il faut souvent amplifier. À ce titre, je n’avais vraiment personne de qui apprendre. À cette époque, je ne voyageais pas avec ma propre petite amplification, je me fiais davantage à l’ensemble et à la façon dont cela sonnait, à l’ingénieur du son dans la salle et au chef d’orchestre. Et cela vous met en quelque sorte dans une position très vulnérable. Parce que lorsque vous êtes là, vous êtes censé faire de la musique. Mais ce qui s’est toujours produit, c’est qu’au moment où vous vous rendiez à un concert, vous faisiez de la musique, et les gens répondaient à cette musique d’une manière si intense et merveilleuse. Je pense donc que, pour tout guitariste, il faut beaucoup de temps pour acquérir le niveau de confiance qui permet, lorsque l’on se trouve devant un grand orchestre, de se dire : « OK, je sais exactement ce que je fais. Et je sais exactement comment je veux que chaque note sonne. »

PAN M 360 : Vous avez eu l’occasion d’y réfléchir davantage lors de la pandémie, alors que s’est-il passé?

Miloš Karadaglić : C’était peut-être le seul moment de ma carrière, et je pense que c’est la même chose pour beaucoup de musiciens, où nous avons pu récapituler, recalculer, calibrer et réévaluer tout ce que nous avons appris. Et aussi réaliser que ce que nous faisons est un luxe incroyable. Et que la joie de faire de la musique est plus importante que toute approbation, ou tout ce qui entoure normalement nos vies d’artistes. Alors maintenant, quand je vais jouer, il y a ces préoccupations, je me sens très différent de ce que je ressentais il y a quelques années, parce que je sens que maintenant, je sais exactement ce que je fais. Et je sais exactement ce qui va se passer. Et c’est un sentiment vraiment génial et très valorisant.

PAN M 360 : Jouer d’une guitare acoustique avec un grand orchestre est toujours un défi en raison des différences de volume. Cela explique aussi que l’instrument lui-même ne soit pas beaucoup utilisé dans les grands orchestres. Donc maintenant, peut-être que les problèmes peuvent être différents. Comment voyez-vous l’évolution du rôle d’un soliste de guitare acoustique classique avec de grands ensembles?

Miloš Karadaglić : Je prends cela très au sérieux. Par exemple je dois intervenir auprès des directeurs artistiques, car j’ai l’impression que nous avons tellement évolué et qu’ il y a maintenant tellement plus de possibilités individuelles. Pour ce, vous devez savoir résoudre cette équation du volume de l’instrument : ce n’est plus juste coller le micro sur la guitare car le volume de la guitare dépend aussi de la façon dont vous la jouez. Et si vous êtes un soliste en tournée internationale, le son est très, très différent de celui d’un guitariste en compétition devant jury. Vous devez plutôt jouer devant 1000 à 2000 personnes. Souvent, vous n’êtes pas amplifié et donc cela signifie que vous devez amplifier le son dans votre façon de jouer. Et cela implique beaucoup plus de puissance et de tension dans les doigts et les mains. Et vous devez vraiment savoir comment équilibrer cette tension, cette action et cette réaction dans les mains. Et c’est, c’est comme apprendre à jouer à nouveau. Et, pour moi, ce fut un processus de transformation si extraordinaire, qui s’est vraiment produit en jouant avec tous ces orchestres et en participant à ces grands, grands, grands concerts au fil des ans.

PAN M 360 : Ces ajustement ont-ils un impact réel?

Miloš Karadaglić : Absolument. Et il faut ensuite faire le point sur tout ce que l’on a appris et ensuite utiliser l’influence que l’on génère en tant qu’artiste pour inspirer la prochaine génération de compositeurs à écrire de nouvelles œuvres orchestrales pour guitare solo. C’est un processus très excitant, très passionnant! Donc, il nous faut continuer à élargir ces barrières, et cette beauté acquise pourra attirer un public vers la guitare. Et ensuite, c’est votre rôle en tant qu’artiste d’emmener ce public avec vous pour un voyage plus loin dans un autre répertoire.

PAN M 360 : Avez-vous déjà travaillé avec la maestra colombo-américaine Lina Gonzalez-Granados qui dirigera l’Orchestre Métropolitain de Montréal à vos côtés?

Miloš Karadaglić : Je n’ai jamais travaillé avec elle mais j’ai entendu des choses merveilleuses à son sujet de la part de mes collègues et amis. Quant à l’OM, je n’ai travaillé qu’avec Yannick Nézet-Séguin (avec le London Philharmonic) mais je me sens entre bonnes mains avec son orchestre. Car même si je n’ai jamais travaillé avec cet orchestre, c’est grâce à Yannick que je m’en sens particulièrement proche. Donc je dois dire que ce qui m’impressionne le plus, c’est que l’OM a organisé ce concert dans quatre endroits différents de la ville. Beaucoup d’orchestres attendent que le public vienne à eux, ce qui n’est pas le cas avec l’OM. Connaissant Yannick, j’ai réalisé que cela devait être son initiative, car il est cette personne qui va toujours vers le public. Il a ce don incroyable. Je suis donc très impressionné qu’il y ait quatre représentations avec l’OM.

PAN M 360 : Avez-vous toujours un lien fort avec le Monténégro où vous êtes né et avez grandi? 

Miloš Karadaglić : J’ai quitté le Monténégro il y a longtemps, soit il y a 23 ans, oui. Mais je n’ai jamais perdu mes liens avec mon pays natal, simplement parce que j’ai réalisé que je pouvais donner beaucoup en retour. Et, et les choses que j’ai apprises en faisant ce que je fais, je peux les partager et c’est, c’est un très petit pays, et dans un pays, qui est le plus petit qui soit, vous devenez en quelque sorte un héros national parce que c’est un si petit pays. Et je pense qu’on peut le vivre de différentes manières. Mais la façon dont je l’utilise, c’est pour ouvrir l’esprit des gens, pour éduquer les jeunes générations, pour les inspirer avec vos propres actions, et pour essayer de les soutenir s’ils essaient d’aller étudier à l’étranger ou d’obtenir une bourse d’études. Et, et cela me donne un immense plaisir. Je suis d’ailleurs sur le point de créer ma propre fondation. Et c’est vraiment le projet de toute une vie, parce que je pense qu’il faille soutenir les jeunes gens talentueux de cette région des Balkans, si troublée par la politique. J’ai eu la chance d’avoir une vie meilleure ailleurs; avoir découvert la guitare, si jeune, au Monténégro dans les années 90, a été pour moi une chance exceptionnelle. Ça m’a ouvert un monde radicalement différent du mien, et ça a complètement changé ma vie. Et c’est là le pouvoir de la musique : où que vous viviez et quelles que soient les circonstances, vous êtes capable de créer ce monde magnifique autour de vous. Cela n’a rien à voir avec le monde extérieur. Un vrai cadeau de la vie!

PAN M 360 : Pensez-vous avoir une responsabilité dans ce sens?

Miloš Karadaglić : C’est quelque chose que je prends vraiment très au sérieux. Je pense que la clé est d’éduquer les gens vers la musique, non pas que tout le monde doive devenir une star mondiale ou de la musique classique, absolument pas. Au contraire, il y a de moins en moins de possibilités pour réussir, notre industrie de la musique est en danger. Je pense plutôt que l’accès à la formation permet d’être sensible à la musique vous ouvre les yeux d’une multitude de façons. Oui, ça commence par l’éducation. Et ça commence avec des idées comme l’Orchestre Métropolitain qui présente le même programme dans quatre lieux différents. 

MILOŠ ET L’ORCHESTRE MÉTROPOLITAIN SE PRODUISENT CETTE SEMAINE DANS PLUSIEURS SALLES DE LA RÉGION DE MONTRÉAL, DONT LA MAISON SYMPHONIQUE CE VENDREDI 4 NOVEMBRE. POUR INFOS, C’EST ICI!

Tout le contenu 360

Constantinople | Kiya Tabassian nous parle de Dimitrie Cantemir

Constantinople | Kiya Tabassian nous parle de Dimitrie Cantemir

SMCQ | Comment vivre différentes temporalités? Sandeep Bhagwati propose une vaste métaphore

SMCQ | Comment vivre différentes temporalités? Sandeep Bhagwati propose une vaste métaphore

Oumou Sangaré | La superdiva du Wassoulou chante Timbuktu à MTL

Oumou Sangaré | La superdiva du Wassoulou chante Timbuktu à MTL

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Architek Percussion et  2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | Architek Percussion et 2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Inscrivez-vous à l'infolettre