×

M pour Montréal : Kamikaze Nurse extirpe l’art-rock de la vie domestique

Interview réalisé par Brenna Roblin

renseignements supplémentaires

De Vancouver, le groupe rock alternatif Kamikaze Nurse trouve son inspiration dans des zones improbables. Sur son deuxième album, Stimuloso, le groupe associe de lourds riffs de guitares à la voix puissante et bourdonnante de KC Wei, ce qui constitue un étrange conte de fée avec des moments de bonheur et des périodes d’émotions ravagées par l’existence. 

Kamikaze Nurse confère l’intensité d’un feu de forêt à des titres comme Work + Days et Stimuloso et une énergie ludique aux chansons Never Better et Come from Wood. L’éventail du groupe est vaste, et pourtant l’album semble cohérent et intentionnel. 

Chaque membre participe à d’autres facettes de la scène artistique vancouvéroise, des installations sonores de John Brennan à la rédaction par KC Wei pour le  magazine de critique cinématographique et littéraire STILLS: Moving Image Tract. La littérature, la poésie et le cinéma sont parmi les sources des textes et du son explosif de Kamikaze Nurse. 

Constitué de membres d’âges et d’expériences différents, le groupe se réunit autour de leur amour commun d’être à la maison. Les chats, par exemple, figurent en bonne place sur l’album dans des chansons comme Pet Meds. Sur fond de batterie rapide, Wei et la chanteuse-bassiste Sonya Eui tissent délicatement une étoffe de chants, de paroles et de bruits d’animaux pour ainsi créer un étrange voyage narratif. Dans Boom Josie, chanson dédiée à la petite fille du guitariste Ethan Reyes, le groupe exprime la peur et l’euphorie d’une nouvelle vie. 

Sur Stimuloso, Kamikaze Nurse utilise ses divers intérêts à son avantage, composant un disque riche en sons et en mots. Avant le concert  prévu à M pour Montréal, Pan M 360 a parlé avec Kamikaze Nurse de la vie domestique, de David Cronenberg et du partage du succès avec d’autres artistes de Vancouver.


 

PAN M 360 : Comment était-ce d’écrire et d’enregistrer Stimuloso à la maison pendant la pandémie?

KC : Oui, ce fut un processus très, très long. Nous avons eu l’impression d’avoir écrit peut-être quatre des chansons avant la pandémie. Et puis, avant la pandémie, je pense que nous avions l’intention de continuer à écrire et que nous avions cette idée de “Ouais, allons-y, faisons un deuxième album”. Mais avec la pandémie, nous avons pris quatre mois de congé, en gros, quand la première vague est arrivée. Et c’est comme si nous étions coincés dans les limbes, comme, vous savez, tout le monde dans le monde pendant un certain temps. Mais alors, nous avons juste fait la plupart dans cette salle pour, comme, les instruments. On essayait de trouver un moment où nos voisins ne jouaient pas et on enregistrait les parties, morceau par morceau. 

Cela a pris quelques mois. Et c’était aussi nous qui essayions de comprendre, tu sais, comment installer les micros et le mixage et tout. Donc il y avait quelques chansons que nous avons dû faire encore et encore et encore. Et après ça, on est allé au studio d’enregistrement pour finir les voix. Et ça a pris, genre, un jour ou deux. Ouais, comment c’était pour vous les gars ?

Sonya : J’ai pris plus de temps libre pendant COVID que le reste d’entre vous d’après ce dont je me souviens, à cause de mon travail. Donc je me souviens être arrivée, et j’ai dit, ‘Oh, on va jouer quelques chansons’. Et ils m’ont dit : “On est en train d’enregistrer. Je me sentais très confus sur ce qui se passait. C’était bien, j’ai aimé ça.

Ethan : Ouais, c’était amusant. Cela a pris tellement de temps de planifier, comme, des semaines à l’avance pour réserver de venir et faire des overdubs pour juste une chanson. Du moins pour moi, parce que ça m’a pris beaucoup de temps pour écrire ma part. Et la plupart de mes parties étaient écrites dès que je m’asseyais et que John appuyait sur le bouton d’enregistrement. Du genre : “OK, mettons-nous d’accord. C’était une façon vraiment unique de faire. D’une certaine manière, je préfère cette façon de faire à celle de notre précédent album, qui était un enregistrement en direct. En procédant de cette façon, il y avait beaucoup plus de contrôle sur le processus d’écriture et sur le perfectionnement des choses. 

PAN M 360 : Plusieurs chansons de cet album font référence à la vie domestique. Comment avez-vous trouvé le rock dans la vie domestique? 

Sonya : Je ne sais même pas si c’était le cas. Je veux dire, évidemment, je pense que le bébé et les chats sont arrivés pendant la pandémie, certains à cause de la pandémie. Je ne sais pas pour le bébé, mais certainement pour les chats.

Ethan : Ce n’était pas lié à la pandémie. C’était juste flagrant. Cela aurait pu arriver à n’importe quel moment.

Sonya : Je pense que ça se serait passé comme ça de toute façon, honnêtement, nous avions juste beaucoup de chats en tête. C’était la grande affaire.

Ethan : Avez-vous eu ous vos chats pendant la pandémie ?

KC : Non.

Ethan : Tu avais Jiffy.

KC : Mais Motya était un chat errant et est venu chez nous une nuit et s’est battu avec Jiffy pour sa nourriture.

Sonya : Je ne sais pas, je pense que c’était juste une phase de la vie.

KC : Concernant la vie domestique,  je suis quelqu’un d’assez casanier. Ou… je ne sais pas, maintenant que j’y pense, il y a beaucoup de choses auxquelles on peut se référer sur la banalité de la vie ou quelque chose comme ça. Et pour que ça inspire un album de rock, je pense que ça a du sens pour moi. Je veux dire, c’est peut-être de là que ça vient, comme si je parlais pour moi-même. 

Sonya : Je ne sais pas si c’est bizarre à dire mais nous avons des âges radicalement différents. Ce que nous avons en commun, c’est que nous sommes tous très attachés à notre foyer, je dirais. La famille et tout ça. Parce que je ne sais pas ce que nous aurions en commun autrement, juste en termes d’expérience quotidienne, je ne sais pas ce que nous aurions en commun autrement. Nous le ferions, mais les drames et les émotions sont différents.

KC : Oui, c’est vraiment intéressant d’y penser. Nous nous réunissons et jouons ensemble en tant que groupe et nous puisons dans nos vies quotidiennes assez différentes. Juste en termes de paroles ou d’écriture de chansons. Je me demande si j’ai plus à dire à ce sujet. C’est intéressant que tu aies choisi la vie domestique comme thème de l’album. Je pense que c’est cool. Comme, de plus en plus, je pense que je suis plus habitué à entendre, comme, tu sais, la mort et la décadence et l’amour pour nos créatures et des choses comme ça. Mais en fait, la maison est un espace si puissant. Et peut-être que c’est cool que cet album évoque cela, parce que ce n’est généralement pas typique de la musique rock, je suppose.

PAN M 360 : Oui, c’est exactement ça. C’est très atypique mais de la meilleure façon. KC, vous n’avez commencé à jouer de la musique qu’à l’âge de 26 ans, après avoir fréquenté une école d’art. Vous êtes récemment retournée dans le monde universitaire en tant que candidate au doctorat. Comment votre formation en beaux-arts influe-t-elle sur votre musique?

KC : Je pense que c’est peut-être une attitude envers le fait de jouer dans un groupe où je n’ai joué d’un instrument que très tard. Donc je ne vais pas décaper aussi fort que les gens qui jouent depuis très longtemps, évidemment. Je dois donc trouver comment écrire des chansons et les créer d’une manière différente. Et je pense que c’est là que le fait d’être un artiste me donne la confiance nécessaire pour essayer ça. Et puis, je suppose que le fait d’être un artiste m’aide à intégrer dans la musique des intérêts différents de la littérature, des films ou autres. Je n’ai pas grandi en écoutant de la musique ou en jouant dans des groupes de musique live. Je pense donc que mon approche est un peu différente. C’est peut-être ce qui rend les chansons un peu uniques. Je veux dire, nous apportons tous, je pense, des éléments très nets, mais je suppose que c’est de là que je viens.

PAN M 360 : Parlez-moi de votre relation avec David Cronenberg, notamment de l’influence de son film sur votre chanson du même nom, Dead Ringers.

KC : Oh, oui, je l’ai regardé. C’est mon film préféré de Cronenberg. Je ne les ai pas tous vus. Je n’ai pas encore vu le nouveau, mais à chaque fois que je l’ai regardé, c’était tellement triste. Vous l’avez vu? Oh mon dieu, c’est comme, c’est la chose la plus triste que j’ai jamais vue. Je pense que nous avions le riff de la chanson depuis un moment, mais ce n’est qu’au moment où nous avons regardé le film et où nous nous sommes dit : “Oh, il est temps d’écrire les paroles de la chanson”. C’était  très émotionnellement affecté. Si vous voulez le regarder, c’est sur Netflix, je crois. Je veux dire, ouais, vous l’avez regardé? Vous aimez David Cronenberg?

PAN M 360 : Je suis une grand fan de David Cronenberg. Qu’est-ce que vous avez trouvé de triste ou, du moins, d’émotionnellement évocateur dans ce film?

KC : Eh bien, je pense que l’amour entre les frères, comme l’amour codépendant et très tordu entre les frères. Et puis le genre d’intérêt amoureux qui fout en l’air leur, je ne sais pas, leur dynamique, et comment à la fin, ils reviennent l’un vers l’autre, mais de la manière la plus tragique qui soit. C’est comme être de deux côtés de l’existence, mais ensemble. C’est comme s’ils étaient fondamentalement… J’aime comment dans le film, il y a certaines scènes qui sont si visuelles. Parce qu’ils portent des blouses rouges et ces griffes folles qui le fascinent quand il va à la galerie, et de toute façon, c’est juste, je ne suis pas sûr. J’essaie de penser aux paroles maintenant et comment elles se rapportent, mais c’est plutôt l’état émotionnel dans lequel je me trouvais à ce moment-là, et comment cet état émotionnel a ouvert une sorte de voie pour écrire des paroles. Parce que je n’écris pas sur ma propre expérience, ou sur ma propre douleur. C’est plus comme la douleur ou les sentiments qui se manifestent à travers une autre oeuvre d’art, et je trouve que c’est vraiment le but de l’art pour moi, ou comme, tu veux qu’il te fasse ressentir quelque chose que tu es incapable de ressentir sans lui. Donc je pense que c’est un peu de là que je venais quand j’écrivais les paroles et que je voulais juste continuer ce flux d’énergie. Si ce film m’a fait ressentir ça, je voulais écrire les paroles de la chanson de cette façon. Peut-être que si quelqu’un entend ça, il sera… ça évoquera quelque chose. Ça ouvrira quelque chose pour eux.

PAN M 360 : Sonya, votre formation en musique classique influence-t-elle votre approche du rock? Est-ce une rébellion?

Sonya : Je pense que je l’ai toujours su. Je me suis mise à la musique classique parce que c’est un moyen très facile d’entrer dans la musique. Mais j’ai grandi dans une famille très rock. Je pense donc que j’ai toujours su que je ferais quelque chose comme ça. Mais ce que je dirais, c’est que, évidemment, une formation classique facilite beaucoup de choses. Il est plus facile de comprendre la musique. Je ne sais pas, même comme, surtout en jouant avec ce groupe, en jouant avec John en particulier. Le fait d’être dans la section rythmique avec John qui a une formation très solide, une formation académique en musique, nous permet de nous connecter très facilement.

PAN M 360 : L’électroacoustique, c’est ça, à Concordia?

KC : Oui, et certainement du jazz. C’est un gars très jazzy.

Sonya : Cette partie est amusante. J’ai l’impression que John et moi pouvons beaucoup jouer avec les signatures temporelles et les rythmes. Ce qui n’est pas toujours le cas dans les groupes de rock. Donc je pense, pour résumer, que ma formation classique rend la musique rock extrêmement amusante à jouer avec des gens qui ont une formation similaire, car on peut faire beaucoup de choses avec ça. Et aussi, comme, techniquement, c’est vraiment cool de s’améliorer. J’ai l’impression d’avoir l’ambition d’être meilleur dans mon instrument parce qu’on me l’a inculqué, au sens propre comme au sens figuré.

PAN M 360 : Work + Days joue avec l’anxiété de gagner sa vie. Quand est-ce que faire et jouer de la musique ressemble à du travail pour vous?

Ethan : Oui, c’est une question intéressante. J’ai l’impression que jouer de la musique peut être à la fois une expérience très libératrice et un moyen agréable de se libérer du stress du travail et de gagner sa vie, mais cela peut aussi facilement ressembler à une obligation. C’est difficile de trouver un équilibre. Surtout quand on est très occupé, qu’on a un bébé et qu’on doit travailler à plein temps, ça craint d’avoir l’impression qu’on doit faire un effort pour se ménager du temps juste pour se détendre. Ainsi ça devrait juste arriver. J’aimerais qu’on soit tous voisins et qu’on ait un espace de jam dans le sous-sol. Tu peux juste, genre, te détendre et faire ça tous les soirs, juste, genre, tu sais, traîner et jouer de la musique. Moi, je dois conduire une demi-heure pour venir ici [au studio].

PAN M 360 : Ouais, ça ressemble à la transformation d’un travail créatif en une sorte de neuf à cinq structuré où vous devez réellement déterminer quand vous allez vous rassembler et rejoindre et jouer.

Ethan : Ouais, mes parties préférées à 100 % dans un groupe sont les répétitions et la scène. Littéralement toutes les autres parties du groupe ne me plaisent pas. L’enregistrement, je m’en fous. Traiter avec le label. Traiter avec le label est la pire partie. Si nous pouvions trouver un moyen de nous entraîner et de faire des concerts, ce serait génial.

Sonya : Il ne veut pas fermer sa gueule à propos de ce bébé.

PAN M 360 : Oui, Josie, comment elle va?

Ethan : Elle va très bien. Elle a eu un an et demi aujourd’hui.

PAN M 360 : 
Oh, joyeux anniversaire, ou demi-anniversaire!

Ethan : On lui a acheté un smoothie pour son demi-anniversaire.

PAN M 360 : Un smoothie?

Ethan : Elle a eu un smoothie à la banane et on est allé à la balançoire.

KC : Écrivons une chanson rock sur ça.

PAN M 360 : Votre plus récent clip pour Never Better a été animé par Lianne Zannier, une artiste basée à Vancouver. Qu’est-ce qui vous a poussé à travailler avec elle?

KC : Oh, nous sommes amies. Nous étions collègues de travail dans ce centre artistique. Et Lianne a passé beaucoup de temps à Montréal et au Nouveau-Brunswick. C’était surtout un lien d’amitié. Et John voulait vraiment faire un clip vidéo animé. Et nous avons déjà fait deux vidéos de musique. Donc je pense que nous n’avions pas d’autres idées sur ce que nous voulions faire comme vidéos de musique. Alors Lianne est intervenue et a juste donné son idée ou son concept. Alors nous avons juste fait avec.

PAN M 360 : Je ne sais pas si c’est intentionnel, mais on dirait que vous créez naturellement cette sorte d’écosystème mutuellement bénéfique avec les artistes de votre entourage. Est-ce que cela s’est produit dans d’autres cas auxquels vous pouvez penser?

KC : Je veux dire, peut-être avec l’art rock, parce que j’avais l’habitude de faire cette série de concerts à Vancouver, où j’invitais simplement les gens. C’était une soirée de concert mensuelle que je programmais et tout ça. Et je demandais simplement aux gens de venir jouer. Je ne pensais pas que ça deviendrait quelque chose, mais ça a duré trois ans, peut-être plus de trois ans. Et il y a eu, genre, 32 itérations. Et avec le temps, j’ai l’impression qu’on ne peut pas être, et je ne veux pas être, un groupe qui réussit sans le partager autant que possible avec mes amis ou la communauté à laquelle je tiens. C’est vraiment difficile parfois. Nous sommes tous constamment épuisés. Et on nous demande parfois de faire des concerts. Et soit nous ne sommes pas en ville, soit nous sommes très occupés, soit nous sommes très fatigués. Je suis un peu gêné par le mot “communauté” parce qu’il peut être tellement chargé. Comme la construire pour la faire, et la maintenir dans le temps. Cela peut être très positif, et nous le faisons parce que nous aimons ça et que nous avons besoin d’une communauté pour nous épanouir, mais cela peut aussi être épuisant et désordonné, et les communautés changent avec le temps. Les gens vont et viennent, et les communautés doivent grandir et évoluer.

PAN M 360 : Vous jouerez bientôt à M pour Montréal. Qu’espérez-vous que les spectateurs ressentent lorsqu’ils écoutent vos performances?

Sonya : De la pitié.

KC : De l’orgasme.

Ethan : J’espère que le premier rang est juste comme, comme, des mecs qui sont comme, “Oh, cette musique est si malade,” et ils vont juste “Whoa” pour tout le set. C’est tout. Je ne me soucie pas vraiment de ce qu’ils ressentent. Tant qu’ils sont satisfaits de cette musique.

Kamikaze Nurse sera au Café Cléopâtre le 18 novembre avec Ariane Roy et l’Escogriffe le 19 novembre avec Sunglaciers et un invité surprise.

Inscrivez-vous à l'infolettre