×

Lubana Al-Quntar : grande voix de l’Est… à l’Ouest

Interview réalisé par Alain Brunet

renseignements supplémentaires

La soprano Lubana Al-Quntar est une pointure du chant arabe, les mélomanes montréalais auront la chance de découvrir son art ancré dans le grand raffinement moyen-oriental.  Offrir une telle expérience en salle est une des grandes spécialités du Festival du monde arabe de Montréal, qui démarre ce vendredi 29 octobre.

Pour les artisans et usagers de PAN M 360, c’est ici l’occasion de nous sensibiliser davantage aux musiques traditionnelles et classiques du monde arabe et, il va sans dire, de parler des enjeux du chant au féminin avec Lubana Al-Quntar, qui a eu l’amabilité de répondre à nos questions.

PAN M 360 : Vous êtes née à Damas, en Syrie, au sein d’une famille de chanteurs traditionnels. Vous êtes descendante de la célèbre chanteuse syrienne Amal Al Atrash (Asmahan) et de Farid El Atrash, son frère compositeur et chanteur de réputation internationale. Pouvons-nous connaître plus précisément cette lignée entre vous et Asmahan et Farid El Atrash? Comment ces légendes de la culture arabe moderne ont-elles eu un impact sur votre développement et votre carrière?

Lubana Al-Quntar : Le père d’Asmahan est le cousin de mon grand-père (du côté de ma mère). Depuis mon enfance, j’ai grandi avec les histoires de ces légendes, et les défis qu’ils ont dû relever pour perpétuer leur art et leur musique. J’ai le sentiment d’avoir une grande responsabilité en prolongeant l’héritage de la famille avec la voie musicale que je poursuis. Les défis auxquels je suis confrontée dans ma carrière artistique, comme mes prédécesseurs, me poussent à suivre la même voie. Certains aspects de la voix d’Asmahan ressemblent à la mienne, surtout dans sa profondeur et sa tessiture, ce qui me pousse encore plus à poursuivre l’héritage. 

PAN M 360 : Vous avez été formée dans des conservatoires classiques internationaux sous la supervision de chanteurs connus tels que Galina Khaldieva, Kenneth Woollam et Maestra Mya Besselink. Vous avez également travaillé avec de grands chefs d’orchestre – Daniel Barenboim, Ricardo Mutti, Sara Beaker. Vous avez donc suivi les deux formations classiques en tant que chanteuse soprano : arabe et occidentale. Quelles sont les principales différences dans la formation de la voix? Vous inspirez-vous des deux cultures dans votre propre identité vocale?

Lubana Al-Quntar : Il y a une différence fondamentale entre les deux types de chant arabe et l’opéra classique. Alors que, pour le chant lyrique, la production du son et son centre se fait par la voix de tête. Quant au chant arabe, il est issu de la gorge. L’une des recommandations importantes dont m’ont parlé mes professeurs est que je devrais abandonner le chant arabe (la gorge), surtout au début de mes études, car le fait de placer les cordes vocales dans deux styles et techniques de chant différents aura un effet négatif sur la voix et empêchera son développement parfait et correct. J’ai suivi ce conseil pendant de nombreuses années jusqu’à ce que je maîtrise les techniques du chant lyrique et que j’atteigne le niveau de professionnalisme. Après la stabilité de la voix et sa maturité, j’ai commencé à profiter de tout ce que j’avais appris dans le chant lyrique et je l’ai mis au service du chant arabe… en termes de respiration et de résonance correcte… et d’extension des phrases lyriques.

PAN M 360 : En tant que soprano colorature, vous explorez le large répertoire qu’elle chante dans le folklore, les langues traditionnelles syriaques et araméennes, la pop et l’opéra classique. Pouvez-vous ajouter quelque chose à cette description? Qu’est-ce qui vous rend spéciale dans la communauté arabe des chanteurs classiques et traditionnels?

Lubana Al-Quntar : Lorsque j’ai commencé ma carrière en Syrie, j’étais la première chanteuse d’opéra car il n’y avait pas encore de formation à l’opéra. J’étais la première étudiante du département. J’ai ensuite voyagé pour poursuivre mes études à Londres et en Allemagne et je suis devenue la première chanteuse d’opéra syrienne avec une grande maîtrise des techniques de l’opéra. D’autre part, j’ai également maîtrisé le chant arabe traditionnel et folklorique. En d’autres termes, j’ai une grande maîtrise de ces deux répertoires qui exigent une manière de chanter et un positionnement de la voix complètement différents. Il est très rare de trouver un chanteur arabe qui puisse faire les deux professionnellement. 

PAN M 360 : Vous avez obtenu le titre prestigieux de première chanteuse d’opéra arabe de Syrie. En 1996, vous avez remporté le premier prix du public et le quatrième prix général d’un concours international de chant à Belgrade. En 2000, vous avez gagné le cinquième prix au Concours de chant Reine Elisabeth, à Bruxelles, en Belgique.  Quels sont pour vous les plus précieux de ces prix?

Lubana Al-Quntar : Ces prix sont très spéciaux pour moi car c’était la première fois qu’un artiste syrien participait à ces concours internationaux :  

* Le concours international de chant de Belgrade : J’étais encore étudiante et ce prestigieux concours m’a donné une très haute affirmation de mon talent et une grande motivation pour continuer sur ma voie. 

* Le concours de chant Reine Elizabeth a été un moment clé qui a propulsé ma carrière hors du monde arabe et qui a débouché sur de nombreuses tournées européennes dans le monde de l’opéra.

PAN M 360 : Entre 2006 et 2012, vous avez travaillé au Conservatoire national syrien en tant que responsable de la voix pour le département de chant d’opéra. Vous avez également fondé et lancé le département de chant arabe classique permettant aux étudiants d’étudier les formes occidentales et arabes ensemble pour la toute première fois.  L’aspect pédagogique de votre carrière semble donc très important. Que vous apporte-t-il? 

Lubana Al-Quntar : J’ai commencé à enseigner le chant lyrique au début de ma carrière, car je voulais transmettre l’expérience que j’avais acquise grâce à mes études avec de grands maîtres en Europe et aussi l’expérience importante des concours auxquels j’ai participé. Je voulais que les nouveaux étudiants enthousiasmés par le chant lyrique professionnel soient familiarisés avec toutes ces techniques de chant. 

Le chant d’opéra n’était pas au cœur de notre culture en Syrie… et y réussir exigeait un effort supplémentaire et de la persévérance. Et lorsque les nouveaux étudiants ont vu que celui qui leur enseignait était issu de leur culture, et que le succès était possible et non impossible, ma présence en tant que professeur dans le département de chant était spéciale sur le plan personnel et pratique.

Je suis fière d’avoir fondé le département de chant arabe à l’Institut supérieur de musique de Syrie et d’y avoir développé une technique spéciale pour développer la voix, en bénéficiant de mon expérience du chant lyrique.

PAN M 360 Pouvez-vous nous parler un peu des musiciens qui joueront pour vous à Montréal?  

Lubana Al-Quntar : Je vais rencontrer ces musiciens pour la première fois ! Jusqu’à présent, travailler avec eux (à distance) a été formidable !  Ensuite, je chanterai Asmahan, Oum Kalthoum, Qudud halabiya, et des chansons traditionnelles de Damas ainsi que des chants persans, kurdes, arméniens et syriaques / araméens.  

PAN M 360 : Avez-vous déjà chanté au Canada? Si oui, dans quelles villes? Et aux États-Unis?

Lubana Al-Quntar : Oui, à la fondation Aga Khan à Toronto. J’ai chanté dans de nombreuses villes des États-Unis : New York, DC, Los Angeles, Michigan, etc.

PAN M 360 : En tant que citoyenne syrienne, vous avez dû souffrir ces dernières années. Que pensez-vous de la situation? Où êtes-vous basée maintenant? 

Lubana Al-Quntar : Je suis aux États-Unis depuis les événements tragiques en Syrie (2012). C’est très difficile pour moi, car toute ma famille est encore en Syrie ou dans d’autres endroits du monde. 

Lubana Al-Quntar se produit en ouverture du Festival du monde arabe, le vendredi 29 octobre, 20 h, à la Cinquième Salle de la Place des Arts

Inscrivez-vous à l'infolettre