Nuits d’Afrique: Lavanya Narasiah, chanteuse, maestra, médecin…

Entrevue réalisée par Varun Swarup

renseignements supplémentaires

Pour le Festival Nuits d’Afrique de cette année, la chanteuse et chef d’orchestre Lavanya Narasiah présentera un spectacle passionnant et original de musique qui dépasse les frontières.

Lavanya jouera au Club Balattou le 17 juillet à 20h30.

PAN M 360 : Bonjour Lavanya, merci d’être là. Votre spectacle de cette année se distingue par la diversité des traditions musicales qu’il présente. Pouvez-vous nous en dire un peu plus à ce sujet ?

Lavanya : Bien sûr. Ce spectacle est l’aboutissement d’un de mes rêves : je voulais créer un espace où plusieurs de mes collègues de musique du monde, principalement de la région de Montréal, mais aussi de l’Inde, pourraient collaborer. Pour chaque morceau de mon premier CD, Dharani, que j’ai réalisé il y a maintenant 10 ans, il y avait de nombreux musiciens. Malheureusement, je n’ai pas pu lancer cet album comme je le souhaitais, la vie s’en est mêlée, ma mère est tombée malade, mais j’ai finalement voulu revenir à ce projet et trouver un moyen d’en faire quelque chose que nous pourrions réellement jouer, avec tous ces musiciens et ces styles différents. La question était de savoir ce que nous pouvions prendre comme essence et comment nous pouvions aller de l’avant avec ce projet. Nous jouons toujours ce matériel, mais avec un groupe plus condensé. Nous aurons cependant des invités spéciaux à ce concert.

PAN M 360 : Dharani est un projet incroyablement fascinant. J’ai des réserves sur des termes comme fusion et world music, mais ce que vous avez réussi à faire avec cette instrumentation est fascinant. Cela m’amène à m’interroger sur votre parcours musical. Avez-vous une solide formation vocale carnatique ?

Lavanya : Depuis mon plus jeune âge, j’ai appris la musique carnatique auprès de mon père. Oui, j’ai toujours eu pour base la musique carnatique classique, mais à l’adolescence, j’ai commencé à m’intéresser à d’autres choses, en particulier à la musique brésilienne. Lorsque j’ai entendu cette musique pour la première fois, je suis tombée amoureuse et je n’arrête pas de dire que j’ai l’impression d’avoir été brésilienne dans une vie antérieure ! La plupart de mes meilleurs amis sont d’ailleurs originaires du Brésil.

Finalement, j’ai commencé à travailler sur ce projet. Je l’ai appelé Sertão, et c’était à Sherbrooke, où j’ai eu un groupe pendant de nombreuses années. Puis nous sommes venus à Montréal avec ce groupe, que j’ai rebaptisé Chandra Lua. Nous reprenions certains de ces classiques brésiliens, vous savez, des chansons des années 1960 et 1970 avec beaucoup d’esprit social et révolutionnaire derrière elles, et puis j’ai naturellement ajouté une sorte de touche indienne et j’ai commencé à jouer avec un peu de konnakol et tout ça. J’avais donc de fortes affinités avec la musique brésilienne depuis longtemps et c’est à partir de là que j’ai eu l’occasion de voyager pour mon travail. J’ai pu aller au Mali et j’ai été très touchée par la musique que j’ai entendue là-bas, il y avait même des mélodies indiennes que j’ai entendues. Je me suis dit que ce serait super cool d’essayer de faire quelque chose, quelque chose qui ne soit pas de la fusion, mais un nouveau son qui réunirait tous ces instruments. Comme vous l’avez dit, j’ai aussi des réserves sur la musique du monde, mais je ne sais pas comment décrire au mieux cette musique.

PAN M 360 : C’est tout à fait juste. Si la musique est bien sûr un langage universel, il doit être techniquement difficile d’assembler tous ces sons, comment s’est déroulé le processus ?

Lavanya : Bonne question. En général, les compositions commencent par une mélodie que je fredonne et une fois que j’ai l’impression d’avoir quelque chose, je l’apporte au groupe. À partir de là, le joueur de kora me dira peut-être qu’il ne peut pas jouer exactement la même chose, mais qu’il jouera quelque chose qui est l’équivalent le plus proche que nous ayons dans notre tradition. Dans ce cas, je lui demanderai peut-être d’omettre certaines notes au lieu de les ajouter, car j’aime vraiment respecter le raga dans les compositions. J’aime me concentrer sur un seul raga par morceau autant que possible. Il y a donc beaucoup de compromis et de communication, et nous finissons par ajouter une basse et une structure rythmique qui sonnent bien, les percussionnistes trouvant le moyen de se fondre au mieux dans la musique.

Nous jouons bien sûr certaines des chansons du premier album, mais nous travaillons également sur de nouveaux morceaux, qui n’ont pas encore été publiés en raison de l’épidémie de COVID. Je travaille dans le secteur de la santé, c’est pourquoi j’ai fait une autre longue pause dans ma production musicale.

PAN M 360 : Oui, je sais ! Je trouve incroyable que vous réussissiez à être à la fois une artiste et une professionnelle de la santé.

Lavanya : C’est difficile, c’est vraiment difficile. Cela fait 25 ans que je travaille comme médecin de famille, et il y a eu beaucoup de défis à relever, mais c’est aussi grâce à la musique que j’ai pu survivre et rester dans cette profession aussi longtemps que je l’ai fait.

PAN M 360 : Diriez-vous que la musique a de véritables propriétés curatives, au-delà du soulagement spirituel et émotionnel ?

Lavanya : Absolument, n’est-ce pas ? Nous n’avons pas encore complètement compris la réaction de notre corps à la musique. Mais il est clair qu’il se passe quelque chose dans notre corps lorsque nous fredonnons, ou même lorsque nous pensons simplement à la musique. Parfois, il n’est même pas nécessaire de chanter, mais le simple fait de penser à la musique peut avoir un réel effet physiologique sur nous, et même sur notre bien-être général.

Vous savez, avec la musique indienne, quand je n’ai pas le temps, je peux mettre la tanpura box et chanter mes sa re ga ma, et parfois c’est tout ce que je peux faire entre deux réunions, mais cela aligne quelque chose en moi, cela m’enracine, cela m’enracine complètement.

PAN M 360 : Je suis impatient de ressentir cela pour moi-même. Je vous souhaite une excellente émission, Lavanya.

Lavanya : Merci !

Tout le contenu 360

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité,  joie, insolence

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité, joie, insolence

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Festival Classica – Hommage à Queen

Festival Classica – Hommage à Queen

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

SAT Dômesicle | Elena Colombi, beaucoup de la tête pour le corps

SAT Dômesicle | Elena Colombi, beaucoup de la tête pour le corps

Humidex Records fête ses cinq ans à la SAT!

Humidex Records fête ses cinq ans à la SAT!

Jill Barber : en français encore et toujours!

Jill Barber : en français encore et toujours!

Festival Classica – Piazzolla, de New York à Paris

Festival Classica – Piazzolla, de New York à Paris

38e Nuits d’Afrique | Sépopo Galley explique la programmation

38e Nuits d’Afrique | Sépopo Galley explique la programmation

Karina Gauvin dans les traces de Marie Hubert, Fille du Roy

Karina Gauvin dans les traces de Marie Hubert, Fille du Roy

Présente ta chanson ! Joyce N’Sana nous parle de Zola

Présente ta chanson ! Joyce N’Sana nous parle de Zola

Inscrivez-vous à l'infolettre