Kristian North : Sommes-nous engagés dans la pseudoscience ?

Entrevue réalisée par Louise Jaunet
Genres et styles : alt-pop / disco / soul/R&B

renseignements supplémentaires

Dans l’esthétique de la soul, du funk et du disco des années 70, Pseudoscience Fiction de Kristian North traite littéralement et métaphoriquement de la pandémie, d’une manière étrange et sophistiquée.

Brouillant la distinction entre réalité et imagination dans une sorte de présent visionnaire ou de version augmentée de notre monde, cet album conceptuel évoque les douces palettes de couleurs des années 80, l’opéra rock, la comédie musicale, la musique country aux accents hawaïens, les palmiers, les plages et les voitures de sport.

Entre ces textures sonores se cache la modernité dystopique d’une expérience collective au bord de l’effondrement, nous entraînant dans des bulles de réalité individuelles qui ne sont peut-être rien d’autre que des films en soi. PAN M 360 vous propose cet entretien avec Kristian North, à l’occasion de son concert à l’Escogriffe le 21 octobre, en l’honneur du 10e anniversaire d’Analogue Addiction.

PAN M 360 : Pseudoscience Fiction est votre troisième album en tant qu’artiste solo. Que s’est-il passé entre l’album précédent et le début de ce nouvel album ?

Kristian North : Passion Playest sorti en 2021 mais l’album a mis du temps à sortir. En fait, la pandémie est arrivée alors que nous allions sortir Passion Play. L’album était terminé lorsque la pandémie a été annoncée. Je me souviens très bien de la première semaine : tout le monde restait chez soi, mais je continuais à aller au studio. Les gens disaient que la pandémie ne durerait que quelques mois et qu’elle se résorberait d’elle-même à l’automne. Mais cela a été poussé encore plus loin. Cela a influencé les émissions et la façon dont elles ont été promues.  ;

PAN M 360 : Quand avez-vous commencé à enregistrer ce nouvel album ?

Kristian North : Je crois que c’était en 2021. J’ai été contraint de faire un film sur l’impact de la pandémie. Il était difficile de l’ignorer et c’est devenu une source d’inspiration. Personne ne veut parler de toutes ces choses, moi y compris. J’ai pensé à tout cela lorsque j’ai écrit l’album. L’ambiance n’est pas forcément très joyeuse.

PAN M 360 : Vous avez enregistré l’album avec Renny Wilson au studio Value Sound. Quelle importance revêt-il pour vous dans le processus d’enregistrement ?

Kristian North : J’ai toujours enregistré avec Renny. Nous avons une relation de collaboration, nous travaillons sur les arrangements ensemble. Il joue également de la basse sur le disque. Aujourd’hui, nous coproduisons en quelque sorte les disques et c’est lui qui s’occupe de l’ingénierie. C’est utile pour moi, j’aime avoir quelqu’un avec qui partager mes idées. J’aime beaucoup les collaborations, même si je me présente comme un artiste solo. Je préfère les environnements collaboratifs dans la musique.

PAN M 360 : Vous avez conservé le genre de la pop sophistiquée, mais vous avez poussé l’idée encore plus loin. Vous avez des influences soul, funk, disco, opéra rock, hawaïennes et country. Quels sont les albums qui vous ont inspiré ?

Kristian North : J’écoute beaucoup de punk et de soul. C’est un peu la base de tout. J’aime la Sophisto-pop, mais je ne m’y identifie pas vraiment. Ma musique préférée est plutôt le funk et la soul. Cet album a également une influence plus jazzy .

PAN M 360 : Vous avez également conservé votre esthétique lo-fi et DIY. 

Kristian North : En quelque sorte. Je pense que c’est de la haute fidélité, en fait. Mais il y a quelque chose d’amusant à le faire soi-même, c’est sûr. La musique devient plus amusante quand elle est plus difficile. C’est ennuyeux quand c’est trop facile. J’aime faire les choses à la dure, j’aime être impliqué dans le processus, dans l’aspect technologique. Je n’aime pas le son lo-fi, j’aime le son créatif. Renny et moi avons des idées fortes que nous avons développées ensemble. Elles ne coïncident pas nécessairement avec les normes.

PAN M 360 : Qu’entendez-vous par là ?

Kristian North : A ce stade, il y a des approches formulées pour l’enregistrement. Nous avons des sentiments très forts sur la façon dont nous voulons que les disques sonnent. Je pense que cela se ressent. Ce sont des détails subtils, tout le monde ne les entend pas. J’ai mon opinion sur ces choses-là.

PAN M 360 : Vous avez de nombreux invités sur ce disque : basse, flûte, sax, violon, etc. Voulez-vous nous présenter les personnes qui ont travaillé avec vous sur ce disque ?

Kristian North : Il y a des tonnes de gens extraordinaires sur l’album, la plupart d’entre eux sont mes musiciens préférés à Montréal, j’en suis très heureux. Il y a un duo avec Elle Barbara, Ari Swan a fait les arrangements de cordes, et Joe Grass a joué de la pedal steel à quelques moments sur l’album. Mon groupe figure également sur l’album, nous jouons depuis longtemps. Lorsque vous jouez de la musique depuis longtemps, vous n’avez pas besoin d’en parler autant, la musique est en fait une chose difficile à écrire et à évoquer. La musique s’améliore au fur et à mesure que l’on développe ces relations. C’est un autre type de langage. Une fois que vous avez développé un langage ensemble, il devient de plus en plus fort.

PAN M 360 : A quoi peut-on s’attendre pour les concerts de ce disque ?

Kristian North : J’ai aussi mes propres opinions sur les concerts. La musique live est une chose sacrée pour moi. Ce qui est le plus cool avec la musique live, c’est qu’on vit une expérience unique, ce n’est pas un support fixe. Nous interprétons les chansons en direct et j’aime laisser de la place à l’improvisation.  ;

PAN M 360 : Que voulez-vous dire derrière le titre de l’album, Pseudoscience Fiction ?

Kristian North : Il était important pour moi de laisser les choses abstraites et de permettre aux gens d’avoir leurs propres idées. J’ai essayé de me débarrasser de mes propres significations. C’était une période confuse. Je voulais écrire sur le monologue intérieur que beaucoup d’entre nous ont dû vivre. L’expression « pseudo-science » est en fait un mème. Elle revenait sans cesse dans les discussions sur les vaccins, la pandémie, ou sur ce qui est scientifique et ce qui ne l’est pas. C’est principalement de là qu’est venue cette idée. Il y a aussi eu une sorte d’expérience de la pandémie qui ressemblait plus à de la science-fiction pour nous.  ;

PAN M 360 : D’ailleurs, la pochette de l’album illustre bien le thème de l’album. 

Kristian North : Elle a été réalisée par un artiste britannique que je n’ai jamais rencontré, Samuel Tomson. J’aime son style. Je voulais quelqu’un qui puisse réaliser un design de roman de science-fiction des années 1960. Je cherchais un style rétro-futuriste. La pandémie a donné l’impression d’être à la fois futuriste et primitive, comme si nous revenions en arrière. C’est aussi ce que l’on ressent aujourd’hui en politique. Mais l’album n’est pas vraiment politique, il s’agit plutôt de soulever des questions.

PAN M 360 : Vous avez mentionné que l’album est partiellement inspiré par l’auteur J. G. Ballard. Comment cela a-t-il influencé le thème ?

Kristian North : J’adorais J. G. Ballard quand j’étais adolescent. Le livre Crash est son plus célèbre. Il traite de science-fiction dans un futur proche, parfois à propos de l’époque actuelle. Tout comme j’ai écrit cet album, la science-fiction ne concerne pas seulement les ovnis et les autres planètes, elle permet de porter un regard différent sur la société moderne. Cet album conceptuel joue sur l’intérieur de notre isolement, de notre bulle. Si nous avons appris quelque chose de cette expérience, c’est que la vie n’est pas stable, qu’il n’est plus possible de planifier l’avenir. C’est peut-être une bonne chose, car cela peut changer votre perspective sur la vie, sur la manière dont vous devriez vivre votre vie, parce qu’elle est toujours incertaine. La pandémie a rendu la vie incertaine pour tout le monde ;

Tout le contenu 360

Francos | Valence, la beauté de l’insomnie

Francos | Valence, la beauté de l’insomnie

Suoni  | Sick of Fun… vraiment malade !

Suoni  | Sick of Fun… vraiment malade !

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

JAKŌ et ses paysages sonores expérimentaux aux Suoni

JAKŌ et ses paysages sonores expérimentaux aux Suoni

Ishi Tishi et leur soirée avec tous les animaux aux Suoni

Ishi Tishi et leur soirée avec tous les animaux aux Suoni

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité,  joie, insolence

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité, joie, insolence

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Festival Classica – Hommage à Queen

Festival Classica – Hommage à Queen

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Inscrivez-vous à l'infolettre