×

KNLO vide son sac… à surprise

Interview réalisé par Alain Brunet
Genres et styles : afro-pop / dancehall / hip-hop / rap keb

renseignements supplémentaires

Membre fondateur d’Alaclair Ensemble, il lance son troisième album solo à minuit ce jeudi, soit après avoir participé à la prestation de son groupe prévue à 21h15, au Parterre symphonique,dans le contexte des Francos : lancé vendredi sous étiquette 7ème Ciel, ce Sac à surprise contient neuf titres, l’objet d’une « conversation avec la communauté de la musique » selon le principal intéressé.

Cet enregistrement est coréalisé par l’inséparable VLooper avec le concert des beatmakers et musiciens Kheir, Koudjo, Bob Bouchard et Caro Dupont, sa compagne et mère de ses enfants, sans qui sa carrière n’aurait certainement pas pris la même allure. Inutile d’ajouter Eman et Claude Bégin, compagnons d’armes d’Alaclair Ensemble invités à secouer ce Sac à surprise.

Né à Québec d’un père congolais et d’une mère québécoise francophone,

Akena Lohamba Okoko est sans conteste un incontournable du rap keb et de la fratrie hip-hop en cette Amérique francophone aussi encline à l’expression franglophone.

PAN M 360 : Quelles sont les avancées principales de ce Sac à surprise?

KNLO : Avec plus de précision, on met le doigt sur des choses qu’on faisait plus instinctivement auparavant. De ma part, il y a une plus grande acceptation de  mon intérêt pour plusieurs styles musicaux à intégrer dans ce qu’on appelle le hip-hop. J’ai toujours travaillé dans cet esprit-là, il faut dire, et c’est encore plus prononcé cette fois. Depuis mes débuts en 2003, j’ai commencé par explorer les fondations du hip-hop, puis ce qui s’ensuivit.  De nouvelles influences se sont greffées en route, j’essaie encore aujourd’hui d’intégrer dans mon travail la musique que j’écoute. J’ai quand même changé depuis  l’époque de mes beat tapes ! 

PAN M 360: Depuis l’album précédent, Sainte-Foy, tu te montres un peu plus consuel.  Comment expliquer cet adoucissement ?

KNLO: Longtemps, j’ai eu  le souhait d’être plus expérimental, d’inventer les choses. Aujourd’hui je préfère voir mon travail comme une conversation, c’est-à-dire que je ne cherche pas systématiquement à inventer des choses mais bien d’échanger musicalement avec le public et l’ensemble de la communauté de la musique. Le but est d’être de moins en moins cryptique. 

PAN M 360 : Cela exclurait-il désormais l’expérimentation? Le risque ?

KNLO : Euh non, pas tout à fait. Des aspects de ma musique peuvent être considérés comme de l’expérimentation. Par exemple, l’usage de rythmes  tanzaniens, ghanéens, nigérians ou congolais avec lesquels je rappe avec un accent québécois, déjà ça se glisse dans une mince catégorie qui peut être perçue comme de l’expérimentation. Je connais le swahili, une langue véhiculaire en Afrique que mon père congolais m’a transmise, mais je ne suis jamais allé en Afrique parce c’est difficile de voyager après avoir franchi le cap de la vie adulte, avec deux enfants de 7 et 9 ans. Et puis je n’ai pas une grande propension pour le tourisme… J’ai quand même grandi avec la musique congolaise,  avant de recevoir d’autres influences – soul, R&B, jazz, afro-antillais, etc.

PAN M 360 : Les ingrédients stylistiques de ce Sac à surprise ? 

KNLO : Ingrédients variés, j’essaie de ne pas faire de discrimination de styles; les genres musicaux servent à  communiquer et c’est pourquoi j’aime sauter d’un genre musical à l’autre, c’est aussi mon style en tant que DJ. Au fond, mon intention est d’abord  d’insuffler de la force et du courage, de créer des hymnes pour passer à travers cette période rude. Ma musique est au service des gens, je souhaite qu’ils passent du bon temps en notre compagnie.

PAN M 360 : Tu mises sur un personnel fidèle, mais tous travaillent à faire évoluer l’affaire. De quelle manière?

KNLO :  VLooper a réalisé le tout, il est avec moi sur scène comme c’est le cas de Caro. J’ai aussi recruté Koudjo, un super producteur avec  son équipe dont Kheir, autre excellent beatmaker. On a travaillé avec une inspiration UK Afro, il y a aussi Bob Bouchard, un producteur de reggae/dancehall que je connais depuis longtemps et qui a participé à l’album. Il y a du dancehall fin 80 et début 90. J’ai aussi un invité pour la chanson Une seule langue : le rappeur Namani est l’ami de mon neveu qui étudie actuellement à l’université de Loughborough au Royaume-Uni, il m’a connecté  avec le meilleur rappeur de son campus. Il n’y a donc clairement pas une seule façon de créer, ce nouvel album est un résumé assez efficace des genres qui m’intéressent..

PAN M 360 : C’est vraiment la trajectoire d’une famille élargie!

KNLO : Oui!  Ma plus grande fierté dans mes projets, c’est de continuer à pouvoir  travailler avec mes amis d’enfance ou d’adolescence. Je travaille avec le même graphiste depuis mon premier mixtape sorti en 2003, Étienne Bossé est mon ami depuis que je suis en secondaire II, tout comme V Looper que je connais aussi depuis les débuts du secondaire. Depuis plusieurs années je travaille aussi avec mon épouse, nous sommes ensemble par la grâce. C’est un vrai bonheur pour moi que de voir tout ce monde se trouver encore dans ma musique. Je suis aussi fier de ma collaboration internationale avec Namani… une autre histoire de famille. 

PAN M 360 : Le franglais est un peu moins parlé que prévu dans le Sac à surprise. Que justifie ce choix? 

KNLO : Ça ne m’agace pas de continuer avec le franglais mais il y a cette  lucidité dans mon désir d’exprimer les choses en français, question aussi d’être mieux compris, moins cryptique. C’est pourquoi il m’arrive d’écrire en français, par exemple dans la chanson Nes Prêts. Il faut admettre que le slang du rap keb est destiné aux initiés, les autres peuvent louper certains éléments importants dans le texte. Maintenant, je suis moins dans l’approche cryptique quoique j’adore et j’écoute le rap cryptique. La vie familiale m’a un peu orienté vers le français, en fait; il m’arrive souvent de privilégier ce à quoi les enfants réagissent spontanément.

PAN M 360 : En somme, la diversité des genres est au cœur de ce Sac à surprise.

KNLO : Absolument. J’aime les vibes variées dans ce qu’on appelle le hip-hop.  Le principe global est celui qu’on travaille toujours sur de la musique.  Sac à surprise est une vibe qui s’inscrit aussi dans ma façon éclectique de DJer. En douce, on a eu la chance de tester les chansons, ça se passe bien. On joue avec Alaclair le jeudi 9 septembre aux Francos et mon album sort juste après, soit à minuit. Alaclair demeure la priorité, un  autre album s’en vient, ce sera notre meilleur je crois. Je suis très excité mais je ne veux pas m’avancer sur la date de sortie. 

PAN M 360: Surprise de KNLO aux Francos dans le contexte du concert d’Alaclair ? 


KNLO:  Une surprise accompagne l’album… c’est tout ce que je peux dire.

Crédit photo: Étienne Bossé

Inscrivez-vous à l'infolettre