Jouer avec le silence

Entrevue réalisée par Alain Brunet

François Bourassa procrastinait depuis des lustres: pour un pianiste de jazz, l’album solo est un passage obligé, nous y voilà enfin.

Genres et styles : jazz contemporain

renseignements supplémentaires

Pianiste, compositeur, improvisateur,  incontournable du jazz contemporain au Québec comme dans le reste du Canada, François Bourassa compte une dizaine d’albums en tant que leader. Et l’on ne  compte ses collaborations à de multiples enregistrements et projets de concerts ou tournées. Il compte relancer éventuellement son excellent quartette et aussi un trio pour deux pianos et percussions qu’il forme avec Yves Léveillé et Marie-Josée Simard. Or, cette fois, il défend seul sa musique, en témoigne L’impact du silence qui vient d’être rendu public sous étiquette Effendi.

PAN M 360 : En pleine pandémie, tu as conçu et enregistré cet album en France. Pourquoi?

FRANÇOIS BOURASSA :  Pour mener sa carrière de chanteuse qui va bien là-bas, ma conjointe ( Jeanne) vit à Paris avec Gaspard, mon p’tit dernier. Je fais pas mal d’aller-retours, et ce n’est pas évident de voyager actuellement. Je m’y suis rendu en janvier dernier et suis revenu à Montréal il y a quelques semaines pour jouer au festival Jazz en rafale. Je retourne en France  cette semaine et serai de retour au Québec en juin, avec ma petite famille.  De mon côté, j’ai pris ma retraite de l’enseignement et me consacre entièrement à ma carrière de musicien.

PAN M 360 : Un album solo était attendu de ta part. Depuis longtemps?

FRANÇOIS BOURASSA : J’y pensais, j’en parlais… mais je ne le faisais pas. Je l’ai finalement enregistré au studio La Buissonne, à Pernes-les-Fontaines, soit à une quarantaine de kilomètres d’Avignon. Alain Bédard (propriétaire de l’étiquette Effendi) m’en avait fait la suggestion.  Plusieurs artistes des labels ECM et Act y enregistrent. Gérard de Haro, qui gère ce studio, c’est de l’or. J’ai adoré travailler avec lui!  L’équipement, le piano, l’espace… super expérience. Ça s’est fait les 28 et 29 septembre dernier.  

PAN M 360 : Les pièces de ce nouvel album ont-elle été enregistrées récemment?

FRANÇOIS BOURASSA :  J’ai commencé à en composer la très grande majorité  pendant le confinement. J’en avais déjà deux au départ. D’abord, Épilogue 1983 est une vieille composition de… 1983. Une courte pièce avec laquelle je conclus cet album. J’avais écrit Musique pour film il y a plus d’une dizaine d’années, soit pour un concept de piano et cinéma muet à la Cinémathèque québécoise. Toutes les autres pièces ont été composées très récemment, au maximum 18 mois.

PAN M 360 : Les références mises en relief dans cet album vont bien au-delà du jazz. Un aperçu?

FRANÇOIS BOURASSA : J’écoute plus de jazz que tout autre genre musical mais j’écoute aussi beaucoup de musique contemporaine. Morton Feldman, Anton Webern, Stockhausen. J’écoute aussi énormément de musique classique. Scriabine, Debussy, Ravel… j’ai toujours adoré ça. Plus jeune, j’étais surtout du côté  romantique et impressionniste alors que maintenant j’aime aussi les dissonances. Dans le même esprit, j’aime le jazz moderne « traditionnel » mais aussi le jazz exploratoire. C’est toujours un mélange des deux. 

PAN M 360 : Quelle est la part d’écriture et quelle est la part d’improvisation dans cet album?

FRANÇOIS BOURASSA :  Il y a trois possibilités : écriture, improvisation et structures, improvisation libre. L’improvisation est totalement libre dans les pièces Arch 65 et La Buissonnne. Cette dernière provient d’une proposition de Gérard de Haro en fait. Il m’a dit :  « Pourquoi ne fais-tu pas une impro complètement libre, inspirée des lieux, où tu te trouves en ce moment? » Il m’a ensuite recommandé de penser à l’espace ambiant. J’ai vraiment exploité les lieux, j’ai écouté les harmoniques du piano.

Blues masqué et les trois Interludes (X, Y, Z)  sont totalement écrites, je me permets quand même  de petites variations en temps réel, mais c’est comme de la musique classique. Les autres pièces incluant  l’improvisation se trouvent plus dans les structures. Small Head, par exemple, comporte un thème joué sur différents tempos, ça  dépend du mood. L’impro y est libre. Triadique est fondée sur des triades mineures (groupes de trois notes, accords à trois sons en mode mineur). La forme  est standard, il y a une progression harmonique. Andante, c’est plus romantique, un peu dans le style de Scriabine. Gaspard a été composée pour mon fils pendant le confinement, je voulais une espèce de chanson, une mélodie plus accessible. 

PAN M 360 : L’impact du silence est le titre de cet album solo. Où se trouve selon toi la réelle puissance du silence dans ce projet? 

FRANÇOIS BOURASSA : L’impact du silence, ce sont les pauses conscientes pendant l’exécution. C’est la contemplation des harmoniques, l’introspection, l’intention de ne pas précipiter les choses. C’est la respiration entre les idées. C’est aussi la liberté : je suis seul, je suis libre de prendre mon temps, j’ai plus de marge de manœuvre que si je travaille en groupe, c’est plus rubato. Je voulais quand même des contrastes, que ce ne soit pas trop planant. Il fallait plus de dynamique qu’un album absolument calme, il fallait des surprises rythmiques, de la spontanéité. D’une exécution à l’autre, les impros sont différentes; ce que j’ai fait à Jazz en rafale était assez différent de l’album. 

PAN M 360 : D’où l’intérêt d’écouter l’album et de visionner le concert! Le concert présenté en temps réel, soit le 10 avril dernier, est rediffusé dès le 16 avril. Nous ajouterons le lien de l’accès à la webdiffusion aussitôt l’offre mise en ligne. L’impact du silence est officiellement lancé ce vendredi, sous étiquette Effendi.

D’ici là, voici un lien pour une écoute intégrale.

Lisez la critique de Frédéric Cardin

Tout le contenu 360

Constantinople | Kiya Tabassian nous parle de Dimitrie Cantemir

Constantinople | Kiya Tabassian nous parle de Dimitrie Cantemir

P’tit Belliveau parle de son nouvel album, des grenouilles et des impôts

P’tit Belliveau parle de son nouvel album, des grenouilles et des impôts

SMCQ | Comment vivre différentes temporalités? Sandeep Bhagwati propose une vaste métaphore

SMCQ | Comment vivre différentes temporalités? Sandeep Bhagwati propose une vaste métaphore

Oumou Sangaré | La superdiva du Wassoulou chante Timbuktu à MTL

Oumou Sangaré | La superdiva du Wassoulou chante Timbuktu à MTL

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Architek Percussion et  2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | Architek Percussion et 2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Inscrivez-vous à l'infolettre