Garage-rock, bande dessinée et Joyeux naufragés avec les Gruesomes!

Entrevue réalisée par Rupert Bottenberg

Autoproclamé les « tyrans du teen trash », le groupe montréalais les Gruesomes est depuis toujours l’un des leaders du renouveau planétaire du garage-rock. Rarement entendus sur scène ou sur disque ces dernières années, les voilà échappés de leur caveau avec un 45 tours assorti d’une bande dessinée.

Genres et styles : garage-rock

renseignements supplémentaires

Il y a un tiers de siècle, en 1985, quatre adolescents montréalais grimaçants, crados et mal élevés (« sans expérience musicale préalable », pour le dire poliment comme leur page Wikipédia) se sont lancés à l’assaut des sommets de la scène garage-rock internationale. Avec leurs cols roulés noirs, leurs coupes de cheveux au bol et leur nom emprunté aux sinistres voisins des Pierrafeu, les Gruesomes hurlaient en hommage aux maîtres oubliés du fuzz des années 60, des groupes qu’ils allaient bientôt côtoyer en tant que confrères.

À la fin des années 80, les Gruesomes étaient de véritables pionniers du circuit alors en pleine effervescence des tournées indie-rock, sillonnant le Canada et faisant trembler d’innombrables petits bars à spectacles. Ils se sont séparés en 1990 et se sont reformés une décennie plus tard, pour découvrir qu’ils étaient devenus des icônes mondiales du renouveau du garage-rock. Les concerts des « tyrans du teen trash » sont devenus de moins en moins fréquents au fil des ans, et leurs rares retrouvailles un événement important pour les adeptes des bottines Beatles.

Les nouveaux enregistrements sont également rares. En fait, le groupe lui-même n’avait aucune raison de croire qu’il en ferait un autre. Une bande de fans hyper-mordus en Espagne a insisté et cela a donné un 45 tours assorti d’une bande dessinée super cool, le véhicule parfait pour les Gruesomes.

PAN M 360 s’est entretenu avec le guitariste et compositeur des Gruesomes, Bobby Beaton, pour en savoir plus.

PAN M 360 : Les Gruesomes reviennent tout juste d’Espagne, que faisiez-vous là-bas ?

Bobby Beaton : Croyez-le ou non, nous étions là-bas pour jouer du garage-rock. Au départ, nous avions accepté de jouer seulement dans un festival, mais les promoteurs se sont mis à nous proposer d’autres spectacles, alors on s’est retrouvé à faire une mini-tournée du nord de l’Espagne. Nous ne le savions pas, mais les Espagnols sont fous de rock ‘n’ roll. Le garage-rock en particulier représente un créneau bien plus important qu’ici. Ils ont des bars-spectacles exclusivement consacrés à ce genre, et beaucoup d’autres qui en présentent régulièrement. Tout le monde connaissait nos chansons et partout nous avons joué à guichets fermés. Trouver des bands de garage locaux pour assurer la première partie n’a pas été un problème non plus. Nous avons même eu droit à une interview d’une heure sur notre musique et nos influences à la radio nationale espagnole! Je n’invente rien! Les Espagnols de tous âges raffole du garage-rock.

PAN M 360 : Il paraît que vous êtes même revenus avec quelque chose d’extrêmement « contagieux »… un nouveau 45 tours super accrocheur ! Comment est-ce arrivé ?

Bobby Beaton : Ce sont les promoteurs espagnols qui ont eu l’idée de faire un single. Ç’a été le fruit d’une collaboration entre un nouveau label baptisé Calico Wally, une maison de disques du nom de KOTJ Records, un studio de bandes dessinées appelé Palmeras Y Puros et le festival Wachina Wachina de Saragosse. L’angle choisi était : « le légendaire groupe de garage est de retour avec un nouveau single et une tournée espagnole! » Les gens étaient vraiment heureux de l’acheter et nous en avons signé des tonnes après les spectacles. Nous n’étions pas emballés à l’idée de faire un nouveau disque, mais pour eux ça semblait très important. Ils ont vraiment pris ça au sérieux. Promotion, pochette, pressage, ils ont fait un excellent travail.

PAN M 360 : Et alors, les deux chansons du 45 tours?

Bobby Beaton : La face A est une composition originale intitulée Someone Told a Lie. J’écoutais beaucoup de garage suédois à l’époque et j’ai écrit une chanson dans ce style. La face B est une reprise de Make Up Your Mind de Los Mockers, les Rolling Stones d’Uruguay dans les années 60, un groupe que nous avons toujours aimé. La version originale est tellement bonne que nous avons dû la modifier un peu, y mettre notre propre griffe, juste pour justifier son enregistrement. Nous avons d’ailleurs rencontré l’auteur-compositeur Esteban Hirshfield de Los Mockers, en Espagne, il a bien aimé notre version.

PAN M 360 : Comme si cinq minutes et demie de garage-rock teigneux des Gruesomes ne suffisaient pas, le single est accompagné en prime… d’une bande dessinée ! Mieux encore, d’une bande dessinée d’horreur d’anthologie à la Entertaining Comics, dans laquelle les Gruesomes connaissent le sort qu’ils méritent depuis si longtemps !

Bobby Beaton : Enfin ! Dans la première histoire, nous sommes dépeints comme des idiots paranoïaques qui prennent l’hospitalité bienveillante des Espagnols comme indice qu’un méchant complot se trame. La deuxième histoire rend hommage au drame d’horreur de Hammer Films, Dr. Terror’s House of Horrors, dans lequel la malédiction s’abat sur le groupe pour avoir joué une chanson interdite. Il s’agit d’une bande dessinée de huit pages des artistes Furillo et Jorge Rueda. Ils ont une compagnie appelée Palmeras Y Puros et sont tous deux très connus là-bas. Ils sont de grands fans des Gruesomes et ont rapidement trouvé le ton juste. Ils étaient aussi enthousiastes que nous à propos du projet. En fait, nous les avons rencontrés à Saragosse et nous avons eu la chance de passer du temps avec eux. Des gens super sympas.

PAN M 360 : Où placeriez-vous ce 45 tours dans votre classement des plus grandes contributions des Gruesomes à la culture et à l’histoire de l’humanité ?

Bobby Beaton : Disons l’équivalent d’un épisode perdu des Joyeux naufragés, soit d’une importance extrême pour les fanatiques, un divertissement sympathique pour les autres. Nous en sommes extrêmement fiers. La pochette, les chansons, la bande dessinée sont toutes meilleures que ce à quoi nous nous attendions. Nous n’avions jamais pensé enregistrer à nouveau, c’est donc une surprise pour nous aussi.

On peut se procurer le single Someone Told a Lie en téléchargement numérique sur la page Bandcamp ci-contre. Pour la version vinyle avec bande dessinée incluse, commander de Ricochet Sound.

Crédit photo: Liberto Peiró

Tout le contenu 360

Oumou Sangaré | La superdiva du Wassoulou chante Timbuktu à MTL

Oumou Sangaré | La superdiva du Wassoulou chante Timbuktu à MTL

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Architek Percussion et  2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | Architek Percussion et 2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | Sixtrum : la magie des percussions… aquatiques!

Semaine du Neuf | Sixtrum : la magie des percussions… aquatiques!

Semaine du Neuf | Beethoven 3.0 par l’ensemble collectif9

Semaine du Neuf | Beethoven 3.0 par l’ensemble collectif9

Inscrivez-vous à l'infolettre