Finale des Francouvertes: Parazar fait bien les choses

Entrevue réalisée par Jacob Langlois-Pelletier
Genres et styles : hip-hop / raï

renseignements supplémentaires

Dans le contexte de la grande finale des Francouvertes tenue le lundi 15 mai au Club Soda, PAN M 360 s’entretient avec les artistes sélectionnés au bout du processus: Héron, Parazar et Jeanne Côté.

En avril 2021, Parazar a fait bonne impression sur la scène musicale avec C’est Live, un EP de huit morceaux de rap aux ambiances raï et house. De par sa belle plume, ses émotions et son flow, l’artiste montréalaise d’origine algérienne s’est rapidement démarquée des autres et s’est frayée un chemin jusqu’en finale des Francouvertes 2023. Au fil des étapes du concours, elle a su charmer le public grâce à son charisme, sa grande énergie et son humour. Parazar n’hésite pas à interagir avec la foule, ce qui est franchement impressionnant pour une personne qui en est encore à ses débuts dans le monde de la musique. Déjà sous étiquette Bravo Musique, ce n’est assurément pas la dernière fois qu’on entend parler d’elle!

Créées en 1995, Les Francouvertes ont pour but de faire briller les artistes issus de la francophonie canadienne et des communautés autochtones. Lors de chaque spectacle, les performances sont évaluées par le jury et le public. Au terme du concours, de nombreuses récompenses sont remises, dont une bourse de 15 000 $ attribuée à l’artiste gagnant. Par le passé, de nombreux artistes et formations de renom tels que Loco Locass, les Cowboys Fringants et Philippe Brach ont participé à cette aventure.

PAN M 360 : Pourquoi avez-vous commencé à faire de la musique? 

PARAZAR : À la base, j’avais l’intention d’entrer dans le domaine de l’humour. Un jour, je suis allée au studio afin de réaliser une chanson qui devait accompagner un projet humoristique. C’était la première fois que j’y allais et c’est à ce moment que tout a changé pour moi. J’ai eu une révélation et je me suis rendue compte que la musique, c’était un peu mon talent caché. C’est justement comme ça que j’ai eu l’idée de mon nom d’artiste Parazar, car c’est vraiment par hasard que j’ai commencé la musique. À partir de là, j’ai vraiment décidé d’en faire ma priorité. 

PAN M 360 : Pensez-vous pouvoir faire votre entrée aussi facilement dans l’industrie de la musique?

PARAZAR : Oui, et non. D’une certaine façon je suis surprise, car j’ai découvert mon talent au même moment que j’ai fait mes premiers pas dans l’industrie et je ne m’attendais pas à faire ça. J’ai dû rapidement en apprendre sur les aspects techniques, l’organisation, le fait de devoir se former une équipe solide, les droits d’auteur, etc. Au début, c’était énormément d’informations que je devais apprendre très rapidement. Ma grande curiosité m’a beaucoup aidé à m’installer rapidement. J’aime poser des questions et comprendre comment les choses sont faites. D’un autre côté, je ne suis pas surprise parce que dès le départ, j’avais des objectifs précis que je voulais atteindre. Quand tu as des buts dans la vie, tout est possible. 

PAN M 360 : À ce jour, comment s’est déroulé votre parcours aux Francouvertes 2023? Qu’est-ce que cette présence en finale représente pour vous?

PARAZAR : Je suis déjà extrêmement heureuse d’avoir fait partie des Francouvertes cette année. Je me sens chanceuse d’avoir participé à cette vitrine-là. Au fil de mon parcours, j’ai fait beaucoup de rencontres géniales avec des gens de l’industrie musicale. Ce concours est une belle occasion pour moi de faire valoir mon premier projet et celui qui est à venir. Cette expérience m’a permis de connaître mes points forts, mes points faibles sur scène et sur quoi je devrais travailler. Ça m’a permis aussi d’avoir plus d’échanges avec le public et de savoir comment organiser mes prestations. À chaque étape, j’ai appris quelque chose de nouveau. Les commentaires du public et du jury m’ont beaucoup aidé. 

PAN M 360 : Comment décririez-vous votre musique?

PARAZAR : Je fais du rap francophone. Dans ma musique, on retrouve beaucoup de sons qui font référence au raï algérien et ma culture algérienne. J’essaie d’être versatile au niveau des instruments, des paroles et des mélodies que j’utilise. J’aime tester de nouvelles choses. Parfois, mes sons sont un peu plus house et à d’autres moments, ils sont plus pop. J’aime bien dire que je fais du rap versatile. 

PAN M 360 : Qu’avez- vous préparé en vue de la finale?

PARAZAR : Quand je suis sur scène, j’y vais vraiment avec la vibe, c’est naturel.  Je ne prépare pas trop d’avance mes interactions avec le public, j’y vais vraiment de manière spontanée. Ainsi, il y a des shows où il va y avoir plus de moments de jasettes avec le public parce que je vois une ouverture. Comme pour chacune de mes prestations, je veux m’amuser. Mon seul but c’est que le public s’amuse autant que moi.

PAN M 360 : À quoi doit-on s’attendre de vous pour la suite?

PARAZAR : Mes plans pour cet été, c’est surtout de faire plusieurs spectacles. D’ailleurs, je vais performer au Festival d’été de Québec (FEQ) le 9 juillet. Ça va être super le fun, c’est certain.  Il y a d’autres dates de spectacles qui vont se confirmer bientôt pour l’été. Je me concentre vraiment au niveau des shows en ce moment et mon prochain projet devrait normalement sortir à l’automne. Pour ce nouveau projet-là, vous devez vous attendre à autant de différentes ambiances que dans le premier. Dans ce nouvel opus, j’ai essayé de faire différemment au niveau de l’écriture. Ainsi, il va y avoir des chansons qui sont un peu plus personnelles. C’est certain que ça reste très rap et house.

PAN M 360 : Si vous remportez l’édition 2023 des Francouvertes, qu’allez-vous faire avec la bourse de 15 000$?


PARAZAR : C’est certain que j’investirais ce montant dans ma musique et dans mon prochain projet. Ensuite, j’en investirais probablement dans mes shows dans les festivals cet été. J’ai plein d’idée de mise en scène que j’aimerais faire dans mes spectacles et c’est certain que si j’ai un budget, je vais faire en sorte que le public soit ravi. Bref, c’est sûr que cette somme serait pour faire grandir ma musique.

Tout le contenu 360

Le compositeur d’All Quiet On The Western Front à Montréal en lumière sous le nom de Hauschka

Le compositeur d’All Quiet On The Western Front à Montréal en lumière sous le nom de Hauschka

Quelle époque pour être en vie ! Conversation avec Sarah Rossy

Quelle époque pour être en vie ! Conversation avec Sarah Rossy

L’Ensemble à cordes de l’ONJ au service de Marianne Trudel et Yannick Rieu

L’Ensemble à cordes de l’ONJ au service de Marianne Trudel et Yannick Rieu

Daniel Bartholomew-Poyser dirige l’Ensemble Obiora

Daniel Bartholomew-Poyser dirige l’Ensemble Obiora

Quatuor Molinari: John Rea et Dmitri Chostakovitch juxtaposés

Quatuor Molinari: John Rea et Dmitri Chostakovitch juxtaposés

Zaho de Sagazan, cette voix qui lance des éclairs

Zaho de Sagazan, cette voix qui lance des éclairs

Lorraine Klaasen, notre Mama Afro-Canada

Lorraine Klaasen, notre Mama Afro-Canada

Igloofest en coulisses : VJ, un métier de l’ombre… en pleine lumière

Igloofest en coulisses : VJ, un métier de l’ombre… en pleine lumière

Taverne Tour: Ducks Ltd, jangle pop accrocheuse et folies humaines

Taverne Tour: Ducks Ltd, jangle pop accrocheuse et folies humaines

Barbara Hannigan: double tâche avec l’OSM

Barbara Hannigan: double tâche avec l’OSM

Jowee Omicil convie les esprits libérateurs du Bwa Kayman

Jowee Omicil convie les esprits libérateurs du Bwa Kayman

Taverne Tour : Jon Spencer revu et corrigé

Taverne Tour : Jon Spencer revu et corrigé

Rosemarie et Jean-Michel au service de Ravel et Gershwin

Rosemarie et Jean-Michel au service de Ravel et Gershwin

Cabaret Acoustique Nuits D’Afrique : Justin Adams & Mauro Durante

Cabaret Acoustique Nuits D’Afrique : Justin Adams & Mauro Durante

Taverne Tour: Laurence-Anne, visite d’un labyrinthe sans fin

Taverne Tour: Laurence-Anne, visite d’un labyrinthe sans fin

Taverne Tour: Deli Girls, punk queercore expérimental pour secouer votre monde

Taverne Tour: Deli Girls, punk queercore expérimental pour secouer votre monde

Zihua Tan: programme canado-malais à la soirée No Hay Banda

Zihua Tan: programme canado-malais à la soirée No Hay Banda

Le violoncelle non-binaire d’India Gailey

Le violoncelle non-binaire d’India Gailey

Igloofest en coulisses : découvrez les secrets de production de l’événement

Igloofest en coulisses : découvrez les secrets de production de l’événement

Rasas et autres sentiments: un programme trans-traditionnel de la SMCQ

Rasas et autres sentiments: un programme trans-traditionnel de la SMCQ

Festival classique hivernal de l’OSL: deux maestros nous en causent

Festival classique hivernal de l’OSL: deux maestros nous en causent

Cendrillon à McGill | La mise en scène d’un conte bien-aimé

Cendrillon à McGill | La mise en scène d’un conte bien-aimé

Googoosh : la diva iranienne est éternelle

Googoosh : la diva iranienne est éternelle

Au sujet des rêves avec Hank’s Dream

Au sujet des rêves avec Hank’s Dream

Inscrivez-vous à l'infolettre