×

Feven Kidane: femme noire, femme musique

Interview réalisé par Alain Brunet
Genres et styles : électronique / jazz / jazz contemporain

renseignements supplémentaires

Figure montante de la côte Ouest canadienne, la trompettiste, multi-instrumentiste, compositrice, improvisatrice et leader d’orchestre Feven Kidane s’amène à la Sala Rossa pour une prise de contact avec les spectateurs.trices des Suoni Per Il Popolo. PAN M 360 l’a remarquée parmi les nombreux programmes du festival particulièrement  pour son ouverture au jazz moderne et à plusieurs autres styles musicaux. Elle parle ici de ses origines éthiopiennes, de son amour profond pour la musique, de sa polyvalence et de son point de vue sur le jazz en tant que jeune femme d’ascendance africaine et leader esthétique de sa génération en Colombie Britannique.

PAN M 360 : Vous avez donc commencé avec un harmonica laissé par votre père et cela vous a conduit à la musique professionnelle. Quel était votre état d’esprit en tant qu’enfant, sur le plan musical ?

FEVEN KIDANE : Enfant, j’étais toujours entourée de musique, que ce soit dans ma tête ou à haute voix dans la voiture, dans ma chambre, sur la platine de mes parents, à la télévision, et j’en passe. Dès l’âge de quatre ans, j’ai su que je voulais être musicien (bien que cela ait pris plusieurs tournures, en commençant par vouloir être chanteur, puis pianiste, puis ” guitariste électrique “, clarinettiste basse de l’Orchestre symphonique de Vienne, etc). Je dois dire que j’ai toujours eu du mal à me décider, alors j’imagine qu’il était logique pour moi de changer d’instrument. Je bricolais tout ce qui pouvait produire du son, à commencer par cet harmonica. J’ai toujours eu le sentiment d’être sur un filon et j’ai réalisé, probablement vers l’âge de six ans, que j’avais un don. C’est tellement bizarre de dire ça de son enfance à l’âge adulte, mais je pensais vraiment à cet âge-là que je ferais des tournées mondiales et que j’enregistrerais des albums primés. À travers tous les instruments que j’ai joués pendant mon enfance, j’ai toujours eu ma voix. Je me souviens même d’avoir essayé de copier l’autotune à partir de vidéos musicales que je voyais à la télévision en CE1 et d’avoir perdu la tête quand j’ai réussi une ligne avec ma voix. À l’époque, je n’avais aucune idée de ce qu’était l’autotune, bien sûr, et je pensais que tous les artistes étaient des chanteurs fantastiques (j’avais tort !).

Mais la musique a toujours vécu en moi. Certains de mes premiers souvenirs en tant qu’être vivant sont ceux de tentatives délibérées de faire de la musique. 

PAN M 360 : J’ai pu lire que vous aimez Lee Morgan, Wayne Shorter et Ahmad Jamal.  Pouvez-vous ajouter quelque chose sur ces préférences dans le jeu de trompette du jazz moderne ?  Pourquoi plus Lee Morgan que Clifford Brown ? Fats Navarro ?  Woody Shaw ?  Kenny Dorham ? Miles ?  Bien sûr, Lee Morgan était un joueur extraordinaire. Pour le piano, Ahmad Jamal est un grand maître du piano et, pour la composition et le saxophone, Wayne Shorter est un génie authentique. Comment êtes-vous entrée dans leurs mondes ?

FEVEN KIDANE : J’aurais dû inclure Clifford Brown dès le début, car c’est lui qui m’a vraiment fait découvrir la trompette. Toute personne qui commence à jouer de la trompette de manière sérieuse doit rendre hommage à Brownie en apprenant son travail. En ce qui concerne Lee Morgan, l’esprit de Lee m’a vraiment touché très jeune, ce qui m’a attirée à l’origine. Il faisait éclater le blues sur le bebop d’une manière ludique, innovante et originale. Woody Shaw est en fait mon trompettiste préféré de tous les temps et ma plus grande source d’inspiration, mais je ne l’aurais jamais connu sans Clifford Brown. Je veux faire toute une histoire de Clifford Brown parce qu’il est vraiment très important. En ce qui concerne Woody Shaw, il est l’un des rares trompettistes qui, à mon avis, a compris la nature tumultueuse de la trompette et son extrapolation de la vie quotidienne. À l’époque où cette pensée a été verbalisée pour la première fois, je ne crois pas que j’étais profondément impliquée dans la nature de la musique de Shaw ; cependant, cela a radicalement changé et j’aspire à être au même niveau que lui si j’ai le privilège de le faire dans cette vie. Pour Fats et Kenny, je ne les ai pas encore abordés. Je n’ai pas fait mon étude complète de ces autres trompettises  (bien que Fats devrait certainement venir bientôt) afin de sentir que je devrais passer à eux. Je suis encore en train de m’attarder sur le travail de Woody Shaw et d’en tirer des enseignements avant de pouvoir passer correctement à un autre artiste. L’un de mes albums préférés est Sorcerer  de Miles. Je pense que c’est vraiment un chef-d’œuvre. Son travail est comme une bouffée d’air frais, si mélodique. Il nous apprend que même une seule note peut être artistique tant qu’elle est produite avec la bonne intention. J’ai découvert la musique de ces gens (y compris Ahmad Jamal, Wayne Shorter, etc.) grâce à mon professeur de trompette à Vancouver, Brad Turner. Il m’a profondément influencée en me faisant découvrir ces incroyables artistes noirs qui ont façonné l’idiome et en ont été les pionniers de manière si révolutionnaire. À l’école où j’ai obtenu mon diplôme, on s’échangeait les titres des albums à gauche et à droite, de sorte que les séances d’écoute étaient très courantes et populaires. Une excellente façon de s’initier à la grande musique dans les écoles. 

PAN M 360 : En dehors du jazz, votre groupe préféré est l’excellent groupe franco-britannique Stereolab. Vous rendez également hommage au regretté Allan Holdsworth, héros britannique de la guitare jazz fusion.  De Grande-Bretagne, vous aimez aussi Genesis lorsque Peter Gabriel en était le leader.   Comment ces coups de cœur musicaux se retrouvent-ils dans votre musique, consciemment ou non ?

FEVEN KIDANE : Cette musique a clairement un impact sur moi en termes d’identié personnelle, d’écriture de chansons et de performance. Ce que je préfère chez ces artistes, c’est qu’ils n’ont pas peur du non-orthodoxe ou de l’étrange. Ils sont des professeurs pour moi. Quand je pense à Peter Gabriel, non seulement il était un artiste incroyable, mais il savait comment vendre un spectacle au public en termes de costumes, de performance et de message. Je pense que ce sont des éléments essentiels pour être musicien. Il m’a appris que l’esprit d’avant-garde qui vit en chacun de nous est tout à fait logique et tout à fait racontable. Personne ne peut être un monstre si perdu dans son propre art qu’il ne se traduit pas. Ce n’est tout simplement pas possible. Je transmets cette même leçon que j’ai apprise de Peter Gabriel à Stereolab. En prenant leur morceau  Velvet Water, ce sont des minutes de synthés miroitants et scintillants qui font des vagues dans vos oreilles. C’est magnifique. Il y a un ton, une scène à votre esprit pour vous préparer à ce qui va suivre. Une de leurs influences est Steve Reich, dont je suis également une grande fan. Répétition, exploration, et son. Allan Holdsworth, le dieu des notes, entre pour moi dans ces deux dernières catégories. Tous ces artistes voulaient (et veulent toujours) connaître la pleine dynamique de leur musicalité. Je trouve cela très épanouissant spirituellement et c’est quelque chose que je ressens beaucoup. 

PAN M 360 : Je crois savoir que vous avez des origines éthiopiennes, n’est-ce pas ?  Étant un grand fan d’éthio-jazz (Mahmoud Ahmed, Mulatu Astake, etc.), je suis curieux de connaître votre intérêt pour cette grande culture moderne depuis les années 70, encore très vivante aujourd’hui.

FEVEN KIDANE : J’adore cette question. Mes parents sont venus au Canada à la fin des années 80 et au début des années 90 avec un tas de cassettes VHS qu’ils m’ont fait écouter constamment quand j’étais petite, donc dès mon plus jeune âge mes oreilles ont été remplies par un sens presque ésotérique de la musique. Ce truc était sacré pour moi. Ça l’est toujours. Je suis constamment impressionnée par la magie qu’apporte la musique habesha. Il y a une somme  indéniable de compétences qui sont extrêmement évidentes non seulement dans l’écriture des chansons, mais aussi dans les voix. La musique habesha a toujours été un véhicule de narration historique, peignant les peines et les joies de la manière la plus viscérale. Rien qu’en l’écoutant, je me sens plus proche de mes ancêtres. La musique immortalise les temps passés, et en tant que personne de la diaspora  habesha, je trouve que la musique représente une part cruciale et accessible de mon identité. 

PAN M 360 : Être multi-instrumentiste de nos jours est un avantage pour une vision ouverte, mais comme vous le dites, cela peut aussi vous limiter dans le monde de la musique. Comment voyez-vous votre propre développement en tant qu’instrumentiste polyvalente et créatrice de musique ?

FEVEN KIDANE : J’aime être une multi-instrumentiste. Par exemple, pour mon set solo au Suoni, j’essaie de jouer certaines de mes musiques électroniques pour la première fois dans un groupe. Rien que cela repousse mes limites personnelles. Je ne dirais pas que le fait d’être multi-instrumentiste est extrêmement contraignant, mais cela vous indique certainement les limites de ce que chaque instrument peut faire. L’immensité de ma pratique me permet de puiser dans différents secteurs afin de penser d’une manière différente. Il n’y a pas de cohésion dans ma façon d’écrire, pas exactement. Chaque instrument a sa propre musique. Dans l’ensemble, cela éclaire un peu ce que je trouve musicalement fascinant ou intéressant, et c’est un plaisir de s’autocontrôler au fil du temps. Ce serait cool de vivre dans un monde où chaque instrument que je joue pouvait s’intégrer parfaitement dans une grande vision de la musique que je souhaite créer, mais je suis tout aussi heureux de partager toutes ces parties de moi-même avec différents genres et intérêts en matière d’instruments. 

PAN M 360 : Vous avez dit que votre projet Beta Test est né de l’envie de faire un tour expérimental des sons 8-bit. . “Quand j’étais enfant, je voulais être compositeur pour Nintendo parce que j’adorais le genre de musique produite pour leurs jeux vidéo des années 80. “Pouvons-nous avoir des explications supplémentaires sur la façon dont vous avez réussi à intégrer cette inspiration dans votre propre musique ?

FEVEN KIDANE : L’utilisation de la répétition et du placement intentionnel des notes est quelque chose que j’ai non seulement appris des bandes sonores des jeux vidéo SNES, mais aussi ce que j’ai appris de l’idiome de la Black American Music (” Jazz “). J’appellerais cela une saine leçon de narration musicale. Pour ce qui est de ma propre musique, j’adore la personnalité globale de la musique pour jeux vidéo de cette époque. C’est comme un câlin de bitcrusher !  Même si je ne peux pas toujours reproduire cette palette sonore exacte en raison des genres que j’aborde, il y a toujours un sentiment émotionnel sous-jacent qui est véhiculé par ce type de musique. Lorsqu’on joue à un vieux jeu de cette époque, il y a généralement du mouvement ; votre personnage peut nager, tomber, sauter ou parler à un autre personnage. Cette musique devient le personnage de vos contextes de jeu. C’est ce que j’aime et ce que j’aspire à faire : une musique qui vous transporte dans la phase où vous vous trouvez, mais qui a une vision claire de la place qu’elle occupe dans la bande-son de votre vie. Je pense que l’exécution de cette vision est une chose très spéciale, et c’est ce qui rend un morceau intemporel. Chaque musicien doit viser cet objectif. 

PAN M 360 : Pouvez-vous expliquer brièvement qui sont vos collègues qui viennent à Suoni per il Popolo à Montréal cette semaine ?

FEVEN KIDANE : Dans le cadre du programme Trading Places, trois d’entre nous ont été envoyés de Vancouver (un de plus parce que ce n’était pas une approche musicale fonctionnelle pendant le lockdown). Il s’agit de moi-même, de l’altiste et artiste sonore Meredith Bates, et de la musicienne électronique et saxophoniste Andromeda Monk. Nous sommes tous les trois assez actives dans nos cercles respectifs à Vancouver ; nous avons partagé des kiosques à musique et des espaces musicaux à plusieurs reprises. Meredith siège actuellement au conseil d’administration de la Coastal Jazz and Blues Society, ainsi qu’à celui de la VIAS – Vancouver Improvised Arts Society. Elle en est la directrice artistique, en fait. C’est une personne à connaître, car elle est capable de produire pratiquement n’importe quel son. Son travail est très éthéré, très émouvant, élégant et fluide. Elle est l’une des rares artistes que je connaisse à pouvoir canaliser le son de la faune et de ce monde sauvage de manière organique dans son travail. C’est aussi une personne fantastique et amicale. Andromeda a été impliquée dans la Red Gate Arts Society de Vancouver (un lieu qui semble avoir survécu à presque tout, avec un grand succès) pendant un bon nombre d’années maintenant ; je l’ai rencontrée au fil des ans là-bas alors qu’elle faisait du travail de technicienne du son. Je peux voir comment l’attention aux détails, cette étude méticuleuse des ondes sonores, s’intègre profondément dans son art. Elle est brillante sur un synthé (je l’adore aussi sur une table de mixage sans entrée) et dépouille l’ADN des notes pour assembler un son original. J’ai parlé de bandes sonores de la vie plus tôt, et je crois vraiment qu’elle a un talent pour exécuter une telle chose. Son travail est si beau et si émouvant pour moi.  Puisqu’elle joue dans mon concert à la Sala Rossa, j’ai repris certains de mes travaux électroniques pour les jouer en direct et elle a parfaitement réussi à obtenir le son que je recherchais (et avec lequel je l’avais enregistré à l’origine). 

PAN M 360 : Pouvez-vous expliquer le contexte dans lequel vous jouez de la musique improvisée et composée avec vos camarades de groupe ?

FEVEN KIDANE : Cela dépend du groupe, de la saveur, du style, si j’ai écrit quelque chose, quel est le concert, etc.

PAN M 360 : La musique jazz a été fondée et développée par des artistes afro-américains, il y a 125 ans. Aujourd’hui, elle est considérée comme une musique classique mondiale, adoptée par l’ensemble de la communauté musicale.  On vous cite donc : ” Si vous n’êtes pas Noir, vous êtes un invité de cette musique, vous n’y avez pas droit “. “Même en 2022 ?  Paul Bley, Lennie Tristano, Lee Konitz, Bill Evans, Gil Evans, Michael Brecker, Chick Corea, Jozef Zawinul, Danilo Perez, Eldar Djangirov, Steve Gadd, Steve Lacy, tant d’autres sont des invités ?  Aujourd’hui, des milliers de musiciens non noirs considèrent le jazz comme un langage universel… Pouvez-vous nous en dire davantage sur votre position ?  

FEVEN KIDANE : Oui, même en 2022. Pour toujours, il s’agira d’une musique noire, et quiconque n’est pas noir est un invité à cette forme d’art. Tous les grands le savaient. Rien de mal à cela ! Le fait de le savoir et de le posséder favorise l’auto-décolonisation, qui est essentielle pour jouer dans cet idiome. Les Noirs ont créé une forme d’art qui a ému et inspiré de nombreuses personnes de toutes les races, elle  est née néanmoins d’une souffrance collective, une douleur si spécifique que seuls les Noirs savent exactement à quoi elle ressemble. Cela ne peut jamais être séparé de la musique. Tout remonte aux Noirs dans le jazz, c’est la musique des ancêtres africains. 

Tout ce que les Noirs ont créé a été coopté par les Blancs et les gens d’autres races, on ne nous permet jamais d’avoir la propriété légitime de nos œuvres. Se souvenir que l’on est un invité dans cette musique permet de s’assurer que le crédit va là où il revient : au  peuple noir. 

PAN M 360 : Quels sont vos prochains projets ? 

FEVEN KIDANE : Je travaille sur un album électronique,  à moitié terminé en ce moment. Je bosse aussi à l’écriture d’un un disque postbop. Idéalement, j’aimerais aussi sortir un album d’improvisation libre. Mon rêve est de sortir ces trois albums en même temps. Donnez-moi un an ! Ha ! 

Inscrivez-vous à l'infolettre