×

Code Quartet : tous les codes du jazz contemporain

Interview réalisé par Alain Brunet
Genres et styles : jazz contemporain

renseignements supplémentaires

Code Quartet rassemble quatre figures incontournables du jazz montréalais, en témoigne le très bel album Genealogy, lancé le printemps dernier sous étiquette Justin Time. Quatre interprètes, improvisateurs.trice, compositeurs.trice prêts à mettre en commun leur longue expérience, leur grande expertise acquise et leur passion insatiable pour le jazz contemporain dans ses formes les plus subtiles.

Adrian Vedady, contrebasse, Jim Doxas, batterie, Lex French, trompette et Christine Jensen, saxophones. En toute courtoisie, cette dernière s’est prêtée à l’interview de PAN M 360, mise en ligne le jour de leur concert présenté au Festival international de jazz de Montréal.

PAN M 360 : Parmi tous vos projets, quel est l’objet de ce quartette?

Christine Jensen : Cet ensemble m’autorise, ainsi qu’aux autres membres de jouer dans le cadre le plus intime et libéré de 4 musiciens sans piano ni guitare. Nous sommes tous sur l’expression linéaire. 

PAN M 360 : Pouvez-vous raconter à nos lecteurs les circonstances de sa fondation? 

Christine Jensen : Ce groupe s’est constitué par une rencontre sympathique des esprits entre nous quatre. J’ai rencontré le trompettiste Lex French en 2018, alors qu’il préparait son doctorat à McGill. J’enseignais la composition et l’interprétation.  J’ai été vraiment impressionné par son jeu, plein d’expression et très polyvalent avec son langage jazz. Pour une raison ou une autre, je suis très exigeante envers les trompettistes – clin d’œil à ma sœur Ingrid haha! Nous avons commencé à faire des séances  avec Jim Doxas et Adrian Vedady, et nous savions que nous avions un son fort et personnel avec ce groupe. La première ligne, composée de Lex et de moi-même, pouvait avoir une certaine puissance avec la section rythmique de cette équipe.  Ensuite, Lex nous a emmenés en Nouvelle-Zélande pour le festival de jazz de Wellington, dont il est originaire. Nous avons passé un si bon moment avec toute cette musiqu, nous savions que nous devions continuer et nous nous sommes dirigés vers le studio d’enregistrement. Nous avons enregistré quelques jours avant le confinement, en pensant que nous allions vraiment faire avancer les choses. Pendant la pandémie, il était facile de se réunir car nous étions tous proches les uns des autres, étant à Montréal. C’était vraiment un événement positif pour moi quand nous avons pu nous réunir et échanger des idées pendant cette période. En fait, c’était plutôt apaisant, et cela m’a fait penser que la musique avancerait fortement grâce à ce contexte. 

PAN M 360 : Est-ce pour vous un projet secondaire ou un ensemble sur lequel vous voulez vous appuyer pour l’avenir?

Christine Jensen :  Nous sommes très investis artistiquement dans la construction de ce que nous avons commencé en tant que quatuor sans instruments harmoniques, en nous produisant localement au cours de  2019. Depuis, chaque fois que nous nous produisons ensemble, nous sommes impatients d’en faire plus.  C’est comme une drogue musicale, ce qui est une bonne chose ! Cela rend vraiment la performance facile, en raison d’une telle énergie égale qui se nourrit les uns les autres dans le cadre le plus organique du quartette acoustique.  Nous nous sommes tous vraiment engagé.e.s à continuer à explorer de nombreux coins, y compris la construction d’un nouveau répertoire et la découverte d’un répertoire standard qui fonctionne bien avec cette formation. 

PAN M 360 : Y a-t-il un leader dans ce groupe? 

Christine Jensen : Non. Nous avons tous tendance à assumer des rôles différents dans tous les domaines, y compris la direction artistique, le business et l’enregistrement. Chaque composante est énorme en termes de tâches, donc c’est vraiment génial quand chacun de nous en prend un peu. Je pense qu’en raison de notre engagement, nous avons pu constituer une équipe derrière nous, notamment le groupe Heidi Fleming FAM qui s’occupe de la gestion et des réservations, et Justin-Time Records pour cet enregistrement et un autre à venir. Nous travaillons également tous sur le booking du groupe à différents niveaux. 

PAN M 360 : Qui compose quoi?

Christine Jensen : Nous apportons tous les quatre de la musique sur la table, et nous relevons tous le défi de présenter une musique qui soit très linéaire et verticale, et qui ne soit pas fortement harmonisée ou pleine d’harmonie. Nous essayons tous d’apporter de la nouvelle musique dès que nous en avons l’occasion. Nous travaillons tous ensemble pour orchestrer les sons que nous recherchons, il y a donc beaucoup d’ateliers, ce qui est très amusant ! 

PAN M 360 : Qu’explorez-vous musicalement avec ces messieurs?  Pouvez-vous décrire brièvement les styles de jazz impliqués?

Christine Jensen : Nous travaillons avec tout, vraiment. Nous avons même joué des commandes d’autres compositeurs pour notre groupe. Nous avons eu une première de la compositrice néo-zélandaise Jasmine Lowell-Smith lorsque nous sommes allés à ce festival. 

PAN M 360 : Comment voyez-vous le rôle et les qualités de chaque membre de cet ensemble?

Christine Jensen : C’est la partie la plus cool. Nous sommes tous responsables d’apporter des idées de manière égale, mais nos instruments définissent définitivement nos rôles dans la performance. Un temps fort et un bon son sont vraiment la clé pour que ce groupe frappe fort. Lex et moi tissons les mélodies, Adrian s’occupe de la basse et Jimmy dirige l’ensemble grâce à son expression en tant que batteur. Nous sommes tous capables d’échanger avec les solos et les accompagnements, ainsi que d’esquisser verticalement toute idée harmonique. 

PAN M 360 : Devons-nous considérer cette musique comme une forme “classique” parce qu’elle swingue et que les progressions d’accords sont enracinées dans l’idiome du jazz moderne, du post-bop au style ornettien du début des années 60 (thème de Genealogy)?

Christine Jensen : Je pense toujours que c’est à l’auditeur de décider. Nous ne sommes pas complètement free jazz et nous ne sommes pas complètement post-bop originaux, mais nous pouvons faire tout cela et tout ce qui se trouve entre les deux. Je pense que c’est ce qui donne à l’auditeur ce sentiment de nouveauté, tout en gardant un son de jazz classique. 

PAN M 360 : Pourrons-nous entendre de nouveaux morceaux (non encore enregistrés) lors du concert du FIJM samedi?

Christine Jensen : Oui. Je vais ajouter un morceau de ma pandémie intitulé TwentyTwenty Blues. 

PAN M 360 : Quelles seront les prochaines étapes pour Code Quartet?

Christine Jensen : Nous nous produisons dans quelques Maisons de la culture à l’automne, et d’autres sont prévues l’année prochaine. Nous avons eu beaucoup de plaisir à travailler notre musique dans nos clubs de jazz préférés à Montréal, dont Upstairs et Dièse Onze. D’autres concerts sont prévus à l’avenir. Nous avons également un showcase qui a été reporté de deux ans à JazzAhead à Brême en Allemagne en avril 2022. Nous souhaitons que cette opportunité nous permette de diffuser davantage nos sons en Europe. Nous nous dirigerons également vers le circuit des festivals de jazz canadiens dès qu’il sera remis en marche l’été prochain. 

PAN M 360 : Pourquoi CODE Quartet?

Christine Jensen : Nous avons travaillé sur de nombreux noms. En bout de ligne, on a vraiment l’impression que nous avons tous les quatre un langage secret, seulement parce que nous sommes tous également épris des mêmes sons des maîtres qui nous ont influencés dans le langage linéaire du jazz. Parmi eux, Sonny Rollins, Bird et Diz, Lee Konitz, Ornette Coleman, Dave Douglas et Joe Lovano, Carla Bley et Steve Swallow, Billy Higgins, Charlie Haden…. la liste est longue, mais je pense que ce sont là quelques-unes de nos “racines” mutuelles dans ce petit groupe. Nous avons également des positions similaires sur le monde en termes de politique et d’environnement. C’est pourquoi je suis certaine que notre musique continuera à exprimer ces pensées plus profondément au fur et à mesure que nous progresserons dans l’expansion de notre dialogue en tant que groupe. 

Dans le cadre du Festival international de jazz de Montréal, Code Quartet se produit ce samedi 18 septembre, 17 h 15, au Parterre symphonique.

Inscrivez-vous à l'infolettre