CMIM – Piano 2024 : L’avant-dernière ligne droite des finalistes (2e partie)

Entrevue réalisée par Alexandre Villemaire
Genres et styles : classique / période romantique

renseignements supplémentaires

Nous poursuivons nos entretiens avec les trois derniers finalistes du Concours musical international de Montréal (CMIM). Voici ce qu’avait à dire l’Américain Derek Wang, le Canadien Jaeden Izik-Dzurko et le Polonais Jakub Kuszlik au sortir de leur répétition générale avec l’Orchestre symphonique de Montréal, placé pour l’occasion de la cheffe invitée Xian Zhang. Les trois finalistes interpréteront dans l’ordre le Concerto no 1 de Tchaïkovski, le Concerto no 2de Brahms et le Concerto no 2 de Rachmaninov.

PAN M 360 : Quel est votre état d’esprit actuellement, à quelques heures de votre épreuve finale ?

Derek Wang : Ce Tchaïkovski est une œuvre qui suscite de grandes émotions. C’est donc le point culminant de ce qui a été un événement spectaculaire pour moi au cours des deux dernières semaines ici à Montréal. Bien sûr, en tant que pianiste, j’essaie de rester modeste et de me rappeler que, quelle que soit la grandeur de ces sentiments, ils doivent être exprimés en appuyant sur des touches qui ne descendent que d’un pouce, ou moins, que tout doit être exprimé. J’essaie de vivre et de ressentir véritablement ces grandes émotions, tout en les gardant serrées, simples et contrôlées.

Jaeden Izik-Dzurko : Il y a beaucoup de choses musicales spécifiques auxquelles je pense en fonction de ce qui s’est passé à la répétition, de petits ajustements que je veux faire, de choses que je dois garder à l’esprit. Mais en général, je me sens très bien. C’est un tel privilège de jouer ce magnifique concerto avec des collaborateurs aussi incroyables. Maestra Zhang est remarquable, très claire et expressive, et bien sûr, l’orchestre sonne de manière fantastique. Je suis très enthousiaste pour ce soir.

Jakub Kuszlik : Je suis certainement un peu nerveux. Je ne sais pas si quelqu’un peut se détendre complètement avant la finale d’une importante compétition, mais j’essaie de rester concentré, de me reposer, et après cela, je pratiquerai probablement et j’essaierai de résoudre certains points qui ont été soulevés pendant la répétition.

PAN M 360 : Parmi tous les concertos disponibles dans le répertoire, pourquoi avez-vous choisi celui-ci?

Derek Wang : Vous savez, toute ma vie, je n’ai jamais aimé Tchaïkovski. Étonnamment, j’ai découvert plus tôt d’autres morceaux du répertoire symphonique, mais ce n’est qu’au cours des dernières années que j’ai vraiment été piqué par le virus Tchaïkovski.

Pour moi, outre l’extraordinaire puissance de ce concerto, il y a une incroyable tendresse dans le phrasé, une incroyable finesse dans la manière dont il vous conduit d’une idée à l’autre, et je pense que ces moments-là, les moments de transition dans cette pièce, sont ceux qui sont les plus fascinants pour moi. Parce que les grands sommets, les parties que tout le monde connaît et aime, dépendent en fait de la façon dont vous y arrivez et de la façon dont, une fois que vous avez atteint un sommet ou même, dans certains cas, une crise dans la musique, vous en sortez. C’est cela qui importe. L’idée de personnaliser l’expérience de l’œuvre m’a vraiment attiré, car lorsque j’ai commencé à l’étudier, je me suis rendu compte qu’il fallait trouver ses propres réponses à bon nombre de ces questions.

La partition est économique, d’une belle manière, et je pense que c’est l’une des raisons pour lesquelles tant de musiciens sont attirés par celle-ci. C’est parce que, qui que vous soyez, vous devez aborder l’œuvre à partir de votre expérience personnelle. Vous ne pouvez pas vous déconnecter émotionnellement de l’œuvre.

Jaeden Izik-Dzurko : Je voulais l’interpréter depuis longtemps, et j’ai fait une première tentative d’apprentissage, peut-être un peu trop jeune, il y a plusieurs années, et je l’ai mise de côté, puis j’ai vraiment commencé à la reprendre à l’automne de cette année. C’est probablement l’un des monuments du répertoire des concertos pour piano. Il est tellement massif et ambitieux, avec ses quatre mouvements, contrairement aux trois mouvements traditionnels de la plupart des concertos. Il comprend également une orchestration d’une grande beauté. C’est presque une symphonie à bien des égards. Il y a un magnifique solo de violoncelle dans le troisième mouvement, les fameux solos de cor dans le premier mouvement. J’ai vraiment l’impression de collaborer avec l’orchestre de manière significative, ce qui est une expérience merveilleuse avec de si grands musiciens.

Jakub Kuszlik : C’est un magnifique morceau de musique, sans aucun doute. Lorsque j’étais adolescent, je suis tombé amoureux de cette pièce. J’ai toujours rêvé de jouer quelque chose comme ça dans une grande salle avec un grand orchestre symphonique. Je pense que mon rêve est enfin devenu réalité.

PAN M 360 : Que souhaitez-vous vouloir exprimer à travers cette œuvre?

Derek Wang : Pour moi, le message du concerto, et en particulier du premier mouvement, m’émerveille tellement. Il retarde la victoire finale jusqu’à la toute dernière minute, alors qu’avant cela, il y a tant d’angoisse. Il y a de grands moments de tendresse et d’espoir, comme je l’ai dit plus tôt, mais ils semblent partir d’un endroit très optimiste pour finir dans un endroit très sombre. Et ce n’est qu’à la toute dernière minute, en un clin d’œil, que nous passons de cette lutte à un bonheur incroyable, presque délirant.

Si je peux emmener les gens à travers ce morceau, qui est plus que le grand thème du début et les octaves tape-à-l’œil du milieu, c’est en fait une structure émotionnelle qui, au cours de ces 18 minutes, jusqu’au tout dernier point, je serai heureux. 

Jaeden Izik-Dzurko : C’est surtout une conséquence de l’écriture de Brahms, mais je pense que l’œuvre donne une impression de vulnérabilité. Brahms porte vraiment son cœur sur sa main et n’a pas peur d’être intime malgré la grandeur du concerto. L’écriture mélodique est profondément personnelle. Il y a quelque chose de très sincère, d’authentique et de personnel dans l’écriture que j’espère pouvoir transmettre dans mon interprétation.

Jakub Kuszlik : Je veux absolument souligner le lyrisme qui se cache dans ce concerto. J’essaie de le jouer de la manière la plus belle possible. Certaines personnes, je pense, le considèrent comme un morceau « show-off », peut-être un peu trop. Il a certainement un grand potentiel pour être un morceau de ce type, mais pour moi, il contient des moments très beaux et expressifs qui touchent vraiment votre âme. J’essaie donc de me concentrer sur ces aspects plus intimes.

Vous pouvez visionner la finale ici

Crédit photo: Tam Photography

Tout le contenu 360

Violons du Roy | Rêves fantastiques par une nuit de chevaux volants

Violons du Roy | Rêves fantastiques par une nuit de chevaux volants

Les différents masques de Radiant Baby

Les différents masques de Radiant Baby

PODIUM Jeunesse 2024 | Tous en chœur avec QW4RTZ

PODIUM Jeunesse 2024 | Tous en chœur avec QW4RTZ

FIMAV | Sélébéyone, ou les intersections culturelles selon Steve Lehman

FIMAV | Sélébéyone, ou les intersections culturelles selon Steve Lehman

Norté Tropical | Nouveau départ pour Mateus Vidal, de Bahia à MTL

Norté Tropical | Nouveau départ pour Mateus Vidal, de Bahia à MTL

Kaia Kater parle de son nouvel album Strange Medicine

Kaia Kater parle de son nouvel album Strange Medicine

FIMAV | La Société d’Information Naturelle vous informe !

FIMAV | La Société d’Information Naturelle vous informe !

Bibi Club attise son Feu de garde

Bibi Club attise son Feu de garde

CMIM – Piano 2024 : L’avant-dernière ligne droite des finalistes (2e partie)

CMIM – Piano 2024 : L’avant-dernière ligne droite des finalistes (2e partie)

Arion Orchestre Baroque | French Connection avec l’Angleterre

Arion Orchestre Baroque | French Connection avec l’Angleterre

PODIUM 2024 | Chants d’appel et de liaisons, André Pappathomas explique

PODIUM 2024 | Chants d’appel et de liaisons, André Pappathomas explique

CMIM – Piano 2024 : L’avant-dernière ligne droite des finalistes (1ère partie)

CMIM – Piano 2024 : L’avant-dernière ligne droite des finalistes (1ère partie)

FIMAV |Joëlle Léandre : libre contrebasse, libre pensée

FIMAV |Joëlle Léandre : libre contrebasse, libre pensée

La mémoire du corps : Catherine Major pianistique, sans paroles, instrumentale

La mémoire du corps : Catherine Major pianistique, sans paroles, instrumentale

Jeux de chaises, un festival de musique de chambre à l’École de musique Schulich

Jeux de chaises, un festival de musique de chambre à l’École de musique Schulich

Swingue la messe à la Cinquième salle : après  »Les Choristes » et  »Hair », Lorenzo Somma nous offre une rare messe jazz!

Swingue la messe à la Cinquième salle : après  »Les Choristes » et  »Hair », Lorenzo Somma nous offre une rare messe jazz!

Norté Tropical | Découvrons le vallenato avec Beto Jamaica Rey Vallenato

Norté Tropical | Découvrons le vallenato avec Beto Jamaica Rey Vallenato

Découvrez Uuriintuya Khalivan : celle qui transporte la Mongolie au Canada

Découvrez Uuriintuya Khalivan : celle qui transporte la Mongolie au Canada

Les routes féminines de la soie au Festival du Centre des Musiciens du Monde 2024

Les routes féminines de la soie au Festival du Centre des Musiciens du Monde 2024

PODIUM 2024 | La « délégation » québécoise au sein du Chœur national des jeunes du Canada

PODIUM 2024 | La « délégation » québécoise au sein du Chœur national des jeunes du Canada

Hommage à John Williams : le chouchou des musiciens et du public

Hommage à John Williams : le chouchou des musiciens et du public

FIMAV 2024 | Basileus en ouverture, oratorio d’un autre type

FIMAV 2024 | Basileus en ouverture, oratorio d’un autre type

Maurizio Baglini et la 9e de Beethoven pour 10 doigts

Maurizio Baglini et la 9e de Beethoven pour 10 doigts

Corridor : de l’héritage analogique à l’exploration électronique

Corridor : de l’héritage analogique à l’exploration électronique

Inscrivez-vous à l'infolettre