Cendrillon à McGill | La mise en scène d’un conte bien-aimé

Entrevue réalisée par Elena Mandolini

renseignements supplémentaires

Chaque année, les étudiants en musique de McGill, tous cycles d’études confondus, se réunissent pour mettre en scène un opéra. Cette saison, Cendrillon, du compositeur français Jules Massenet, prendra l’affiche au Monument-National. Cet opéra est remarquable par son ampleur : de nombreux chanteurs sont nécessaires. Un défi de taille, que même les compagnies d’opéra professionnelles décident rarement de relever.

Stephen Hargreaves, directeur de l’Opéra McGill, et David Lefkowich, metteur en scène invité, sont à la source de cette production. Ayant tous deux de nombreuses années d’expérience dans la direction et la mise en scène d’opéras, tant au niveau local qu’international, tant au niveau professionnel qu’universitaire, ils ont relevé le défi de Cendrillon. C’était la première fois qu’ils travaillaient avec cette oeuvre, qu’ils connaissaient et aimaient déjà.

PAN M 360 a eu la chance de s’entretenir avec eux quelques jours avant la première. Nous avons parlé de leur travail en commun, de ce qui rend cet opéra de Massenet si unique, et de leur souci commun de créer le meilleur environnement possible pour que les étudiants puissent apprendre et développer leur art.

PAN M 360 : Merci beaucoup d’être ici aujourd’hui ! Comment se déroulent les dernières répétitions ?

DAVID LEFKOWICH : C’est fantastique ! Je pense que les étudiants sont vraiment à la hauteur du défi que Massenet nous a présenté, c’est vraiment excitant d’avoir pu les voir s’épanouir au cours des dernières semaines.

STEPHEN HARGREAVES : Oui. À bien des égards, il s’agit d’un défi pour McGill et pour l’Opéra McGill. Et c’est une bonne chose. C’est l’une de ces choses qui demandent à beaucoup de gens de faire beaucoup de choses sur scène. Il y a beaucoup d’étudiants pour qui c’est la première fois qu’ils montent sur scène. Je ne peux pas imaginer une expérience plus révélatrice que celle-ci. Nous avons eu notre dernière répétition générale au piano hier soir, et ce soir, nous avons ajouté l’orchestre, qui avait répété un peu séparément les semaines précédentes.

PAN M 360 : Comment avez-vous décidé que Cendrillon de Jules Massenet était l’œuvre que vous alliez présenter cette année à l’Opéra de McGill ?

STEPHEN HARGREAVES : À McGill, nous essayons d’adapter le répertoire aux étudiants. Et c’est un défi, c’est un défi pour chaque institution. Par exemple, nous devons donner l’occasion aux étudiants du programme de maîtrise de monter sur scène, car ils ne sont là que pour deux ans. Et nous avons tous ces nouveaux étudiants qui arrivent. Cette année encore, nous avons accueilli une classe nombreuse. J’ai donc fait la liste de tous les chanteurs que nous avions, et j’ai cherché une pièce qui mettrait vraiment en valeur un grand nombre de ces étudiants et les ferait monter sur scène, car je pense que c’est vraiment la seule façon pour les étudiants d’apprendre ce qu’est l’opéra. Et cette pièce est apparue, que j’ai toujours voulu faire, c’est une pièce fantastique.

PAN M 360 : Massenet a écrit de nombreux opéras. Qu’est-ce qui distingue celui-ci de ses autres œuvres ?

DAVID LEFKOWICH : Il y a un très bel équilibre entre le réalisme, la fantaisie et la magie. Il y a toujours un peu de ces éléments dans ses pièces, mais dans celle-ci, c’est un peu plus développé. Par exemple, quand vous regardez Manon, vous savez, c’est une belle histoire, mais celle-ci, c’est une histoire classique que nous connaissons. Nous avons donc un aspect réaliste avec Cendrillon, ses sœurs, sa belle-mère et son père, des choses que nous connaissons. Mais lorsque l’on entre davantage dans le monde des fées, au lieu d’en faire une réflexion après coup, c’est comme un aspect majeur. Et je pense que c’est vraiment unique. Je n’ai pas vu cela dans beaucoup de ses œuvres. Cet aspect fantastique est donc magnifié par l’objectif de Massenet. Et c’est passionnant de juxtaposer ces scènes à des scènes plus traditionnelles de la cour et du palais, au ballet et à tout ce que l’on est en droit d’attendre du grand opéra français. C’est impressionnant.

STEPHEN HARGREAVES : D’un point de vue musical, une grande partie des aspects magiques sont présents dans l’orchestration, la légèreté, les qualités éphémères et éthérées. Parfois, c’est juste un petit instrument qui fait un pizzicato et d’autres fois des flûtes qui dansent. Il y a un autre moment, au troisième acte, où l’on se croirait presque chez Steve Reich, où l’on assiste à une sorte de minimalisme inquiétant. On entend la fée marraine et les esprits chanter diverses choses et essayer de résoudre le problème de Cendrillon et du prince. C’est intéressant de voir comment cet élément magique est tissé, vous savez, le prince et Cendrillon sont en quelque sorte touchés par cette magie, alors que tous les autres sont en quelque sorte séparés. C’est vraiment une histoire étonnante.

PAN M 360 : Cet opéra est un peu un défi, en particulier pour les étudiants qui monteront sur scène pour la première fois. Pourquoi ?

STEPHEN HARGREAVES : Je pense que les défis de cette pièce s’adressent à tout le monde, et pas seulement à un, deux ou trois chanteurs. Le défi est que vous devez interagir les uns avec les autres, même avec des rôles relativement petits. Mais il ne s’agit pas non plus d’un marathon pour Cendrillon, le rôle principal. C’est l’occasion pour eux de vraiment travailler leur art et les interactions avec leurs collègues.

DAVID LEFKOWICH : Du point de vue de la mise en scène, c’est aussi un défi. Lorsque Patrick [Hansen] m’a appelé pour me dire qu’il voulait que je mette en scène Cendrillon, je me suis dit :  » Oh, comment allons-nous distribuer les rôles ? Comment allons-nous faire cela ? C’est impossible. » Le Met peut le faire et Santa Fe peut le faire parce qu’ils ont de très gros budgets et beaucoup de chanteurs. Mais c’est plus difficile dans un contexte universitaire. Et lorsque c’est un défi, c’est un bon défi dans le sens où il est réalisable et où les étudiants réussiront et ne s’effondreront pas en cours de route. Cela peut toujours arriver.

Et ce qui est incroyable dans ce programme, c’est qu’il n’y a pas qu’un seul casting. Nous en avons deux. Le fait qu’un programme universitaire puisse avoir deux groupes pour tous ces rôles incroyablement difficiles est stupéfiant. Mais c’est ce à quoi je m’attends à Opéra McGill.

PAN M 360 : Racontez-nous un peu comment votre collaboration a commencé.

STEPHEN HARGREAVES : Nous nous sommes rencontrés brièvement lorsque David a assisté aux auditions des étudiants de l’opéra de McGill. Et je dois dire que j’adore travailler avec David. C’est un collaborateur hors pair. Nous allons dans la même direction. J’ai l’impression que nous avons fait un grand voyage ensemble et que nous sommes absolument en phase. Je veux dire que c’est formidable d’avoir quelqu’un comme David qui a une grande expérience de ce répertoire, car cette pièce est nouvelle pour nous deux.

Cela nous permet de faire un certain niveau d’exploration avec les élèves. Ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. Comment tirer parti de ces performances ? Je pense que beaucoup d’étudiants ont un niveau presque professionnel et que c’est un environnement dans lequel ils peuvent affiner leur énergie et où nous pouvons les aider à acquérir les expériences qu’ils n’ont pas encore.

DAVID LEFKOWICH : Je trouve que ces collaborations peuvent être très effrayantes pour la première fois parce que nous nous embarquons en quelque sorte dans un voyage. J’étais très inquiet, non pas à l’idée de travailler avec Stephen, mais simplement de savoir comment cela allait se passer. Le premier jour, nous nous sommes assis l’un à côté de l’autre, et j’ai eu l’impression que nous faisions cela depuis des années. Et ce qui a été incroyable, c’est de voir les chanteurs. L’un d’entre nous donnait des instructions, que les chanteurs essayaient. Cela pouvait fonctionner. Cela peut ne pas marcher. Mais l’autre intervient et apporte quelque chose d’autre à la table et soudain, il y a ce moment de révélation avec l’étudiant et vous le voyez relever le défi.

PAN M 360 : Que doit attendre le public de cette production de Cendrillon ?

DAVID LEFKOWICH : Préparez-vous à être joyeux. Je pense que cet opéra contient une musique incroyable et une grande histoire que nous connaissons. Elle est racontée d’une manière légèrement différente. Je pense qu’il y a encore de belles surprises en cours de route. Mais ce qui est formidable, c’est que les scènes sont courtes, donc les choses changent constamment, et cet opéra apporte toujours des surprises. Je pense donc que, surtout pour ceux qui vont à l’opéra pour la première fois, c’est une façon parfaite de découvrir l’opéra. C’est une pièce très sûre, très facile à écouter et à apprécier. Et l’impact à la fin est très fort.

STEPHEN HARGREAVES : J’ajouterais que je pense que c’est nouveau pour Opera McGill. C’est un grand groupe de personnes sur scène. Et je pense que vous savez, si l’on compte les deux distributions, il y aura trente-neuf personnes qui chanteront sur scène. Il y a trente-neuf membres d’orchestre, et l’opéra à cette grande échelle frappe d’une manière différente, vous savez, et c’est intéressant parce que, comme David le disait, on n’a jamais l’impression d’être coincé dans un seul monde. L’opéra aborde toutes sortes d’aspects différents. Et lorsque nous avons l’occasion de nous délecter de la grandeur de tout cela, c’est tout simplement passionnant. C’est une expérience que je recommande de ne pas manquer, car elle est unique.

Cendrillon, opéra de Jules Massenet, avec Opéra McGill et l’Orchestre symphonique de McGill. Présenté à la salle Ludger-Duvernay du Monument-National, les 26 et 27 janvier (19h30) et le 28 janvier (14h). BILLETS ET INFORMATIONS ICI !

Tout le contenu 360

Game ON! : le FILMharmonique dirigé par un pionnier

Game ON! : le FILMharmonique dirigé par un pionnier

OPCM : Wallis Giunta devient Carmen

OPCM : Wallis Giunta devient Carmen

Le compositeur d’All Quiet On The Western Front à Montréal en lumière sous le nom de Hauschka

Le compositeur d’All Quiet On The Western Front à Montréal en lumière sous le nom de Hauschka

Quelle époque pour être en vie ! Conversation avec Sarah Rossy

Quelle époque pour être en vie ! Conversation avec Sarah Rossy

L’Ensemble à cordes de l’ONJ au service de Marianne Trudel et Yannick Rieu

L’Ensemble à cordes de l’ONJ au service de Marianne Trudel et Yannick Rieu

Daniel Bartholomew-Poyser dirige l’Ensemble Obiora

Daniel Bartholomew-Poyser dirige l’Ensemble Obiora

Quatuor Molinari: John Rea et Dmitri Chostakovitch juxtaposés

Quatuor Molinari: John Rea et Dmitri Chostakovitch juxtaposés

Zaho de Sagazan, cette voix qui lance des éclairs

Zaho de Sagazan, cette voix qui lance des éclairs

Lorraine Klaasen, notre Mama Afro-Canada

Lorraine Klaasen, notre Mama Afro-Canada

Igloofest en coulisses : VJ, un métier de l’ombre… en pleine lumière

Igloofest en coulisses : VJ, un métier de l’ombre… en pleine lumière

Taverne Tour: Ducks Ltd, jangle pop accrocheuse et folies humaines

Taverne Tour: Ducks Ltd, jangle pop accrocheuse et folies humaines

Barbara Hannigan: double tâche avec l’OSM

Barbara Hannigan: double tâche avec l’OSM

Jowee Omicil convie les esprits libérateurs du Bwa Kayman

Jowee Omicil convie les esprits libérateurs du Bwa Kayman

Taverne Tour : Jon Spencer revu et corrigé

Taverne Tour : Jon Spencer revu et corrigé

Rosemarie et Jean-Michel au service de Ravel et Gershwin

Rosemarie et Jean-Michel au service de Ravel et Gershwin

Cabaret Acoustique Nuits D’Afrique : Justin Adams & Mauro Durante

Cabaret Acoustique Nuits D’Afrique : Justin Adams & Mauro Durante

Taverne Tour: Laurence-Anne, visite d’un labyrinthe sans fin

Taverne Tour: Laurence-Anne, visite d’un labyrinthe sans fin

Taverne Tour: Deli Girls, punk queercore expérimental pour secouer votre monde

Taverne Tour: Deli Girls, punk queercore expérimental pour secouer votre monde

Zihua Tan: programme canado-malais à la soirée No Hay Banda

Zihua Tan: programme canado-malais à la soirée No Hay Banda

Le violoncelle non-binaire d’India Gailey

Le violoncelle non-binaire d’India Gailey

Igloofest en coulisses : découvrez les secrets de production de l’événement

Igloofest en coulisses : découvrez les secrets de production de l’événement

Rasas et autres sentiments: un programme trans-traditionnel de la SMCQ

Rasas et autres sentiments: un programme trans-traditionnel de la SMCQ

Festival classique hivernal de l’OSL: deux maestros nous en causent

Festival classique hivernal de l’OSL: deux maestros nous en causent

Cendrillon à McGill | La mise en scène d’un conte bien-aimé

Cendrillon à McGill | La mise en scène d’un conte bien-aimé

Inscrivez-vous à l'infolettre