À surveiller : En pleine création avec Sara-Danielle

Entrevue réalisée par Jacob Langlois-Pelletier
Genres et styles : pop / R&B / synth-pop

renseignements supplémentaires

Pour débuter l’année 2023, PAN M 360 a réalisé une série d’interviews avec cinq artistes d’ici qui seront à surveiller au cours des prochains mois. L’entretien ci-dessous avec Sara-Danielle est le quatrième de cette courte série.

Née à Ottawa et ayant grandi à Gatineau, Sara-Danielle est aujourd’hui signée sur l’étiquette montréalaise Simone Records. L’an dernier, la chanteuse bilingue a dévoilé son EP Another Self, un mariage de synthpop et de R&B, ainsi que le titre ta peau, une excellente collaboration en français avec Jam Khalil alliant pop et rap.

Plus tôt en janvier, Sara-Danielle s’est isolée en chalet afin de se concentrer sur la création de son premier album. « C’est la première fois que je fais ça. J’ai toujours été une artiste qui compose ici et là lorsque l’inspiration se pointe le bout du nez. Cette fois j’avais vraiment envie de m’arrêter et de me forcer à créer. C’était vraiment bien », précise-t-elle.

Dans cet ouvrage, l’autrice-compositrice souhaite aborder des sujets tels que la liberté, la santé mentale et l’amitié. La sortie du projet est prévue pour 2024 et elle soutient qui si tout se déroule sans anicroche, on doit s’attendre à la sortie de quelques extraits d’ici l’an prochain.

Le 15 février prochain, Sara-Danielle participera à un spectacle vitrine au Pantoum dans le cadre du festival musical Phoque OFF. Elle jouera aux côtés de Fernie, blesse et Bibi Club.

Crédit photo Gaëlle Leroyer

PAN M 360 : Quels sont vos plans pour 2023?

SARA-DANIELLE : J’ai commencé l’écriture de mon premier album et je vais continuer cette année. Je travaille très fort là-dessus. Je prévois de publier un ou plusieurs titres en 2023 en attendant la sortie de mon projet.  

PAN M 360 : Comment se déroule la création de votre premier album?

SARA-DANIELLE : En ce moment je me concentre beaucoup sur la création du projet. Je lis beaucoup et j’écoute beaucoup de musique pour m’inspirer. L’album est en gestation en ce moment. Je pense petit à petit aux thèmes que je veux aborder. J’ai envie de parler de liberté et de santé mentale. C’est souvent commun chez les artistes d’avoir des problèmes de santé mentale et notre mode de vie peux être assez difficile. Je veux aussi parler de l’envie de vouloir s’évader de ses problèmes et de s’en sentir libéré. J’aimerais aussi parler d’amitié, car en ce moment je vis beaucoup de schisme dans mes relations interpersonnelles. 

PAN M 360 : Vous mentionnez des thèmes qui sont personnels. Est-ce difficile pour vous de parler et d’écrire sur de tels sujets?

SARA-DANIELLE : C’est certain que ça peut être difficile de m’ouvrir sur des sujets personnels, mais c’est important de le faire. Selon moi, c’est lors de ces moments d’inconforts que naissent les meilleures chansons. Lorsqu’on se montre vulnérable, on connecte réellement avec nos auditeurs.

PAN M 360 : Doit-on s’attendre à ce que votre premier album sonne comme votre dernier titre ou comme votre EP Another Self?

SARA-DANIELLE : Another Self et ta peau sont quand même assez différents. Je crois que ça va se situer entre les deux univers. Dans ma collaboration avec Jam Khalil, j’essayais quelque chose de plus pop tandis que mon EP était moody et infusé de synthétiseurs. Je vais tenter d’aller chercher un peu des deux. Je reste aussi ouverte à voir ce qui va émaner lors des sessions d’enregistrements.

PAN M 360 : Il y a quelques semaines vous êtes partie en chalet afin de vous concentrer sur la création de votre futur projet. Est-ce habituel pour vous de vous isoler afin de créer?

SARA-DANIELLE : C’est la première fois que je fais ça. J’ai toujours été une artiste qui compose ici et là lorsque l’inspiration se pointe le bout du nez. J’aime que la création soit au cœur de mon quotidien, car je m’inspire de ce que je vis. Cette fois j’avais vraiment envie de m’arrêter et de m’amener à créer sur une période d’une semaine. Je tente de forcer mon inspiration et de trouver de nouvelles techniques d’écriture. J’ai bien aimé l’expérience et j’aimerais le refaire prochainement.

PAN M 360 : En août dernier, vous avez sorti ta peau, une collaboration avec le rappeur Jam Khalil. C’était d’ailleurs votre premier titre en français. Souhaitez-vous créer davantage en français?

SARA-DANIELLE : Je ne suis pas fermée à l’idée de sortir d’autres morceaux en français, mais je ne souhaite pas nécessairement faire la transition de l’anglais au français. Au quotidien, je consomme beaucoup de musique et de littérature en anglais. Aussi, mon but demeure de m’ouvrir sur le monde et être accessible à l’international. Je ne veux pas oublier le Québec, mais j’aime l’idée de pouvoir rejoindre plus de personnes en anglais. J’ai aimé travailler avec des gens en français, j’ai fait de superbes rencontres. J’aime affirmer que je suis francophone à travers mon contenu, mais ce n’est pas mon objectif premier.  

PAN M 360 : Dans ta peau, votre musique et celle de Jam Khalil se mélangent aisément. Aimeriez-vous collaborer à nouveau avec des rappeurs? 

SARA-DANIELLE : C’est certain que c’est quelque chose que j’aimerais refaire, peut-être avec un artiste anglophone. J’ai vraiment aimé aller vers quelque chose de plus hip-hop et j’aime le contraste que ça peut amener dans mes morceaux. Ma voix est douce et quand le rap arrive, ça rend le tout plus tranchant.  

Tout le contenu 360

Game ON! : le FILMharmonique dirigé par un pionnier

Game ON! : le FILMharmonique dirigé par un pionnier

OPCM : Wallis Giunta devient Carmen

OPCM : Wallis Giunta devient Carmen

Le compositeur d’All Quiet On The Western Front à Montréal en lumière sous le nom de Hauschka

Le compositeur d’All Quiet On The Western Front à Montréal en lumière sous le nom de Hauschka

Quelle époque pour être en vie ! Conversation avec Sarah Rossy

Quelle époque pour être en vie ! Conversation avec Sarah Rossy

L’Ensemble à cordes de l’ONJ au service de Marianne Trudel et Yannick Rieu

L’Ensemble à cordes de l’ONJ au service de Marianne Trudel et Yannick Rieu

Daniel Bartholomew-Poyser dirige l’Ensemble Obiora

Daniel Bartholomew-Poyser dirige l’Ensemble Obiora

Quatuor Molinari: John Rea et Dmitri Chostakovitch juxtaposés

Quatuor Molinari: John Rea et Dmitri Chostakovitch juxtaposés

Zaho de Sagazan, cette voix qui lance des éclairs

Zaho de Sagazan, cette voix qui lance des éclairs

Lorraine Klaasen, notre Mama Afro-Canada

Lorraine Klaasen, notre Mama Afro-Canada

Igloofest en coulisses : VJ, un métier de l’ombre… en pleine lumière

Igloofest en coulisses : VJ, un métier de l’ombre… en pleine lumière

Taverne Tour: Ducks Ltd, jangle pop accrocheuse et folies humaines

Taverne Tour: Ducks Ltd, jangle pop accrocheuse et folies humaines

Barbara Hannigan: double tâche avec l’OSM

Barbara Hannigan: double tâche avec l’OSM

Jowee Omicil convie les esprits libérateurs du Bwa Kayman

Jowee Omicil convie les esprits libérateurs du Bwa Kayman

Taverne Tour : Jon Spencer revu et corrigé

Taverne Tour : Jon Spencer revu et corrigé

Rosemarie et Jean-Michel au service de Ravel et Gershwin

Rosemarie et Jean-Michel au service de Ravel et Gershwin

Cabaret Acoustique Nuits D’Afrique : Justin Adams & Mauro Durante

Cabaret Acoustique Nuits D’Afrique : Justin Adams & Mauro Durante

Taverne Tour: Laurence-Anne, visite d’un labyrinthe sans fin

Taverne Tour: Laurence-Anne, visite d’un labyrinthe sans fin

Taverne Tour: Deli Girls, punk queercore expérimental pour secouer votre monde

Taverne Tour: Deli Girls, punk queercore expérimental pour secouer votre monde

Zihua Tan: programme canado-malais à la soirée No Hay Banda

Zihua Tan: programme canado-malais à la soirée No Hay Banda

Le violoncelle non-binaire d’India Gailey

Le violoncelle non-binaire d’India Gailey

Igloofest en coulisses : découvrez les secrets de production de l’événement

Igloofest en coulisses : découvrez les secrets de production de l’événement

Rasas et autres sentiments: un programme trans-traditionnel de la SMCQ

Rasas et autres sentiments: un programme trans-traditionnel de la SMCQ

Festival classique hivernal de l’OSL: deux maestros nous en causent

Festival classique hivernal de l’OSL: deux maestros nous en causent

Cendrillon à McGill | La mise en scène d’un conte bien-aimé

Cendrillon à McGill | La mise en scène d’un conte bien-aimé

Inscrivez-vous à l'infolettre