Pressure Pin Live: un art punk étonnamment calculé, mais toujours bizarre

par Ann Pill

La soirée a commencé avec Held. Ce critique pathologiquement tardif a raté son set mais ses 40 dernières secondes ont été géniales. Compte tenu de la façon dont s’est déroulé le reste de la soirée, il a clairement préparé tout le monde au succès. Puis vint Palm Sander de Toronto. Le son saturé et mélodique était parfois un peu trop compliqué. Le groupe n’était pas sans rappeler Dead Moon et Nick Cave à l’époque de The Birthday Party, mais avec un niveau supplémentaire de distorsion et de glamour. Je n’ai jamais vu quelqu’un jouer avec la puissance et la grâce de son batteur. Je pensais qu’on allait marteler la batterie. Je n’ai jamais vu quelqu’un décider qu’il n’avait pas suffisamment de poids en position assise et décider de se lever pour vraiment propulser son jeu. Je n’ai également jamais vu personne démonter les cymbales, les retirer du support et les écraser ensemble. Il y a eu quelques moments où il se passait tellement de choses que c’était compliqué, mais leur chanteur principal était si captivant et ils avaient tous des cheveux si incroyables que tout était pardonné.


Le set suivant était celui d’Antenna’93. Le groupe a joué avec un abandon inconsidéré qui caractérise tout nouveau groupe. Il avait un son indie plus optimiste remplaçant la boue sexy de Palm Sander par des riffs croustillants presque à la manière de Her. On a observé quelques difficultés techniques évidentes avec des pédales décidées à se rebeller et une sangle de guitare qui avait son propre esprit, mais ces musiciens s’amusaient tellement qu’il était facile d’ignorer les irritants. Leur bassiste se trouvait au milieu, ce qui était un choix brillant. Rien contre leurs deux guitaristes mais le bassiste et le batteur élevaient l’équipe.

Le chanteur pouvait sentir que nous prêtions attention à son batteur et à son bassiste et a sombré dans le chaos pendant la seconde moitié de son set. Ses plaisanteries entre les chansons allaient de « Qui d’autre est en sueur » à « Qui veut se faire prélever ses organes », avec un appel éloquent à une Palestine libre quelque part entre les deux. À un moment donné, il s’est mis à crier, brandissant un magazine qui a ensuite été lancé avec beaucoup d’enthousiasme au public. La musique d’Antenna ’93 était amusante et pétillante, il était donc logique que leur performance live incorpore une quantité importante de scintillement. Il leur suffit de trouver l’équilibre entre les pitreries mettant en valeur leur musique et apportant de l’énergie à la foule, ce qu’ils font certainement, sans se sentir distraits par un son pas encore tout à fait formé.


Pressure Pin a magnifiquement clôturé le spectacle. Après avoir écouté l’EP 2022, Superficial Feature, un assortiment new-wave / art-punk délicieusement désorganisé, je m’attendais à une quantité similaire de ravages que les deux groupes précédents nous ont soumis. Mais ils étaient étonnamment calculés. Ils ont joué leur set avec un synchronisme remarquable. La ligne de basse, la batterie et la guitare se reflétaient presque parfaitement. Jouer en live semble les avoir éloignés du son tumultueux de leur EP, le résultat était toujours aussi étrange mais bien plus intelligible.

Les choses se sont vraiment échauffées lorsque les chaussures du bassiste Danny Pretzel se sont volatilisées et il a dû faire le reste du set pieds nus. Honnêtement, je suggère l’élimination de toutes les chaussures à l’avenir ! Cela dit, le look soigné a ajouté à la performance. Les complets-cravates étaient apparemment incongrus par rapport à la nouveauté et à l’urgence de leur son. Pour ceux qui semblaient sortir des années 70, leur musique reflétait quelque chose de nouveau. C’est toujours un peu déchirant quand un groupe écrase complètement une reprise. Il a offert une interprétation incroyable de  I Was a Teenage Werewolf  qui fonctionnait si parfaitement avec le reste de leur set et tout le monde l’a presque trop aimé. Mais si ces mecs continuent sur le chemin qu’ils ont emprunté, très bientôt, les gens se démèneront avec autant d’insistance sur leur musique que nous l’avons tous fait jadis avec The Cramps. D’une seconde à l’autre…

Tout le contenu 360

Lucile Boulanger/Simon Pierre/Olivier Fortin – The Golden Hour

Lucile Boulanger/Simon Pierre/Olivier Fortin – The Golden Hour

Will Régnier – Traces

Will Régnier – Traces

Kevin Chen, ou les enjeux d’un virtuose à 18 ans

Kevin Chen, ou les enjeux d’un virtuose à 18 ans

Monica Freire – Ilhada

Monica Freire – Ilhada

Laetitia Sadier – Rooting for Love

Laetitia Sadier – Rooting for Love

Vendredi soir à l’OM : un violon spectaculaire, une petite sirène et des sables émouvants et enchanteurs

Vendredi soir à l’OM : un violon spectaculaire, une petite sirène et des sables émouvants et enchanteurs

8e concert annuel du ViU | Les différentes avenues de la relève

8e concert annuel du ViU | Les différentes avenues de la relève

Game ON! : le FILMharmonique dirigé par un pionnier

Game ON! : le FILMharmonique dirigé par un pionnier

OPCM : Wallis Giunta devient Carmen

OPCM : Wallis Giunta devient Carmen

Frank Peter Zimmermann/Orchestre symphonique de Bamberg, dir. Jakub Hrůša – Stravinsky – Bartók – Martinů

Frank Peter Zimmermann/Orchestre symphonique de Bamberg, dir. Jakub Hrůša – Stravinsky – Bartók – Martinů

Susie Arioli – Embraceable

Susie Arioli – Embraceable

Orchestre classique de Montréal, dir. : Alain Trudel/Suzanne Taffot/Brandon Coleman – David Bontemps : La Flambeau

Orchestre classique de Montréal, dir. : Alain Trudel/Suzanne Taffot/Brandon Coleman – David Bontemps : La Flambeau

Chromeo – Adult Contemporary

Chromeo – Adult Contemporary

Little Simz – Drop 7

Little Simz – Drop 7

Surhumaine Barbara Hannigan !

Surhumaine Barbara Hannigan !

Alix Fernz – Muselière

Alix Fernz – Muselière

Quatuor Bozzini : micro tonalités, grandes musiques

Quatuor Bozzini : micro tonalités, grandes musiques

SMCQ: Prana, respiration, « comprovisation »

SMCQ: Prana, respiration, « comprovisation »

Leslie Ting – What Brings You In

Leslie Ting – What Brings You In

Hannah Hurwitz/Colin Stokes/Daniel Pesca – The Night Shall Break

Hannah Hurwitz/Colin Stokes/Daniel Pesca – The Night Shall Break

Le compositeur d’All Quiet On The Western Front à Montréal en lumière sous le nom de Hauschka

Le compositeur d’All Quiet On The Western Front à Montréal en lumière sous le nom de Hauschka

The First Eloi – Low Glow

The First Eloi – Low Glow

Inscrivez-vous à l'infolettre