FME JOUR 2: Annie-Claude Deschênes, RIP Pop Mutant, FouKi, La Sécurité

par Rédaction PAN M 360

Deux rédacteurs de PAN M 360 sont actuellement à Rouyn-Noranda pour la 21e édition du Festival Musique Emergente (FME), une prise de possession musicale de la ville pour voir et entendre certains des meilleurs groupes émergents du Québec, de l’Ontario et de l’échelle internationale s’adonner au rock alternatif, au shoegaze, à la new wave, à la dream pop, à la synthpop, à l’art rock, au psych, et bien plus encore. Sans plus attendre, voici quelques groupes que nous avons voulu mettre en lumière pour le deuxième jour.

Photos par Stephan Boissonneault

Annie-Claude Deschênes au restaurant

L’hyper théâtrale Annie-Claude Deschênes (PYPY et Duchess Says) a présenté vendredi son spectacle de synthwave sur le thème du restaurant au Petit Théâtre du Vieux Noranda, et l’ambiance est devenue bizarre. En fait, tout est bizarre dans le personnage qu’Annie-Claude adopte sur scène, mais c’est tout à fait captivant à regarder. Elle installe de la techno sombre,  » répond  » à un appel téléphonique concernant une réservation et dresse la table. La toile de fond est constituée de spatules, de mélangeurs, de cuillères et de fourchettes qui flottent. Le spectacle est plus une pièce de théâtre qu’un concert, mais les petits délires synthpunk d’Annie-Claude sont la raison pour laquelle beaucoup sont restés jusqu’à la fin. C’était une expérience multidimensionnelle, tout à fait à la hauteur si vous connaissez Annie-Claude Deschênes ou l’un de ses autres projets.


– Stephan Boissonneault

La Sécurité, donneuse de leçons !


Si vous avez suivi PAN M 360 au cours de la dernière année, vous savez que nous sommes de grands fans du groupe new wave et post-disco punk montréalais La Sécurité, et sa performance au Diable Rond n’a pas déçu. En entrant, je me suis rendu compte que nous allions assister à un set de faces B et de morceaux plus obscurs du premier album de La Sécurité, Stay Safe !, avec le shoegazeux K9 , le riot-punk Hot Topic et l’humoristique Waiting For Kenny. La danse d’Eliane était bien sûr au rendez-vous, mettant le public dans une transe frénétique et sensuelle de moiteur. Le cofondateur et bassiste Félix Bélisle était en tournée avec Chose Sauvages, mais le remplaçant Jean-Philippe Bourgeois (de Mothland/shoegaze pop band Karma Glider) a joué chaque note à la perfection. Surtout sur le funky Serpent, qui m’a fait penser que Félix Bélisle venait d’apparaître sur scène.

– Stephan Boissonneault

Augmenter le niveau d’énergie avec FouKi


Parfois, tout ce dont on a besoin, c’est d’un petit spectacle pop pour se sentir mieux. Pour moi, ce soulagement est venu sous la forme de FouKi, un rappeur montréalais qui n’a apporté rien d’autre que de la hype et de l’énergie aux gens du FME. En plein centre de l’immense foule, il était difficile de ne pas se nourrir des gens qui vibraient autour de nous – la plupart d’entre eux chantaient à tue-tête.

FouKi a une présence sur scène imposante et une assurance dans sa prestation qui le rend difficile à ignorer. Bien que ses beats ressemblent à des sons de club standard et qu’il se repose peut-être un peu trop sur son autotune à la Travis Scott, il nous a fait vibrer à des milliers de reprises. Même lorsqu’il a fait exploser un haut-parleur vers la fin de son set, la foule n’a pas semblé s’en soucier, sautillant joyeusement au rythme des kicks croustillants et des voix distordues et gutturales. FouKi s’est amusé comme un fou, et il l’a fait généreusement. C’était la façon idéale de commencer la soirée du vendredi au FME.

– Lyle Hendriks



Rip Pop Mutant se fait étrange au FME


Synthétique, sombre, trippeux, futuriste, Rip Pop Mutant a pris la scène d’assaut vendredi soir au FME. Avec des instruments grinçants et inquiétants portés par des basses lourdes, des touches épicées et une batterie induisant la transe, le chanteur Alex Ortiz s’est élevé au-dessus de tout cela avec des effets lourds sur sa voix, chantant en trois langues et se sentant indéniablement lui-même.

Ortiz portait un manteau en peau de serpent, conférant à son set une ambiance excentrique à laquelle je ne m’attendais pas, ajoutant à cette pop plus sombre qui se présentait à moi. L’un des moments forts du concert a été celui où Ortiz s’est emparé d’un faux saxophone en papier juste à temps pour « jouer » son solo, s’agenouillant et haletant avec tout ce qu’il avait en lui. La vision d’Ortiz est crue et authentique, avec ses aspérités et son engagement total pour l’imperfection. Mais plutôt que de donner l’impression d’être négligé ou de manquer d’effort, c’est clairement le résultat d’une véritable intention. Je pense que vous conviendrez que le nom de Rip Pop Mutant est tout à fait approprié lorsque vous entendrez les nuances tordues et mutantes de la musique pop qui se dégage de ce trio plein d’énergie.

– Lyle Hendriks

Tout le contenu 360

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

Élégie aux Francos- ouvertures romantiques et tentations punk

Élégie aux Francos- ouvertures romantiques et tentations punk

Convulsing – Perdurance

Convulsing – Perdurance

Darkthrone – It Beckons Us All…….

Darkthrone – It Beckons Us All…….

Ulcerate – Cutting the Throat of God

Ulcerate – Cutting the Throat of God

Botanist – Paleobotany

Botanist – Paleobotany

Les Violons du Roy, Cameron Crozman, Nicolas Ellis | Haydn Cello Concertos – Hétu Rondo

Les Violons du Roy, Cameron Crozman, Nicolas Ellis | Haydn Cello Concertos – Hétu Rondo

Un 16 juin aux Francos | Pomme, Marco Ema et KNLO

Un 16 juin aux Francos | Pomme, Marco Ema et KNLO

Jordan Hamilton – Project Freedom

Jordan Hamilton – Project Freedom

Nino Carlos &  Friends – Placenta

Nino Carlos & Friends – Placenta

Arooj Aftab – Night Reign

Arooj Aftab – Night Reign

Samuel Hasselhorn – Urlicht : Songs of Death and Resurrection

Samuel Hasselhorn – Urlicht : Songs of Death and Resurrection

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Un 13 juin aux Suoni Per Il Popolo : No Hay Banda avec Sarah Davachi et Nadah El-Shazly + Sarah Pagé

Un 13 juin aux Suoni Per Il Popolo : No Hay Banda avec Sarah Davachi et Nadah El-Shazly + Sarah Pagé

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Une soirée de clôture riche en émotions

Une soirée de clôture riche en émotions

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Qiik – Demo

Qiik – Demo

HABITAT SONORE :  la musique qui fait vibrer Montréal… et le Centre Phi !

HABITAT SONORE :  la musique qui fait vibrer Montréal… et le Centre Phi !

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité,  joie, insolence

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité, joie, insolence

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Inscrivez-vous à l'infolettre