×
Pays : Québec Canada Label : Indépendant Genres et styles : classique / musique contemporaine / néoclassique Année : 2022

Quatuor Esca – Fragments

· par Frédéric Cardin

À la fois introspective et expressive, la musique présentée par le Quatuor Esca sur l’album Fragments raconte avec chaleur un parcours fictif à la fois émotif et visuel. L’esthétique néoclassique (celle des années 1930 aux harmonies tonales chromatiques, moins l’actuelle avec ses harmonies très ouvertes et basiques) est accolée à une rythmique soutenue et répétitive de l’ordre du minimalisme américain. Le résultat est facile d’accès sans être volontairement séducteur, voire racoleur. 

Pourquoi me perdre en explications quand le compositeur François Vallières lui-même est bien plus éloquent ?

Fragments est un voyage, une cheminée à travers l’esprit et le cœur d’un personnage presque fictif. L’œuvre s’ouvre avec des variations sur un thème absent, une série de contrastes et de couleurs, tel un kaléidoscope narratif. Le mouvement suivant relate une certaine joie, une ambiance badine non sans gravité, baignée dans une atmosphère dansante. Le troisième mouvement est quant à lui, d’une beauté lugubre, telle une procession de spectres se dirigeant vers une impasse émotive. Fragments se termine avec un final continuant le discours du début, une longue progression vers une conclusion rythmique et énergique

François vallières

Vous vous direz peut-être en écoutant Fragments qu’on pourrait faire un petit film sur cette musique… Et vous aurez vu juste, car c’est déjà fait! 

Bruno Labrie à la réalisation et Denis Durocher au scénario ont créé un accompagnement visuel léché et touchant qui nous transporte dans le périple d’un jeune photographe qui apprend qu’il perdra bientôt la vue.

L’avantage de cette mise en scène est qu’elle offre une dimension contemporaine et personnelle à une musique harmoniquement conservatrice. Les images et les commentaires du personnage principal approfondissent le bouillonnement sonore ou la sombre mélancolie des quatre courts mouvements de l’œuvre, que l’on pourrait qualifier aussi de quatuor à cordes narratif. On perçoit avec plus d’acuité les remous et les apaisements des états d’âmes changeants et envahissants qu’une telle fatalité doit imposer à quiconque la subit.

Les quatre membres du Quatuor Esca, Amélie Lamontagne (premier violon), Edith Fitzgerald (second violon), Sarah Martineau (alto) et Camille Paquette-Roy (violoncelle), habituées aux collaborations pop et indies mais solidement formées au classique, transmettent efficacement la respiration narrative et émotionnelle de la musique.

Inscrivez-vous à l'infolettre