×
Bell Orchestre

House Music

· par Alain Brunet

On était en voie d’oublier ce projet parallèle mené par des musiciens issus d’Arcade Fire et autres amis de la scène indie de Montréal. Le dernier album de cette formation misant sur des compositions et non des formes chansonnières, As Seen Through Windows, remonte à mars 2009 et puis rien jusqu’au 19 mars 2021. À l’évidence, ces bonnes gens n’ont pas enregistré ce projet pour tuer le temps pendant la pandémie, voilà plutôt l’œuvre la plus achevée de cet ensemble en dormance depuis plus d’une décennie. Autour de motifs harmoniques et de cellules rythmiques relativement simple, ce collectif atteint une réelle maturité compositionnelle en érigeant cette œuvre plus qu’éloquente aux côtés des collègues – Richard Reed Parry, contrebasse et voix, Sarah Neufeld, violon et voix, Pietro Amato, cor, Michael Feuerstack, pedal steel guitar, claviers et voix, Kaveh Nabatian, trompette, gongoma, claviers, voix, Stefan Scheider, batterie. Avec l’aide de l’ingénieur Hans Bernhard, le groupe a câblé tous les coins de la maison rurale de Sarah Neufeld, dans le Vermont. Au bout de plusieurs jours de répétitions, la disposition des musiciens s’est précisée: au rez-de-chaussée, des tablées de kalimbas, harmonicas, synthétiseurs, instruments à vent. Au premier étage, violon et contrebasse dans une pièce en bois et la pedal steel guitar dans la salle de bain. Dans le grenier, la batterie. Tous et toutes interconnecté.e.s, soudures spontanées entre instruments acoustiques, synthés analogiques et outils numériques servent une œuvre collective multipolaire, parfois consonante, parfois expérimentale, puisant autant dans le bassin des folklores et de l’esprit rock indie que dans celui des avant-gardes occidentales. Quant aux influences des séances historiques menées par Miles Davis fin 60 début 70 (Bitches Brew, In A Silent Way, Jack Johnson, etc.), elles ne sont pas aussi évidentes dans le résultat final qu’on le laisse entendre d’entrée de jeu, mais cette méthodologie misant sur le facteur aléatoire est comparable à ces fameux laboratoires comme elle l’est pour l’album The Orb Live’93 et les deux derniers enregistrements studio de la formation anglaise Talk Talk, Spirit of Eden et Laughing Stock : séances d’improvisation, montage des meilleurs moments, réenregistrement de certaines séquences, traitements supplémentaires. Voilà, quoi qu’il en soit, une musique de chambre créée dans un environnement à la fois instrumental et numérique, musique visionnaire qui impose une attention soutenue du début à la fin des dix « mouvements » ici déployés.

Inscrivez-vous à l'infolettre