Pays : Québec Label : Indépendant Genres et styles : alt-folk / folk / folk-rock / indie folk Année : 2021

Émilie Proulx – La nuit, les échos

· par Luc Marchessault

Il y a des gens qu’on voit et qu’on entend trop, d’autres pas assez. La musicienne et créatrice de chansons Émilie Proulx fait partie de cette dernière catégorie, à n’en point douter. La nuit, les échos s’ajoute au corpus folk quantitativement modeste, mais qualitativement appréciable, qu’Émilie édifie doucement. Outre cette nouvelle parution, trois autres microalbums – Dans une ville, endormie (2007), Montagnes russes et mini-tsunamis (2011) et Tu pourras te reposer (2019) – et un album complet – La lenteur alentour (2009) – y figurent. Émilie Proulx appartient au cercle des auteurs-compositeurs-interprètes hautement estimés de leurs collègues, mais dont le retentissement public demeure marginal. Qu’à cela ne tienne et au grand plaisir des musicophiles qui tendent l’oreille, Émilie persiste et nous propose cinq nouvelles pièces. Puisqu’elle sait bien s’entourer, on retrouve sur La nuit, les échos Matthieu Beaumont aux claviers et aux chœurs, Agathe Dupéré à la basse et aux synthés, Maxime Gosselin à la batterie, ainsi que Catherine Leduc, Anaïs Constantin, Lisa Leblanc, Geneviève Toupin et Théodore Proulx (héritier d’Émilie) aux chœurs. Dans Slalom, un personnage fait du ski temporel; sa « ville est un désert » comme celui où chantait jadis un coyote urbain, assis entre deux dunes. Dans Polaroids, « Les jours de sable – les chansons de Marjo – et toutes les chambres où tu dors – déferlent – dans ton cœur comme avant ». Deux accidents est une ballade délicate où Émilie Proulx rejoint Renée Claude par sa voix et Julie Doiron par son mode opératoire. Le rythme de la pièce-titre rebondit, tandis que la narratrice souhaite une nyctalopie salvatrice à son interlocuteur. Puis, dans Toutes les réponses, la narratrice voit ses efforts achopper sur « le mystère de nous deux » dans la nuit et le feu, tout en entrevoyant le jour et ses échos. À écouter et réécouter souventefois, tout comme le reste de la discographie d’Émilie.

Tout le contenu 360

Yannick Nézet-Séguin / Orchestre métropolitain – Sibelius 2 et 5

Yannick Nézet-Séguin / Orchestre métropolitain – Sibelius 2 et 5

Exponential Ensemble – Matters of Time

Exponential Ensemble – Matters of Time

UdeM | La Flûte enchantée, Mozart entre tradition et modernité

UdeM | La Flûte enchantée, Mozart entre tradition et modernité

KNLO, la transhumance du 438

KNLO, la transhumance du 438

Semaine du Neuf:  Jeffrey Stonehouse explique la prog !

Semaine du Neuf: Jeffrey Stonehouse explique la prog !

Planante et (trop) discrète musique de Missy Mazzoli

Planante et (trop) discrète musique de Missy Mazzoli

Burna Boy remplit presque deux Centres Bell : le Nigeria à nos portes !

Burna Boy remplit presque deux Centres Bell : le Nigeria à nos portes !

« In the Half-Light » – Barbara Hannigan avec l’Orchestre symphonique de Montréal

« In the Half-Light » – Barbara Hannigan avec l’Orchestre symphonique de Montréal

Nuits d’Afrique: un 8 mars avec Sona Jobarteh

Nuits d’Afrique: un 8 mars avec Sona Jobarteh

Hommage à la Callas: Simon Rivard dirige l’OSL

Hommage à la Callas: Simon Rivard dirige l’OSL

Lucile Boulanger/Simon Pierre/Olivier Fortin – The Golden Hour

Lucile Boulanger/Simon Pierre/Olivier Fortin – The Golden Hour

Will Régnier – Traces

Will Régnier – Traces

Kevin Chen, ou les enjeux d’un virtuose à 18 ans

Kevin Chen, ou les enjeux d’un virtuose à 18 ans

Monica Freire – Ilhada

Monica Freire – Ilhada

Laetitia Sadier – Rooting for Love

Laetitia Sadier – Rooting for Love

Vendredi soir à l’OM : un violon spectaculaire, une petite sirène et des sables émouvants et enchanteurs

Vendredi soir à l’OM : un violon spectaculaire, une petite sirène et des sables émouvants et enchanteurs

8e concert annuel du ViU | Les différentes avenues de la relève

8e concert annuel du ViU | Les différentes avenues de la relève

Game ON! : le FILMharmonique dirigé par un pionnier

Game ON! : le FILMharmonique dirigé par un pionnier

OPCM : Wallis Giunta devient Carmen

OPCM : Wallis Giunta devient Carmen

Frank Peter Zimmermann/Orchestre symphonique de Bamberg, dir. Jakub Hrůša – Stravinsky – Bartók – Martinů

Frank Peter Zimmermann/Orchestre symphonique de Bamberg, dir. Jakub Hrůša – Stravinsky – Bartók – Martinů

Susie Arioli – Embraceable

Susie Arioli – Embraceable

Orchestre classique de Montréal, dir. : Alain Trudel/Suzanne Taffot/Brandon Coleman – David Bontemps : La Flambeau

Orchestre classique de Montréal, dir. : Alain Trudel/Suzanne Taffot/Brandon Coleman – David Bontemps : La Flambeau

Inscrivez-vous à l'infolettre