Prodiges du flamenco: Israël Fernández et Diego del Morao

Entrevue réalisée par Alain Brunet
Genres et styles : flamenco

renseignements supplémentaires

Deux prodiges du flamenco actuel, le chanteur Israël Fernández et le guitariste Diego del Morao font escale à Montréal. Ils viennent jouer la matière d’Amor, un premier album sorti en 2020, salué par la critique et nommé aux Latin Grammy Awards (États-Unis) et aux Premios Odeón (Espagne). 

Ces grands virtuoses de la forme s’inscrivent parfaitement dans la tradition et s’appliquent à la transcender en en  renouvelant le style classique et ses réformes contemporaines.

De Jerez, Diego del Morao est le fils du légendaire guitariste Moraíto Chico, il est aujourd’hui considéré comme un grand maître, clairement au sommet. On l’a vu  accompagner les grands noms de la musique espagnole, Diego El Cigala, Niña Pastori ou même Paco de Lucía. Il a également partagé la scène avec des monuments tels Chick Corea ou Fito Páez.

De Tolède, Israël Fernández est une étoile montante de la scène flamenca.  Fernández a assurément marqué la discipline de concert avec Diego Del Morao. On le considère aujourd’hui dans l’élite du chant flamenco.

Joints en Espagne , ils répondent aux questions de PAN M 360:

Questions à Diego del Morao :


PAN M 360:  Qu’avez-vous appris de votre famille, de votre défunt père Moraíto Chico ?

Diego del Morao : Indépendamment de l’aspect musical, j’ai appris que nous sommes une lignée. La philosophie artistique de mon père. La philosophie artistique de mon père est ce qui l’a rendu très spécial et très aimé. Pour moi, cela ne m’a pas mis de pression supplémentaire, comme c’est généralement le cas pour les fils d’autres guitaristes. Avoir mon père comme prédécesseur m’a encouragé à donner une nouvelle tournure à la musique, ou au moins à essayer de donner une nouvelle tournure à la musique.


PAN M 360: Avez-vous eu beaucoup de modèles de guitares flamenco ?


Diego del Morao : Mon premier modèle de guitariste se trouvait dans ma famille, mais quand j’étais jeune, je m’identifiais beaucoup à Vicente Amigo. Je m’identifiais à Vicente Amigo, car je pense qu’il a donné beaucoup de personnalité au flamenco à cette époque. . Bien sûr, il y a le maestro Paco de Lucía, qui est notre héros, un dieu pour nous.  Mais je me suis surtout senti influencé, quand j’étais jeune, par Vicente Amigo et de nombreux autres guitaristes que j’admire. Dans la guitare flamenca c’est ce qui se passe, nous sommes tous en communion constante, nous apprenons les uns des autres.

PAN M 360: Comment vous êtes-vous libéré musicalement de votre tradition ?

Diego del Morao:  Je me considère comme un guitariste orthodoxe. À Jerez de la Frontera, où je suis né, nous sommes très cohérents avec notre héritage et nous aimons beaucoup le flamenco traditionnel et orthodoxe. Mais, comme je l’ai déjà dit, en tant que successeurs des grands maîtres, nous devons apporter quelque chose de nouveau et de plus avec le flamenco traditionnel et orthodoxe.  Et plus encore avec l’époque dans laquelle nous vivons, avec les styles de musique et la culture en général.

 

PAN M 360: Comment avez-vous trouvé votre propre voie ?

Diego del Morao: Je pense que trouver sa propre voie est une chose à laquelle on ne pense pas ou que l’on n’essaie pas de faire. Je pense qu’à partir du moment où l’on y pense ou que l’on fait semblant, on perd son authenticité. C’était bien pour moi d’être un guitariste un peu marginal parce que j’ai appris de mon père, mais pendant ma période d’apprentissage, je n’ai pas côtoyé beaucoup de guitaristes  à Jerez.

Aujourd’hui, avec Internet, tout est différent et plus facile, mais à l’époque, c’était la même chose pour tous les guitaristes; c’étaient  les disques et mon enthousiasme qui m’ont permis d’apprendre de tous ces guitaristes  que j’admirais et de ressentir simplement ce que je ressentais. L’erreur est de prétendre ou d’essayer de rechercher cette originalité. Mais, comme je l’ai déjà dit, en tant que successeurs des grands maîtres, nous devons apporter quelque chose de nouveau et de plus avec le flamenco traditionnel et orthodoxe.

PAN M 360: Comment identifiez-vous les principales caractéristiques de votre propre style ? Sur le plan mélodique ? Harmoniquement ? Rythmiquement ?

Diego del Morao: Je crois que les guitaristes doivent travailler précisément sur ce qu’ils ne savent pas faire, c’est ce que m’a dit Isidro Muñoz, et c’est la vérité d’un temple. Pour grandir, tu ne peux pas étudier ce que tu sais faire. . Donc, rythmiquement, je me sens très à l’aise. Ce qui m’intéresse le plus en ce moment, c’est de travailler l’harmonie et la technique, bien sûr, ce qui est le plus important. Je ne me considère pas comme un guitariste très technique. Mais il est clair que je suis meilleur dans les jeux rythmiques et surtout ceux de ma patrie, Jerez.

PAN M 360: Depuis les années 1980, on parle d’un nouveau flamenco. En ce qui concerne la guitare, où en sommes-nous en 2023 ?


Diego del Morao: On ne sait pas où va aller la guitare. Ce qui est sûr c’est qu’elle est en constante évolution. Il est vrai qu’il y a 20 ans, les maîtres disaient que nous allions trop loin comme ils l’ont dit au maestro Paco de Lucia. Mais le devoir et le secret du guitariste est d’être cohérent avec l’héritage très intériorisé qu’il a et de lui donner de l’importance et, à partir de là, de grandir. Mais je ne sais pas où ira la guitare, mais elle est en bonne santé. Il y a toujours des guitaristes qui vous surprennent et des jeunes qui vous dépassent. Les enfants que vous avez vu jouer à l’âge de 12 ou 13 ans, vous les voyez des années plus tard comme des guitaristes exceptionnels qui font des choses que vous ne pensiez pas qu’ils feraient. C’est leur devoir, mais je ne sais pas où nous allons.

PAN M 360: Selon vous, quelles seront les nouveautés de la guitare flamenca en 2023 ?

Diego del Morao: Je ne sais pas vraiment. Je suis en train de sortir une gamme de guitares qui ont une réverbération intégrée et un système pour la connecter au téléphone portable. C’est une guitare amusante  avec laquelle on peut faire des choses qu’on ne pouvait pas imaginer il y a 20 ans. Le programme standard
que nous, joueurs de flamenco, utilisons, à savoir Pro-Tools, permet également de réaliser des choses incroyables. En ce qui concerne la guitare en tant qu’instrument, je ne sais pas vraiment ce qui va se passer, mais elle évolue constamment. Elle évolue constamment et c’est pourquoi je pense qu’il est très difficile de répondre à cette question.

PAN M 360: Votre duo avec Israël Fernández est-il votre principal projet musical ? Quels sont les autres ?


Diego del Morao: Bien sûr, en ce moment nous sommes, comme nous l’avons dit l’autre jour dans une autre interview, comme Sancho Panza et Don Quichotte. Sancho Panza et Don Quichotte, et j’adore jouer ce rôle. Comme avec mon pèret guitariste, ma façon de m’amuser et de me sentir à l’aise est aussi d’accompagner d’autres artistes. Je donne également mes propres concerts et j’essaie de composer, car je n’ai pas enregistré depuis de nombreuses années. 


Il est très difficile d’exprimer et de dire quelque chose d un projet musical à notre époque, précisément dans un contexte où même les enfants d’aujourd’hui jouent très bien de la guitare. C’est techniquement très avancé, il faut donc y consacrer beaucoup d’heures. Mais je reste ouvert, je travaille avec beaucoup de gens,mais c’est avec Israël que je travaille le plus et que je partage le plus de temps artistique. 

PAN M 360: Comment décririez-vous votre collaboration avec Israel Fernández ?


Diego del Morao: Je ne sais pas ce que je peux apporter à Israël, peut-être un peu plus d’expérience, mais nous sommes très semblables en termes de musique. Nous sommes très semblables en termes de musique. Nous sommes des personnes ouvertes d’esprit, nous aimons tous les types de musique et nous sommes très décontractés lorsque nous jouons de la musique. Nous sommes tous les deux très décontractés lorsqu’il s’agit de comprendre la musique, de l’apprécier et de ne pas lui coller d’étiquettes.  Mais il est vrai que nous aimons tous les deux beaucoup le flamenco et que, dans ce sens, nous sommes peut-être très semblables. Comme je l’ai dit, j’ai un peu plus d’expérience et moins de cheveux.

Questions à Israel Fernandez :


PAN M 360: Comment votre héritage gitan vous a-t-il été transmis depuis l’enfance ?

Israël Fernandez: De manière très naturelle, littéralement. Personne ne m’a dit d’écouter tel artiste, de faire ceci ou cela. Cela a été très naturel en raison de ma race, de ma famille. Pour moi, cela a été comme quelque chose de totalement naturel, quelque chose de totalement quotidien. Comme quelqu’un qui mange du riz à trois heures de l’après-midi. 


PAN M 360: Comment avez-vous décidé de devenir chanteur ?


Israël Fernandez: Je n’ai jamais décidé, cela a commencé comme un jeu, comme un passe-temps quand j’étais petit. Je jouais à chanter et je le fais toujours, mais avec beaucoup plus d’intensité et  beaucoup plus de responsabilités.

PAN M 360: Qui vous a enseigné la musique ?


Israël Fernandez: Personne ne m’a vraiment appris, mais j’ai beaucoup appris et je continue d’apprendre auprès des grands maîtres, en particulier Camaron, La Niña de los Peines et Paco de Lucía. Les grands maîtres du chant flamenco, en particulier Camaron, La Niña de los Peines et Paco de Lucía. Ces trois maîtres sont en quelque sorte les miroirs dans lesquels je me regarde.


PAN M 360: Comment décririez-vous les principaux traits de votre personnalité musicale ?


Israël Fernandez: En vérité, il est difficile de me définir, c’est au public de le faire. Mais je me définis comme un amoureux de l’art et du chant.


PAN M 360: Comment choisissez-vous les mots dans ce que vous chantez ? Quelle est la part de tradition ? Quelle est la part d’improvisation ?


Israël Fernandez: D’un point de vue mélodique, j’improvise à 100 %. Je ne fais jamais un texte de la même manière qu’un autre, même si c’est la même chose, les lignes chantées sont toujours différentes. Mais cela dépend beaucoup de la situation, de la journée que vous avez passée, du moment, du public et de ce que vous ressentez, de votre humeur aussi.

PAN M 360: Comment votre relation musicale avec Diego a-t-elle évolué ?


Israël Fernandez: Beaucoup, car Diego est pour moi une grande source d’inspiration, tant sur le plan personnel que musical. Personnellement et musicalement. En tant que musicien, je ne cesse d’apprendre de lui et il me donne beaucoup de confiance sur scène et hors de la scène. Il est un pilier essentiel de ma musique.

PAN M 360: Sur quels autres projets travaillez-vous ?


Israël Fernandez: En ce moment et en 2024, je serai en tournée avec Pura Sangre, le dernier album que j’ai sorti, et je combinerai cette tournée avec un nouvel album. Je combine cette tournée avec d’autres choses que je fais, comme une tournée des peñas de flamenco, les clubs de flamenco. C’est quelque chose que je fais par amour du flamenco et de ses origines, parce qu’il faut se souvenir d’où l’on vient. Il est important de se souvenir d’où l’on vient, de ne pas se perdre.

LE CONCERT DE DIEGO DEL MORAO ET ISRAËL FERNANDEZ A LIEU AU CLUB SODA, MERCREDI, 20 H. INFOS ET BILLETS ICI

ARTISTES:


Israel Fernández, chant

Diego del Morao, guitare

Marco Alba Carpio, palmas

Angel Peña, palmas

Tout le contenu 360

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Queen Omega étend son royaume à MTL

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Queen Omega étend son royaume à MTL

Domaine Forget 2024 | Brises capverdiennes dans Charlevoix avec Lucibela

Domaine Forget 2024 | Brises capverdiennes dans Charlevoix avec Lucibela

SAT X EAF : Heith, Orchestroll, Audréanne Filion

SAT X EAF : Heith, Orchestroll, Audréanne Filion

Présente ta chanson ! Queenie nous parle de Feels Good

Présente ta chanson ! Queenie nous parle de Feels Good

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Def Mama Def, le karma des femmes

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Def Mama Def, le karma des femmes

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | ALBERTO SALGADO : Embrasser les traditions et la modernité brésilienne

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | ALBERTO SALGADO : Embrasser les traditions et la modernité brésilienne

La violence des camions brûle et recommence

La violence des camions brûle et recommence

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Plus qu’un « fils de »… voici Kirá!

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Plus qu’un « fils de »… voici Kirá!

Jowee Omicil convie les esprits libérateurs du Bwa Kayman

Jowee Omicil convie les esprits libérateurs du Bwa Kayman

Découvrez l’afrobeat thaï de la Montréalaise Salin

Découvrez l’afrobeat thaï de la Montréalaise Salin

Dobet Gnahoré : un ange passe et reste

Dobet Gnahoré : un ange passe et reste

Baltra au Piknic Electronik | De la house lo-fi à aujourd’hui

Baltra au Piknic Electronik | De la house lo-fi à aujourd’hui

Jaeden Izik-Dzurko: Retour sur le CMIM et regard vers l’avant

Jaeden Izik-Dzurko: Retour sur le CMIM et regard vers l’avant

Une soirée Meurtre et mystère à l’opéra avec Natalie Choquette

Une soirée Meurtre et mystère à l’opéra avec Natalie Choquette

Love Heart Cheat Code, nouvelle poussée de Hiatus Kaiyote

Love Heart Cheat Code, nouvelle poussée de Hiatus Kaiyote

Alain Simard rêvait de… plusieurs festivals

Alain Simard rêvait de… plusieurs festivals

Aswell: banlieusard un jour, banlieusard toujours

Aswell: banlieusard un jour, banlieusard toujours

Francos | Valence, la beauté de l’insomnie

Francos | Valence, la beauté de l’insomnie

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

JAKŌ et ses paysages sonores expérimentaux aux Suoni

JAKŌ et ses paysages sonores expérimentaux aux Suoni

Ishi Tishi et leur soirée avec tous les animaux aux Suoni

Ishi Tishi et leur soirée avec tous les animaux aux Suoni

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Inscrivez-vous à l'infolettre