MUTEK 2023 | Rosina, plaisir non genré, beatmaking de haute volée

Entrevue réalisée par Alain Brunet
Genres et styles : électronique

renseignements supplémentaires

Rosina, un spectacle de drag queen mêlé furieusement  à un beatmaking de musique électronique de haut niveau, est né de notre monde apocalyptique. Ainsi, Rosina est à la recherche de joie, de gentillesse et de bienveillance.

 « Rosina a pour objet de libérer nos esprits dans l’univers et de se connecter au divin  » dixit  le profil bio de ce collectif on ne peut plus sympa. Les 3 membres de Rosina sont également à la recherche de paysages naturels, à travers la technologie,  » honorant les vivants et les non-vivants, les ancêtres humains et non-humains, et pourtant nés de la  grande ville.  » 

Plus précisément, il  s’agit d’une collaboration entre le producteur Murr, la drag-performeuse et artiste multidisciplinaire Franny Galore-Wngz, et le producteur, chanteur, fauteur de merde et poétesse Rosina. Basic Income est le premier album de ce collectif issu de communautés marginalisées, évidemment issu de la mouvance LGBTQ +. 

 » ROSINA est une célébration, où une partie de l’art du travestissement et de la performance se fond dans  la musique de danse. C’est sensuel, amusant, ridicule, astucieux, d’attitude punk et cela aborde des questions importantes auxquelles leurs communautés sont confrontées ! « 

Ce sont exactement les  raisons pour lesquelles PAN M 360 a voulu rencontrer ces humains avant leur première représentation de MUTEK.

PAN M 360 : Rosina, vous avez un accent britannique et vous êtes de Toronto. Expliquez-nous !

Rosina :  Vous savez, nous faisons semblant d’être britanniques parce que nous pensons que Montréal n’aime pas les Torontois. Alors on va peut-être changer d’accent.

PAN M 360 : Hahaha ! Quelle est votre approche en tant que formation ?

Rosina : C’est un peu comme une performance artistique et nous nous moquons de tout !

PAN M 360 : Est-ce une nouvelle configuration pour vous ?

Rosina : Oui. Nous l’avons joué à Toronto, dans de petites salles et de petits festivals. L’album est sorti il y a trois ans mais nous ne l’avons dit à personne. Alors qui s’en soucie encore ? 

PAN M 360 : Oui, en effet. Il y a tellement d’excellentes productions qui se produisent tout le temps maintenant, qu’il est impossible de les identifier toutes.

Rosina : Exactement. Nous prenons notre temps. Nous lançons un album, puis nous avons un site web et une vidéo qui sortent. 

PAN M 360 : Vous vous êtes rencontrés à Toronto ?

Franny Galore-Wngz : Oui, nous nous connaissons depuis un certain temps. Rose était mon mentor. Elle l’était il y a des années, quand je faisais de la comédie musicale. Mais c’est pendant la pandémie que nous avons eu besoin de trouver un moyen de faire face à la situation. Nous avons donc commencé à nous côtoyer. Et le projet est né.

Rosina : Oui, nous vivons dans un entrepôt à Toronto, Unit 2, et pendant le COVID, nous avons eu la chance d’être à l’extérieur. C’est un espace génial, mais il est en train de disparaître parce que tout ce quartier est en train de s’embourgeoiser. Mais nous sommes toujours là. Nous arrivons toujours à nous amuser et nous ne recevons aucune plainte concernant le son. Nous sommes donc là depuis longtemps.  

PAN M 360 : Expliquez-nous cette configuration.

Rosina : C’est un trio, Murr est un producteur de musique électronique.Il a commencé par le hip hop.Il dirige tout en direct et nous deux, c’est une sorte de performance de drague. Je commence d’une manière particulière. Nous sommes très masculins et amicaux, nous commençons comme ça et, au fur et à mesure que le spectacle avance, nous changeons de genre. Et puis on parle beaucoup de merde et on danse haha !

PAN M 360 : Votre musique est un mélange de plusieurs styles. Il y a le hip hop, la house, le dub, pour n’en citer que quelques-uns. Qu’y a-t-il d’autre ?

Rosina : Il y a un peu de techno. En live, c’est un peu plus dur. Mais nous utilisons aussi beaucoup de rythmes internationaux comme le brésilien.

Franny Galore-Wngz : Oui, il y a beaucoup d’inspiration latine dans certaines chansons, mais c’est magnifique de venir d’horizons aussi divers et d’être capable de mettre en œuvre ces histoires et l’album, ce que les gens ont expérimenté. Mais oui, j’ai l’impression que c’est le grand mélange, c’est juste un mélange de nous tous.

PAN M 360 : Pouvons-nous être plus précis sur la production ?

Rosina : La production était principalement assurée par Nick. Mais j’ai aussi fait des arrangements, j’ai utilisé Ableton et j’ai fait mes voix.  Pour cet album, nous avons eu la chance d’avoir accès au studio House of Balloons à Toronto, qui est géré par Doc McKinney, qui a beaucoup travaillé pour The Weeknd. Il fait partie de notre famille. Pendant la pandémie, nous avons passé trois mois à écrire avec Nick, à échanger des morceaux, à faire des allers-retours. Nick (Murr) m’envoyait des rythmes et je les modifiais. Ensuite, je faisais les voix, et nous avons procédé de manière très organique. Et c’est un peu comme ça que nous travaillons, et en live, Nick lance les rythmes et nous courons et dansons.

Franny Galore-Wngz : C’est une émission très aléatoire, un projet très aléatoire aussi, mais il y a aussi beaucoup d’informations sur la vie. Parce que tout dans la vie actuelle est si aléatoire et si chaotique.Et nous essayons de prendre un peu de cela et de le transformer en joie.Rosina : Et nous sommes assez critiques, l’album s’appelle Basic Income.Je viens moi-même de la scène militante de Toronto, et j’ai parfois l’impression que nous nous prenons trop au sérieux.Nous essayons donc de nous amuser, car l’activisme peut être trop pesant. Nous voulions donc travailler en nous amusant.C’est un moyen pour nous de survivre spirituellement.

PAN M 360 : Exportez-vous votre album et votre spectacle ?Rosina : Oui, par exemple, l’un de nos labels est basé à La Havane Est, à Cuba.Nous voulons simplement faire de la musique pour voyager et rencontrer des gens que nous voulons vraiment rencontrer. Nous ne nous préoccupons pas tant de la célébrité et de l’argent que des voyages, des relations et des découvertes.Et voir le monde naturel avant qu’il ne disparaisse parce que nous le tuons.Et faire des spectacles dans la forêt ou sur la plage.Nous serions tellement heureux de faire cela.

PAN M 360 : L’art est donc pour vous un moyen de vous évader.

Rosina : Oui, absolument. Nous essayons de créer notre propre monde. Nous n’avons pas le temps de démanteler celui que nous avons, mais je peux en créer un nouveau. Et nous essayons aussi de développer une communauté de personnes queer et trans et, et plus de personnes de couleur, de personnes brunes et noires et d’autres amitiés. Nous touchons donc toutes sortes de personnes, mais nous mettons l’accent sur le soutien aux communautés marginalisées. Vous savez, je ne pense pas que nous soyons marginalisés, mais on ne cesse de nous le répéter.  Nous essayons donc de créer ce monde et de rassembler nos communautés pour que nous puissions tous survivre.

ROSINA SE PRODUIT À MUTEK MONTRÉAL 2023, CE SAMEDI, 20H, ESPLANADE TRANQUILLE

Tout le contenu 360

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité,  joie, insolence

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité, joie, insolence

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Festival Classica – Hommage à Queen

Festival Classica – Hommage à Queen

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

SAT Dômesicle | Elena Colombi, beaucoup de la tête pour le corps

SAT Dômesicle | Elena Colombi, beaucoup de la tête pour le corps

Humidex Records fête ses cinq ans à la SAT!

Humidex Records fête ses cinq ans à la SAT!

Jill Barber : en français encore et toujours!

Jill Barber : en français encore et toujours!

Festival Classica – Piazzolla, de New York à Paris

Festival Classica – Piazzolla, de New York à Paris

38e Nuits d’Afrique | Sépopo Galley explique la programmation

38e Nuits d’Afrique | Sépopo Galley explique la programmation

Inscrivez-vous à l'infolettre