×

Mauvey : la couleur des sentiments

Interview réalisé par Elsa Fortant
Genres et styles : soul/R&B

renseignements supplémentaires

Que ce soit par le biais de la littérature, de la musique ou de l’image, Mauvay est un conteur d’histoires universelles ayant pour objet l’amour. Habituellement accompagné de ses musiciens, il sera, pour sa première montréalaise dans le cadre de M pour Montréal, seul sur scène. Le créateur propose une expérience cinématique, mêlant musique, lumière et image. En plus des morceaux qui l’ont fait connaître, il interprétera des exclusivités live et une sélection de pièces issues de son prochain album à sortir l’an prochain.

PAN M 360 : Vous êtes né au Ghana et vous avez grandi entre le Royaume-Uni et le Canada; comment ces endroits vous ont-ils façonné en tant que personne et artiste, et comment ont-ils façonné votre musique?

Mauvey : C’est une très bonne question, je veux dire d’abord que cela a vraiment fondé mes goûts musicaux parce que j’ai été exposé à l’afrobeat, au R&B des années 90, à la soul music… le fait de pouvoir expérimenter différents types de musique est vraiment précieux. La partie la plus difficile a été d’essayer de trouver ma place, parce qu’à part le Ghana, partout où je suis allée, j’étais si différente. En Angleterre, j’étais la seule personne noire, au Canada, je me sentais différente parce que j’étais anglaise et que j’étais noire en plus. Le voyage pour essayer de s’intégrer est la raison pour laquelle ma musique se démarque maintenant, à un certain moment j’étais fatigué d’essayer de m’intégrer et j’ai juste été pour être moi.

PAN M 360 : Avant d’écrire de la musique, vous écriviez des romans et des nouvelles, comment votre processus créatif a-t-il évolué de l’écriture littéraire à la musique?

Mauvay : Pour moi, ce sont toutes des histoires, que ce soit un roman, un long métrage ou une chanson. La différence est qu’une histoire dure trois minutes, un roman est plus long, mais j’aborde l’histoire de la même manière. Quand vous devez arriver au sommet et descendre jusqu’à la fin, quelle est la distance? J’ai commencé à écrire des poèmes, puis des nouvelles, puis des essais, des romans… La transition vers l’écriture de chansons a donc été facile, car j’ai l’accompagnement d’une mélodie qui facilite le récit d’une histoire. Lorsque vous avez une mélodie qui est convaincante, il est plus facile d’écrire les mots.

PAN M 360 : Les clips musicaux sont aussi un autre moyen de raconter des histoires, êtes-vous impliqué d’une manière ou d’une autre dans la création de vos vidéos musicales?

Mauvay : J’ai réalisé les courts métrages qui sortiront vendredi, j’ai écrit l’histoire, codirigé le film avec une société appelée Amazing Factory basée à Vancouver. C’est à peu près la même chose, être capable de raconter une histoire visuelle est vraiment amusant et la chose la plus excitante pour moi en ce moment.

PAN M 360 : Sur YouTube, j’ai vu que vous aviez lancé 9 days of flower, une initiative pour vous connecter aux membres de votre public, pouvez-vous m’en dire plus?

Mauvay : Je voulais juste dire merci et célébrer les gens qui m’ont célébré. Les gens qui m’ont aidé, le premier simple qui est sorti était 9 donc c’est neuf jours de fleur. Je suis allé chez les gens, je leur ai dit merci et je leur ai donné des fleurs. Mon but en faisant ça est de distribuer de l’amour. L’un des moyens les plus faciles est de distribuer des fleurs, vous obtenez un sourire, vous obtenez du bonheur.

PAN M 360 : Pouvez-vous m’en dire plus sur The Florist Film Series que vous avez créée, les 9 jours des fleurs vous ont-ils inspiré?

En fait, j’ai écrit la série de films sur les fleuristes il y a quelques années. Le personnage que j’ai créé il y a des années a été l’inspiration pour aller livrer des fleurs. L’inspiration m’est venue du fait que si, dans une autre vie, nous étions payés de la même façon pour chaque travail et que je pouvais choisir ce que je voulais faire, je serais probablement livreur, c’est un moyen très facile de rendre les gens heureux. C’était ma pensée initiale et j’ai écrit l’histoire du Fleuriste et je l’ai transformée en série de films.

PAN M 360 : Le personnage que vous avez créé, The Florist, semble inspiré des films muets, de la comédie en particulier, je sens un peu la vibe de Buster Keaton… un mélange de tristesse, de drôlerie et d’élévation.

Mauvey : J’aime et je suis très inspiré par les films muets. C’est quelque chose qui n’a peut-être rien à voir avec le Florist, mais il y a un film muet qui s’appelle The Snowman et qui passe tous les ans à Noël, c’est comme un dessin animé, mais l’idée d’essayer de transmettre des émotions sans mots m’inspire vraiment, c’est en fait plus émotionnel. Bien sûr, vous écoutez la musique, mais si vous regardez vraiment les images, les histoires sont assez déchirantes, elles tentent d’expliquer les différentes voies de l’amour et c’est assez émouvant. Je m’inspire beaucoup de ma vie en général, mais il y a quelques références au monde de Neverland dans les films. En dehors de cela, tous les personnages sont moi à différents égards et c’est pourquoi je les joue, ils reflètent ma vie réelle.


PAN M 360 : Quand on regarde les pochettes de vos EP, on peut facilement voir que la couleur mauve s’est développée sur vous, passant du détail à l’ensemble, cela reflète-t-il une confiance croissante dans votre musique ou dans votre personnalité en tant qu’artiste?

Mauvey : La couleur mauve, évidemment c’est mon nom Mauvey. J’aime toutes les nuances de violet et quand j’ai trouvé cette nuance de mauve, c’était la plus difficile à définir pour moi. C’est un peu violet, un peu bleu, un peu argenté, un peu rose, un peu gris et quand vous regardez ma musique, c’est un peu pop, cinématographique, hip-hop… c’est un peu pour ça que je me suis connecté à cette couleur. J’ai pris un engagement, chaque fois que je me produis, tout est mauve, je veux que les gens voient cette couleur dans un magasin, dans la nature et qu’ils pensent à moi.

PAN M 360 : Que pouvez-vous nous dire sur la scène musicale de Vancouver?

Il y a une quantité incroyable de talents ici. C’est un endroit phénoménal pour la création avec les montagnes, l’eau, la forêt. La scène est très compétitive, mais en même temps je peux dire que j’ai trouvé certains de mes pairs et nous travaillons pour nous soutenir mutuellement.

PAN M 360 : Et vos musiciens, sont-ils d’ici?

Mauvay : Si je suis en Europe, je tourne avec le même groupe et quand je suis ici, je joue avec le même groupe. Quand je viens à Montréal ou même à Toronto, je joue tout seul. Avec l’aide de mon producteur, nous avons créé un spectacle cinématographique, il n’y a que moi qui joue. C’est un peu plus effrayant d’être seul sur scène, mais j’ai vraiment envie d’explorer cette possibilité. C’est un type d’énergie différent lorsque vous êtes seul. J’ai inclus des chansons inédites, des avant-goûts de mon album qui sortira l’année prochaine, des chansons qui ne sont jouées que sur scène et qui ne seront peut-être jamais enregistrées. C’est l’occasion de montrer les différents genres que j’explore.

Mauvey sera à M pour Montréal le vendredi 19 novembre, de 20 h à 23 h, avec Jaywood et Naya Ali, à la SAT.

Photo : Bree Ross Laryea



Inscrivez-vous à l'infolettre