Kandy Guira aux Nuits d’Afrique: Utiliser la langue des signes et la fusion musicale pour jeter des ponts entre les cultures

Entrevue réalisée par Zenith Wolfe

renseignements supplémentaires

L’inventrice de l’afro-électropop, Kandy Guira, est sur scène à Montréal pour le dernier jour des Nuits d’Afrique! Mais ce n’est pas son seul spectacle au Canada : elle passera par Gatineau, Sherbrooke et Guelph avant de se rendre à l’étranger pour des spectacles en Irlande, en France et au Mexique. Elle profite de cette tournée pour présenter son dernier album, Nagtaba (2021), avec lequel elle souhaite briser les barrières entre les cultures et les langues, et rendre la musique accessible aux personnes malentendantes.

PAN M 360 : Bonjour Kandy! La tournée que vous avez effectuée ces derniers mois vous a menée en Allemagne, en Italie, aux États-Unis et maintenant au Canada. Comment s’est déroulée la tournée jusqu’à présent?

Kandy Guira : La tournée se déroule très bien! C’est vraiment magnifique de voir des foules complètement différentes d’un pays à l’autre.

PAN M 360 : Qu’est-ce qui fait la particularité d’une tournée dans plusieurs pays?

Kandy Guira : Cela me permet de rencontrer dans chaque pays le public qui me suit habituellement en ligne. Sur Internet, tout le monde est là, tout le monde est connecté, mais c’est mieux et plus excitant de les rencontrer dans leur propre pays, de découvrir ces pays et de voir la connexion symbiotique. C’est un plaisir de rencontrer des gens qui ont déjà écouté notre musique, car cela donne un visage à mes auditeurs et me donne de l’énergie.

Ma musique et mes tournées sont aussi les moyens par lesquels je peux transmettre mes messages au-delà des barrières linguistiques. C’est pour cela que c’est spécial pour moi : cela permet au public de se sentir écouté et cela m’aide à briser les barrières de la langue et de la couleur.

PAN M 360 : Pourquoi est-il important pour vous de faire tomber les barrières de couleur?

Kandy Guira : Nous vivons dans un monde tellement divisé que pour moi, l’avenir se trouve dans l’unité. Cette union, c’est le thème de mon album Nagtaba : ce n’est qu’ensemble que nous créerons un monde magnifique et harmonieux. Nous construisons des barrières, nous créons des groupes internes et externes, et nous disons qu’il n’y a pas d’unité. Ce n’est pas vrai pour moi, parce qu’il y a une vibration qui est unique pour chacun, mais nous existons, rions et pleurons tous de la même manière. Nous devons déconstruire ces barrières et nous voir tels que nous sommes.

PAN M 360 : La musique de votre album, Nagtaba, contribue-t-elle à briser ces barrières?

Kandy Guira : Chaque chanson de l’album parle d’un problème précis et apporte une solution possible. Je chante en langue mooré, qui est partout, même en langue des signes – je traduis mes chansons en langue des signes pour les rendre accessibles à tout le monde car j’ai un frère qui est sourd. Il ne comprend pas ce que je dis, donc ce que je fais dans mes projets, c’est que j’essaie d’avoir un chanteur en langue des signes à tous mes spectacles.

Je fais tout cela pour faire tomber les barrières linguistiques, et si quelqu’un dit : « Je ne comprends pas le mooré, je ne comprends pas le français », je ne pense pas que ce soit un vrai problème parce que je suis écoutée aux États-Unis et en Chine. Si ma musique peut entrer dans ces pays, c’est qu’il est possible de se rassembler.

PAN M 360 : Pourriez-vous me parler du genre de choses qui ont inspiré Nagtaba ? Vous êtes-vous inspiré de votre héritage culturel?

Kandy Guira : Je suis Burkinabé (du Burkina Faso) et c’est la racine de mon inspiration. C’est-à-dire que la musique traditionnelle burkinabé m’inspire. Je suis du côté mossi, donc sur Nagtaba on entend du bendré, un tambourin traditionnel qui servait à chanter pour le roi quand il devait parler aux gens sans que personne ne l’entende.

J’ai exploré cet instrument tout en le mélangeant avec mon côté français – je vis en France maintenant et j’ai été inspiré par d’autres styles musicaux que je ne connaissais pas auparavant. J’ai voulu les réunir pour Nagtaba, qui signifie « ensemble », pour réunir les deux pays différents qui m’ont inspiré. Cela crée effectivement un pont entre les deux pays.

PAN M 360 : Est-ce que c’est important pour vous de jouer dans un endroit comme Montréal où il y a un mélange similaire de français et d’anglais?

Kandy Guira : C’est important pour moi parce que cela ouvre la porte. Ce pont que je construis entre le Burkina Faso et la France, je l’élargis aussi à d’autres pays comme le Canada en l’occurrence pour que les Canadiens et moi puissions avoir un point d’accès à nos cultures respectives.

PAN M 360 : Il y a un échange dans les deux sens : vous donnez votre musique et ils vous rendent la culture.

Kandy Guira : Exactement! En découvrant les autres, on apprend à les accepter. Si nous ne voulons pas construire de ponts, c’est souvent parce que nous ne comprenons pas les gens. Si nous nous donnons la permission, le courage et l’envie de découvrir les autres, nous verrons qu’ils nous ressemblent beaucoup. Nous ne pourrons plus dire que nous ne les connaissons pas.

PAN M 360 : Avez-vous d’autres projets sur lesquels vous travaillez actuellement et qui vont dans le sens de ces objectifs d’unité?

Kandy Guira : J’essaie de rendre ma musique plus accessible aux malentendants. C’est ma passion parce que je veux que ce soit une habitude de penser à eux, pas quelque chose d’extraordinaire. Je veux qu’il soit logique et normal de les inclure dans le grand public. C’est pourquoi je traduis toujours mes œuvres en langue des signes, et mon projet actuel est de faire venir un chanteur en langue des signes à tous mes concerts et à toutes mes tournées. Je suis également en train d’apprendre la langue des signes, mais je ne la connais pas assez bien pour la pratiquer moi-même.

PAN M 360 : Même aux Nuits d’Afrique?

Kandy Guira : A Nuits d’Afrique, malheureusement non. Je serais ravie d’en avoir mais ils n’ont pas pu m’en fournir. Cela dit, je suis toujours en contact avec des amis sourds et peut-être qu’ils me proposeront quelqu’un qui pourra participer et prendre cette place.

PAN M 360 : Y a-t-il d’autres causes que vous abordez dans votre musique?

Kandy Guira : Je parle beaucoup de l’éducation des jeunes filles, des droits de la femme et de la préservation de l’environnement ; ce sont aussi des causes que j’aborde dans mon dernier album. L’album est rempli d’idées qui nous aideront à nous unir, car c’est ce qui m’inspire.

PAN M 360 : Merci beaucoup, Kandy! J’espère que tu pourras unir le monde, une foule à la fois.

Kandy Guira se produira dans le cadre du Festival international Nuits d’Afrique sur la scène Loto-Québec le 23 juillet à 19h. Ce concert est gratuit. Pour plus d’information, cliquez ici.

Tout le contenu 360

Aswell: banlieusard un jour, banlieusard toujours

Aswell: banlieusard un jour, banlieusard toujours

Francos | Valence, la beauté de l’insomnie

Francos | Valence, la beauté de l’insomnie

Suoni  | Sick of Fun… vraiment malade !

Suoni  | Sick of Fun… vraiment malade !

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

JAKŌ et ses paysages sonores expérimentaux aux Suoni

JAKŌ et ses paysages sonores expérimentaux aux Suoni

Ishi Tishi et leur soirée avec tous les animaux aux Suoni

Ishi Tishi et leur soirée avec tous les animaux aux Suoni

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité,  joie, insolence

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité, joie, insolence

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Festival Classica – Hommage à Queen

Festival Classica – Hommage à Queen

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Inscrivez-vous à l'infolettre