Jaap Nico Hamburger: compositeur, cardiologue, médecin de l’âme… et Ariella

Entrevue réalisée par Alain Brunet

renseignements supplémentaires

Entre opéra classique, comédie musicale et cinéma, Ariella s’inspire d’un roman d’Ariella Kornmehl et d’un livret de Thomas Beijer. Ce roman et ce livret suivent le parcours d’une jeune femme qui pleure sa mère décédée dans un tragique accident, tombe amoureuse en dehors de son entourage juif orthodoxe et doit faire face à la santé mentale de certains de ses proches. Dans un contexte juif, il s’agit d’une histoire classique d’amour et de perte.

Sous la direction de Francis Choinière, l’Ensemble Classico-Moderne interprète ARIELLA de Jaap Nico Hamburger, samedi à la Maison symphonique.

Né à Amsterdam dans une famille juive, Jaap Nico Hamburger est le compositeur en résidence de Mécénat Musica à Montréal où il vit actuellement. Son œuvre comprend des commandes pour orchestre, des opéras, de la musique de chambre et des œuvres solo. Sa Symphonie de chambre no 2 « Children’s War Diaries » a été mise en nomination pour le prix Matthijs Vermeulen (2021) et a reçu une nomination JUNO pour la meilleure composition classique de l’année (2022). En outre, il a contribué à un album nominé pour le « Meilleur album classique de l’année » (JUNOS 2023).

Hamburger a commencé son éducation musicale à l’âge de 3 ans, il est diplômé du Royal Sweelinck Conservatorium of Music à Amsterdam, avec un diplôme de soliste en piano. Parallèlement, il est devenu cardiologue et a travaillé dans de nombreux endroits dans le monde avant d’émigrer au Canada en 2000.

PAN M 360 : Vous avez donc lu un roman de cet auteur néerlandais et vous avez pensé à ce moment-là que c’était un matériau idéal pour un opéra…

Jaap Nico Hamburger: Oui, en fait, le livre a été publié vers 2000. En lisant le livre, j’ai eu l’impression qu’il s’agissait d’un opéra, parce que c’était une histoire très dramatique. J’ai donc commencé à réfléchir à la possibilité de recréer ce roman ou une histoire similaire pour en faire un opéra.

PAN M 360 : Comment avez-vous réussi à traduire cela en opéra ?

Jaap Nico Hamburger : Ariella Kornmehl fait partie de l’équipe des scénaristes de l’opéra. Elle est en quelque sorte un conseiller artistique sur le processus et Thomas Beijer est le librettiste. En outre, nous collaborons avec Lucas van Woerkum , qui est le réalisateur de films pour Symphonic Cinema, un programme européen qui recrée des histoires sur des partitions traditionnelles et les retravaille pour en faire des films. Nous avons tous les quatre écrit l’histoire.

PAN M 360 : Pourquoi ai-je pensé que cette histoire avait des qualités d’opéra ?

Jaap Nico Hamburger : Parce qu’il y a beaucoup de drame dans cette histoire. Je pense que l’intrigue principale est double. Tout d’abord, c’est une histoire de passage à l’âge adulte. Nous assistons à la transition d’Ariella en tant que jeune fille à la maison, en tant que fille, vers une femme indépendante à part entière. Nous assistons donc à l’évolution d’une jeune fille vers une femme indépendante. L’autre aspect que j’essaie de souligner dans l’adaptation du roman et dans l’opéra est le fait qu’au début de l’histoire, la maman de la famille meurt dans un accident tragique.

Dans la version complète de l’opéra, tous les membres vivants de la famille, principalement le père, les deux enfants, l’amant d’Ariella et une petite amie, seront sur place à Montréal, à Saint-Sauveur et dans les environs, etc. Mais l’âme de la maman est en direct sur scène avec l’orchestre.

PAN M 360 : Le résultat n’est donc pas un opéra traditionnel.

Exactement. Il s’agit de 90 minutes de film avec tout le monde filmé sur place à Montréal et dans les environs. Il y a donc 90 minutes de film et 90 minutes de musique avec un orchestre en direct sous l’écran. L’âme de la maman est présente sur scène, elle commente ce qui se passe et conseille la famille. Et lorsqu’ils demandent de l’aide, qu’ils se souviennent et qu’ils pleurent la perte de leur mère, elle est là. Le public assiste donc à une double réalité, celle des personnes vivantes sur le film et celle de l’âme de la momie, qui vit avec le public dans la salle.

PAN M 360 : L’opéra était l’expérience totale sur scène il y a 200 ans, mais aujourd’hui nous avons d’autres moyens de créer ce spectacle total.

Tout à fait. Ce que nous mélangeons, ce que nous avons l’intention de mélanger ici, c’est la cinématographie moderne, comme les films de style hollywoodien, mais avec un orchestre en direct, c’est donc la combinaison d’un film et d’un concert en direct.

PAN M 360 : Est-ce que c’était pensé comme ça depuis le début ?

Non. J’ai créé une première version et je pensais que nous étions prêts. Mais c’est toujours comme ça dans nos vies… nous planifions quelque chose et Dieu fait autre chose. Je pensais donc avoir une version complète pour aller au cinéma, mais le COVID est arrivé. Et pendant le COVID, il n’y avait aucun moyen de réaliser la version originale. Cela nous a donné le temps de nous asseoir, de repenser, de réécrire l’histoire et de développer ce concept d’utilisation de la cinématographie et de mélange avec un concert en direct, une sorte de cinéma opératique.

PAN M 360 : Vous parlez d’un film de style hollywoodien. Qu’entendez-vous par « style hollywoodien » ?

Jaap Nico Hamburger : Je veux dire des acteurs avec des dialogues, filmés sur place. Et la seule chose qui est différente dans ce film, c’est que parfois les acteurs qui jouent le drame chantent aussi une chanson en même temps que la partition de l’orchestre de la musique est toujours là.

PAN M 360 : C’est donc une sorte de mélange entre la comédie musicale et l’opéra ?

Jaap Nico Hamburger : Oui, d’une certaine manière.

PAN M 360 : En tant que compositeur, comment pourrait-on décrire votre style ?

Il m’est difficile de répondre à cette question. Je dirais que la raison pour laquelle j’écris de la musique, ou la raison pour laquelle je fais la plupart des choses dans ma vie, c’est pour communiquer avec d’autres personnes. Je le fais parce que je pense que l’essence de l’humanité est la communication. J’ai donc reçu une éducation musicale formelle en tant que pianiste de concert et j’ai eu un type de carrière complètement différent en tant que cardiologue.

PAN M 360 : C’est de plus en plus fréquent, la science et la musique font bon ménage !.

Jaap Nico Hamburger : Pour moi, ces deux choses ont un dénominateur commun parce qu’aider les autres en tant que médecin, c’est aussi principalement une question de communication. Il y a une partie technique, mais pour vraiment aider une personne qui traverse une phase de maladie, c’est une question de communication. Ainsi, lorsque j’écris de la musique ou que je publie ce que j’écris, c’est délibérément pour servir de véhicule à la communication d’une histoire, d’une opinion ou d’une situation.

PAN M 360 : Avez-vous été formé à la composition ?

J’ai reçu une éducation musicale en tant que pianiste et non en tant que compositeur. Je n’ai jamais étudié la composition à l’académie C’était totalement instinctif d’une certaine manière. J’ai été autodidacte en lisant les partitions des maîtres. Je n’ai donc pas suivi de formation formelle à telle ou telle technique, à tel ou tel style. Ainsi, en fonction de l’histoire que je souhaite transmettre, j’utilise une certaine technique musicale. Celle-ci peut être tonale, romantique, postromantique, atonale ou modale. Cela dépend beaucoup des ingrédients dont l’histoire a besoin. Je ne sais donc pas comment qualifier mon style.

PAN M 360: C’est très bien ! Lorsque nous ne savons pas comment étiqueter, c’est un très bon signe car les étiquettes sont parfois une façon facile et paresseuse d’essayer de comprendre la musique.

Jaap Nico Hamburger : Cette pièce en particulier, en raison de son format, de l’utilisation de films et du style du livret, peut sembler très romantique parce qu’elle est très émotionnelle. Je souhaite qu’elle fasse appel aux émotions du public. Je pense que les ingrédients sont faciles à identifier et que le langage d’Ariella est peut-être tardivement romantique.

PAN M 360 : Vous utilisez donc n’importe quel outil de n’importe quelle période de l’histoire de la musique s’il est pertinent.

Jaap Nico Hamburger : There’s another probably important musical influence with all the classical stuff throughout my life and that’s for about ten years I had an R&B band! As an example with Ariella in the story, her younger brother starts when he’s ten and it ends when he’s about 18 and I could not imagine an 18 year old who’s struggling with anger and depression to sing a Puccini aria. So his big aria is a rap song.

PAN M 360 : Avez-vous composé tout au long de votre carrière de cardiologue ?

Oui, en quelque sorte. J’ai commencé mon éducation musicale formelle à l’âge de trois ans, ce qui m’a permis de lire des partitions avant de savoir lire l’ABC. Ma première lecture a donc été la lecture de la musique. Au même moment, à Amsterdam, j’ai suivi les cours de l’Académie royale de musique pour le piano et l’école de médecine. J’ai fait les deux études en même temps à Amsterdam.

Puis, tout au long de ma formation de cardiologue, j’ai continué à me produire sur scène lors de concerts, lorsque je suis passé à la cardiologie interventionnelle, c’est-à-dire à la chirurgie cardiaque mini-invasive. C’est à ce moment-là que j’ai cessé de me produire, car il était devenu inconfortable de donner des récitals tout en pratiquant la chirurgie cardiaque. Ce n’était pas vraiment faisable. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à composer, ce que j’avais fait dans mon groupe de R&B.

Mais je composais également de la musique artistique sérieuse, puis, à un moment donné, je me suis dit que j’en avais assez fait avec la médecine et j’ai été très privilégié dans le sens où, avec mon travail médical, j’ai fini par travailler dans le monde entier. J’ai pratiqué des opérations cardiaques partout, sauf au pôle Nord et au pôle Sud. J’ai donc pensé que j’en avais assez fait avec ça et j’ai réalisé que je n’en avais pas encore assez fait avec ce que je voulais faire en musique. J’ai donc fermé mon cabinet pour composer et faire de la musique à plein temps.

PAN M 360 : Où étiez-vous au Canada lorsque vous avez fermé votre cabinet ?

Jaap Nico Hamburger : Oui. Je suis venu au Canada en 2000 à l’invitation de l’Université de la Colombie-Britannique à Vancouver (UBC). J’y ai exercé pendant 18 ans (2018). Puis j’ai fermé mon cabinet, me concentrant à plein temps sur la musique à partir de ce moment-là, et j’ai déménagé à Montréal.

PAN M 360 : Pourquoi avez-vous déménagé de Vancouver à Montréal ?

Jaap Nico Hamburger : Deux raisons : une personnelle et une professionnelle. La raison personnelle, c’est qu’en 2017, j’ai rencontré l’amour de ma vie, elle a un gros travail à Montréal. C’est donc la raison la plus importante. La raison professionnelle est que, du point de vue de la musique classique ou de l’art, Montréal est tout simplement incroyable. Je ne peux rien dire de négatif sur Vancouver, mais la scène artistique de Montréal, et surtout la scène de la musique classique, sont extraordinaires !

When I announced I was making this transition, I was offered a position of composer in residence with Mécénat Musica, which gave me access to this huge community of top professional musicians and ensembles. I’ve been very lucky in that sense because that allows me to create for my community here and with the musicians here. And it’s been fantastic.

PAN M 360 : Nous pouvons imaginer qu’il est très gratifiant de réaliser son rêve musical après avoir servi l’humanité pendant si longtemps. Aujourd’hui, vous soignez les gens d’une autre manière.

Jaap Nico Hamburger : Je l’espère !

PAN M 360 : Avec cet opéra cinématographique et à travers l’histoire d’Ariella, quel est le message que vous souhaitez partager avec votre public ?

Jaap Nico Hamburger : Vous savez, j’ai travaillé dans le monde entier. J’ai rencontré des gens de cultures, de traditions et de langues différentes. À un moment donné, j’ai eu l’impression qu’en tant qu’êtres humains et par essence, nous sommes tous les mêmes. Et au-delà du fait d’être tous les mêmes, je pense que nous sommes en fait comme si nous entrions dans la physique quantique, ce que je ne ferai pas maintenant, mais du point de vue de la physique quantique, l’énergie qui est à la base de notre existence physique est en fait partagée. Ce n’est donc pas que nous soyons tous les mêmes, je pense que nous sommes tous un. Et je pense qu’il y a un aspect éternel en nous que certaines personnes, dans certaines cultures, appellent une âme.

PAN M 360 : Dans ce sens, si vous avez choisi ce roman et que vous l’avez travaillé et transformé, pourquoi avez-vous choisi cette histoire spécifique et que signifie-t-elle pour vous ?

Jaap Nico Hamburger : Le message final de cette histoire et de cet opéra est que lorsque vous voyez cette double réalité des personnes vivantes dans un coin et l’âme de la momie dans l’autre coin, mais toujours présente, elle n’est pas vraiment partie. Si vous êtes suffisamment silencieux et que vous écoutez bien, vous pouvez toujours sentir la présence des personnes que vous avez aimées et perdues.

ARIELLA EST INTERPRÉTÉE PAR L’ENSEMBLE CLASSICO-MODERNE, SOUS LA DIRECTION DE FRANCIS CHOINIÈRE, MAISON SYMPHONIQUE, SAMEDI 28 OCT, 19H30. INFOS ET BILLETS ICI

Tout le contenu 360

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Bombino : la chaleur humaine au rythme du désert

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Bombino : la chaleur humaine au rythme du désert

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Queen Omega étend son royaume à MTL

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Queen Omega étend son royaume à MTL

Domaine Forget 2024 | Brises capverdiennes dans Charlevoix avec Lucibela

Domaine Forget 2024 | Brises capverdiennes dans Charlevoix avec Lucibela

SAT X EAF : Heith, Orchestroll, Audréanne Filion

SAT X EAF : Heith, Orchestroll, Audréanne Filion

Présente ta chanson ! Queenie nous parle de Feels Good

Présente ta chanson ! Queenie nous parle de Feels Good

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Def Mama Def, le karma des femmes

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Def Mama Def, le karma des femmes

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | ALBERTO SALGADO : Embrasser les traditions et la modernité brésilienne

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | ALBERTO SALGADO : Embrasser les traditions et la modernité brésilienne

La violence des camions brûle et recommence

La violence des camions brûle et recommence

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Plus qu’un « fils de »… voici Kirá!

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Plus qu’un « fils de »… voici Kirá!

Jowee Omicil convie les esprits libérateurs du Bwa Kayman

Jowee Omicil convie les esprits libérateurs du Bwa Kayman

Découvrez l’afrobeat thaï de la Montréalaise Salin

Découvrez l’afrobeat thaï de la Montréalaise Salin

Dobet Gnahoré : un ange passe et reste

Dobet Gnahoré : un ange passe et reste

Baltra au Piknic Electronik | De la house lo-fi à aujourd’hui

Baltra au Piknic Electronik | De la house lo-fi à aujourd’hui

Jaeden Izik-Dzurko: Retour sur le CMIM et regard vers l’avant

Jaeden Izik-Dzurko: Retour sur le CMIM et regard vers l’avant

Une soirée Meurtre et mystère à l’opéra avec Natalie Choquette

Une soirée Meurtre et mystère à l’opéra avec Natalie Choquette

Love Heart Cheat Code, nouvelle poussée de Hiatus Kaiyote

Love Heart Cheat Code, nouvelle poussée de Hiatus Kaiyote

Alain Simard rêvait de… plusieurs festivals

Alain Simard rêvait de… plusieurs festivals

Aswell: banlieusard un jour, banlieusard toujours

Aswell: banlieusard un jour, banlieusard toujours

Francos | Valence, la beauté de l’insomnie

Francos | Valence, la beauté de l’insomnie

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

JAKŌ et ses paysages sonores expérimentaux aux Suoni

JAKŌ et ses paysages sonores expérimentaux aux Suoni

Ishi Tishi et leur soirée avec tous les animaux aux Suoni

Ishi Tishi et leur soirée avec tous les animaux aux Suoni

Inscrivez-vous à l'infolettre