×

Game Genie Sokolov: transmutations… Renaissance

Interview réalisé par Maude Bélair
Genres et styles : chiptune / électronique / funk / pop / soul/R&B / synthwave

renseignements supplémentaires

Pas plus tard que l’année dernière, l’artiste trans Game Genie Sokolov  remportait le prix ‘’album de l’année’’ dans la catégorie chiptune/digital fusion aux Video Game Music Online Awards pour TRANS//MISSION. Le 16 juillet 2021, elle poursuit sur sa lancée et rend public son tout dernier projet, plus précisément son troisième album: Renaissance.

Sur cet album, l’artiste montréalaise d’origine française nous offre divers styles,  chiptune et synthwave à forte teneur R&B,  funk, hip-hop ou carrément pop. 

La touche est indéniablement personnelle,  identifiable dès les premières mesures, la volonté d’autodétermination est plus que palpable.

Plutôt que de miser sur des synthétiseurs chers payés, par exemple, elle s’amuse à programmer ses consoles de jeu préférées, notamment la célèbre Sega Genegis, afin de l’utiliser comme instrument de musique. Renaissance a été réalisé de A à Z par Adelaïde Sokolov (de son vrai nom), qui y joue de tous les instruments.  

Game Genie Sokolov parvient ainsi  à se démarquer par sa débrouillardise, sa polyvalence, son unicité. Dans le mille !

Voilà autant de raisons pour que PAN M 360 en fasse découvrir davantage le talent irréfutable.

PAN M 360 : Sur Renaissance, tu as puisé dans de nombreux genres musicaux. Par exemple, ton single Don’t Hit My Line explore les sonorités R&B, soul et même un peu hip-hop, alors que d’autres morceaux, notamment Soleil, est à fond dans le chiptune, synthwave, créant ainsi des ambiances rétros très assumées ! Comment le décrirais-tu, toi ? 

Game Genie Sokolov : Je le considère comme homogène car lorsqu’on l’écoute du début à la fin, tu entends un son caractéristique, une certaine identification sonore. Je crois que l’album permet d’accéder à un univers complet et assez défini, en quelque sorte. Pour ce qui est de l’approche, elle a été prise en charge par moi et moi seulement, ce qui explique pourquoi elles sonnent toujours comme… moi. Toutefois, je déteste faire deux fois la même chose. J’utilise souvent les mêmes instruments, mais c’est tout ! Je veux dire, j’utilise ma guitare, des synthétiseurs, des drums, mais je les fais évoluer. Il y a un moment où je m’étais dit ‘’Non, tu ne devrais pas changer les instruments que tu utilises, sinon les gens ne pourront plus t’identifier à ton son ‘’. Mais au final, je l’ai fait, et je me suis aperçue que ce n’était pas du tout le cas. Pour ce qui est du R&B, j’en écoutais énormément dans les années 2000, et en ai gardé un grand amour. Je n’avais jamais osé l’aborder avant, mais je suis très heureuse de l’avoir fait avec Jae, une artiste que j’appréciais beaucoup. Donc oui, je ne veux jamais faire deux fois la même chose, car ça m’ennuie… La dernière chose que je souhaite, c’est d’écouter mon album et m’ennuyer. 

PAN M 360 : Justement, avec  Renaissance, tu réussis avec brio à créer des ambiances variées. À l’écoute d’une chanson, on peut fermer les yeux et s’imaginer dans une scène de combat épique dans un film, ou encore se retrouver dans l’univers d’un jeu vidéo. Était-ce voulu ? 

Game Genie Sokolov : C’est surtout de l’amusement, de mon côté. Je n’ai pas d’autres ambitions, mis à part qu’il faille que le morceau me plaise. Si ce n’est pas le cas, je l’abandonne, ou je le travaille tellement qu’il en devient méconnaissable. Donc non, ce n’est pas voulu, mais pour une raison qui m’échappe, cela devient hétéroclite. Je peux créer certains morceaux en quelques heures alors que d’autres me prennent des semaines… Je crois qu’au final, je ne contrôle pas ma musique, elle se distingue d’elle-même. 

PAN M 360 : Donc, tu n’avais pas vraiment de thème central en tête lorsque tu as mis ce dernier projet en chantier ? 

Game Genie Sokolov : Je ne cherchais pas vraiment à envoyer de message, dans la mesure où la plupart du temps, ma musique est instrumentale. Mais ce qui me plaît le plus de Renaissance, c’est le titre. Clairement, ma vie a beaucoup changé. Mon cercle d’ami.e.s a changé, mon style musical… Elle a changé collectivement, bien sûr avec la situation pandémique, mais aussi avec ma transition de genre. Si tu mélanges les deux, tu remarques que mon univers a radicalement changé. Mais les chansons n’ont pas été créées dans un but précis, tout est venu complètement naturellement.

PAN M 360 : Tu as réalisée Renaissance entièrement seule.  Tu y joues de nombreux instruments, dont le piano, chose dont tu es très fière puisque tu ne l’avais pas exploré suffisamment dans tes projets précédents. Au final, l’album offre dix chansons, dont sept collaborations avec divers artistes. Préfères-tu travailler seule sur tes projets ou plutôt en équipe ? 

Game Genie Sokolov : Cela dépend, les circonstances ne sont jamais les mêmes ! Pour la musique, je préfère travailler seule ; je me suis déjà installée mon propre petit studio chez moi. Je peux donc travailler quand je veux et rapidement, en plus ! Je suis très soucieuse des détails, donc il est préférable que je me penche seule sur la production. Pour tout ce qui est vocal, il faut savoir que je ne sais pas écrire de textes. Dans Renaissance, je n’ai chanté que sur deux morceaux, tout le reste a été pris en charge par des artistes invité.e.s. J’ai donc contacté des artistes dont j’aimais la voix et l’interprétation, je leur proposais de participer au projet. Travailler seule, c’est un peu la nécessité du genre, aussi. Du moment où je m’occupe du mixage et de la production, je peux avoir des idées assez arrêtées sur le résultat que je recherche. Pour le prochain projet, je serais assez intéressée de trouver quelqu’un afin de combler le poste de coproducteur, pour avoir plus d’idées et d’indications. 

PAN M 360 : Tu as plusieurs cordes à ton arc ! En plus de faire de la musique, tu t’intéresses à la programmation de logiciels, tu es gaymeuse et fait partie de la communauté drag de Montréal. Comment ces passions se manifestent-elles dans ta musique ? 

Game Genie Sokolov : Développer des logiciels m’a aidée à apprendre à faire de la musique électronique, puisque je suis désormais capable de programmer des synthétiseurs à partir de consoles de jeu. La Sega Genesis m’intéressait particulièrement, non pour faire de la musique de jeu, mais parce qu’elle contient un chipset de synthétiseur que Yamaha avait conçu dans les années 80. Il faut savoir que dans ces années-là, toute la musique pop que tu as pu entendre, de n’importe qui d’ailleurs ; Prince, Madonna, Michael Jackson, Queen, tout le monde utilisait des synthétiseurs Yamaha à l’époque, puisqu’ils étaient les moins chers et les plus robustes, permettant de les utiliser facilement en studio. Cependant, il existait une autre version simplifiée de ce synthétiseur qui se trouvait dans la console Sega, mais il fallait quand même savoir comment faire pour la programmer, puisqu’il n’y avait pas de touches, rien. Une Sega, ça ne coûte pas très cher lorsque achetée usagée, à peine 50 balles ! Je me suis donc beaucoup amusée avec ça dans mes débuts afin de me rapprocher du son que je désirais obtenir. Sinon, l’ingénierie m’a permis d’obtenir des sons dans d’anciens formats plutôt difficiles à obtenir, pour ensuite les reconvertir. En ce qui concerne le drag, je n’en fais plus vraiment, mais c’était pour mettre de l’avant un certain esthétisme visuel pour aller avec le projet musical. 

PAN M 360 : Renaissance sera disponible partout à compter du 16 juillet. Sachant que ton dernier lancement pour TRANS//MISSION s’est déroulé en ligne, as-tu prévu un concept particulier pour le prochain ? 

Game Genie Sokolov : J’aimerais bien faire des concerts en live mais les petites salles de concert, il faut se le dire, n’existent plus. Il ne reste donc que les grosses salles de spectacle. Et ces dernières ne sont pas intéressées par les musiques électroniques. Et la scène électronique nous répond souvent avec ‘’Non, nous ne prenons que la musique de type dancefloor.’’. Alors, même si je leur explique que ma musique est funk, il y a de la guitare et que la plupart des chansons sont plutôt dansantes, on m’a souvent répondu que les gens n’étaient peut-être pas prêts pour ma musique. Dans tous les cas, je suis prête, j’ai répété mon matériel et je n’attends que ça, moi, le présenter au grand public. En attendant, nous avons préparé un événement sur la chaine Twitch de geekbeatradio.com, où je présenterai Renaissance pour la première et ce, aux côtés d’invité.e.s. 

Pour participer au lancement en ligne de Renaissance, cliquez sur ce lien Facebook ICI .

Inscrivez-vous à l'infolettre